mercredi, novembre 30, 2005

Revue de presse du mercredi 30 novembre 2005

Devinette . "Ecrire l'histoire par la loi est une ineptie". Qui a dit cela ? Cette phrase est de Bernard Accoyer, président du groupe UMP de l'Assemblée nationale. Mais elle concerne la loi de 2001 définissant la traite négrière comme un crime contre l'humanité … ! La contradiction est dans le fait que le même groupe parlementaire vient de refuser d’abroger la loi qui incite les programmes scolaires à « souligner le rôle positif de la présence française d’outre-mer ». Cette loi « bête et méchante », selon l’éditorial de Libération qui consacre tout un dossier à cette question, est refusée par de très nombreux historiens qui la considèrent comme une loi révisionniste.
Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a déclaré mercredi, lors d'une convention de son parti sur les injustices: "il faut déposer le bilan des ZEP. Cette politique a échoué“. Cette déclaration qui fait suite à un rapport assez tendancieux publié il y a quelques mois montre bien que l’offensive est générale et tout azimuts. Après, la fin de la scolarité obligatoire à 16 ans, le retour du B-A, BA, on assiste vraiment à une régression dans l’école d’aujourd’hui.
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/11/05


L'UMP colonise l'histoire de France
Les députés ont rejeté une proposition de loi visant à abroger l'article de loi qui incite les programmes scolaires à souligner le «rôle positif de la présence française outre-mer».
Lire la suite de l’article


«Cette loi envoie un message désastreux»
Christiane Taubira, députée divers gauche de Guyane: «La loi de 2005 envoie un message désastreux à la société. Elle a un caractère catégoriel, s'adresse à une partie de la population (harkis et pieds-noirs). Elle fragmente la mémoire française alors qu'il faut arriver à ce que les mémoires soient partagées dans un récit commun. Cette loi de février 2005 fait le contraire. La question de la remontée des mémoires est pourtant un sujet qui s'inscrit sur une longue tendance, qui bouillonne en profondeur depuis de longues années.

Lire la suite de l’article


«Citez-moi un manuel où l'on parle des pieds-noirs»
Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes: «Quand j'entends les historiens pousser des hauts cris face au texte de cette loi, je trouve cela trop drôle. Car les choses sont claires : il n'y a aucune possibilité de la part de l'Etat et du gouvernement d'intervenir sur la rédaction des livres d'histoire. Je sais de quoi je parle : je suis professeur d'histoire. Depuis longtemps il y a une indépendance des auteurs et des éditeurs. En parlant du rôle positif de la présence française outre-mer, la loi ne peut être que purement indicative. Il n'y a aucune injonction, aucune possibilité d'obligation.[…] Les livres en circulation ont une vision par trop négative sur ce sujet. Les pieds-noirs n'y sont pas considérés. Citez-moi un manuel où l'on parle d'eux ! Il faut plus d'équilibre.

Lire la suite de l’article


«Si l'Assemblée veut faire l'histoire...»
Les historiens refusent en bloc la loi et estiment la question bien traitée dans les manuels.
Lire la suite de l’article


Editorial
Bête et méchant

C'est bête et méchant et plus encore méchant que bête. Par ses votes approbatifs répétés, la majorité de droite a transformé l'expédient vicieux d'un petit clan de revanchards de la décolonisation en dogme bien bétonné de la loi française. L'enseignement obligatoire en France inclut celui des vertus de la colonisation dont la faillite spectaculaire a failli engloutir la République, après que les peuples invités à en bénéficier se furent révoltés faute d'en apprécier sereinement le caractère positif. Cette loi est bête, parce qu'elle attire précisément l'attention sur la rancoeur persistante consécutive à une grandeur perdue et sur la farce d'une restauration fantasmatique. Cette loi est méchante parce qu'elle justifie rétrospectivement les souffrances des peuples colonisés et tourne en dérision les difficultés de ceux qui ont aujourd'hui à se construire, avec cette mémoire, une identité actuelle.

Lire la suite de l’article


Le manque de respect comme symptôme du mal français
par Bernard Kalaora professeur de sociologie à l'université Jules-Verne d'Amiens, chercheur au Laïos (EHESS-CNRS).

La France n'aime plus ses jeunes, qu'elle relègue dans les ghettos ou confine à une position d'infériorité.

Lire la suite de l’article


Une école sikhe pour se remettre au turban (mardi 29 novembre)
Un collège-lycée privé, destiné aux élèves exclus à la suite de la loi sur la laïcité, ouvrirait à Bondy en 2007.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/11/05


Pas d'école sikh à Bondy
Le maire de Bondy (Seine-Saint-Denis), Gilbert Roger (PS), a déclaré hier qu'il ne souhaitait pas délivrer de permis de construire pour l'installation d'une école sikh sur sa commune.

Lire la suite de l’article



Un étudiant sur deux travaille pendant l'année
En général, le fait d'exercer une activité ne nuit pas au cursus. Certaines facultés prévoient un emploi du temps aménagé pour les salariés.

Lire la suite de l’article


Juliette, en cours le matin et professeur l'après-midi
Entre cours et travail, le quotidien bien rempli d'une étudiante salariée.

Lire la suite de l’article


Colonisation : la tentation de la pénitence
Par Max Gallo

L'histoire de la colonisation française est un enjeu capital. Ce qui est en cause, c'est en fait l'histoire nationale et son devenir. Albert Camus, écrivait déjà en avril 1958 : «Certains Français considérèrent que, par ses entreprises coloniales, la France – et elle seule, au milieu des nations saintes et pures – est en état de péché historique.» Si c'est le cas, alors qu'elle se repente ! qu'on la fustige ! qu'on l'insulte ! qu'on la haïsse ! Et c'est à travers ce prisme le péché historique de la colonisation – ou de l'esclavage – qu'on va juger la France d'aujourd'hui. C'est ce qu'affirment explicitement ceux qui se sont regroupés dans une association qui s'intitule «Les indigènes de la République». Le procès fait à la colonisation n'est qu'un levier pour discriminer en fonction des origines ethniques et constituer des communautés hostiles à la République en fonction d'un passé colonial qui expliquerait les inégalités existantes entre les citoyens français.

Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 29/11/05



L’apprentissage tambour battant, façon Villepin
Fermement décidé à imposer l’apprentissage dès 14 ans, le premier ministre doit présenter jeudi un projet de loi en ce sens.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/11/05 ( payant)



Rien vu...

------------------------------------------------
La Croix du 30/11/05



Les livres rapprochent les générations
Face à une offre éditoriale foisonnante, les parents continuent à proposer leurs propres livres, devenus des classiques, à leurs enfants

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 30/11/05



Villepin lance son plan pour les ZEP (29/11/05)
Le Premier ministre, qui fête demain ses six mois à Matignon revient pour « 20 Minutes » sur l'actualité

Lire la suite de l’article


Entretien avec Dominique de Villepin (29/11/05)
Nous allons créer une aide ciblée pour les 130 collèges et la vingtaine de lycées les plus en difficulté dans ces ZEP. Les enseignants, eux, ont besoin de formations spécifiques, car enseigner en ZEP nécessite de mieux maîtriser les problèmes des élèves. C’est une demande unanime. Il faut que ceux qui acceptent de s’y investir puissent le faire suffisamment longtemps. Beaucoup d’enseignants déplorent une rotation trop rapide dans ces collèges et lycées.

Lire la suite de l’article


Discussions ouvertes sur l’apprentissage (29/11/05)
Le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a reçu hier les organisations d’enseignants et de parents d’élèves pour débattre de l’apprentissage à partir de 14 ans. Il ne s’agissait pas d’une négociation, ce que les syndicats enseignants ont regretté.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Ouest-France du 30/11/05



Laïcité et vie en société
par Jacques Le Goff, Professeur de droit public, faculté de droit de Brest.

Quel est le sens premier de la laïcité qui s'est déployée, à l'origine, sur le front religieux par la loi de séparation des Églises et de l'État du 9 décembre 1905 ? Il s'agit d'abord d'un principe qui sépare les divers domaines sociaux et garantit l'autonomie du politique. Le combat pour la laïcité s'est progressivement élargi à toutes les formes de remise en cause du pluralisme établi par la démocratie libérale. Il assure les conditions élémentaires pour une coexistence dans la liberté au sein de la République. Une fois ce socle établi, il reste à vivre en société.
Lire la suite de l’article


Colonisation : un « rôle positif »
Les députés ont rejeté hier, par 183 voix contre 94, la proposition de loi socialiste de supprimer un texte sur le « rôle positif » de la colonisation

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/11/05



Colonisation : l'Assemblée rejette la modification de la loi de février demandée par le PS
L'Assemblée nationale a refusé mardi, avec le vote négatif de la majorité UMP, de modifier la loi du 23 février 2005 sur les rapatriés et les harkis, pour en supprimer l'article 4 sur le "rôle positif de la présence française" notamment "en Afrique du Nord".
Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marie Ayrault, avait exhorté lundi la majorité à s'associer à la démarche des députés socialistes pour abroger dans cette loi l'article en question. "Nous tendons la main à la majorité et au gouvernement. Notre initiative n'est pas un règlement de comptes politique. Elle ne rejoue pas les guerres coloniales", a déclaré M. Ayrault lors d'une conférence de presse.
Cet article 4 avait suscité un tollé chez les historiens français et une polémique entre Paris et Alger.

