vendredi, décembre 16, 2005

Revue de presse du vendredi 16 décembre 2005

Un bon dossier dans Libération sur les classes prépas et les ZEP. Derrière cette question, il y a un débat fort ancien : veut-on simplement rétablir l’élitisme républicain ou veut-on réellement la réussite de tous ? Gérard Dupuy dans son éditorial ne dit pas autre chose « […]il ne suffira pas d'entrouvrir les portes de l'élitisme prétendu républicain aux cerveaux doués, mais pénalisés par les circonstances sociales, et d'envoyer les cancres turbulents en apprentissage à 14 ans pour tenir une réponse à la hauteur des enjeux ». Voilà qui est bien dit.
« Plus les jeunes mettent des mots, des sons, des gestes, des couleurs sur ce qu’ils ressentent, plus on fait reculer la violence. Le rap est l’exutoire d’un sentiment d’exclusion fondé sur une réalité que l’on devrait mieux prendre en considération. Lorsque, dans la même journée, vous êtes contrôlé plusieurs fois par la police – et plus que d’autres –, il y a de quoi ressentir de l’agacement. » . C’est que dit un éducateur de rue au journaliste de La Croix qui consacre un article mesuré et ouvert au Rap et à ses messages.


La chronique s’arrête pour la période des vacances. J’en profite pour souhaiter de bonnes fêtes à tous les lecteurs de cette (modeste) revue de presse. Rendez vous en 2006 !


Bonne Lecture et lisez les journaux papiers, c’est bien aussi...
----------------------------------------------
Libération du 16/12/05


Classes prépas : la bataille Paris-banlieue
Le débat fait rage entre les partisans d'intégrer les bons élèves de ZEP dans des lycées d'«excellence» et ceux qui défendent les établissements de ce type implantés sur place.
Lire la suite de l’article


Doisneau, la vitrine studieuse de Vaulx
Ce lycée de la banlieue lyonnaise parvient, avec succès, à compenser les difficultés sociales.
Lire la suite de l’article


Johanna Dagorn travaille sur l'exclusion des enfants de milieux populaires dans les collèges huppés :

«La mixité sociale ne peut être imposée»

Johanna Dagorn vient de présenter sa thèse sur les phénomènes d'exclusion dans les collèges favorisés, fondée sur l'étude ethnographique, pendant trois ans, de trois établissements publics des beaux quartiers aquitains. Après avoir travaillé sur 222 enfants de milieux populaires scolarisés dans ces collèges, elle souligne les limites de la mixité sociale.
Lire la suite de l’article


Editorial : Elitisme
Parmi les diverses attitudes d'esquive, la fuite en avant est la plus prisée par les esthètes à cause des gestes élégants qu'elle permet. Un exemple typique de cette astucieuse échappatoire peut être trouvé dans l'ardeur et le léger gâtisme avec lesquels on fait semblant de prendre quelques lycées des beaux quartiers parisiens pour mètre étalon d'un enseignement de qualité.
Face à l'ampleur des questions, notamment pédagogiques, soulevées par les émeutes du mois dernier, ce prurit élitiste est du même tonneau que, à l'autre extrême de la réalité scolaire, la chasse à la «méthode globale qui rend dyslexique» (et sourd, c'est prouvé). «Tous en prépa !» est d'ailleurs un excellent mot d'ordre puisqu'on sait que les facs démunies fleurissent à l'ombre de ces fameuses classes préparatoires dont le développement a permis aux classes moyennes d'échapper aux conséquences de la massification de l'enseignement qu'elles soutiennent par ailleurs.

Lire la suite de l’article


Loi Gayssot, un droit à l'histoire
par Mair WAINTRATER
, directeur de la rédaction de «l'Arche, le mensuel du judaïsme français».


La pétition «Liberté pour l'histoire» remet en cause un texte qui incrimine le déni de mémoire.

Lire la suite de l’article


Enfants «handicapés» sous clé
par André AGARD-MARECHAL, psychologue scolaire et psychothérapeute.

Les nouveaux décrets de l'Education nationale qui classent les élèves selon leurs difficultés inquiètent

Lire la suite de l’article


Fermer les ZEP, allumer TFI
par Pierre Marcelle

Du cafouilleux «Rebond» que signa hier dans ces pages Nicolas Sarkozy (qui faisait ce jour-là ministre de l'Education), j'ai surtout apprécié, outre son invite aux pédagogues à travailler main dans la main avec «le milieu local» (entendre : les patrons du coin), la brassée de fleurs sur le cadavre de la carte scolaire «qui n'existe plus que pour ceux qui ignorent comment la contourner», et le bouquet offert en cynique hommage aux profs «qui ne peuvent rien contre ce phénomène de ségrégation scolaire». Bien vu, mais qui peut, si pas eux ? L'Etat, est-on en droit de supputer, mais pas celui qui, notamment du côté de Neuilly, récuse dans le logement le principe de mixité sociale dont il fait semblant de pleurnicher la mort à l'école, dans les ghettos qu'il organise. Donc, avant de livrer, à peine pubères, à la section locale du Medef les gamins en difficulté, les «répartir» dans «les établissements environnants», dont on se demande par quel miracle le niveau s'y élèverait. En déportant les riches chez les pauvres ? Pas très libéral, ça... Le coup de la classe d'excellence à Henri-IV et des quotas de Sciences-Po, oui, bien sûr, mais au risque de promouvoir cent cas par an pour pérenniser cent mille échecs...[…]
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 16/12/05


ZEP : Nicolas Sarkozy s'oppose aux propositions de Gilles de Robien
«Il faut fermer les établissements où se concentre un pourcentage très élevé d'élèves en difficulté.» Dans un texte publié par Libération, Nicolas Sarkozy s'est opposé hier aux propositions de Gilles de Robien sur les ZEP, consistant à cibler les moyens sur les établissements les plus difficiles. Pour lui, plutôt que d'envoyer les meilleurs collégiens de ZEP dans des lycées de centre-ville, «ce qui aggravera la situation dans les établissements défavorisés», on ferait mieux de fermer les établissements et de répartir les élèves dans les établissements environnants. «C'est la seule solution pour rétablir la mixité sociale», assure-t-il.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 15/12/05 (un jour de retard)



Sniper passe entre les balles

La cour d’appel de Rouen a relaxé les quatre membres du groupe de rap, poursuivis par le ministère de l’Intérieur.

Lire la suite de l’article


Éducation Qui veut la peau du forum de la vie lycéenne ?
Sur le site de la vie lycéenne, il existait depuis quelques années un forum, le seul forum public de l’éducation nationale. À la base, celui-ci était destiné à « l’échange d’initiative des élus de la vie lycéenne », et plus généralement, à un échange d’informations sur les droits lycéens : ce bel outil de communication n’existe plus.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 16/12/05 ( payant)



Education
Les collégiens n'ont pas, en fonction de leur niveau scolaire et de leur lieu d'habitation, les mêmes chances d'entrer dans les meilleurs collèges et lycées. Une étude publiée hier par la direction des évaluations et de prospection révèle...

Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 16/12/05



Le rap entre haine et désespoir

Dans un contexte de violences en banlieues, des élus de la majorité demandent l'interdiction de certains textes de rap. Expression d'un malaise dans les cités, cette musique monte parfois aux extrêmes. Le rap ne fabrique pas la violence. Elle lui préexiste

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 16/12/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Ouest-France du 16/12/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 16/12/05



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 16/12/05


Une enseignante 
blessée au couteau 

Une jeune femme professeur d'arts plastiques dans un lycée d'Etampes a été grièvement blessée par un élève pendant un cours.

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 16/12/05



Sofiane, 17 ans, a vu son camarade poignarder l'enseignante
Délégué de la classe de BEP vente-actions marchandes du lycée professionnel Louis-Blériot d'Etampes, où une enseignante d'arts plastiques a été poignardée vendredi de trois coups de couteau par un élève, Sofiane, 17 ans, a assisté au drame et témoigne.
"C'était un coup prémédité. Je l'avais déjà croisé en début de semaine avec un couteau de cuisine large comme ça. Ce matin, il était très nerveux. A la récré de 10H00, une heure avant le cours, il a dit qu'il préparait quelque chose, mais on ne l'a pas cru", a déclaré Sofiane à la presse.

