mercredi, août 31, 2005

Revue de presse du mercredi 31 aout 2005

« Aimez vous l’école ? C’est la question que Le Parisien-Aujourd’hui pose aux jeunes. En fait, il s’agit d’une enquête internationale et la réponse des jeunes français est plutôt plus négative que celle de leurs « collègues » des autres pays. Peut-être, nous dit François Dubet dans le même journal, parce que le système français est autoritaire et inégalitaire…

« Aimez vous l’école ? ne fait pas partie des questions qu’a posé Emmanuel Davidenkoff de Libération au ministre Gilles de Robien. Celui ci s’exprime sur la rentrée, l’application de la loi Fillon et ses propres projets. « Je n’ai pas de réponse toute faite » redit-il en cherchant à convaincre les enseignants de son pragmatisme et de son esprit de dialogue. Cela suffira-t-il à les convaincre ?
On peut en douter en lisant les déclarations des syndicats et leurs réactions à la baisse du nombre de postes (5500 postes supprimés dans le budget)
On pourra lire aussi plusieurs articles intéressants dans Le Figaro et en particulier sur l’intégration des élèves handicapés et les difficultés d’application de la loi du 11 janvier 2005.La question que l’on peut se poser ici est plutôt « Est-ce que l’école vous aime ? »…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 31/08/05


Robien : «Je n'ai pas de réponse toute faite»
Interview : Le ministre de l'Education nationale défend sa vision d'une école apaisée, à trois jours de la rentrée scolaire.[…]
Je vais travailler avec les parents d'élèves pour améliorer leur présence dans les établissements, pourquoi pas en instaurant un statut de parent d'élève. Je compte aussi ouvrir une réflexion sur les zones d'éducation prioritaires à propos desquelles les mêmes critiques reviennent depuis des années ; il faudrait passer à l'action.
Par exemple ?
Je voudrais pouvoir mieux mêler enseignants chevronnés et jeunes professeurs qui font le choix d'enseigner à ces publics.
Et comment convaincre ces enseignants chevronnés ?
En trouvant un système de gratification qui pourrait par exemple leur permettre d'accélérer fortement leur évolution de carrière. A l'évidence il faut offrir un retour aux professeurs qui font des efforts. Le système ne peut tout de même pas refuser ce principe ![…]
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 31/08/05


L'enseignement catholique submergé par la demande
Pour la troisième rentrée consécutive, c'est le même constat dans l'enseignement catholique qui a dû refuser «plus de vingt mille» inscriptions tant les classes sont déjà surchargées. Trois mille nouveaux élèves devraient néanmoins être acceptés cette année, selon les chiffres prévisionnels du ministère de l'Education nationale. «Des familles choisissent l'enseignement privé en pensant que leurs enfants seront dans des classes moins chargées. Mais aujourd'hui, ce n'est plus le cas», se désole Paul Malatre, le secrétaire général de l'Enseignement catholique.
Lire la suite de l’article


Les handicapés accueillis à l'école de leur quartier
Après-demain, jour de rentrée scolaire, tout enfant handicapé pourra, de droit, être inscrit dans l'école de son quartier au même titre que les autres élèves. Cette inscription automatique en milieu «ordinaire», largement annoncée par le gouvernement et prévue par la loi du 11 janvier 2005 sur «l'égalité des droits et des chances» des personnes handicapées, devance l'entrée en vigueur de la plupart des autres dispositifs de ce texte qui ne seront effectifs qu'en 2006.
Une façon pour le gouvernement de montrer à l'opinion que l'intégration de l'enfant handicapé dans la société est une priorité. Seul hic dans cette louable intention : les quelque 80 décrets n'étant toujours pas publiés, chefs d'établissement comme enseignants ne sont pas tenus d'appliquer la loi...
Lire la suite de l’article


Les familles craignent que tout ne soit pas prêt
«C'est bien beau de vouloir accueillir nos enfants, encore faut-il s'en donner les moyens pour pouvoir concrètement le faire...», résume, sarcastique, Sonia Cardoner, maman de Chloé, 5 ans, atteinte d'une infirmité motrice cérébrale. Expérience à l'appui, elle est des plus pessimiste quant à l'application de la nouvelle loi. Le 26 août dernier, jour de la rentrée de Chloé dans la moyenne section de maternelle en Alsace, Sonia et Chloé se sont tout simplement entendu dire que l'auxiliaire de vie scolaire (AVS) n'était pas là. «C'est comme ça qu'ils comptent répondre de façon adaptée aux parents pour cette rentrée ?», ironise-t-elle.
Lire la suite de l’article