Lire la suite de l’article


La France revisite sa mémoire coloniale
L'Assemblée nationale devait discuter, mardi 29 novembre, d'une proposition de loi socialiste visant à abroger l'article 4 de la loi du 23 février 2005 sur les rapatriés. Cet alinéa impose que les programmes scolaires "reconnaissent le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord". Taxée d'apologie de la colonisation et critiquée par de nombreux historiens, cette disposition a provoqué un tollé, des Antilles à l'Algérie. L'UMP, qui avait pris l'initiative de cet amendement, devait user d'un artifice réglementaire pour que la proposition de loi du PS soit discutée, mais ne soit pas soumise au vote.
Christiane Taubira, députée (PRG) de Guyane, à l'origine d'une loi de 2001 définissant la traite négrière comme un crime contre l'humanité, observe que la France a toujours du mal à affronter les contradictions du passé. "Quand saurons-nous utiliser l'histoire, non pour tirer des créances, mais des leçons ?", interroge-t-elle. "Ecrire l'histoire par la loi est une ineptie", répond Bernard Accoyer, président du groupe UMP de l'Assemblée nationale.

Lire la suite de l’article


Rôle positif, par Eric Fottorino
es petits Africains ânonnaient jadis "Nos ancêtres les Gaulois...", alphabétisés par de dévoués maîtres blancs au bon temps des colonies. Plus grands, ils furent, selon le mot de Clemenceau, "la force noire à consommer avant l'hiver", dans les tranchées coupe-gorge de la Somme. Les "trente glorieuses" de la France prospère les virent débouler d'urgence dans nos usines tournevis pour bien visser notre croissance. Oui, sans aucun doute, l'immigration a joué dans notre pays un "rôle positif". Quel manuel d'histoire le dira ?

Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 30/11/05


3 questions à... Claude Liauzu,
Christian Vanneste, Nicolas Bancel
Voici les interviews de nouvelobs.com sur l'article de loi imposant la reconnaissance du "rôle positif de la présence française" dans les colonies

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/11/05



L'Observatoire des ZEP: "dire que les ZEP ont échoué, c'est trop rapide"
Nicolas Renard, président de l'Observatoire des zones prioritaires (OZP), association de professionnels et d'experts des ZEP, a déclaré mercredi à l'AFP que les propos de Nicolas Sarkozy sur l'échec des ZEP étaient "trop rapides".
"Quand il dit que la politique des ZEP a échoué, c'est trop rapide: il y a une vraie question en terme de résultats, mais il y a des endroits qui ont très bien travaillé, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain", a estimé M. Renard.

Lire la suite de l’article


"Dépôt de bilan des ZEP" proposé par Sarkozy: un "contresens" selon la FSU
La proposition formulée mercredi par Nicolas Sarkozy de "déposer le bilan des ZEP" est un "contresens qui nie la réalité", a déclaré à l'AFP Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU.

Lire la suite de l’article


Robien: l'apprentissage à 14 ans doit être volontaire et réversible
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a réaffirmé mercredi à l'Assemblée nationale que l'apprentissage dès 14 ans devrait être "volontaire" et "réversible".

Lire la suite de l’article


Grande similitude de la scolarité obligatoire, en France et en Europe
L'obligation scolaire jusqu'à 16 ans, qui est de règle en France depuis plus de 45 ans et qui pourrait être "écornée" par la possibilité d'apprentissage dès 14 ans, se retrouve à quelques nuances près dans la plupart des pays d'Europe. En France, l'école jusqu'à 16 ans date d'une ordonnance du 6 janvier 1959 qui prolongeait de deux ans l'âge butoir instauré dans les années 20. Auparavant encore, depuis la loi Jules Ferry de 1882, l'école était obligatoire de 6 ans à 13 ans révolus.

Lire la suite de l’article


Les apprentis défendent l'apprentissage, mais pas à 14 ans
"On a toujours besoin d'une deuxième issue dans la vie" : des jeunes apprentis, qui n'avaient pas le goût des études longues, apprécient d'apprendre tôt un métier mais certains jugent prématurée l'entrée dans une filière professionnelle dès 14 ans, lorsqu'on "est encore un bébé".

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

lundi, novembre 28, 2005

Revue de presse du lundi 28 novembre 2005

Toujours l’apprentissage à 14 ans. Le premier ministre, Dominique de Villepin, veut pouvoir l'annoncer, le 1er décembre, lors de sa conférence de presse mensuelle, et en fait une affaire personnelle. Le ministère de l’Éducation Nationale doit donc s’adapter à cette « commande ».La « réforme » devrait être essentiellement axée sur l'apprentissage, dont le premier ministre pense qu'il est une des clés pour réintégrer dans le système des jeunes issus de milieux défavorisés et souvent en échec scolaire. Les voix continuent de s’élever pourant contre ce projet, les syndicats d’enseignants, bien sûr, mais aussi, plus surprenant, un membre de la chambre de commerce de Paris dans Libération (qui reparaît).
On pourra lire aussi aujourd’hui le début d’une série intéressante dans Ouest France intitulé « une journée en classe » et évidemment on commence par la Terminale S…
Attention : il n’y aura pas de revue de presse demain mardi 29. On se retrouve mercredi 30.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/11/05


«L'orientation quasi définitive à 14 ans, c'est prématuré»
Xavier Cornu, de la chambre de commerce de Paris, dénonce l'apprentissage précoce
Lire la suite de l’article


A Paris, quelques apprentis dès 15 ans
Le Centre de formation industrielle veut redonner confiance au jeune et impliquer ses parents.

Lire la suite de l’article


Les Noirs de France solidaires montent un Cran
Objectif de la nouvelle structure: lutter contre les discriminations.

Lire la suite de l’article


«Si on est conscient de son passé, on devient sujet de son avenir»
Louis-Georges Tin, à l'origine de cette fédération, détaille ses motivations
Lire la suite de l’article


Chaos urbain: le besoin d'école
par Sophie ERNST, philosophe et chargée d'étude
à l'Institut national de recherche pédagogique.

Contre les jeunes immatures qui brûlent des voitures, les idéologies victimistes sont vaines.

Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 28/11/05


Le plan Villepin en dix propositions
La plupart des mesures déjà annoncées par le premier ministre pour résoudre le problème des banlieues s'inscriront dans le futur projet de loi pour l'égalité des chances.
Lire la suite de l’article


Emeutes : Sarkozy insiste sur le passé judiciaire des interpellés
D'après le ministre de l'Intérieur, «70 à 80 %» des 4 500 personnes gardées à vue dans le cadre des récentes émeutes avaient des «antécédents judiciaires». Un chiffre tempéré par les juges, qui reconnaissent que beaucoup d'entre eux étaient connus des services de police, sans pour autant avoir un casier judiciaire.
Lire la suite de l’article


Le nihilisme culturel imprègne les émeutes banlieusardes
Par Robert Redeker

Les événements enflammant les banlieues françaises en cet automne sont d'un genre inédit dans notre histoire sociale et politique. Un aspect nouveau les singularise : une violence aveugle venant semer la désolation dans des cités populaires, alors que les mouvements sociaux ont toujours fait preuve, historiquement, d'une violence discriminée. La violence s'est déchaînée contre la culture, écoles et bibliothèques ont été brûlées, comme en temps de barbarie alors que les mouvements de révolte, par le passé, reconnaissaient dans la culture un ordre des choses inviolable. L'absence de sens caractérise ces événements. Nul discours ne les porte.[…]
L'incompréhension, par les jeunes de banlieue, de cet imaginaire national, et le déchaînement de violence appuyé sur cette incompréhension, trouve son explication dans la victoire de la conception sociologique de la culture sur sa conception philosophique. Pour la sociologie, servant de base à tous les travailleurs sociaux, médiateurs, intervenants en banlieue, «la» culture n'existe pas ; seules existent «les» cultures, toutes également légitimes. A force de marteler que «la» culture est oppression, élitisme, qu'une pièce de Shakespeare n'a pas plus de valeur qu'une chanson, et qu'un vers de Racine ne vaut pas mieux qu'un couscous, comment s'étonner qu'on brûle des bibliothèques ?
On ne cesse de dévaluer «la» culture (sens philosophique du mot) et de surévaluer, au nom du différentialisme, «les» cultures (sens sociologique), dans leur pluralité. Les travailleurs sociaux ne cessent, dans les banlieues, d'incriminer la France, au nom de l'anticolonialisme, de l'antiesclavagisme, et son histoire.
Ils ne cessent de rendre la France non désirable.[…]
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 28/11/05



« Les ségrégations sont du racisme en actes »
Pour la chercheuse au CNRS Véronique de Rudder, les discriminations et ségrégations construisent un ordre social raciste. Optimiste, elle pense que ces faits sont de plus de plus dénoncés.

Lire la suite de l’article


La prise de tête : Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut, c’est l’histoire d’un naufrage.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/11/05 ( payant)




Eux, ils sont heureux en banlieue
Malgré deux semaines de violences urbaines, les habitants des cités en Ile-de-France manifestent au quotidien leur désir de vivre et de s'épanouir en banlieue. « Le Parisien » les a rencontrés et leur donne la parole.

Lire la suite de l’article


TEMOIGNAGES.
« Prendre son destin en main »

« En Seine-Saint-Denis, peut-être plus qu'ailleurs, il faut prendre son destin en main. Je suis bien sûr tout à fait consciente que c'est plus difficile en sortant d'un lycée classé zone d'éducation prioritaire situé dans le 93 qu'en venant de...

Lire la suite de l’article


Le Salon de l'éducation .
Le Salon de l'éducation a attiré plus de 530 000 visiteurs, ont annoncé hier les organisateurs - la Ligue de l'enseignement. La 7 e édition, qui s'est tenue pendant quatre jours porte de Versailles à Paris, a connu « un grand succès.