Lire la suite de l’article


Un nouveau dispositif pour démocratiser l'accès aux universités parisiennes
La mairie de Paris a annoncé jeudi qu'elle allait consacrer 100.000 euros dans le cadre du vote de son budget 2006 à un nouveau dispositif destiné à favoriser l'accès pour les lycéens de quartiers difficiles aux universités parisiennes.

Lire la suite de l’article


Maternelle sauvage dans le Jura: compromis pour réintégrer les élèves
Les neuf élèves de 2 à 3 ans qui suivent actuellement des cours de maternelle dans une classe sauvage à Champvans (Jura) devraient réintégrer les classes "régulières" de l'école début janvier, a-t-on appris vendredi auprès des parents et de la directrice de l'école.
L'Association pour la scolarisation de tous les enfants et le retour d'un instituteur à Champvans (Asteric) a accepté jeudi soir lors d'une assemblée la proposition faite en début de semaine par le préfet du Jura et l'inspection d'académie.

Lire la suite de l’article


Les communes financeront les dépenses des écoles privées, selon 1 circulaire
La commune de résidence d'un élève scolarisé dans une école privée d'une autre commune devra financer le fonctionnement de cette école privée, selon une circulaire parue jeudi au bulletin officiel de l'Education nationale et vivement critiquée vendredi par le SE-Unsa.

Lire la suite de l’article


Le Snes-FSU et le plan ZEP: réserves sur l'aide à l'orientation des élèves
Le principal syndicat du second degré, le Snes-FSU, a émis, vendredi dans un communiqué, des réserves sur le plan de réforme des ZEP et notamment la mesure concernant l'aide à l'orientation des élèves.

Lire la suite de l’article


Les régions demandent le report du transfert des personnels TOS
Les régions ont demandé un report du transfert des personnels TOS (techniciens et ouvriers de service) de l'Education nationale vers les collectivités territoriales prévu normalement en janvier 2006, a-t-on appris vendredi auprès des régions Pays de la Loire et Picardie.

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)


Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique

jeudi, décembre 15, 2005

Revue de presse du jeudi 15 décembre 2005

Aujourd’hui, les politiques écrivent sur l’école. On pourra lire en effet dans le journal Libération une tribune de Nicolas Sarkozy sur les ZEP et une autre de Jack Lang sur l’apprentissage à 14 ans.

N. Sarkozy, l’avait déjà dit par ailleurs, il veut déposer le bilan des ZEP. "Les raisons de ce revers sont triples", dit-il estimant que les moyens accordés ont été très insuffisants, qu'ils n'ont servi qu'à réduire légèrement le nombre d'élèves par classe ce qui est "sans influence sur la réussite scolaire" et qu'enfin, la politique des ZEP a "aggravé la ségrégation sociale". A ce propos, il note que "la carte scolaire n'existe plus que pour ceux qui ignorent comment la contourner".
"Les ZEP sont devenues un exemple typique des injustices que produit notre modèle social. La générosité qui soustend cette politique nous empêche de voir les effets pervers induits", ajoute-t-il.
"Plutôt que d'envoyer les meilleurs collégiens de ZEP dans des lycées de centre ville, ce qui aggravera la situation dans les établissements défavorisés, il faut fermer les établissements où se concentre un pourcentage très élevé d'élèves en difficulté et répartir ceux-ci dans les établissements environnants. C'est la seule solution pour rétablir la mixité sociale", souligne-t-il.

Jack Lang quant à lui, revient sur l’apprentissage à 14 ans. Il dénonce le renoncement et l’exclusion qui sont à l’œuvre avec cette mesure. « Même baptisé «apprenti junior» jusqu'à l'âge de 15 ans, le jeune de 14 ans est de facto éjecté du parcours scolaire commun des élèves. Qui peut croire un instant à la liberté laissée aux jeunes de pouvoir reprendre quand il le souhaite le chemin de l'enseignement classique ? Qui peut se laisser duper par la notion de volontariat ? L'apprentissage junior, c'est en fait la déscolarisation précoce pour tous les élèves issus de milieux défavorisés. C'est un voyage sans espoir de retour vers le cursus ordinaire qui est ainsi offert. » déclare t’il dans cet article. Il déclare également « Au lieu de diversifier les voies d'excellence au collège et de favoriser en milieu scolaire les pédagogies de l'alternance, la droite préfère organiser le plus tôt possible le tri social. »
Et si l’école était un des thèmes majeurs de la future campagne présidentielle ?
Attention ! avant-dernière chronique avant les vacances de Noël.
Bonne Lecture et bon courage en attendant les vacances et les fêtes...
----------------------------------------------
Libération du 15/12/05


Donner la priorité aux élèves

par Nicolas SARKOZY

[...]Le bilan des ZEP a été déposé depuis longtemps... dans les cartons du ministère de l'Education nationale. Pour évaluer les établissements, celle-ci en compare les résultats, non pas aux objectifs fixés par la nation, mais à des «résultats attendus» calculés en fonction de l'origine des élèves et des catégories socioprofessionnelles des parents. Je conteste radicalement cette méthode qui est l'inverse même du principe d'égalité républicain [...]
j'ai proposé que l'on passe d'une politique où les zones sont prioritaires à une politique où ce sont les élèves qui sont prioritaires. Je me réjouis que le ministre de l'Education nationale ait repris le même principe dans les propositions qu'il vient de faire au sujet des ZEP, ce qui n'empêche pas les établissements les plus difficiles de bénéficier de beaucoup de moyens puisqu'ils accueillent beaucoup d'élèves prioritaire [...]
Plutôt que d'envoyer les meilleurs collégiens de ZEP dans les lycées de centre ville, ce qui aggravera la situation des établissements défavorisés, il faut fermer les établissements où se concentre un pourcentage très élevé d'élèves en difficulté, et répartir ceux-ci dans les établissements environnants. C'est la seule solution pour rétablir la mixité sociale et donner à tous les enfants les mêmes chances. La République n'a pas le droit d'imposer une carte scolaire si elle n'est pas capable de garantir que tous les établissements se valent. [...]

Lire la suite de l’article


Apprenti à 14 ans: la machine à exclure
par Jack lang

Alors que les ghettos urbains de France ont jeté à la face de nos gouvernants le mal-être des cités, le chômage de masse de génération en génération, les discriminations face à l'embauche et la sortie de l'école de 60 000 jeunes sans qualification, le Premier ministre n'a eu qu'une réponse : la fin de la scolarisation obligatoire à 16 ans. [...]
Même baptisé «apprenti junior» jusqu'à l'âge de 15 ans, le jeune de 14 ans est de facto éjecté du parcours scolaire commun des élèves. Qui peut croire un instant à la liberté laissée aux jeunes de pouvoir reprendre quand il le souhaite le chemin de l'enseignement classique ? Qui peut se laisser duper par la notion de volontariat ? L'apprentissage junior, c'est en fait la déscolarisation précoce pour tous les élèves issus de milieux défavorisés. C'est un voyage sans espoir de retour vers le cursus ordinaire qui est ainsi offert. L'exemple allemand aurait pourtant dû alerter le gouvernement. [...]
La crise des cités a servi de prétexte pour casser le collège pour tous. Au lieu d'apporter de l'espoir dans les quartiers, le gouvernement fait la seule chose qu'il sait faire : de l'idéologie. Le modèle du casseur fait des émules là où on ne l'attend pas. Au lieu de diversifier les voies d'excellence au collège et de favoriser en milieu scolaire les pédagogies de l'alternance, la droite préfère organiser le plus tôt possible le tri social. En remettant en cause l'âge de la scolarité obligatoire, la droite fabrique une nouvelle machine à exclure et à précariser. Les jeunes en échec scolaire méritent mieux que cette invention d'une nouvelle voie de relégation scolaire. L'apprentissage est une voie noble. Elle doit être un choix et non une punition. Ce rôle de l'apprentissage, le gouvernement ne l'a pas compris. [...]

Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 15/12/05


Le ministère rebat les cartes de l'éducation prioritaire
Finis les sigles peu compréhensibles pour le profane de ZEP ou de REP et les connotations péjoratives qui les accompagnent lorsque sont évoqués les établissements scolaires difficiles. Pour redorer leur blason, le ministre de l'Éducation nationale préfère parler d' «éducation prioritaire

Lire la suite de l’article



-------------------------------------------
L'Humanité du 14/12/05 (un jour de retard)



Robien comprime la carte des ZEP et le parcours des élèves
Les moyens alloués à l’éducation prioritaire seront recentrés sur environ 200 établissements, baptisés « collèges ambition réussite ». L’individualisation y sera renforcée.