«Les parents veulent inscrire les enfants à la naissance»
La directrice de l'école maternelle La Providence, à Olivet, proche d'Orléans, doit faire face à une rentrée surchargée et donc relativement difficile. La réputation de l'école attire trop de parents qui inscrivent leurs enfants le plus tôt possible.
Lire la suite de l’article


Les distributeurs de friandises à la porte des établissements
C'est la fin du coupe-faim. Vendredi, les collégiens et lycéens qui reprennent les cours verront un espace vide là où se trouvaient les distributeurs de boissons et nourriture. L'Education nationale les a tous enlevés, conformément à la loi du 9 août 2004 sur la politique de santé publique qui prévoyait le retrait de tous ces distributeurs dans les établissements scolaires à compter de la rentrée 2005.
Environ 20% des collèges et 50% des lycées étaient équipés de ces machines permettant d'acheter une bouteille d'eau, un fruit mais aussi des boissons sucrées et des friandises. Malgré les réticences de certains, et notamment de Philippe Douste-Blazy quand il était ministre de la Santé, qui préconisait que seuls les aliments sucrés soient interdits, l'Education nationale a préféré retirer tous les distributeurs, quitte à mettre en place plus tard des fontaines à eau.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 31/08/05


Laïcité et séparation
Laïcité et égalité des droits. Approches et enjeux d’hier et d’aujourd’hui, La Pensée, nº 342, 188 pages, 18 euros.
La revue, activement présente dans les débats d’idées contemporains, s’inscrit dans la commémoration en cours de la loi de séparation des Églises et de l’État, avec un numéro d’une très grande richesse.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisiendu 31/08/05 ( payant)


Les ados aiment de moins en moins l'école
Davantage d'élèves sont fâchés avec l'école. Selon une vaste étude internationale dévoilée aujourd'hui, la France est l'un des pays où la perception de l'école s'est le plus dégradée. Système autoritaire, journées longues... Explications.
Lire la suite de l’article


François Dubet « Notre tradition éducative est l'une des plus autoritaires »
Comment expliquer que la France est, dans le monde, l'un des pays où l'appréciation portée sur l'école se dégrade le plus entre 11 et 15 ans ?[…]
Lire la suite de l’article


Le collège, période critique
AIMEZ-VOUS beaucoup l'école ? Au fil des années, le chiffre baisse. En CM 2, en dernière année de primaire, ils répondent encore oui à 39,8 %. Une petite année plus tard, à l'entrée au collège, ils ne sont déjà plus que 32,9 % à le dire
Lire la suite de l’article


Les filles sous pression
MOINS DU TIERS des élèves - 30,6 % - se déclarent « pas du tout » stressés par le travail scolaire, un score dans la moyenne des autres pays observés, tandis que 45,9 % assurent l'être « un peu ». Mais les filles sont nettement plus nombreuses que les garçons.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 31/08/05


Les enfants, cibles du marketing
Pour investir le marché très lucratif des 6-14 ans, les entreprises utilisent des stratégies de séduction commerciales de plus en plus sophistiquées
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 31/08/05


Les enjeux de la rentrée (2/4) Son coût reste stable mais élevé et les marques imposent leur loi
La matière la plus ardue en début d’année scolaire, c’est la comptabilité. Les familles débourseront autant, voire plus, que l’an dernier pour équiper leurs enfants lors de cette rentrée. Selon la Confédération syndicale des familles (CSF), « il en coûtera en moyenne entre 45 e et 170 e pour un enfant scolarisé en primaire, 330 e environ pour un collégien et entre 600 e et 800 e pour un lycéen afin de payer les fournitures, le transport ou encore l’assurance ».