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
La Croix du 28/11/05



Le mariage, visa pour l'immigration
Par respect des coutumes ou en quête de leurs racines, de plus en plus d'enfants d'immigrés décident de se marier dans leur pays d'origine. Mais le mariage mixte étant devenu la première voie d'accès à l'immigration, le gouvernement va durcir la législation contre les mariages de complaisance

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 28/11/05



Violences urbaines : dix collégiens interpellés
Onze mineurs, dont dix élèves du collège Paul-Painlevé à Sevran (Seine-Saint-Denis), ont été déférés au tribunal de Bobigny en fin de semaine dernière pour des dégradations et des vols commis dans cet établissement le 8 novembre, au moment des émeutes. Un jeune de 13 ans et demi, non scolarisé à Paul-Painlevé, a été déféré jeudi. Les dix autres, âgés de 14 à 16 ans, ont été présentés au parquet de Bobigny vendredi.

Lire la suite de l’article


Les profs non titulaires campent sur leurs positions
« Physiquement, on est fatigué, mais moralement on tient. » Rahim, professeur de sciences et vie de la terre dans l’académie de Créteil, fait partie des enseignants non titulaires au chômage qui se relaient depuis plus d’un mois devant le rectorat de Créteil (94). Ils campent jour et nuit devant l’établissement pour obtenir leur réemploi et leur titularisation.
Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 28/11/05



En terminale S, c'est métro, boulot... boulot
Les horaires, les cours, les discussions... Qui sont aujourd'hui les élèves et les professeurs ? Pour ce premier volet de notre série « Une journée en classe », nous sommes allés dans une terminale S du lycée Ile-de-France, à Rennes.

Lire la suite de l’article


Et le matin, Marseillaise obligatoire...
Jacques Chirac pense qu'ils peuvent être une réponse au malaise des cités. Les Établissements d'insertion défense, créés dans le cadre des mesures pour l'emploi de Dominique de Villepin, commencent à se monter. Le premier accueille 180 jeunes à Montry, essentiellement issus des banlieues. Pour les remettre sur les rails, discipline militaire et Marseillaise obligatoire tous les matins.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 28/11/05



Joey Starr dispense ses conseils à Clichy
Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), quand la nuit tombe et qu'on veut se retrouver, on n'a guère le choix. Pas de cinéma à moins d'une heure de bus, pas de café ouvert le soir. Alors, on se donne rendez-vous au McDo, allée de Gagny, côté pair, ou au BKM, comme "Burger king muslim", côté impair. Mêmes frites, même coca, mais, pour le second, des hamburgers halal, des serveuses voilées et un "salam Aleykoum" sur le ticket de caisse.

C'est là que, vendredi 25 novembre, des animateurs sociaux de la ville et les amis de Zyed Benna et Bouna Traoré, les deux adolescents morts, le 27 octobre, dans le transformateur EDF où ils s'étaient réfugiés, terminent leur soirée. Ils viennent de présenter à la presse leur nouveau collectif, AC-Lefeu (Association Collectif liberté, égalité, fraternité ensemble et unis), "apolitique et areligieux", pour "combattre les inégalités et rendre à chacun sa dignité", ont-ils expliqué dans la salle que leur avait prêtée Claude Dilain, le maire socialiste de la ville. Mais, à 18 heures, il a fallu rendre les clés. Alors, sous le néon jaune du BKM, on partage un "bakon halal" ou un "koull chicken" avec les retardataires : Joey Starr et son nouveau complice, le porte-parole du collectif Devoirs de mémoires, Jean-Claude Tchikaya, animateur du Mouvement des droits civiques, qui a un an.
Lire la suite de l’article


Villepin rouvre le dossier de l'éducation
Gilles de Robien a été chargé par Dominique de Villepin de préparer en urgence une nouvelle réforme de l'école. Le premier ministre veut pouvoir l'annoncer, le 1er décembre, lors de sa conférence de presse mensuelle. Loin d'être un de ces vastes projets qui suscitent souvent le mécontentement des enseignants ou — plus dangereux encore politiquement — celui des élèves, cette réforme sera très ciblée. Elle devrait être essentiellement axée sur l'apprentissage, dont le premier ministre pense qu'il est une des clés pour réintégrer dans le système des jeunes issus de milieux défavorisés et souvent en échec scolaire.
Lire la suite de l’article


Gilles de Robien est chargé de préparer en urgence une nouvelle réforme de l'école
eudi 1er décembre, à l'occasion de sa conférence de presse mensuelle, le premier ministre, Dominique de Villepin, devrait lancer une nouvelle réforme de l'école. La crise des banlieues a "ouvert une fenêtre de tir", selon son entourage, pour cette réforme à laquelle il réfléchit depuis plusieurs mois.

M. de Villepin est pressé. Vendredi matin sur RTL, il a annoncé, pour le 1er décembre, des mesures "essentielles dans le domaine de l'éducation".
Au ministère de l'éducation nationale, l'effervescence est de mise. Sitôt après, Gilles de Robien a précisé qu'" il est possible que les mesures sur l'apprentissage des jeunes relèvent d'un projet de loi sur l'égalité des chances (qui doit être présenté en conseil des ministres le 21 décembre)", avant de conclure : "Il n'y a pas de projet de loi sur l'éducation."
Lire la suite de l’article


Nicolas Sarkozy teste l'accueil de jeunes venus de ZEP au sein de la "fac Pasqua"
icolas Sarkozy veut faire de ses deux bastions, le ministère de l'intérieur et le conseil général des Hauts-de-Seine qu'il préside, les vitrines de la discrimination positive, qui l'oppose à Jacques Chirac. Vendredi 25 novembre, il a ainsi confié à Richard Descoings, directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, une "mission pour que le pôle universitaire Léonard-de-Vinci soit un laboratoire de discrimination positive". Il souhaite en effet que cette université, souvent appelée "fac Pasqua" en référence à l'ancien président du conseil général des Hauts-de-Seine, accueille "des jeunes issues de zones d'éducation prioritaire (ZEP), en leur donnant la chance d'avoir un tuteur qui les aide pendant un an", le département prenant en charge les frais de scolarité. M. Descoings, qui devra faire rapidement ses propositions, mène déjà une expérience semblable à Sciences Po.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 28/11/05


Emeutiers "récidivistes" : Sarkozy persiste
Le ministre de l'Intérieur réaffirme que "70 à 80%" des personnes interpellées ont des "antécédents judiciaires". Les professionnels de la justice démentent.
Lire la suite de l’article


Appel à manifester contre le "révisionnisme"
Des associations d'outre-mer appellent à manifester le 3 décembre à Paris "contre le révisionnisme historique et les commémorations officielles de Napoléon".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/11/05



Gilles de Robien reçoit enseignants et parents sur l'apprentissage à 14 ans
Le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, reçoit lundi les organisations d'enseignants et de parents d'élèves pour une concertation sur l'apprentissage dès 14 ans, apprend-on lundi auprès du ministère.

Lire la suite de l’article


Plus de 530.000 visiteurs au salon Education, "grand succès".
Le 7e salon de l'Education a attiré de jeudi à dimanche plus de 530.000 visiteurs, porte de Versailles à Paris, ce qui représente "un grand succès populaire", a annoncé dimanche soir, en clôture de l'évenement, la Ligue de l'Enseignement, organisatrice du salon.

Lire la suite de l’article


Apprentissage à 14 ans: "opposition totale" du Sgen-CFDT
Le secrétaire général du Syndicat général de l'Education nationale (Sgen-CFDT), Jean-Luc Villeneuve, a réaffirmé lundi son "opposition totale" à l'apprentissage à 14 ans. Reçu par le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, qui a engagé lundi des concertations sur l'apprentissage à 14 ans avec les partenaires sociaux, M. Villeneuve a affirmé devant la presse à l'issue de cet entretien son désaccord. "A 14 ans, on ne peut savoir ce qu'on fera dans l'avenir et surtout si on est en échec. Envoyer un jeune en échec en apprentissage, c'est une démission", a-t-il dit.

Lire la suite de l’article


Les enseignants campant devant le rectorat décidés à "poursuivre la lutte"
Après 42 jours de mobilisation, les enseignants non-titulaires au chômage qui campent jour et nuit devant le rectorat de Créteil pour réclamer leur réemploi et leur titularisation restaient déterminés, dimanche, à "poursuivre la lutte". Depuis le lundi 17 octobre, trois ou quatre de ces contractuels qui enseignent sans avoir passé les concours, parfois depuis plusieurs années, dorment dans des tentes. Une trentaine se relaient pendant la journée pour réclamer le réemploi et la titularisation de "tous les personnels non titulaires", l'arrêt du recours aux vacataires et le paiement immédiat du chômage.
Lire la suite de l’article


Après les émeutes, l'Ecole s'interroge sur son rôle dans la citoyenneté
L'Ecole fait-elle vivre le respect mutuel, l'égalité et la citoyenneté ? Le choc de la crise des banlieues, où de très jeunes adolescents ont pris part aux violences, oblige les acteurs de l'Education à s'interroger sur les méthodes pour y parvenir."+Libres et égaux en droit+, c'est ce que retiennent les jeunes de banlieue de leurs cours d'éducation civique et c'est ça qu'ils ont demandé dans ce qu'on peut appeler l'incendie social des ZEP : l'Ecole ne peut pas s'en désintéresser", déclare à l'AFP Patrick Gonthier, secrétaire général de l'Unsa-Education, au Salon de l'Education qui se tient jusqu'à dimanche porte de Versailles à Paris.. […]Parmi les solutions envisagées bien avant les émeutes, la loi Fillon prévoit de sanctionner au brevet des collèges, par une "note de vie scolaire" à fort coefficient, l'assiduité, l'engagement citoyen ou le respect des règles. Afin que ceux-ci apparaissent dans les préoccupations immédiates des adolescents. Peu soutenue lors du vote de la loi, cette disposition provoque une levée de boucliers encore plus unanime quelques semaines après l'embrasement des quartiers sensibles. "Il s'agirait d'évaluer une compétence comme une autre? Le +comportement citoyen+ serait évaluable?", argumente Philippe Watrelot, secrétaire général du cercle de recherche et d'action pédagogique (Crap).