Lire la suite de l’article


« Des établissements sortiront du réseau prioritaire »
Bruno Mer est professeur au Val-Fourré et membre du secteur « collège » au SNES, principal syndicat chez les enseignants du secondaire.

Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien du 15/12/05 ( payant)



« On retient et on comprend mieux par le jeu »
Vous avez étudié les effets des jeux ludo-éducatifs sur les petits de maternelle... Alors ça marche ?

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
La Croix du 15/12/05



Rien vu...



------------------------------------------------
20 minutes du 15/12/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Ouest-France du 15/12/05



Au lycée pro, des jeunes à fleur de peau
Ils ont entre 15 et 17 ans et sont en première année de BEP « métiers de la production mécanique informatisée », au lycée Sud du Mans. Où la vie de classe n'est pas un long fleuve tranquille. Suite de notre série dans les établissements de l'Ouest.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 15/12/05



Les partis de gauche défendent le devoir de mémoire
Comment l'etat doit-il accomplir son devoir de mémoire sans entraver le travail des historiens ? Alors que dix-neuf d'entre eux ont rendu public, le 12 décembre, une déclaration contre les "interventions politiques" dans leur travail (Le Monde du 14 décembre), c'est au tour de vingt-cinq intellectuels de gauche dont Edgar Morin, Max Gallo et Paul Thibaud, de faire la même demande au nom de "la liberté de débattre". "Le pouvoir ne saurait régler (...) les perpétuels réaménagements de la conscience collective, (...) le dialogue avec le passé qui est indissociable de l'exercice des libertés publiques", écrivent-ils. Jeudi, l'ensemble des responsables de la gauche devaient se réunir pour présenter leur pétition exigeant l'abrogation de l'article 4 de la loi du 23 février sur le "rôle positif" de la colonisation.
Si la plupart des chefs de parti, au complet pour la première fois depuis 1996, justifient leur démarche au nom du devoir de mémoire mais aussi de la liberté de recherche, ils n'envisagent pas de suivre les chercheurs dans leur demande d'abroger les dispositions législatives qui ont "restreint la liberté de l'historien". A leurs yeux, la loi Gayssot réprimant la négation des crimes contre l'humanité, celle sur le génocide arménien ou la loi sur la reconnaissance de l'esclavage relèvent du "devoir de mémoire" que doit accomplir la représentation politique.

Lire la suite de l’article


Mémoire et histoire, examen critique ou repentance : le débat fait désormais rage
Pour avoir promulgué la loi du 23 février et son désormais fameux article 4, concernant le "rôle positif" de la colonisation, Jacques Chirac a contribué à déclencher une polémique qu'il aura désormais bien du mal à maîtriser. Boîte de Pandore, ce débat sur la mémoire exacerbe des passions contradictoires, dont le président est lui-même le reflet. […]
Admettons que le chef de l'Etat parvienne, via la mission qu'il a confiée au président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, à concilier exigences des historiens et devoir de mémoire. Il lui faudra encore apaiser les esprits politiques, qui commencent, eux aussi, à s'échauffer.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 15/12/05


Appel de la gauche
 contre la loi de février
Les leaders de toute la gauche demandent à Jacques Chirac d'abroger l'article sur "le rôle positif" de la colonisation "au plus tard le 31 décembre".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 15/12/05



Egalité des chances: l'Agence contre l'illettrisme craint de disparaître
L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) a fait part jeudi à la presse de ses vives inquiétudes à la lecture de l'avant-projet de loi pour l'égalité des chances qui, selon elle, prévoit sa disparition.
En effet, le projet prévoit la création d'une Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances devant "mettre en oeuvre des actions visant à l'intégration des populations immigrées" et "concourir à la lutte contre les discriminations dont elles pourraient être victimes".Il ajoute que les missions de l'ANLCI lui seront transférées "à la date d'expiration ou de dénonciation de la convention conclue entre l'Etat et cette association".

Lire la suite de l’article


L'Observatoire des ZEP dubitatif et réservé sur le plan de réforme des ZEP
L'Observatoire des zones prioritaires (OZP), association de professionnels et experts des ZEP, s'est déclaré, jeudi dans un communiqué, plutôt dubitative et réservée à l'égard du plan de réforme ministériel proposé mardi.
"Recentrer l'effort sur les zones les plus en difficulté était devenu nécessaire depuis longtemps et le départ progressif des zones dont le maintien dans le dispositif prioritaire n'est pas justifié est souhaitable", a approuvé l'OZP.
Toutefois, il se montre réservé sur l'action +axée sur les individus+.

Lire la suite de l’article


Le SNUipp et l'abandon des méthodes globales: "déclarations intempestives"
Le principal syndicat des écoles, le SNUipp-FSU, s'est élevé, jeudi dans un communiqué, contre les déclarations du ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, sur les méthodes de lecture, les qualifiant d'"intempestives".

Lire la suite de l’article


Ségrégation et niveaux scolaires: résultats disparates en France (étude)
La relation entre l'affectation des collégiens dans les lycées et leur niveau scolaire n'est pas la même selon les académies, a révélé jeudi une étude de la direction des évaluations et de la prospection (DEP) du ministère de l'Education nationale.

Lire la suite de l’article


Sarkozy: Fermer les établissements concentrant les élèves en difficulté
Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a proposé jeudi de "fermer les établissements où se concentre un pourcentage très élevé d'élèves en difficulté et de répartir ceux-ci dans les établissements environnants" afin de supprimer les ghettos et rétablir la mixité sociale.
Dans une tribune publiée dans Libération, le ministre réitère que la politique des ZEP, "idée généreuse", s'est soldée par un échec avec un écart de niveau ne cessant de s'accroître.

Lire la suite de l’article


Manifestation à Charleville-Mézières contre les fermetures de collèges
Un millier de personnes selon les syndicats, 700 selon la police, ont manifesté jeudi à Charleville-Mézières pour protester contre la suppression annoncée de dix collèges dans le département des Ardennes.

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

mercredi, décembre 14, 2005

Revue de presse du mercredi 14 décembre 2005

ZEP: les mêmes moyens à concentrer c’est ce titre de 20 minutes qui me semblent le mieux résumer l’analyse qu’on peut faire du plan de « relance » des ZEP présenté hier par Gilles de Robien. Les moyens seront donc concentrés sur 250 collèges. Pourquoi pas ? Mais si cela se traduit par une baisse des moyens pour les 750 autres établissements, je ne sais s’il faut s’en réjouir... Par ailleurs, comme le relève la FCPE dans un communiqué, "Une mesure est inquiétante et scandaleuse". Il s'agit de "celle qui permet aux bons élèves des collèges +Ambition réussite+ de contourner la carte scolaire pour aller dans de +bons lycées+. C'est conforter une situation qu'il faut au contraire changer", estime la fédération.
L’autre sujet que le ministre veut mettre en avant, c’est bien sûr la question de l’apprentissage de la lecture. Il faut lire à ce sujet, le texte d’Alain Bentolila dans Le Figaro qui prend ses distances avec l’entêtement ministériel. Celui ci insiste sur le fait que la lecture n’est pas qu’une question de méthode et que la question de l’illettrisme ne peut se limiter à la seule période du cours préparatoire mais mobilise tout le primaire et le collège.

Bonne Lecture...
---------------------
Libération du 14/12/05


Robien décidé à chouchouter 250 collèges de ZEP
Les moyens seront concentrés sur ces établissements aux dépens d'autres.

Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 14/12/05


Gilles de Robien veut en finir au plus vite avec la méthode globale
LA POLÉMIQUE liée à la fin de la méthode globale d'apprentissage de la lecture soulevée par Gilles de Robien il y a deux semaines, ne semble pas se tarir. Avant de présenter son plan sur les ZEP et de rencontrer hier l'association des maires de France, le ministre de l'Education nationale a tenu à revenir longuement sur le sujet. Car, selon lui, le premier devoir de l'égalité des chances, c'est de transmettre aux enfants les clefs de la liberté que sont la lecture et l'écriture.

Pour Gilles de Robien il s'agit d'indiquer «une bonne fois pour toutes, de manière parfaitement explicite, ce qui est recommandé comme cheminement méthodique pour apprendre à lire aux enfants». Une circulaire sera éditée avant la fin de la semaine.