Lire la suite de l’article


«Je dois me débrouiller avec 100 euros pour trois enfants»
« Je veux ça ! T’as regardé le prix ? » Le dialogue revient, inévitable, ce lundi matin, entre parents et enfants, dans les rayons d’un hypermarché de la Défense (Hauts-de-Seine). A cinq jours de la rentrée, les familles viennent remplir les chariots des fournitures demandées dans les écoles. Et toutes sont d’accord sur un point : la chèreté des produits.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 31/08/05


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 1/09/05


La Bibliothèque numérique européenne définit sa méthode de travail
Le comité de pilotage du projet de Bibliothèque numérique européenne (BNE) s'est réuni pour la deuxième fois mardi 30 août au ministère de la culture.
Installé le 13 juillet par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, cet organe interministériel souhaité par le président de la République est chargé, au niveau national, de "l'examen de la faisabilité et des modalités de mise en oeuvre du projet de bibliothèque numérique européenne", selon le communiqué officiel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 31/08/05



C'est la rentrée pour près de 12 millions d'élèves
Les vacances, c'est presque fini! Près de 12 millions d'élèves auront repris le chemin de l'école vendredi, une rentrée des classes marquée notamment par l'application de plusieurs dispositions de la loi Fillon qui avait fait l'objet, il y a quelques mois, de nombreuses manifestations de protestation.
Ce sont notamment deux des volets de la réforme, la mise en place d'un système de contrôle continu pour le bac et la suppression des travaux personnels encadrés en terminale, qui avaient mis le feu aux poudres dans les lycées.
Depuis, François Fillon a quitté le gouvernement et a été remplacé par Gilles de Robien qui va superviser la mise en oeuvre progressive de cette loi, qui va s'étaler jusqu'à 2007.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépèches du 31/08/05


Les priorités de Robien: maîtrise des savoirs, nouveaux emplois, Zep
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien rappelle ses priorités dans un entretien à Libération paru mercredi: maîtrise des savoirs fondamentaux, nouveaux emplois "vie scolaire", rôle des parents, amélioration des Zep (zones d'éducation prioritaires).
Evoquant "la maîtrise des savoirs fondamentaux" et le socle de connaissances qui va bientôt être défini, le ministre a affirmé que "ses premiers effets seront évaluables d'ici deux-trois ans". "Qui sait, peut-être serai-je encore là dans dix ans quand le temps du bilan viendra. D'ici là, nous allons mettre en place des outils qui feront levier. Ainsi l'opinion pourra vérifier que l'école est en mesure d'évoluer, qu'elle a épousé son temps", a-t-il ajouté.
Lire la suite de l’article

Robien "a choisi le conflit" avec les enseignants, selon le Snes
Le Snes-FSU, principal syndicat des collèges-lycées, a estimé mercredi que le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, "a choisi le conflit avec la profession", malgré sa "grande opération de séduction auprès des enseignants".
"Le point central du contentieux du Snes avec le ministre, c'est la loi Fillon", a déclaré Bernard Boisseau, son secrétaire général lors d'une conférence de presse. M. de Robien "s'est renié lui-même, il avait dit en juin vouloir dialoguer (...) or il a complètement changé de cap, il a mis ses pas dans ceux de son prédécesseur", a-t-il regretté."Il a choisi le conflit avec la profession parce que la loi Fillon, c'est une loi de renoncement aux ambitions, de ségrégation des élèves et de dénaturation du sens du métier", a-t-il estimé.
Lire la suite de l’article


Le PS demande le rétablissement des postes supprimés
Le Bureau national (BN) du PS a réclamé mardi "le rétablissement, dès la rentrée, des 5.500 postes supprimés" dans le budget 2005 de l'Education nationale.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique

mardi, août 30, 2005

Revue de presse du mardi 30 aout 2005

Toujours la rentrée dans vos journaux, mais cela sera surtout important le 1er et le 2 septembre . Dans un livre analysant les rapports entre l’école et les médias, Mélusine Harlé avait compté que la rentrée représentait près de 40% des sujets consacrés à l’école. Il doit en être de même dans les journaux.
Le Figaro s’intéresse aux emplois du temps et donne aussi la parole à Hubert Montagner, spécialiste des rythmes de l’enfant et du temps scolaire. Celui-ci rappelle que les journées scolaires françaises sont beaucoup trop longues. Autre article intéressant dans Ouest France sur les gauchers et dans 20 minutes sur les enjeux de la rentrée.
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/08/05


Le lièvre de Google
Par Wladimir MERCOURROF et Dominique PIGNON, respectivement vice-président de Armines (association de recherche créée par l'Ecole des mines) et Directeur de recherches au CNRS.