Lire la suite de l’article


Soutien scolaire individualisé: Meirieu craint la "saturation" des élèves
Le pédagogue Philippe Meirieu a critiqué vendredi le système de soutien individualisé prévu dans la loi Fillon sur l'Ecole. Selon lui, traiter l'échec scolaire par des heures supplémentaires "crée de la saturation et renforce le rejet scolaire" des élèves décrocheurs. "On sait qu'un élève en difficulté a besoin de plus de temps - il rend sa copie un quart d'heure après les autres - alors qu'un élève en échec a besoin d'une approche qualitative car, lui, rend copie blanche au bout de cinq minutes", a analysé M. Meirieu, lors d'une conférence au salon de l'Education, qui se tient porte de Versailles à Paris jusqu'à dimanche.

Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

vendredi, novembre 25, 2005

Revue de presse du vendredi 25 novembre 2005

A lire dans les dépêches : Le Premier ministre Dominique de Villepin a déclaré vendredi sur RTL qu'il annoncerait la semaine prochaine des mesures dans le domaine de l'éducation qui feront l'objet d'un projet de loi. "Je présenterai lors de ma conférence de presse de la semaine prochaine les mesures qui me paraissent essentielles dans le domaine de l'éducation, et dans la mesure, dans la mesure seulement, où il faudra modifier la loi, nous ramasserons l'ensemble de ces propositions dans le cadre d'un projet", a affirmé M. de Villepin.. "Ce qui relève de la loi fera l'objet d'un projet de loi", a-t-il indiqué.
Euh… excusez moi mais je ne comprends pas bien : 1) je croyais qu’on avait une loi d’orientation, 2) qui est ministre de l’éducation ?
Suite du feuilleton « A qui la faute ? » après la polygamie, c’est le tour du rap. Dans Le Figaro on pourra lire trois articles (rien que ça…) sur le sujet. Mais tous ne vont pas dans le même sens. L’un d’entre eux offre même un avis nuancé tout à fait intéressant.
Dans la recherche des responsabilités, on a aussi beaucoup évoqué la « démission » des parents. La Croix consacre un long article très mesuré sur cette question, ça s’appelle "La rue mange mes enfants ”.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 25/11/05


Le personnel de «Libération» vote la reprise du travail
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 25/11/05



École : toute une éducation à refaire (Madame Figaro)
Longtemps ils ont subi. Aujourd’hui les Français critiquent l’Éducation nationale. Un sondage TNS-Sofres publié après la rentrée rend leur verdict : 51 % des personnes interrogées déplorent le mauvais fonctionnement de l’école, et 57 % la baisse du niveau des élèves. Dans leurs derniers ouvrages parus, Alain Bentolila , professeur de linguistique à Paris-V et fondateur de l’Observatoire national de la lecture, et Patrick Fauconnier, journaliste et fondateur du magazine « Challenges », analysent une tragédie nationale sans langue de bois, mais faits et chiffres à l’appui. « Madame Figaro » a fait se rencontrer ces deux consciences, engagées contre l’illettrisme, qui prônent une révolution culturelle. Devant la faillite d’un système scolaire qui laisse un jeune sur trois sans bagage et donc sans avenir, il est urgent d’agir.

Lire la suite de l’article


Quand le rap dérape, les élus se mobilisent
«J'AIMERAIS VOIR BRULER Paname au napalm comme au Vietnam... J'ai envie de dégainer sur des faces de craies.» Plus de 200 élus se sont mobilisés contre les textes de certaines chansons de rap comportant, selon eux, des incitations à la haine et à la violence. 152 députés et 49 sénateurs ont signé les six questions écrites au gouvernement rédigées par le député UMP de Moselle François Grosdidier, demandant au garde des Sceaux d'engager des poursuites contre plusieurs groupes ou chanteurs de rap – le chanteur Smala, le groupe Lunatic, le groupe 113, le groupe Ministère Amer, ainsi que Fabe et Salif.
En août dernier déjà, François Grosdidier avait écrit au ministre de la Justice pour lui soumettre les paroles de Monsieur R, et de sa chanson FranSSe, qui chante : «La France est garce, n'oublie pas de la baiser jusqu'à l'épuiser, comme une salope faut la traiter, mec !» Si elle n'a pas répondu à cette question écrite, la Chancellerie a toutefois demandé au parquet de Paris l'ouverture d'une enquête sur le cas de Monsieur R – par ailleurs poursuivi par un autre député UMP, Daniel Mach, au tribunal de Melun. Pour les autres chansons en cause, le garde des Sceaux n'a pas encore répondu aux parlementaires
Lire la suite de l’article


Une musique qui balance entre appels au crime et bons sentiments
DES IRRESPONSABLES prêchant la révolte armée, le meurtre et le viol ? Comme souvent lorsque s'emballent les défenseurs des bonnes moeurs et de la bonne langue, la réalité est plus complexe.
Lire la suite de l’article


La France, sa police, ses élus... le florilège de la haine
Quelques extraits qui témoignent de la violence des tubes du rap français.

Lire la suite de l’article


Villepin veut garantir l'égalité des chances
Alors que le gouvernement prépare un projet de loi sur l'égalité des chances, le premier ministre se rend aujourd'hui dans un quartier difficile de Meaux.

Lire la suite de l’article


L'égalité réelle des chances passe par la discrimination positive

Par Nicolas Sarkozy

La flambée de violences urbaines qui a secoué nos grandes agglomérations jette une lumière crue sur les défaillances de notre modèle de société. Face à ces événements, il fallait d'abord restaurer l'autorité de l'Etat et protéger nos concitoyens, à commencer par les plus vulnérables d'entre eux. Rien ne peut en effet justifier les débordements inadmissibles dont nous avons été les témoins. Aucune difficulté sociale n'autorise à détruire la voiture d'autrui, à incendier des crèches et des écoles, à battre à mort son voisin ou à agresser les forces de l'ordre. Les auteurs de ces crimes et délits doivent être sanctionnés sans faiblesse.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 24/11/05 (un jour de retard)



Des profs en grève pour cause de colère aggravée
Des rassemblements sont organisés aujourd’hui dans les établissements contre les remplacements obligatoires et l’asphyxie budgétaire.

Lire la suite de l’article


Un conseil général des collégiens dans le Val-de-Marne
Une centaine d’élèves élus engagés pour deux ans de travail.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 25/11/05 ( payant)



Les profs démobilisés
AU COEUR du Salon de l'éducation qui, jusqu'à dimanche, va accueillir quelque 500 000 visiteurs à la porte de Versailles à Paris (XV e ), le stand du Snes, syndicat majoritaire chez les profs du secondaire, était hier fermé, barré d'un mot « en grève »...

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 25/11/05



"La rue mange mes enfants"
Les récentes émeutes urbaines ont relancé le débat sur la responsabilité des parents. Ils sont de plus en plus nombreux à se dire dépassés

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 25/11/05



Banlieues : quand les pères s’expriment

« L’autorité parentale est capitale », a rappelé Jacques Chirac lors de son intervention sur la situation dans les banlieues. Que pensent les pères de famille des quartiers sensibles de cette flèche lancée en leur direction par le chef de l’Etat ?
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 25/11/05



Révolte urbaine et société bloquée
par Michel Dupaquier, Sociologue, université Rennes 2.

Pourquoi la société française donne-t-elle l'impression d'être bloquée à des milliers de jeunes, souvent pauvres, non diplômés, immigrés, naturalisés ou non, habitant des quartiers, dits de « relégation » par ceux qui ne les habitent pas, ou « zones urbaines sensibles » par les aménageurs?
Cette impression repose sur des réalités objectives, mais aussi sur des politiques publiques et, enfin, sur des phénomènes de discrimination.
Lire la suite de l’article


Henri Dès, il a vraiment tout d'une star

A 65 ans, le chanteur pour enfants le plus connu du moment, n'est pas prêt à raccrocher. Henri Dès vient de sortir un 15e album et part en tournée.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 25/11/05



La grève des enseignants de collèges et lycées a été peu suivie
La grève des enseignants du secondaire contre les restrictions budgétaires et les remplacements, jeudi 24 novembre, a provoqué une faible mobilisation. Selon le ministère de l'éducation nationale, entre 14 % et 18 % des enseignants du second degré ont suivi l'appel du SNES-FSU. Le syndicat fait état, pour sa part, de 34 % de grévistes en moyenne, 38 % en collèges et 26 % en lycées. Le secrétaire général du SNES, Bernard Boisseau, reconnaît que "la mobilisation n'a pas été très forte".
Lire la suite de l’article