Lire la suite de l’article



Quelques vérités sur l'apprentissage de la lecture
Par Alain Bentolla

Lors de l'apprentissage de la lecture, apprendre à déchiffrer constitue un savoir-faire nécessaire, non pas simplement pour oraliser le signifiant phonique d'un mot mais pour en découvrir le sens alors même que l'élève ne l'a encore jamais lu. Nous devons affirmer avec force que le but de la maîtrise des relations grapho-phonologiques constitue un incontournable de l'apprentissage ; mais ajouter aussitôt que son but est d'accéder au sens des mots «inélus» et non pas seulement au bruit des mots.[…]
Une dernière question reste à poser : a-t-on fini d'apprendre à lire au sortir du cours préparatoire ? La réponse est non, cent fois non ! Beaucoup reste à faire, et je dirais même l'essentiel reste à faire. La population scolaire que nos écoles accueillent aujourd'hui est très différente de celle que mon père recevait il y a quarante ans dans sa classe de CM. On ne peut plus penser qu'une fois les mécanismes de la lecture acquis tous les élèves vont hardiment s'engager dans ce que l'on appelait la «lecture courante». Beaucoup, privés d'une médiation familiale bienveillante et exigeante, ont besoin que l'école leur apprenne à comprendre. Beaucoup doivent prendre conscience que l'on ne lit pas de la même façon un énoncé de mathématiques et un conte merveilleux car on n'en trouvera jamais la solution. Beaucoup doivent être accompagnés sur le chemin d'une lecture de plus en plus longue. Ce sont ces capacités de polyvalence et d'endurance que le collège va exiger de tous les élèves. Si l'on refuse d'accepter que l'entrée au collège ne soit pour certains un jeu de massacre dans lequel chaque discipline dénoncera leur insuffisance, on doit dire avec force que l'apprentissage de la lecture ne peut se concevoir que dans la continuité.
Lire la suite de l’article


Les troubles de l'enfant agressif et la médecine
Par Isabelle Gasquet Psychiatre, épidémiologiste ( Assistance publique Hôpitaux de Paris ), au nom des auteurs de l'Expertise collective de l'Inserm.

L'Inserm a récemment publié une expertise sur un trouble mental dont la reconnaissance remonte aux années 60, le trouble des conduites. Ce terme renvoie à des comportements répétés et durables d'agressivité pouvant aboutir à des actes de violence graves. L'expertise a suscité des réactions enflammées qui jettent la confusion sur ses résultats et leurs implications. Or, que dit-elle ?
Lire la suite de l’article


Colonisation : Villepin refuse de se prononcer explicitement
«Je suis fier d'être Français !», s'est exclamé mercredi à l'Assemblée nationale le premier ministre. Il a refusé de s'engager de façon explicite sur le retrait de l'article de loi relatif au «rôle positif» de la colonisation.

Lire la suite de l’article


Dix-neuf historiens signent une pétition contre la «vérité officielle»
RENÉ RÉMOND, Pierre Vidal-Naquet, Alain Decaux, Jean-Pierre Azéma, Mona Ozouf, Michel Winock ou Jean-Pierre Vernant : jusqu'à présent en retrait, les plus grands noms de l'historiographie française viennent de faire irruption dans le débat sur «le rôle positif» de la colonisation. Dans un texte rendu public lundi et intitulé «Liberté pour l'histoire !», dix-neuf historiens demandent «l'abrogation de dispositions législatives indignes d'un régime démocratique». A commencer par cet article 4 de la loi du 23 février 2005, déjà âprement critiqué.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 14/12/05



Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 14/12/05 ( payant)



Et maintenant les collèges « ambition réussite » !
Gilles de Robien a décidé de mettre le paquet sur les 200 collèges les plus en difficulté. Hier, le ministre de l'Education a annoncé qu'ils seront dotés de moyens supplémentaires.

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 14/12/05



La nouvelle "ambition réussite" des ZEP
Le premier ministre s’était engagé à recentrer la politique d’éducation prioritaire sur les établissements les plus sensibles. Promesse tenue. Le ministre de l’éducation Gille de Robien a présenté, mardi 13 décembre, les nouvelles règles du classement en zone d’éducation prioritaire (ZEP). Depuis sa création au début des années 1980, ce dispositif s’est petit à petit étendu, puis figé.
Aujourd’hui, plus de 20 % des collégiens sont scolarisés dans un établissement relevant de l’éducation prioritaire. Tous les observateurs dénoncent des objectifs mal ciblés et un saupoudrage de moyens. Gilles de Robien a donc choisi d’opérer un tri dans ces établissements qui seront désormais répartis en trois catégories.

Lire la suite de l’article


Plan ZEP: Robien assure que les autres établissements ne seront pas lésés
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a assuré mercredi que l'attribution de moyens supplémentaires annoncés pour les 200 à 250 collèges nouvellement labellisés "Ambition réussite" ne se fera "pas du tout" au détriment d'autres établissements.

Lire la suite de l’article


Nos garçons ne seront pas des machos
Les parents s'efforcent d'éduquer leurs garçons en les autorisant à exprimer leur sensibilité, sans encourager les comportements machistes
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
20 minutes du 14/12/05



ZEP: les mêmes moyens à concentrer

Après l’annonce des « quinze mesures concrètes » (lire ci-contre) de Gilles de Robien, ministre de l’Education nationale, pour réformer les zones d’éducation prioritaires (ZEP), le milieu éducatif reste dubitatif. Pour Bernard Boisseau, secrétaire général du Syndicat national des enseignements de second degré (Snes), « ce plan de renforcement ressemble à un plan de dynamitage des ZEP. Parce qu’au-delà de la myriade de mesures annoncées, aucun souffle nouveau n’est redonné aux zones d’éducation prioritaires. Les moyens d’aujourd’hui vont être redéployés demain vers les établissements les plus difficiles », au nombre de 200 à 250. Ce qui revient, selon lui, à « déshabiller les 750 autres établissements ZEP ».

Lire la suite de l’article


Encore des classes sans prof
Des classes sans enseignants et une liste de maîtres admis sur liste complémentaire qui s’allonge. C’est pour dénoncer ce paradoxe que des syndicats d’enseignants appellent à manifester devant le rectorat de Paris (20e) demain à 18 h 30. Dans au moins une dizaine d’écoles parisiennes, des congés longs n’auraient pas été remplacés. Par ailleurs, seulement 12 des 172 personnes qui n’ont pas réussi le concours de professeur des écoles mais sont sur liste complémentaire, auraient eu un poste depuis la rentrée.

Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 14/12/05



Editorial : Pour des collèges fiers d'eux-mêmes
par Bernard LE SOLLEU.

L'Éducation nationale en a-t-elle, cette fois, vraiment conscience ? Un mois après la révolte des banlieues, elle joue gros, comme on dit vulgairement, avec cette réforme des zones d'éducation prioritaire (les Zep) annoncée hier. Non seulement il y va de l'avenir de près de deux millions d'élèves, mais encore d'une certaine idée de la République, de l'égalité et de la cohésion sociale. On assiste, en réalité, à un quitte ou double. Quitter, tirer un trait sur ces Zep « en dépôt de bilan », c'était l'option brutale prônée par Nicolas Sarkozy. À l'inverse, Dominique de Villepin et son ministre, Gilles de Robien, veulent redoubler d'ambition et de moyens, mais sur un nombre restreint de collèges de banlieues (200 à 250). Le débat, à droite, a le mérite d'être radical, bien qu'il soit quelque peu biaisé par les rivalités politiques.
L'enjeu est vital pour l'école publique. Il s'agit de redonner du sens et du contenu à l'égalité des chances.[…]

Lire la suite de l’article


Priorité aux 200 collèges les plus difficiles
Gilles de Robien a présenté, hier, son plan de lutte contre l'échec scolaire. Recrutement de mille professeurs, aide aux devoirs, études du soir... Le ministre de l'Éducation affiche de grandes ambitions, concentrées sur un petit secteur : celui des 200 collèges de l'Hexagone les plus difficiles.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 14/12/05



Réactions au plan de réforme des ZEP
La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) s'élève contre la réforme des ZEP, qu'elle considère comme un scandale. "On s'oriente vers une remise en cause de leur principe même. Le ministre a décidé de hiérarchiser les ZEP, ce qui signifie un désengagement pour la majorité d'entre elles", déclare la FIDL dans un communiqué. Les lycéens s'inquiètent aussi des possibilités de déroger à la carte scolaire, et de choisir un lycée hors zone, pour les meilleurs élèves de collège en ZEP. Selon eux, "au lieu de favoriser la mixité sociale, cela risque gravement de favoriser la constitution de lycées-ghettos".
De son côté, le principal syndicat du primaire, le SNUipp-FSU, dénonce "une vraie-fausse relance". Il déplore que le ministre, "en confiant le pilotage de sa politique d'éducation prioritaire au collège, oublie totalement l'école maternelle et élémentaire, alors que la réussite se construit dès le plus jeune âge". Evoquant les 1 000 enseignants supplémentaires devant être affectés aux 200 collèges "Ambition réussite", le syndicat rappelle que n'étant pas inscrits au budget, ces postes risquent d'être créés par redéploiement. "Que deviendront les autres établissements ?", s'interroge le syndicat.[…]

Lire la suite de l’article


Des chefs d'entreprise parraineront les mineurs délinquants ou en difficulté

Le garde des sceaux, Pascal Clément, devait lancer, mercredi 14 décembre, un système national de parrainage des mineurs délinquants ou en difficulté par des professionnels d'entreprise. La chancellerie demande à ces derniers un engagement bénévole minimum, à partir du début de l'année 2006. Mot d'ordre : "Offrez six heures de votre temps."

Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 14/12/05


Loi de février : Villepin
botte en touche
« Fier d'être Français », Dominique de Villepin "assume toute l'histoire de France" et refuse de répondre à la gauche qui demande l'abrogation de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 qui reconnaît un "rôle positif" à la colonisation française.
"Il est normal que nous nous posions des questions sur notre identité commune mais, oui, je suis fier d'être Français, j'assume toute l'histoire de France", a lancé le Premier ministre lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale mercredi 14 décembre.

Lire la suite de l’article


Lecture : Robien
reçoit les éditeurs
Le ministre de l'Education Nationale, Gilles de Robien a rencontré mercredi 14 décembre les éditeurs de manuels scolaires pour discuter avec eux de l'arrêt de la méthode "globale" d'apprentissage de la lecture.
Il leur a réitéré sa volonté d'abandonner "toute méthode d'apprentissage de la lecture qui s'apparente, de près ou de loin, à la méthode globale ou semi-globale", mais sans leur donner de consignes.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 14/12/05



Editeurs scolaires: nos manuels sont tous conformes aux programmes
Les éditeurs scolaires sont reçus mercredi par le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, sur le problème des méthodes d'apprentissage de la lecture et Marie-Noëlle Audigier, directrice générale de Hatier et présidente de "Savoir livres", association regroupant les éditeurs scolaires fait le point.

Lire la suite de l’article


Réforme des ZEP: "tri méritocratique" pour la FCPE

La principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, s'est élevée mercredi, dans un communiqué, contre la réforme des ZEP annoncée la veille et notamment contre la possibilité de déroger à la carte scolaire, dénonçant un "tri méritoccratique des élèves".
"Une mesure est inquiétante et scandaleuse", a jugé la FCPE. Il s'agit de "celle qui permet aux bons élèves des collèges +Ambition réussite+ de contourner la carte scolaire pour aller dans de +bons lycées+. C'est conforter une situation qu'il faut au contraire changer", estime la fédération.

Lire la suite de l’article


Hollande (PS) : "donner davantage de ressources et d'encadrement" aux ZEP
Le Premier secrétaire du PS, François Hollande, estime, dans un entretien au Point à paraître jeudi, qu'il faut "donner davantage de ressources et d'encadrement" aux ZEP "après redéfinition de leur périmètre".

Lire la suite de l’article


Robien: deux-tiers des établissements ont des modalités de remplacements
Deux-tiers des établissements scolaires "ont mis en place des modalités de remplacements", a affirmé mercredi le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, en réponse à une question à l'Assemblée nationale sur les remplacements des profs absents pour une courte durée.

Lire la suite de l’article


Orléans: manifestation de lycéens contre des reconduites à la frontière
Quelque 500 lycéens, selon la police, ont manifesté, mercredi dans le centre d'Orléans, leur solidarité avec deux de leurs camarades immigrés, frappés par des arrêtés préfectoraux de reconduite à la frontière.

Lire la suite de l’article




-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

mardi, décembre 13, 2005

Revue de presse du mardi 13 décembre 2005

En 1982, on comptait 10% d’écoliers dans les zep et 8,3% de collègiens. Aujourd’hui , près d’un élève sur cinq est en ZEP soit1.700.000 élèves français dont 1.000.000 dans les écoles primaires et 560.000 dans les collèges.

Près de 25 ans après leur création, les ZEP connaissent donc leur troisième plan de relance et le Ministre de Robien propose de concentrer l’effort sur les 250 collèges les plus difficiles. Pour ces collèges on ne parle plus d’éducation prioritaire mais d’ « ambition-réussite ». Tout cela est essentiellement détaillé dans le journal de l’après-midi qu’est Le Monde, seul journal a intégrer les résultats de la conférence de presse tenue en fin de matinée. On pourra y lire aussi une interview du Ministre. Toutefois, dans les dépêches, on peut déjà lire les premières réactions syndicales et politiques.
Il faut rappeler que l’une des raisons qui avaient poussé les lycéens à défiler étaient le refus des inégalités à l’école. Est-ce que ce plan permettra de répondre à cette attente. Dans le contexte de cette fin d’année, il n’y aurait rien de pire que des mesurettes et un espoir déçu…
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 13/12/05


Histoire, ni en blanc ni en noir
par Barbara LEFEBVRE
, professeure 
d'histoire 
et géographie dans 
le secondaire.

Les débats lancés ou relancés par l'article 4 de la loi du 23 février 2005 auront sans doute permis à l'opinion publique de vérifier la réalité des tensions fortes existant en France entre, d'un côté, les historiens défendant l'autonomie d'une réflexion savante qui s'élabore lentement, discrètement et selon un ensemble de règles scientifiques et, de l'autre, les tenants de revendications mémorielles de toute nature allant de la réhabilitation d'une page de «gloire nationale» à la dénonciation virulente de sa dimension criminelle. Mais le public a-t-il remarqué que c'est sur le terrain de l'histoire scolaire, celle qui sera enseignée à leurs enfants du primaire au secondaire, que s'est jouée cette logique de surenchère entre des démarches mémorielles concurrentes mais participant toutes à remettre en cause non seulement l'autonomie mais le rôle de transmission de la recherche historique vers le public non spécialiste ?[…]
Enseignants ou parents d'élèves, tous citoyens, nous devons veiller à ce que l'histoire enseignée reste celle du consensus historique émergeant de la confrontation scientifique au cours des débats entre chercheurs en sciences humaines aux points de vue et méthodes différents mais complémentaires. Seule la recherche historique est habilitée à définir ce socle commun des connaissances historiques à un moment donné qui sera enseigné aux citoyens de demain. Si les militants de la mémoire guidés par une vision exclusiviste peuvent stimuler la recherche, leur rôle n'est certainement pas d'annexer l'analyse historique dont ils refusent par principe le filtre démythificateur. L'enseignant d'histoire doit pouvoir continuer d'amener ses élèves à entendre que l'histoire ne s'écrit ni en blanc ni en noir, mais en gris, le coeur tendre mais l'oeil sec et souvent au crayon à papi

Lire la suite de l’article


Liberté pour l'histoire
Une pétition pour l'abrogation des articles de loi contraignant la recherche et l'enseignement de cette discipline.
Lire la suite de l’article


Béranger et les rappeurs
par Marcela IACUB

«Un homme d'esprit a dit de l'ancien gouvernement de la France qu'il s'agissait d'une monarchie absolue tempérée par les chansons. Cette habitude de faire des chansons sur les événements, même les plus sérieux, est chez nous si forte et si soutenue qu'elle a fait naître le proverbe qu'en France tout finit par des chansons.» C'est à peu près en ces termes que le brillant avocat Dupin commença sa plaidoirie lors d'un des (nombreux) procès qui conduisirent à deux reprises en prison, sous la Restauration, Pierre Jean de Béranger (1780-1857), le célèbre poète et chansonnier. «Aujourd'hui, continuait l'avocat, qu'il n'y a plus de monarchie absolue, mais un de ces gouvernements nommés constitutionnels, les ministres ne peuvent pas supporter la plus légère opposition ; ils ne veulent pas que leur pouvoir soit tempéré, même par les chansons. Leur susceptibilité est sans égale...» Ne pourrait-on en dire autant de cette République qui veut traîner quelques rappeurs devant les tribunaux pour leurs chansons ? […]
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 13/12/05


Le gouvernement veut remodeler la carte des ZEP
Gilles de Robien annonce aujourd'hui une quinzaine de mesures concrètes pour réformer les zones d'éducation prioritaires.
Lire la suite de l’article



Banlieues : Chirac insiste sur «le choix des mots»
Le président tire les leçons de la crise de novembre et propose une journée du souvenir pour les descendants d'esclaves.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 12/12/05 (un jour de retard)



Comment se porte le modèle laïc ?
Le mardi d’Espaces Marx et de l’Humanité de ce 6 décembre a eu le mérite de poser et d’affronter sans détours la question.
Lire la suite de l’article


Colonisation : Jacques Chirac crée... « une mission »
L’Élysée tente de désamorcer la polémique sur le « rôle positif » de la colonisation en créant une « mission pluraliste ». Sarkozy, lui, fustige la « repentance systématique ».