Les bibliothèques doivent réagir à l'initiative du moteur de recherche en ouvrant leur contenu au public sur le Net.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/08/05


Avant la rentrée, le casse-tête des emplois du temps
Avant la rentrée des enfants, vendredi, un peu moins de 900 000 enseignants s'apprêtent également à retrouver le chemin de l'école jeudi matin. Avec un peu d'appréhension, Stéphanie et Caroline ont commencé à préparer leurs cours depuis quelques jours. Elles ont aussi trié les stylos, rouge ou violet pour les corrections, et préparé leur cartable.
Ces jeunes professeurs d'histoire-géo et de mathématiques qui travaillent dans le même collège en zone d'éducation prioritaire (ZEP) attendent impatiemment leur journée de «prérentrée». Le chef d'établissement les accueillera avec un café et des gâteaux dès huit heures. Le remplacement des professeurs absents pour une courte durée, dont le décret est paru hier au Journal officiel, sera également au centre des conversations tout comme l'ensemble des dispositifs de la loi Fillon sur l'école.
Mais au-delà du sacro-saint rituel de cette journée, chacun attend son emploi du temps. «Tout le monde écoute d'abord poliment le discours de la principale, puis commence à chuchoter, avant de se passer des petits papiers. L'ambiance est assez régressive..., raconte Caroline. Vers midi, tout le monde trépigne en se demandant à quelle sauce il va être mangé.»
Lorsque le chef d'établissement distribue l'emploi du temps, l'atmosphère devient électrique. […]
Lire la suite de l’article


«Les journées scolaires sont trop longues»
Chronobiologiste et psychophysiologiste, Hubert Montagner est professeur des universités et directeur de recherche à l'Inserm au sein de Bordeaux-II *. Pour ce spécialiste des rythmes de l'enfant et du temps scolaire, «ce qui compte, c'est la réceptivité et la disponibilité des élèves, et non la quantité de temps passé en situation d'apprentissage».
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 30/08/05


tribune libre
La République de l’indifférence ?
Par Jean-Christophe Parisot, Président du Collectif des démocrates handicapés (CDH)

En cinq ans, cinq ministres ou secrétaires d’État successifs ont administré le dossier des citoyens handicapés, en nous laissant à chaque fois ce dramatique sentiment d’inachèvement et d’improvisation. Cette cruelle désillusion pour 5 millions de Français traduit le ratage démocratique et humain de la gouvernance d’un des volets les plus brûlants et méconnus de la fracture sociale.[…] Alors que les propositions les plus modernes émergent dans le monde entier (primes aux étudiants handicapés aux USA, consultation des citoyens handicapés en Scandinavie, obligation d’embauche d’un quota d’acteurs handicapés de 2 % par la BBC), la France peine à réaliser l’égalité des chances, officialiser son plan de compensation, continuant à pénaliser les personnes handicapées qui travaillent, tardant à moderniser l’ensemble des transports, s’inventant toutes sortes d’excuses pour ne pas intégrer les différences à l’école de la République.
Le handicap devrait être une chance pour humaniser la société, rompre avec l’assistanat humiliant, mettre de l’éthique dans la chose publique. Combien de temps devrons-nous nous justifier de notre envie de vivre, d’étudier, de travailler, traqués par une bureaucratie sourcilleuse qui nous suspecte d’être des « profiteurs » ?[…]
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/08/05


Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 30/08/05


Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 30/08/05


Les enjeux de la rentrée scolaire (1/4)
Les nouveautés et les dossiers brûlants dans l’éducation

Pas tout à fait sa rentrée à lui. Gilles de Robien a beau être le ministre de l’Education, il doit régler pour cette rentrée scolaire 2005 les arriérés de son prédécesseur, François Fillon, dont la loi entre en vigueur. Enfin en partie seulement puisque les éléments les plus discutés (conseils pédagogiques et socle commun de connaissance) ne seront mis en place que l’an prochain. Dans un contexte propice à la morosité et à la méfiance, Gilles de Robien ne devra pas uniquement composer avec la loi Fillon mais avec d’autres textes ou échéances comme la négociation sur les salaires des fonctionnaires ou la loi sur le handicap.
Lire la suite de l’article


Les lycéens veulent structurer leurs actions
Plus sages, mais pas moins déterminés. Les lycéens retrouvent la route de leur établissement, avec encore en tête les grandes manifestations de cet automne. S’ils ont obtenu principalement qu’on ne touche pas au bac, ils n’ont rien pu faire pour amender la loi Fillon. « Certains se demandent si on n’a pas fait tout ça pour rien, il faut leur expliquer où nous en sommes », reconnaît Philippe Trésor, permanent à la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne). Point positif, l’ensemble des mouvements (FIDL, Union nationale lycéenne et Coordination lycéenne) ont gagné en adhérents, donc en force.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 30/08/05


Y a-t-il un gaucher dans la classe ?
Longtemps contrariés, les enfants gauchers sont aujourd'hui mieux compris par le corps enseignant. Mais des difficultés subsistent : la pédagogie et le matériel scolaire ne sont pas toujours adaptés.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 31/08/05


Rien vu...