Les éducateurs auprès de la justice sont menacés
Va-t-on supprimer les services éducatifs auprès des tribunaux ? C'est une hypothèse actuellement envisagée au ministère de la justice. Et ce contre l'avis des deux principales organisations de magistrats (Union syndicale des magistrats, majoritaire, et Syndicat de la magistrature, gauche), de l'Association des magistrats de la jeunesse et de la famille (AMJF) et des éducateurs de l'UNSA-PJJ (minoritaire), qui ont adressé une lettre ouverte au garde des sceaux, le 14 novembre.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 25/11/05


Finkielkraut : le Mrap
renonce à sa plainte
Le Mrap a finalement renoncé à porter plainte contre Alain Finkielkraut pour incitation et provocation à la haine raciale après des propos du philosophe publiés dans le quotidien israélien Haaretz, a annoncé vendredi 25 novembre l'organisation.
Alain Finkielkraut avait présenté, vendredi matin, des "excuses" au sujet de cette interview à Haaretz, déclarant avoir été "victime d'amalgames".
"Je présente des excuses à ceux que ce personnage que je ne suis pas a blessés (...) la leçon, c'est qu'en effet je ne dois plus donner d'interview, notamment à des journaux dont je ne contrôle pas ou je ne peux pas contrôler le destin ou la traduction", avait déclaré Alain Finkielkraut sur Europe 1.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 25/11/05



Villepin annonce un projet de loi sur l'éducation
Le Premier ministre Dominique de Villepin a déclaré vendredi sur RTL qu'il annoncerait la semaine prochaine des mesures dans le domaine de l'éducation qui feront l'objet d'un projet de loi. "Je présenterai lors de ma conférence de presse de la semaine prochaine les mesures qui me paraissent essentielles dans le domaine de l'éducation, et dans la mesure, dans la mesure seulement, où il faudra modifier la loi, nous ramasserons l'ensemble de ces propositions dans le cadre d'un projet", a affirmé M. de Villepin.. "Ce qui relève de la loi fera l'objet d'un projet de loi", a-t-il indiqué.

Lire la suite de l’article


M. Lang s'élève contre la divulgation de l'absentéisme des élèves aux maires
Jack Lang a, dans une lettre adressée au ministre de l'Education nationale, protesté contre les propos de son homologue de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, qui a souhaité que les données concernant l'absentéisme dans les écoles soient communiquées aux maires.

Lire la suite de l’article


Azouz Begag veut des jumelages entreprises-collèges pour "objectif stages"
Le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances, Azouz Begag, a indiqué vendredi à Toulouse qu'il allait lancer dans les prochaines semaines une opération "objectif stages" en s'efforçant de jumeler les collèges des ZEP à plusieurs entreprises du même bassin d'emploi.
Lire la suite de l’article


Célébration du centenaire des assistants de langue au salon de l'Education
Les assistants de langue, ces jeunes étudiants qui font vivre leur langue dans les collèges et lycée en France, ont fêté vendredi leur cent ans d'existence au salon de l'Education.

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

jeudi, novembre 24, 2005

Revue de presse du jeudi 24 novembre 2005

Une dépêche nous apprend que la santé et le moral du personnel de l'enseignement se dégradent à cause d'une surcharge de travail, selon une enquête de la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN).On peut apprendre aussi que "près de 80% des personnes interrogées estiment que le stress a augmenté" ces dernières années à cause d'une importante surcharge de travail. Les enseignants sont donc stressés même si la même enquête dit également que le climat dans les établissements est meilleur.

Dans le Monde on s’intéresse de nouveau au rap. En effet, plusieurs députés veulent entamer des poursuites contre des rappeurs au mobile qu’ils incitent à la haine et au racisme. Certes, comme le dit d’ailleurs l’édito du journal, les appels à la haine doivent être condamnés mais ne faut-il pas voir dans cette forme de musique une des seules formes d’expression de ce malaise dont on a vu l’expression la plus vive ces dernières semaines. Plutôt que de les condamner a priori, peut-être fallait-il les écouter pour entendre le « feu » qui couvait. Ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on arrête la fièvre.
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 24/11/05


3ème jour de grève


Lire le blog des salariés

---------------------------------------------
Le Figaro du 24/11/05


Rien vu...


-------------------------------------------
L'Humanité du 24/11/05



Aides annulées... enfants privés de cantine
La suppression inattendue de fonds sociaux prive des enfants de restauration scolaire à Saint-Ouen-l’Aumône
Lire la suite de l’article


L’appel de Rouen
Les étudiants et les enseignants de l’université de Rouen, en lutte pour plus de moyens depuis septembre, ont appelé les autres établissements à se mobiliser à leur tour.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 24/11/05 ( payant)



ls ont pris leur revanche sur l'école
«TU N'ARRIVERAS jamais à rien dans la vie ! » Cette sentence navrante, combien d'élèves ne l'ont pas entendue de la bouche d'un de leurs profs ? Bien des années plus tard, beaucoup s'en souviennent en souriant, ravis d'avoir déjoué leurs sombres...

Lire la suite de l’article



Du BEP à bac + 5
C'ÉTAIT en septembre 1991, le jour de la rentrée. Un à un, les noms des élèves de 1 r e année du BEP comptabilité résonnent dans la grande cour de ce lycée polyvalent de la région nantaise. Vient son tour. « Nicolas Madiot ! » L'ado de 16 ans,...

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 24/11/05



Un projet pour l'enfance maltraitée
Dans le projet de réforme présenté mercredi 23 novembre par le ministre délégué à la famille, Philippe Bas, le secret professionnel pourra être partagé entre ceux qui y sont soumis
Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 24/11/05



Ecoles et facs sans image de marque
Moins d’un étudiant sur trois a une image positive de son école ou de son université. C’est le résultat surprenant d’un sondage commandé par Okó, une agence spécialisée dans la communication des grandes écoles, et qui sera dévoilé aujourd’hui à l’occasion du Salon de l’éducation. Dans le détail, 27 % sont fiers de l’image de leur école, 18,8 % y sont indifférents, 4 % en ont honte et surtout 50,2 % ne savent pas quoi en penser. A Paris, cette perception est un peu meilleure, notamment à cause de la présence d’écoles prestigieuses. L’âge ou le sexe des sondés influent peu sur les réponses.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 24/11/05



« N'ayons pas honte du modèle républicain »
Après la crise des banlieues, faut-il jeter à la poubelle de l'Histoire le modèle républicain ? Surtout pas, répond Blandine Kriegel, présidente du Haut Conseil à l'intégration.

Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 24/11/05



Des parlementaires réclament des poursuites contre des rappeurs
Cent cinquante-trois députés et 49 sénateurs, majoritairement de droite, viennent de demander au ministre de la justice, Pascal Clément, d'"envisager des poursuites" à l'encontre de sept groupes de rap. Motif : leurs textes incitent, selon eux, au racisme "anti-blanc" et à la haine de "la France". Ainsi, les groupes, 113, récompensé par deux victoires de la musique en 2000, Smala, Ministère Amer, Lunatic, et les rappeurs Fabe, Salif et Monsieur R sont accusés de faire "le commerce du racisme au lieu de l'antiracisme".
Lire la suite de l’article


Edito du Monde : Le rap à l'index
st-ce parce que la France vit aujourd'hui sous le régime de l'état d'urgence ? Toujours est-il qu'il y a, sur la droite de l'échiquier politique, des parlementaires qui prennent bien des libertés avec les libertés. A l'initiative de François Grosdidier, député UMP de Moselle, 153 députés et 40 sénateurs ont demandé au ministre de la justice, Pascal Clément, d'"envisager des poursuites" contre sept groupes de rap. Nos vigilants censeurs reprochent aux groupes 113, Smal, Ministère Amer, Lunatic et aux rappeurs Fabe, Salif et Monsieur R de propager dans des cités, où ils jouent souvent le rôle de haut-parleur, la haine de la France et "le commerce du racisme". Le garde des sceaux a demandé au procureur général de Paris l'ouverture d'une enquête.
Né à la fin des années 1970 dans les ghettos de Brooklyn et du Bronx, à New York, le rap — qui vient du verbe to rap : scander, proférer — va, dès le début des années 1980, s'incruster dans les banlieues au point de faire de la France la deuxième nation du rap. Parfois ludique, souvent provocant, le rap va devenir le vecteur des colères, des rages mais aussi des attentes et des impatiences des jeunes des cités. Il y a dix ans, la chanson de Joey Starr et Kool Shen, du groupe Suprême NTM, Qu'est-ce qu'on attend, résonnait déjà, par la violence de ses paroles, comme un cri d'alarme : "Ça fait déjà des années que tout aurait dû péter/ (...)Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu/ Mais qu'est-ce qu'on attend pour ne plus suivre les règles du jeu."[…]
Les chants de haine sont inadmissibles et il y a, dans l'abondante production des rappeurs, des mots qui traduisent les dérives de groupes ou de chanteurs qui recherchent la provocation. Il y a même, dans certains textes, des relents de racisme ou de sexisme.[…] Mais il faut aussi raison garder. Les rappeurs ne font pas dans l'angélisme et cultivent l'excès. Si leurs textes ont accompagné les violences dans les banlieues, ils n'ont pas, à eux seuls, allumé l'étincelle qui a provoqué ces trois semaines d'explosion. Il serait donc absurde et attentatoire à une liberté d'expression de plus en plus malmenée de poursuivre ces sept groupes de rap.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 24/11/05


Suppressions de postes :
1/3 des enseignants en grève

Plusieurs centaines d'enseignants manifestent à Paris. Un mouvement cependant peu suivi : 34% de grévistes selon le SNES, 16% selon le ministère.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 24/11/05



La 1ère année d'apprentissage à 14 ans consacrée au socle commun (Robien)
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a indiqué jeudi que le futur apprentissage dès 14 ans pourrait durer trois ans et serait consacré la première année à l'acquisition du "socle commun de connaissances", avant un éventuel contrat en alternance.