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 13/12/05 ( payant)



Les ZEP ont besoin d'un second souffle
Comment permettre aux ZEP, les zones d'éducation dans lesquelles un jeune sur cinq est aujourd'hui scolarisé, de mieux faire réussir les élèves ? C'est tout l'enjeu du plan de relance de ces établissements difficiles, annoncé ce matin...

Lire la suite de l’article



« Je rêve de vrais moyens supplémentaires »
«WAH ! Madame Fis, elle a trop la classe ! » Deux ados hilares se poussent du coude en détaillant l'intéressée. Tailleur strict, talons aiguilles et coupe de cheveux impeccable... Au collège République de Bobigny, le look de la principale détonne

Lire la suite de l’article



« Il faut concentrer l'effort sur un quart des établissements »
Qu'attendez-vous en priorité des mesures pour les ZEP ? Nicolas Renard. On ne pourra relancer les ZEP sans leur consacrer d'importants moyens financiers. L'autre priorité, c'est de mettre le paquet là où les difficultés scolaires et sociales sont les...

Lire la suite de l’article




Collège République à Bobigny (93)
985 élèves, alors que le collège, construit en 1970, était prévu pour 700 ! 53 % sont boursiers, 70 % vivent dans des familles aux revenus précaires, toutes ou presque étant issues de l'immigration récente. Un élève sur cinq est étranger

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 13/12/05



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 13/12/05



« Aller à Sciences-Po, si on en est capable »
Reportage avec des lycéens d’une ZEP alors qu’un plan de réforme est présenté aujourd’hui

Lire la suite de l’article


La région veut relancer l’apprentissage

Objectif ambitieux. La région Ile-de-France s’est engagée hier à accueillir 100 000 apprentis d’ici à 2010. Toutes filières confondues, du CAP au diplôme d’ingénieur, ils ne sont aujourd’hui qu’un peu plus de 60 000. Un accord, prévoyant 400 millions d’euros de financements, a été signé entre Jean-Louis Borloo, ministre (UMP) de l’Emploi et de la Cohésion sociale, Jean-Paul Huchon, le président (PS) du conseil régional, et les trois recteurs d’académie de la région parisienne.

Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 13/12/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 14/12/05



Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale
"1 000 professeurs expérimentés dès 2006 pour les ZEP"

[…]Nous allons créer trois niveaux parmi les dispositifs de l'éducation prioritaire. Le premier, EP1, pour éducation prioritaire 1, correspondra aux collèges "ambition réussite" et aux écoles de leur secteur. Le niveau EP2 concerne les zones urbaines moins sensibles, qui comportent plus de mixité sociale : les établissements continueront d'y recevoir les moyens actuels. Le niveau EP3 cible les établissements qui ont vocation à sortir en trois ans du dispositif de l'éducation prioritaire. Les personnels actuellement en fonction conserveront les indemnités liées à l'éducation prioritaire tant qu'ils seront en poste dans ces établissements.[…]

Lire la suite de l’article


Mémoire et histoire, examen critique ou repentance : le débat fait désormais rage
Pour avoir promulgué la loi du 23 février et son désormais fameux article 4, concernant le "rôle positif" de la colonisation, Jacques Chirac a contribué à déclencher une polémique qu'il aura désormais bien du mal à maîtriser. Boîte de Pandore, ce débat sur la mémoire exacerbe des passions contradictoires, dont le président est lui-même le reflet. Le 9 décembre, M. Chirac a affirmé que "ce n'est pas à la loi d'écrire l'histoire". Chiche, lui ont répondu en substance dix-neuf historiens, lundi, en réclamant l'abrogation des dispositions législatives touchant leur champ de compétence. Parmi celles-ci figure la loi du 21 mai 2001, qui reconnaît l'esclavage et la traite des Noirs comme crimes contre l'humanité.[…]

Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 13/12/05


Education : un plan
 pour les ZEP
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien doit annoncer ce mardi "15 mesures concrètes" pour les Zones d'éducation prioritaire.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 13/12/05



17 propositions du Snes pour "une vraie relance des ZEP"
Le principal syndicat des collèges-lycées, le Snes-FSU, a lancé lundi "17 propositions pour une vraie relance des ZEP", à la veille des annonces du ministre de l'Education nationale qui doit présenter "15 mesures concrètes" pour ces établissements.
"Le récent rapport de l'Inspection générale de l'administration de l'Education nationale confirme les conclusions de nombreuses enquêtes: la politique des ZEP a permis de faire atteindre (à ses élèves, ndlr) des résultats bien meilleurs que ceux auxquels on devait s'attendre", a constaté le Snes dans un communiqué.
Le syndicat a ainsi proposé 17 mesures pour "une vraie relance des ZEP", parmi lesquelles "une plus grande mixité sociale" dans ces établissements avec une "carte scolaire plus équitable".
Il a aussi demandé la fin de la "multiplication" des labels étiquetant les zones difficiles (ZEP, REP, etc.), en proposant une "dénomination unique".

Lire la suite de l’article


Robien: 200 à 250 collèges ZEP labellisés +Ambition réussite+
Deux cents à 250 collèges classés ZEP (zone d'éducation prioritaire) bénéficieront d'une action ciblée appelée "ambition réussite", a annoncé mardi le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien lors d'une conférence de presse.
Cette annonce fait partie d'un plan de réforme des ZEP qui doit se matérialiser par "quinze mesures concrètes" en faveur des établissements dits prioritaires.

Lire la suite de l’article


Les stages en entreprise, l'un des volets du plan de renforcement des ZEP
Le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien a annoncé mardi matin à Mantes-la-Jolie (Yvelines) que "les stages en entreprises étaient un volet du plan de renforcement des zones d'éducation prioritaire" (ZEP).

Lire la suite de l’article


Réforme ZEP: "dynamitage" dit le Snes, "risque de fragilisation" pour l'Unsa
Le Snes-FSU, premier syndicat des lycées et collèges, s'est indigné mardi des mesures annoncées par le ministre de l'Education nationale sur l'éducation prioritaire qui constituent, selon lui, "un véritable plan de dynamitage de la politique des ZEP".
Il a déploré dans un communiqué qu'aucun moyen nouveau ne soit débloqué mais que "tout se fasse, au contraire, par redéploiement dans le cadre d'un budget programmé à la baisse avec recentrage des moyens sur un établissement sur cinq ce qui va de fait exclure et abandonner tous les autres".
Le Snes a également désapprouvé "les parcours profondément dérogatoires qui accentuent la ségrégation avec mesures dites d'excellence pour les plus +méritants+ et mesures de relégation pour les autres".

Lire la suite de l’article


Le PCF et Jack Lang rejettent le plan de Robien sur les ZEP
Le député socialiste du Pas-de-Calais, Jack Lang, et le Parti communiste français (PCF) ont, dans des communiqués distincts, rejeté le plan ZEP, annoncé par le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien, qui concentre les moyens sur certains établissements au détriment d'autres.

Lire la suite de l’article


Laurence, jeune prof en ZEP, "stupéfaite" par l'indiscipline de ses 6e
"Stupéfaite" le jour de la rentrée devant sa classe de sixièmes "remuants", Laurence Montel, prof d'histoire de 30 ans en ZEP, a pris l'habitude de "ne pas pouvoir en placer une" et tente de relever ce "défi ambigu" entre affection réelle pour ses élèves et volonté de fuir à tout prix.