--------------------------------------------------

Le Nouvel Obs Quotidien du 30/08/05


Maltraitance : vers un projet de loi
Le ministre délégué à la famille veut réformer la protection de l'enfance prévoyant la formation des instituteurs, médecins, juges ou policiers.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Une sélection dans les dépèches du 30/08/05


Postes, effectifs: des écoles primaires occupées en Gironde pour la rentrée
Les problèmes d'effectifs et de postes manquants empoisonnent l'école en pleine rentrée en Gironde, où des dizaines de parents mécontents ont occupé des écoles au premier jour du primaire lundi.
Lire la suite de l’article


Le gouvernement met le cap sur les zones d'éducation prioritaires (AFP)


Lire la suite de l’article


30.000 nouveaux profs face à l'école et ses nombreux outils pédagogiques
Près de 30.000 nouveaux enseignants débutent cette année - 300.000 d'ici 2012 - mais cette nouvelle génération, venue parfois à l'enseignement par besoin d'un emploi plus que par vocation, connaît mal l'institution et les nombreux outils pédagogiques qu'elle offre.
Lire la suite de l’article


La rentrée des syndicats: ils dénoncent la pénurie et appellent à l'action
Les syndicats d'enseignants s'inquiètent des conditions de la rentrée scolaire, dénonçant notamment l'insuffisance des moyens, et fourbissent déjà leurs armes en préparant des actions dès cet automne.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation


La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique …

lundi, août 29, 2005

Revue de presse du lundi 29 aout 2005

Retour de la revue de presse après l’interruption des vacances, poursa troisième année d’existence. J’espère que chacun a bien profité de celle-ci et est en pleine forme pour la rentrée qui approche à grands pas… C’est bien sûr le sujet principal de notre revue de presse.
Celle-ci s’enrichit de deux nouvelles sources avec l’introduction du Nouvel Obs Quotidien et des dépeches d’agence. Il nous faut tenir compte de l’évolution. Aujourd’hui, il existe de vrais journaux quotidiens sur Internet. J’essaierai de vous rendre compte aussi de ce qui s’y dit sur l’école.
Dans les sujets du jour, on notera le grand nombre d’articles sur le coût économique de la rentrée pour les familles et aussi un débat sur la semaine de quatre jours. A remarquer aussi le retour des internats évoqués dans Libération

De toutes façons, ce sera une « belle rentrée…, c’est le ministre De Robien qui nous le dit dans une dépèche AFP.
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 29/08/05


L'internat revient par le versant Borloo
Jean-Louis Borloo qui annonce dans le cadre de son dispositif de réussite éducative l'ouverture de cinq nouveaux internats publics en 2005-2006 ; Sarkozy qui se propose d'installer un internat urbain à la Courneuve. Porté par le ministre de la Cohésion sociale et le ministre de l'Intérieur, le sujet «pension» est de nouveau d'actualité. Le retour en grâce de ce type d'établissement dans le discours public est inversement proportionnel à son extension sur le terrain.
Lire la suite de l’article


«Aujourd'hui, le milieu éducatif est mûr»
Aujourd'hui inspecteur de l'Education nationale, Alain Seksig était chargé des internats dans le cabinet de Jack Lang de 2000 à 2002, époque où ce dernier, ministre de l'Education nationale, avait conçu un ambitieux «plan de relance de l'internat scolaire public». Il analyse le retour en grâce de la «pension» d'hier.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 29/08/05