Lire la suite de l’article


Stagiaires: le ministère de l'Education nationale ouvre des concertations
Le ministère de l'Education nationale va ouvrir des concertations sur la question des stages, afin de de "mesurer l'étendue du problème" et de "préciser les règles" aux organismes de formation qui signent les conventions, a-t-on appris mercredi auprès du ministère.

Lire la suite de l’article


Enquête inédite sur le climat scolaire dans les collèges et lycées
La santé et le moral du personnel de l'enseignement se dégrade à cause d'une surcharge de travail, mais le climat dans les établissements est meilleur, a révélé jeudi, au salon de l'Education, une enquête inédite de la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN).
Cette enquête nationale a été conduite par Georges Fotinos, conseiller du président de la MGEN et également inspecteur d'académie.
"J'ai voulu étudier les causes externes (violence socio-économique) et les causes internes qui construisent ou détruisent le climat scolaire. Je me suis inspiré des bilans sociaux des entreprises pour mon enquête", a expliqué M. Fotinos à l'AFP.
Selon cet expert qui a envoyé 13.000 exemplaires d'un questionnaire de 182 questions à tous les chefs d'établissements (collèges et lycées) publics de France, "près de 80% des personnes interrogées estiment que le stress a augmenté" ces dernières années à cause d'une importante surcharge de travail.

Lire la suite de l’article


Métiers, orientation, apprentissage, les nouveaux credo de l'Education
Pourquoi parle-t-on encore de conseillers d'orientation-psychologues ? Qu'on arrête de les nommer ainsi, l'orientation n'est pas une maladie!": au coeur du salon de l'Education, ce spécialiste résume bien les credo actuels, où le concret rivalise désormais avec le diplôme.
"On a fait de l'orientation un mot négatif. Il faut que l'on arrête d'appeler les conseillers d'orientation-psychologues (Co-psy) de cette façon, car comment trouver un travail quand on ne connaît pas les métiers ?", s'interroge jeudi, au milieu des stands animés du salon de l'Education, René Silvestre, directeur de l'Etudiant.
Il résume une tendance générale bien présente dans ce monumental salon, qui accueillera pendant quatre jours plus de 500.000 jeunes, profs et parents, à l'affût d'informations sur l'éducation et l'orientation.
Les diplômes et les études longues ne sont plus les seuls mots d'ordre.
Désormais, aux jeunes, on parle "métier", "savoir faire", avant d'expliquer les études pour y arriver.

Lire la suite de l’article


Vers un rejet de la proposition PS d'ouvrir les classes préparatoires à tous
La proposition de loi PS visant à ouvrir les classes préparatoires des grandes écoles à un plus large public, a été examinée par la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale qui a décidé de ne pas se pencher sur les articles, laissant présager un rejet en séance publique.
Lire la suite de l’article


Mobilisation décevante dans les collèges-lycées
La mobilisation contre les remplacements, le budget et l'apprentissage à 14 ans n'a pas été à la hauteur des attentes syndicales jeudi dans les collèges-lycées, avec des taux de grévistes en deçà des précédentes journées d'action et des manifestations peu suivies.

Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

mercredi, novembre 23, 2005

Revue de presse du mercredi 23 novembre 2005

A propos des jeunes, "Ils disent : "Je ne suis pas français, je vis en France et en plus ma situation économique est difficile. " Mais personne ne les retient ici de force. . Qui dit cela ? Non, il ne s’agit pas d’un leader d’un parti extrêmiste mais d’Alain Finkielkraut dans une interview à un journal israelien.
Je n’ai même pas envie de commenter tellement c’est nauséabond…
Changeons de sujet et intéressons nous aux élèves : une étude rendue public nous apprend qu’Internet et les nouvelles technologies sont devenus des outils importants d'apprentissage et d'aide au travail, aussi bien à l'école qu'à la maison, 75% des élèves de 11 à 18 ans utilisent un ordinateur en dehors de l'école pour du travail. Selon la même étude, 68% des Français pensent aussi que l'école doit jouer un rôle moteur dans la formation des jeunes à internet et aux nouvelles technologies. L’avantage d’Internet c’est que ça peut permettre de s’ouvrir.
S ‘ouvrir pour éviter que ça sente trop le renfermé…
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 00/00/05


Journal en grève reconductible


Lire les communiqués

---------------------------------------------
Le Figaro du 00/00/05


Jacques Chirac dénonce la «discrimination positive»
Le chef de l'Etat a reçu hier les partenaires sociaux, qui ont approuvé son hostilité aux quotas à l'embauche.
Lire la suite de l’article



Crise des banlieues : la défaite de la République ?
La messe est dite : la crise des banlieues, «la France qui brûle», c'est, nous explique-t-on de tous côtés, la faillite du modèle républicain. Et pour paraphraser Gavroche en retournant sa conviction : «Si le flic est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire», «La voiture qui brûle aux Mureaux, c'est la faute à Rousseau.» Une seule solution, la discrimination ! Une seule stratégie contre ce hic, la segmentation ethnique ! A force de nous proposer avec enthousiasme le modèle anglo-saxon, on oublie trois choses : 1. Les Etats-Unis ont inscrit la ségrégation et la discrimination dans la loi de leurs Etats du Sud, pas la République française. 2. Ils ont commencé la lutte contre la ségrégation il y a quarante ans. Il y a un an à peine, la Cour des comptes estimait que la société française n'avait pas encore véritablement réfléchi à l'immigration. 3. Les responsables du modèle communautariste en Hollande ou en Angleterre s'interrogent sur les causes du meurtre de Theo Van Gogh et sur les meurtres ethniques qui ravagent leurs banlieues, au moins autant que nous nous posons des questions sur les incendies dans nos cités.
Lire la suite de l’article


L'Année du Brésil dope l'attrait pour le portugais
Le Salon de l'éducation met la culture lusophone à l'honneur.
Lire la suite de l’article


Jean-Michel Blanquer : «La tradition brasilianiste est bien vivante»
Le recteur de l'académie de Guyane, département jouxtant le Brésil, revient sur les liens qui unissent nos deux pays.
Lire la suite de l’article


Le Snes-FSU appelle à la grève
Le principal syndicat d'enseignants des lycées et collèges espère mobiliser demain contre le projet du gouvernement sur l'apprentissage dès 14 ans.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 00/00/05



Mort d’un gardien de lycée

Le gardien du lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes
Lire la suite de l’article


« Le mot intégration a une dimension humiliante »
Laurent Mucchielli est sociologue, chercheur au CNRS et auteur de nombreux ouvrages dont le dernier en date est le Scandale des « tournantes », dérives médiatiques et contre-enquête sociologique (La Découverte, 2005).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 00/00/05 ( payant)



Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 00/00/05



Des lycéens viennent "voir" Auschwitz
Cent vingt jeunes du Nord-Pas-de-Calais se sont rendus le 9 novembre, avec d’anciens déportés juifs, dans le camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne
Lire la suite de l’article


L'éducation chrétienne, question de confiance
Ni meilleurs ni pires que les autres, les parents chrétiens essaient d'élever leurs enfants à la lueur de leur foi, en mettant l'accent sur le pardon et la confiance
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 00/00/05



Les facs se fédérent pour un campus parisien
Cinq établissements supérieurs s’associent pour mieux faire face à la concurrence mondiale

Lire la suite de l’article


Classement des facs : mode d’emploi
Le Top 500 des meilleures universités élaboré par l’université de Shanghai se base sur le nombre et la qualité des publications de chaque université. Il s’agit de publier des articles dans les revues reconnues, par la profession, pour leur sérieux scientifique. Des points sont également attribués en fonction du nombre de fois où le chercheur est cité par ses pairs dans leurs articles.
Lire la suite de l’article



« Etre aussi importants que les Anglo-Saxons »Gilbert Béréziat
Après les mauvais résultats du classement de Shanghai, l’idée est venue des établissements eux-mêmes. On a réfléchi au moyen d’être aussi importants et pluridisciplinaires que les campus anglo-saxons.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Ouest-France du 00/00/05



L'Internet est un outil d'aide au travail scolaire
Les trois quarts des élèves de 11 à 18 ans utilisent un ordinateur pour du travail scolaire, en dehors de l'école. Elèves et étudiants utilisent massivement l'Internet. Ce sont deux des constats du premier "baromètre des usages des technologies de l'information", selon une étude réalisée par Médiamétrie et dévoilée aujourd'hui par le ministère de l'Education nationale

Lire la suite de l’article


Que la force de la physique soit avec lui !
Peut-on construire un sabre-laser comme celui de Luke Skywalker dans Star Wars ? Quelle est la nature de la force qui nourrit les pouvoirs des héros et des méchants ? L'astrophysicien Roland Lehoucq s'est posé ces questions avec une rigueur scientifique... et beaucoup d'humour.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 00/00/05



Le "pacte" français pour la recherche ne répond pas aux objectifs européens
Enfin ! Hélas ! Ces deux exclamations traduisent l'état d'esprit de la communauté scientifique française devant le projet de loi d'orientation et de programmation de la recherche qui devait être présenté, mercredi 23 novembre, en conseil des ministres. Enfin, cette loi, annoncée voilà bientôt deux ans par Jacques Chirac, est proche de voir le jour. Sauf nouveau report, elle devrait être examinée au Sénat à la mi-décembre, puis discutée à l'Assemblée nationale début 2006. Hélas, le texte, rebaptisé "pacte pour la recherche" (Le Monde du 30 septembre), est très loin des attentes des chercheurs. Mais aussi des objectifs que s'est fixés l'Union européenne et auxquels la France, comme les autres Etats membres, a souscrit
Lire la suite de l’article


L'Assemblée nationale a voté le budget 2006
Les députés ont voté solennellement, mercredi 23 novembre, l'ensemble du budget 2006 par 353 voix contre 185.
Lire la suite de l’article


La voix "très déviante" d'Alain Finkielkraut au quotidien "Haaretz"
»On voudrait réduire les émeutes des banlieues à leur dimension sociale, y voir une révolte de jeunes contre la discrimination et le chômage. Le problème est que la plupart sont noirs ou arabes, avec une identité musulmane. En France, il y a d'autres émigrants en situation difficile. Ils ne participent pas aux émeutes. Il est clair que nous avons affaire à une révolte à caractère ethnico-religieux." Tel est le point de vue du philosophe Alain Finkielkraut, qu'il développe dans une longue interview au quotidien israélien Haaretz du 18 novembre.[…]
Les journalistes notent que beaucoup d'enfants d'immigrés ne se sentent pas respectés comme français. Réponse : "Ils disent : "Je ne suis pas français, je vis en France et en plus ma situation économique est difficile. " Mais personne ne les retient ici de force. " Quant aux motivations des jeunes des cités, elles n'ont aucun lien avec l'emploi, selon lui. Que veulent-ils ? "C'est simple : l'argent, les marques et, parfois, les filles." Certes, reconnaît-il, "il existe des Français racistes, qui n'aiment pas les Arabes et les Noirs". "Ils les aimeront encore moins en prenant conscience de combien ceux-ci les haïssent (...) Imaginons que vous gérez un restaurant. Un jeune vous demande un emploi. Il a l'accent des banlieues. C'est simple : vous ne l'engagerez pas, c'est impossible." Voilà, se désole-t-il, "des propos de bon sens", mais, dans la France actuelle, "on leur préfère le mythe du "racisme français"". Et de conclure : "L'antiracisme sera au XXIe siècle ce que fut le communisme au XXe."
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 00/00/05


Finkielkraut, les "noirs"
et les "arabes"
Alain Finkielkraut. Interrogé dans le journal israélien Haaretz sur les violences urbaines en France, le philosophe affirme qu'il s'agit d'émeutes à caractère "ethnico-religieux", que la France n'a "fait que du bien" aux noirs mais qu'elle est la risée de l'Europe en raison de son équipe de foot "black-black-black".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 00/00/05



Démission d'un membre du Haut conseil de l'Education pour "propos violents"
Le mathématicien Laurent Lafforgue a annoncé mercredi sa démission du Haut conseil de l'Education, où Jacques Chirac l'avait nommé le 26 octobre, à cause de "propos violents" sur le système éducatif qui lui étaient reprochés.

Lire la suite de l’article


Près de 5.000 jeunes du monde entier ont composé pour "Poésie en liberté"
Près de 5.000 lycéens et étudiants du monde entier issus de plus de 2.000 établissements ont écrit des poèmes pour la 7e édition du concours international de poésie intitulé "la poésie en liberté", a annoncé mercredi le ministère de l'Education nationale.
Lire la suite de l’article


Le directeur d'une école primaire toulousaine frappé par un parent d'élève
Le directeur de l'école primaire de Soupetard, à Toulouse, a été frappé mardi par un parent d'élève et l'établissement fermera ses portes jeudi en signe de protestation, a-t-on appris mercredi auprès de l'inspection académique de la Haute-Garonne.
Lire la suite de l’article


Internet est devenu un outil important d'apprentissage à l'école (étude)
Internet et les nouvelles technologies sont devenus des outils importants d'apprentissage et d'aide au travail, aussi bien à l'école qu'à la maison, selon une étude réalisée par Médiamétrie et dévoilée mercredi par le ministère de l'Education nationale.
Selon Médiamétrie, qui a rendu public le "premier baromètre des usages des technologies de l'information et de la communication (TIC)", 75% des élèves de 11 à 18 ans utilisent un ordinateur "en dehors de l'école pour du travail scolaire".
Lire la suite de l’article


Le Medef propose une "charte de bonne conduite" des stages en entreprise
Le Medef va proposer aux entreprises une "charte de bonne conduite" des stages en entreprise qui sera élaborée en concertation avec l'Education nationale, et rappellera leur "vocation pédagogique", a annoncé mercredi la première organisation patronale.
Le Medef, qui a reçu mercredi matin une délégation de "génération précaire", collectif de stagiaires qui réclame un statut, a annoncé dans un communiqué "sa volonté d'élaborer, en concertation avec l'Education nationale, une charte de bonne conduite".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)


Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique

mardi, novembre 22, 2005

Revue de presse du mardi 22 novembre 2005

"L'échec scolaire au primaire et au collège reste 4 à 5 fois plus fréquent chez les ouvriers que chez les cadres : une majorité des enfants de cadres finiront cadres et une toute petite minorité (moins de 10 %) finiront ouvriers ou employés ; inversement, une majorité des enfants d'ouvriers finiront ouvriers ou employés". Pour le dire autrement, on peut même constater que les inégalités se sont accrues à l’école. Ce constat, on le trouve dans Le Monde sous la plume d’Éric Maurin (auteur de l’excellent « Le ghetto Français ». Le journal du soir propose plusieurs articles de réflexion en association avec la « République des Idées »
Dans le même journal, on retrouve encore l méthylphénidate autrement connue sous le nom de « ritaline » ou encore de "pilule de l'obéissance". ce fameux médicament pour traiter l’hyperactivité. On y apprend que sa consommation a triplé en quatre ans malgré les conditions strictes sensées encadrer sa diffusion. Rappelons que ce médicament provoque une dépendance… Après le volet répressif évoqué hier (rapport Bénisti et projet Sarkozy de prévention/détection des comportements violents), voici donc le pendant avec volet médical avec la définition des troubles du comportement tels que le syndrome du TOP (trouble oppositionnel avec provocation) défini par l’INSERM et donc le traitement médicamenteux.
Comme référence littéraire, j’hésite entre « 1984 » et « Le meilleur des Mondes »….
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 22/11/05


Journal en grève reconductible
Lire le communiqué

---------------------------------------------
Le Figaro du 22/11/05


L'école hors norme de Bois-Colombes
Bâtiment emblématique de l'industrie aéronautique, l'ancienne soufflerie Hispano-Suiza abrite désormais un établissement scolaire.
Lire la suite de l’article


Eglise de Romans : les incendiaires présumés étaient déscolarisés
POUR LE PROCUREUR de Valence Jean-Pierre Nahon, les quatre mineurs soupçonnés d'avoir mis le feu à une église de Romans (Drôme) auraient agi par «mimétisme et par bêtise». Dans ce quartier de la Monnaie classé en zone urbaine sensible et où le taux de chômage atteint 40% (17% en moyenne à Romans), autorités et éducateurs ont désormais le souci d'apaiser les esprits, en ébullition depuis le 16 novembre dernier.

Lire la suite de l’article


Prudence des experts face à la révision de la loi de 1905
La commission d'évaluation juridique de la loi de 1905 mise en place par Nicolas Sarkozy avancera avec précaution pour présenter des conclusions en juin prochain.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 21/11/05



« Les violences urbaines ont confirmé mon rapport »
Enfance . Hier se tenait la Journée mondiale des droits de l’enfant. Claire Brisset, leur défenseure, fait le lien avec les émeutes récentes.

Lire la suite de l’article


Sarkozy juge que « racaille » est « un peu faible »
Un grand hôtel parisien : c’est le lieu choisi par Nicolas Sarkozy samedi pour défendre, devant 2 700 nouveaux adhérents de l’UMP, sa politique de pompier pyromane dans les quartiers défavorisés et appeler une nouvelle fois à la « rupture ». « Pourquoi croyez-vous que les banlieues se sont embrasées ? a lancé le ministre de l’Intérieur et président de l’UMP à à une assistance conquise. Parce que j’ai employé le mot "racaille" ou "Karcher" ? Mais enfin, de qui se moque-t-on ? Les banlieues se sont embrasées parce que nous avons engagé une action, qui ne s’arrêtera pas, de démantèlement des bandes, des trafics et des trafiquants. » Avide de surenchère et de provocation, il a même jugé le mot « racaille » « sans doute un peu faible ». Dopé par les sondages, Nicolas Sarkozy s’est réclamé, avec des accents maurrassiens, du « pays réel », avant de se lancer dans une diatribe sur « la faillite du modèle d’intégration » français. « On ne peut pas intégrer plus que la société française ne peut intégrer », a-t-il persiflé. Sans prononcer le moindre mot sur le chômage et la crise sociale qui minent la France et les quartiers populaires, il a jugé que « la première cause du désespoir dans les banlieues, c’est le trafic de drogue, la loi des bandes, la dictature de la peur ». Conclusion du ministre de l’Intérieur : les récents événements légitiment son projet pour la France.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 22/11/05 ( payant)



Mort pour avoir voulu protéger son lycée
Un homme 52 ans est décédé d'une crise cardiaque, tôt hier matin, dans un lycée de Trappes (Yvelines), après avoir tenté d'éteindre un incendie, provoqué par des cocktails Molotov jetés sur plusieurs voitures.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 22/11/05