Philippe Guittet : «Les tensions à propos du voile sont derrière nous»
La loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l'école a été vécue comme «une libération» par les jeunes filles voilées, selon un rapport d'évaluation d'Hanifa Cherifi, animatrice de la cellule de veille «laïcité» au ministère de l'Education nationale. Le rapport con?rme que 47 élèves ont été exclus de leur établissement scolaire, dont trois parce qu'ils refusaient de retirer leur turban sikh. Parmi eux, 21 se sont inscrits au Centre national d'enseignement à distance (Cned), les autres abandonnant leurs études, se scolarisant dans le privé ou à l'étranger. Quatre-vingt-seize élèves ont par ailleurs devancé les conseils de discipline et se sont également inscrits dans le privé ou au Cned. En tout, 639 signes religieux ostensibles ont été recensés, en majorité des voiles mais aussi deux grandes croix et onze turbans sikhs, soit moins de 50% par rapport à l'année précédente. «Mieux comprise, la laïcité est aujourd'hui mieux acceptée», avance Hanifa Cheri?. Philippe Guittet, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN-Unsa) a soutenu de bout en bout la loi du 15 mars 2004 sur le port des signes religieux ostensibles.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 29/08/05


Rentrée scolaire. La note est toujours bien trop salée
Chaque rentrée scolaire, c’est la même chose. Pour que les enfants reprennent tranquillement le chemin de l’école, leur cartable contenant tout ce que réclame leur bonne éducation, les parents doivent trimer dans les rayons des grandes surfaces. Leur but : trouver les fournitures les moins chères qui pourront à la fois contenter leurs rejetons et leurs professeurs. Selon les chiffres du ministère de l’Éducation nationale, un peu plus de 12 millions d’élèves prendront place, en 2005, sur les bancs de nos écoles (+ 0,03 % par rapport à 2004). Si, dans le cadre de la semaine des quatre jours, certaines têtes blondes ont déjà retrouvé leur maître ou leur maîtresse, le gros des troupes est attendu le 2 septembre prochain, date officielle de la reprise
Lire la suite de l’article


À Toulouse, pour les fournitures, « on y regarde à deux fois »
Reportage dans l’un des plus grands hypermarchés d’Europe, dans l’agglomération toulousaine, où les familles se pressaient déjà mercredi pour effectuer les achats tant attendus par les élèves.
Lire la suite de l’article


« L’école devrait être gratuite »
Entretien avec Alain Desmaret, vice-président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne, département où les élus de la majorité sont à l’initiative sur la rentrée, son coût, et les disparités grandissantes.
Lire la suite de l’article


À Vitry, le ticket de caisse à rallonge de la famille Antiao
En sus des fournitures, il y a le soutien, les vêtements, les séjours linguistiques...
Lire la suite de l’article


Pouvoirs publics
Qui paye quoi ?

L’école illustre bien les différences que font vivre aux Français les compétences attribuées aux collectivités territoriales. Chacune d’elles a en charge un niveau du système scolaire. Ce qui entraîne nombre d’inégalités. Les écoles maternelles et primaires sont à la charge de l’État et des communes. La dotation varie selon le lieu et la politique du conseil municipal. Les collèges relèvent du même État et du département. Les lycées - qu’ils soient généraux ou professionnels - sont de la compétence de l’État et de la région. Depuis longtemps, le coût de la scolarité dans l’enseignement secondaire est un facteur discriminant. Pour y pallier, les régions tentent depuis quelques années d’aider les familles sur quatre axes : l’équipement professionnel, les transports, la mobilité des étudiants et les manuels scolaires.
Lire la suite de l’article


universités Chère rentrée pour les étudiants
La rentrée universitaire 2005 va coûter aux familles environ 6 % de plus que l’an dernier, selon la FAGE, organisation étudiante qui dénonçait, mercredi dans un communiqué, « cet élément supplémentaire de sélection sociale ».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (payant) du 29/08/05


C’est la rentrée !
Un tiers des élèves reprennent les cours dès cette semaine, la course aux crayons, cahiers et cartables bat son plein. Selon les chiffres de la Confédération syndicale des familles, l'addition sera cette année, grosso modo, aussi élevée qu'en 2004.
Lire la suite de l’article


Retour à l'école dans la crispation

VENDREDI PROCHAIN, douze millions d'élèves auront fait leur retour dans les établissements scolaires français. Plus qu'une explosion généralisée, les syndicats s'attendent à de nombreuses crispations là où l'absence de moyens se fera sentir.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 29/08/05


L'école en langue régionale
Plus de 38.000 élèves suivent un enseignement bilingue en français et en langue régionale. Les promoteurs des langues régionales ont su conquérir de nouveaux publics

Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 29/08/05


«Enseigner, c’est une belle aventure»
Philippe Meirieu

Votre nouvel ouvrage, Lettre à un jeune professeur, est un peu un livre-testament...
J’ai vécu pendant plusieurs années auprès de jeunes se destinant aux métiers de l’enseignement. J’ai essayé d’entendre leurs inquiétudes, leurs angoisses. Avant de partir, j’ai voulu leur livrer une bouteille à la mer en réfléchissant à la question : qu’est-ce qui fait que les professeurs ont envie d’enseigner et comment susciter des vocations ?
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 29/08/05


La semaine de 4 jours tue le sommeil

Une recherche scientifique montre que la semaine de quatre jours est néfaste pour la forme des élèves. Surtout parce qu'ils se couchent trop tard la veille des jours sans classe..
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 29/08/05


Dans le Rhône, le débat sur la semaine de quatre jours n'est pas clos
Dans le Rhône, la semaine de quatre jours est ancrée dans les habitudes. Le département fut précurseur en l'instaurant dès 1991. Pour cette rentrée, 236 communes sur 278 l'ont adoptée pour leurs écoles maternelles et primaires publiques, 34 ont instauré un système à quatre jours et demi, avec école le mercredi matin, et 8 ont conservé également le samedi matin. Au total, 94 % des 183 702 élèves des écoles publiques du premier degré vivent sur un rythme scolaire ramassé, qui suppose pour respecter la durée nationale des 153 jours d'école des vacances plus courtes et une rentrée anticipée, fixée cette année au mercredi 31 août.
Cette formule avait été plébiscitée, en 2002, par les parents et les enseignants du Rhône : lors d'une consultation, 77 % d'entre eux s'étaient déclarés favorables à son maintien, dans le public comme dans le privé. […]Parmi ses avantages, la semaine de quatre jours semble correspondre aux nouveaux modes de vie. La libération du mercredi est pratique quand le temps de travail est de 35 heures ; le week-end entièrement préservé bénéficie aux familles monoparentales ou recomposées[…] Le développement des activités périéducatives figure aussi parmi les répercussions jugées positives. En revanche, des scientifiques, notamment les chronobiologistes, estiment que les vacances, réduites, n'offrent pas de coupure suffisante en deçà de quinze jours.
Lire la suite de l’article


Un rapport dresse un bilan positif de la loi sur le voile à l'école
Le bilan de la première année d'application de la loi du 15 mars 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l'école est positif. Mais les acquis de la loi sont "fragiles" .
C'est, en substance, l'analyse que dresse l'inspectrice générale de l'éducation nationale Hanifa Chérifi dans un rapport de 72 pages remis en juillet au ministre de l'éducation, Gilles de Robien. Révélé par l'Agence éducation et formation (AEF), le document appelle à la "vigilance" à quelques jours de la rentrée scolaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 29/08/05


La loi sur le voile,
"une libération" ?

La loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l'école a été vécue comme "une libération" par les jeunes filles voilées et leurs parents, selon un rapport d'Hanifa Cherifi, animatrice de la cellule de veille "laïcité" au ministère de l'Education nationale.
Révélé vendredi 27 août par l'agence de presse spécialisée AEF (Agence éducation formation), ce rapport d'évaluation, remis en juillet à Gilles de Robien, n'a pas encore été rendu public. La loi du 15 mars 2004 prévoyait sa propre évaluation à la fin de la première année d'application.
Lire la suite de l’article


La Marseillaise apprise
dès la primaire

L'apprentissage de la Marseillaise et de son histoire est obligatoire à partir de la rentrée 2005 dans les écoles primaires. La mesure est contestée par plusieurs syndicats d'enseignants.
Lire la suite de l’article

Dans les dépèches d’agence du 29/08/05



Robien: "ce sera une belle rentrée"
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a prédit lundi à Nanterre "une belle rentrée" scolaire 2005, demandant néanmoins "un peu de patience et de compréhension à tous ceux qui l'ont préparée".
Lire la suite de l’article


Le plan de "réussite éducative", suivi personnalisé d'enfants en difficulté, démarre
Le "dispositif de réussite éducative", destiné à aider individuellement les enfants et adolescents fragiles ou déjà en difficulté, se met concrètement en place en cette rentrée, avec 31 millions d'euros déjà dégagés sur 1,4 milliard prévus pour ce plan sur cinq ans.
Deux cents projets sont déjà définis, devant concerner 60.000 jeunes. Certains démarreront dès septembre, les autres dans les mois à venir ou dans l'année. Il devrait y en avoir en tout 750 d'ici 2009 avec priorité aux zones urbaines sensibles (Zus).
Lire la suite de l’article
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.