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 22/11/05



Mort en éteignant un feu de voiture
Le gardien d’un lycée de Trappes (Yvelines) est mort tôt hier matin, alors qu’il tentait d’éteindre un feu de voiture devant l’établissement scolaire. Agé de 52 ans, l’homme aurait été réveillé peu avant 4 heures du matin, par le bruit de six voitures qui flambaient dans la cour du lycée de la Plaine-de-Neauphle. Un établissement situé dans un quartier difficile de la ville.
Lire la suite de l’article


L’esprit d’entreprise s’acquiert dès le collège
C’est une salle de classe un peu particulière qui s’est installée hier place Maréchal-Lyautey (6e). Jusqu’à mercredi, 300 élèves de la 3e au BTS vont défiler sous un chapiteau pour être initiés... à la création d’entreprise. Créé par le Medef et le rectorat dans le cadre de la semaine « école-entreprise », cette « classe ouverte », première du genre depuis le lancement de l’opération en 2000, a été inaugurée hier par Laurence Parisot.
Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 22/11/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 23/11/05



Des enfants sages sur ordonnance
Aux Etats-Unis, elle a envahi les cours de récréation en quelques années ; en France, elle fait une percée discrète mais réelle dans les pharmacies des écoliers. Commercialisé sous le nom de Ritaline et de Concerta, le méthylphénidate, molécule indiquée dans le traitement de l'hyperactivité de l'enfant, a vu sa consommation tripler en quatre ans, en dépit de conditions de prescription censées restreindre son administration aux cas les plus sévères.
Lire la suite de l’article


29 millions de prescriptions aux Etats-Unis
ux Etats-Unis, les troubles de l'attention affectent de 3 % à 5 % des enfants, principalement les garçons, selon l'American Psychiatric Association. Cet état est caractérisé par une instabilité chronique et des difficultés de concentration.
La Ritaline est utilisée depuis 1955. En 2004, 29 millions de prescriptions de ce type de médicament ont été ordonnées par les médecins. 23 millions concernaient des enfants, dont certains âgés de 2 à 4 ans.
Depuis les débuts, une controverse existe sur le fait de savoir si les parents ou les enseignants ne recourent pas trop facilement à la médecine : n'assomme-t-on pas les enfants agités pour assurer la tranquillité au reste de la classe?
Lire la suite de l’article


La crise sociale française : des nouvelles précarités, des salariés plus isolés
par Eric Maurin

Au premier regard, la société française reste la société de classes qu'elle était dans les années 1950, avec un haut et un bas bien identifiés, se reproduisant implacablement de génération en génération.
Non seulement les classes populaires (ouvriers et employés) n'ont pas disparu, mais elles représentent toujours la majorité de la population active (environ 60 %). En apparence, leur situation salariale reste également très stable : un ouvrier (ou un employé) gagne 2,5 à 3 fois moins qu'un cadre, aujourd'hui comme il y a vingt ans. De même, le chômage touche toujours 3 ou 4 fois plus souvent les ouvriers ou les employés que les cadres. Enfin, la démocratisation de l'accès à l'enseignement secondaire n'a pas vraiment atténué les inégalités considérables de perspectives scolaires et sociales pour les enfants des différentes catégories.
L'échec scolaire au primaire et au collège reste 4 à 5 fois plus fréquent chez les ouvriers que chez les cadres : une majorité des enfants de cadres finiront cadres et une toute petite minorité (moins de 10 %) finiront ouvriers ou employés ; inversement, une majorité des enfants d'ouvriers finiront ouvriers ou employés. En somme, si l'on regarde le paysage à partir des catégories forgées dans l'après-guerre — ouvriers, employés, cadres, etc. —, il nous renvoie l'image d'une France très stable. Et pourtant, tout a changé.
Lire la suite de l’article


Pierre Rosanvallon, historien et président du cercle de réflexion "La République des idées".
"La société est ensevelie sous un épais vernis d'idéologies"

Parce que la société française ne se connaît plus. Elle est ensevelie sous un épais vernis d'idéologies, de préjugés, de clichés. Face aux transformations du capitalisme dans tous les grands pays industriels, il faut redéfinir complètement les stratégies d'action politique. Mais, pour que cela soit possible, il faut mener au préalable un exercice de compréhension critique de nos sociétés.
Prenons l'exemple des inégalités. On connaît bien les différences de patrimoine, de revenu, de capital culturel entre les individus. Mais ce qui explique mieux aujourd'hui les impatiences sociales et les peurs de déclassement, ce sont les différences de chances pour chacun de voir sa situation propre, ou celle de ses enfants, s'améliorer. C'est cela qu'il faut analyser. Se demander non seulement pourquoi le pourcentage des fils d'ouvriers à l'université est faible, mais prendre en compte le fait qu'il baisse dans les premières années de fac plus vite que pour les autres groupes sociaux.
Ce qui définit l'individu est son projet d'avenir. Il ne faut donc pas seulement s'intéresser aux inégalités de situations actuelles, mais aux trajectoires, aux possibilités, c'est-à-dire aux inégalités face à l'avenir. On le voit bien dans les banlieues, où l'une des causes des révoltes, c'est le blocage des possibles, des "capabilités", comme dit Amartya Sen. La vision républicaine est une vision statique et statistique de l'intégration : cela ne suffit plus pour comprendre les choses. Les émeutes récentes montrent que la question ne peut plus être "Que font-ils pour s'intégrer ?" ou "A quels modèles doivent-ils se conformer ?", mais : "Que fait la société française pour ouvrir l'horizon d'insertion de ces jeunes et augmenter le champ de leurs possibles ?"
Lire la suite de l’article


A Vitry-sur-Seine, une "prépa" pour devenir apprenti
Au mur de la salle de classe, une affiche représentant une part de bavarois aux fraises apparaît comme le seul élément incongru. Avec sa peinture beigeâtre, ses bureaux vieillots et son tableau noir, rien ne différencie le lieu d'une salle de classe ordinaire. Rien, pas même l'âge des neuf élèves qui assistent à un cours d'anglais, avec leurs bouilles d'enfants et leur dégaine de préadolescents. Pourtant, à 15 ans, ces jeunes ont déjà un pied dans le monde du travail.
Pas encore apprentis — l'âge minimal pour signer un contrat d'apprentissage est de 16 ans —, ils alternent chaque mois deux semaines de cours et deux semaines en entreprise. Elèves en classe préparatoire à l'apprentissage (CPA) au sein du centre de formation d'apprentis (CFA) François-Rabelais à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), Yohann, Mokhtar, Jonathan, Guillaume et leurs camarades ont intégré en fin de quatrième cette filière peu connue, qui existe pourtant depuis plus de trente ans.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 22/11/05


Rien vu...



-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 22/11/05



88% des Français pour plus d'écoles accueillant des élèves défavorisés
Une très large majorité de Français (88%) se déclare favorable à l'élargissement du nombre d'établissements accueillant des jeunes issus de quartiers défavorisés, selon un sondage CSA/France Europe Express et France Info qui sera diffusé mardi sur France 3.
"Certaines grandes écoles réservent des places à des jeunes issus des quartiers défavorisés. Souhaitez-vous que ce système soit étendu à d'autres établissements scolaires ?", a demandé ce sondage.
Lire la suite de l’article


Jimi Hendrix au programme du bac
Un des morceaux les plus fameux du guitariste et chanteur américain Jimi Hendrix, "Purple Haze" (1967), figure au programme de l'option musique du baccalauréat série L (littéraire) pour l'année scolaire en cours, a-t-on appris auprès du ministère de l'Education nationale.
"Purple Haze" (dans sa version originale ainsi que l'arrangement pour cordes de Steve Riffkin, réalisé pour le quator Kronos) figure dans l'une des quatre thématiques de la partie "Culture musicale" du programme "d'enseignement de spécialité musique, série L", intitulée "Musiques populaires et musiques savantes", peut-on lire sur le site internet du ministère (www.education.gouv.fr).
Lire la suite de l’article


Apprentissage à 14 ans: Larcher et de Robien consultent les partenaires sociaux
Gilles de Robien et Gérard Larcher vont entamer cette semaine avec les organisations syndicales et patronales des consultations sur l'apprentissage à 14 ans, une mesure qui devrait être mise en oeuvre à la rentrée 2006, a-t-on appris mardi auprès des ministères.
Lire la suite de l’article


Laïcité et engagement éducatif au menu du 7e salon de l'Education
Centenaire de la laïcité, diversité religieuse, mais aussi engagements d'associations partenaires de l'école seront les axes forts du 7e salon de l'Education qui se tiendra de jeudi à dimanche au parc des Expositions de la porte de Versailles à Paris (XVe).
Créé par la Ligue de l'enseignement en 1999, le salon de l'Education se veut cette année "engagé" et inscrit dans l'histoire, dans le contexte des célébrations du centenaire de la laïcité.
"Engagé" d'abord, car la Ligue a réservé plusieurs créneaux de son salon aux thèmes des "associations partenaires de l'école en danger".
"Les associations complémentaires de l'école, les mouvements pédagogiques ont joué un rôle décisif dans l'évolution du système éducatif. Qu'en est-il aujourd'hui alors que les aides publiques ne cessent de diminuer ?", interroge la Ligue de l'enseignement qui réserve un après-midi entier à ce sujet jeudi, dans un grand amphithéâtre.

Lire la suite de l’article


Proposition PS pour ouvrir classes prépa à tous le 1er décembre à Assemblée
La deuxième séance d'initiative parlementaire du groupe PS (niche) sera consacrée à une proposition de loi visant à ouvrir les classes préparatoires des grandes écoles aux "meilleurs élèves de tous les lycées de France et d'outre-mer", le 1er décembre à l'Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)


Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.