Lire la suite de l’article


L'éducation classée priorité n°1 par les habitants de Seine-St-Denis
Le thème Education et réussite scolaire arrive en tête (74%) des domaines jugés "tout à fait prioritaires" dans l'avenir par les habitants de Seine-Saint-Denis qui ont répondu à une vaste consultation organisée à la rentrée, a annoncé mardi le conseil général.

Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)


Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique

lundi, décembre 12, 2005

Revue de presse du lundi 12 décembre 2005

Deux sujets à l’ordre du jour : les méthodes de lecture et les Zep.
En ce qui concerne la polémique sur les méthodes de lecture, vos journaux proposent des analyses intéressantes et qui permettent de remettre à sa place les déclarations du Ministre concernant la méthode globale. On peut citer en particulier les analyses d’Emmanuel Davidenkoff et de Bernard Gorce respectivement dans Libération et dans La Croix. L’un et l’autre montrent bien que cette querelle est en grande partie dépassée et que le ministre s’appuie sur un rapport qu’il aurait mal interprété d’après ses auteurs (Problème de lecture ?). Le Monde nous informe aussi que les orthophonistes refusent également leur instrumentalisation dans les propos du Ministre. Mais Gilles de Robien s’entête et insiste "Je n'ai jamais dit méthode globale seule mais méthode globale et assimilée, on a évolué avec des méthodes mixtes et semi-globales", a-t-il assuré lors d'un point presse à l'issue d'une visite au lycée technique Margueritte à Verdun. "Je vais passer de la parole aux actes en envoyant cette semaine une circulaire à tous les inspecteurs et enseignants", a-t-il ajouté.
En ce qui concerne les ZEP, l’heure est à la réforme. On lira avec intérêt un bon papier dans Le Monde de ce week-end sur le bilan des Zep. Quelle sera cette réforme ? On n’en connaît pas encore le détail. Mais les choses semblent aller vite puisqu’une conférence de presse de M. De Robien est prévue demain sur ce sujet. Dores et déjà, on apprend par une dépêche que ce plan devrait se matérialiser par "quinze mesures concrètes" pour « revitaliser » les Zep. On verra donc cela plus précisément demain (ou plutôt après demain étant donné l’heure de la conférence de presse) mais si le plan comporte la même dose de schématisme et de méconnaissance de la réalité que les déclarations sur la lecture, on peut être inquiet…

Bonne Lecture (quelle que soit la méthode) ...
----------------------------------------------
Libération du 12/11/05


Robien fait sa pub sur le dos de la méthode globale

Alors que cette façon d'apprendre à lire est déjà écartée des programmes, le ministre attise la polémique.
Lire la suite de l’article


Comment s'en débarrasser?
La symbolique est redoutable ¬ c'est là son moindre défaut. Elle l'était plus que jamais, en cette fin de semaine passée, dans le spectacle d'une incapacité d'Etat confinant à l'absurde. Soit un Parlement se découvrant soudain, près d'un an après l'avoir voté, avec sur les bras un monstre législatif ¬ je parle de l'amendement IV de la loi du 23 février 2005, relatif au «rôle positif» de la colonisation.

Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 12/11/05


Des musulmans s'opposent à la représentation d'une pièce de Voltaire
VOLTAIRE suscite toujours la polémique, même au coeur du pays de Gex, où il vécut les dix-huit dernières années de sa vie. C'est plus particulièrement la pièce Le Fanatisme ou Mahomet le prophète mise en scène par Hervé Loichemol et programmée jeudi dernier à Saint-Genis-Pouilly (Ain) qui a déclenché les foudres de plusieurs associations musulmanes locales et de représentants de la mosquée de Genève.

Lire la suite de l’article



Précis d'une décomposition
Les passions qui se déchaînent dans notre pays autour de la mémoire coloniale laissent les étrangers perplexes. L'explication de ce délire, pourtant, est sans mystère : la France, accablée de dettes, épuisée par le chômage s'acharne à réveiller les querelles d'hier parce qu'elle n'est pas capable de regarder en face son problème majeur d'aujourd'hui. Ce problème, qui est lui-même une conséquence de la mondialisation, est la tentation de renier la culture politique universaliste qu'elle a été la première à diffuser en Europe et dans le monde.

Lire la suite de l’article


Colonies : Sarkozy contre «l'excès de repentance»
La polémique sur la loi reconnaissant le «rôle positif» de la présence française continue.

Lire la suite de l’article


Mékachéra : «Pourquoi passer sous silence les aspects positifs ?»
Hamlaoui Mékachéra, ministre délégué aux Anciens Combattants, représentait le gouvernement lors de l'examen au Parlement du projet de loi «portant reconnaissance de la nation envers les rapatriés».

Lire la suite de l’article


Les ados en crise ont leur maison
Financée grâce à l'opération «Pièces jaunes», la Maison de Solenn accueille depuis un an à Paris des jeunes, suicidaires ou anorexiques.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 12/11/05



Colonialisme. André Mandouze : « Il faut abroger ! »
Le fondateur de Témoignage chrétien, s’élève contre une loi scandaleuse.

Lire la suite de l’article


Les sciences arabes, moteur d’une civilisation moderne
Avant, ça se passait là-bas. De la fin du VIIe siècle au XVe siècle naissant. De Samarkand, métropole dorée des montagnes orientales, à Saragosse, dans les terres espagnoles ; de la grouillante Bagdad à Tombouctou, maîtresse du désert. Les deux tiers du globe... Les scientifiques d’alors ne portaient pas de blouses blanches et se nommaient Al Khwarizmi, Averroès, Ibn Al Haytham... C’est en fait une civilisation qui se donne à voir, par le prisme de ses sciences, à l’Institut du monde arabe, à Paris

Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien du 12/11/05 ( payant)



Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 12/11/05



L'apprentissage de la lecture corrigé
La «méthode globale» va-t-elle être définitivement mise à l’index ? Après l’annonce, la semaine dernière par Gilles de Robien, de l’abandon de cette méthode d’apprentissage de la lecture, le ministère de l’éducation nationale devrait publier dans les jours qui viennent une circulaire afin de préciser les conditions de l’abandon définitif de cette méthode qui repose sur une mémorisation des mots et non pas sur un décodage syllabique et dresser une liste des manuels scolaires à proscrire dans les écoles.
Le problème est que pour justifier son choix, le ministre s’appuie sur une étude complète et inédite dont les conclusions prouveraient l’efficacité des «méthodes syllabiques». Or, les auteurs de ce rapport, resté confidentiel, ne se sont pas reconnus dans les propos de Gilles de Robien. Commandé par le précédent ministre, François Fillon, le rapport remis en juin dernier est le résultat d’un an de travail mené par l’Observatoire national de la lecture (ONL) et l’inspection générale de l’éducation nationale. Soit une quarantaine des meilleurs spécialistes français et étrangers.

Son président, Erik Orsenna, ne comprend pas que le ministre réveille une querelle idéologique selon lui dépassée. [...]
En 2003, une «conférence de consensus» réunissant les spécialistes dans ce domaine dressait déjà un premier bilan. «La seule méthode qu’on doive écarter est la méthode dite idéo-visuelle parce qu’elle refuse le travail systématique sur la correspondance» entre les lettres et les sons, précisaient les experts. Toutefois, ils refusaient de trancher entre deux grandes «familles de méthodes» : celles qui partent du sens du texte pour aller vers un décodage phonétique et celles qui font le chemin inverse. Tous les experts insistent en revanche sur la nécessité de combiner le travail sur le déchiffrement et sur le sens. «Le point délicat est le dosage entre les deux», concluait la conférence.
L’offensive du ministre de l’éducation serait donc hors sujet. Car il s’agit moins aujourd’hui de rechercher une méthode «miracle» ou de réhabiliter le bon vieux b.a.-ba, que de traduire les progrès de la recherche pédagogique dans le travail quotidien des instituteurs.

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
20 minutes du 12/11/05



Colonisation, la mission Chirac
Jacques Chirac a tenté vendredi de calmer la polémique sur l’article 4 de la loi du 23 février 2005 concernant le « rôle positif » de la colonisation française. Il a notamment annoncé la création d’« une mission pluraliste pour évaluer l’action du Parlement dans les domaines de la mémoire et de l’histoire ».
Lire la suite de l’article


Enseignants : la FSU garde la tête
La FSU a conforté sa position dominante dans l’Education nationale aux élections triennales, dont les résultats ont été publiés samedi. A l’inverse, la CFDT a enregistré une baisse significative. Fait marquant pour une des professions les plus syndiquées, la participation, traditionnellement très forte, a connu un net repli cette année : 60,8 % seulement des 343 000 électeurs des écoles primaires ont voté (en baisse de 6,34 % par rapport à 2002), ainsi que 61,94 % des 448 000 électeurs des collèges-lycées (en baisse de 3 % par rapport à 2002).

Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 12/11/05



Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 12/11/05



M. de Robien accusé de se tromper de cible sur la lecture
e ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, a prévu de recevoir les éditeurs de manuels scolaires, mercredi 14 décembre. Objectif : leur annoncer officiellement l'abandon de la méthode globale au profit de la méthode syllabique et leur demander de se conformer aux nouvelles directives en matière d'apprentissage de la lecture. Une circulaire devrait être publiée très prochainement pour les définir.
Les annonces de Gilles de Robien ont suscité la réprobation de nombre de spécialistes et des principaux syndicats d'enseignants. "La méthode globale est abandonnée depuis belle lurette", a estimé Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp-FSU, le principal syndicat des enseignants du primaire.

"Cela fait plus de vingt ans qu'il n'est plus sorti une méthode globale de lecture,pprouve Marie-Noëlle Audigier, présidente de l'association Savoir Livre, qui regroupe six éditeurs de manuels scolaires : Belin, Bordas, Hachette, Hatier, Magnard et Nathan. « Quoi qu'il en soit, nous sommes là pour respecter les programmes et les circulaires du ministère, et nous nous y conformerons."
Lire la suite de l’article


Les orthophonistes démentent tout lien entre dyslexie et méthode globale
Pour justifier la suppression de la méthode globale d'apprentissage de la lecture, le ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, a affirmé, dans Le Parisien du 8 décembre, que "les orthophonistes" l'avaient "alerté sur une véritable épidémie de dyslexie liée à cette méthode". Faux, rétorque la Fédération nationale des orthophonistes (FNO) qui, avec 6 000 adhérents, constitue le principal syndicat représentatif de la profession. "Il n'existe à ce jour aucune étude menée par des orthophonistes, validée scientifiquement, mettant en évidence des liens de causalité entre méthodes de lecture et pathologies du langage écrit", indique la FNO.

Lire la suite de l’article


L'efficacité des ZEP en question
C'est la réouverture d'un chantier à haut risque qu'a annoncée, jeudi 1er décembre, le premier ministre, avec la relance des zones d'éducation prioritaires (ZEP). Coupant court aux déclarations du ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, qui avait estimé qu'il fallait "déposer le bilan des ZEP", Dominique de Villepin a estimé qu'il fallait "les renforcer". Le gouvernement y voit un moyen de favoriser l'égalité des chances, au lendemain de la crise des banlieues.
Le ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, doit, d'ici à la mi-décembre, présenter un plan pour la rentrée 2006. Le premier ministre lui a fixé sa feuille de route : "Concentrer les moyens sur les établissements où les difficultés sont les plus lourdes."
Au fil des réformes et des gouvernements, les établissements classés en ZEP se sont multipliés, entraînant une dilution des moyens et une perte d'efficacité. Lancée par la gauche en juillet 1981, cette politique de "discrimination positive" mise en oeuvre par Alain Savary, alors ministre de l'éducation nationale, entendait lutter contre l'échec scolaire et "faire plus pour ceux qui ont moins".

Lire la suite de l’article



Des enseignants débutants et un turn-over important

Un enseignant sur cinq exerce en ZEP. Parfois par idéal mais plus souvent par le "hasard" des affectations, ces professeurs atterrissent là sans y être vraiment préparés. A l'enthousiasme des débuts succède souvent le découragement et l'envie de fuir un environnement de travail difficile.

Lire la suite de l’article


Les enseignants précaires réclament une titularisation

Le collectif national des non-titulaires de l'éducation nationale assure vouloir "radicaliser" ses actions après la journée de mobilisation organisée, mercredi 7 décembre, sur la place de la Sorbonne, à Paris. Réunis autour d'une dizaine de tentes, ils étaient une petite centaine venus des académies de Créteil, Versailles, Nice et Toulouse réclamer leur réemploi et leur titularisation.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 12/11/05


Luca prône l'union
autour de la loi
Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, affirme que "sans la colonisation, ni Léon Bertrand ni Azouz Begag ne seraient ministres".

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 12/11/05



La FSU en tête des élections professionnelles chez les enseignants

La FSU a conforté sa position dominante chez les enseignants de la maternelle à la terminale selon les résultats définitifs des élections triennales publiés samedi par le ministère de l'Education nationale, qui traduisent également une baisse significative du Sgen-CFDT.

Lire la suite de l’article


Le SGEN-CFDT paie le soutien de sa "maison mère" à la réforme des retraites
La réforme des retraites fait encore des victimes dans les rangs syndicaux. Les élections 2005 des enseignants sont ainsi marquées par un recul du SGEN-CFDT, qui passe notamment à la quatrième place et se retrouve derrière FO dans le premier degré.
Alors que les fédérations peinent à mobiliser depuis l'échec du mouvement social du printemps 2003, les résultats montrent aussi une hausse de l'abstention, surtout dans le premier degré où le syndicat Sud passe par ailleurs devant la CGT, même si les deux organisations sont dans un mouchoir de poche.
Dans le premier comme dans le second degré, la Fédération syndicale unitaire (FSU) reste en revanche très largement en tête au travers des résultats de ses différents syndicats. Les quelques 800.000 enseignants que compte la France étaient appelés mardi dernier à désigner leurs représentants syndicaux dans les commissions administratives paritaires, instances où sont représentées l'administration et les personnels.

Lire la suite de l’article


Robien affirme qu'il a toujours dénoncé les "méthode globale et assimilée"
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a affirmé, lundi à Verdun (Meuse), qu'il avait toujours dénoncé les méthodes d'apprentissage de la lecture "globale et assimilée", auxquelles il entend substituer la méthode syllabique.
"Je n'ai jamais dit méthode globale seule mais méthode globale et assimilée, on a évolué avec des méthodes mixtes et semi-globales", a-t-il assuré lors d'un point presse à l'issue d'une visite au lycée technique Margueritte à Verdun.
"Je vais passer de la parole aux actes en envoyant cette semaine une circulaire à tous les inspecteurs et enseignants", a-t-il ajouté.

Lire la suite de l’article


L'éducation prioritaire en première ligne: Robien prépare un plan Zep
L'éducation prioritaire se retrouve en première ligne cette semaine avec l'annonce mardi par le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, d'un plan de réforme des Zep qui devrait se matérialiser par "quinze mesures concrètes" pour les revitaliser.

Lire la suite de l’article


Un enfant de 5 ans décède dans la cour de recréation de son école
Un petit garçon de 5 ans est décédé lundi matin à Mortagne-au-Perche (Orne) alors qu'il faisait du tricycle dans la cour de recréation de son école maternelle, a-t-on appris auprès des gendarmes.

Lire la suite de l’article


Villepin annonce la création d'un service public de l'orientation
Dominique de Villepin a annoncé lundi le lancement d'ici le 1er septembre 2006 d'un "service public de l'orientation" et la nomination "dans les prochains jours" d'un délégué interministériel chargé de coordonner ce chantier.

Lire la suite de l’article


Téléphone portable : prudence pour les enfants, voire interdiction à l'école
La prudence est de mise, selon les experts, quant à l'utilisation de téléphones portables par les jeunes enfants, alors qu'une proposition de loi présentée fin septembre par des députés de toutes tendances préconise leur interdiction dans les écoles et collèges.

Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

vendredi, décembre 09, 2005

Revue de presse du vendredi 9 décembre 2005

Article premier : la République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.
Article 2 : la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.


Voilà les deux phrases que l’on retrouve dans tous vos journaux ou presque. Aujourd’hui, tous vos quotidiens commémorent la promulgation de la Loi de séparation de l’Église et de l’État instituant ce qu’on appelle aujourd’hui la « laïcité à la française ». De nombreuses questions se posent sur l’actualité de cette loi et tout d’abord celle de la nécessité ou non de la réformer. C’est devenu un enjeu politique entre le 1er ministre et le ministre de l’intérieur mais aussi à gauche. Une autre question est celle des conditions pour que la laïcité fonctionne. C’est un enjeu démocratique majeur comme le rappelle Henri Pena-Ruiz dans L’Humanité qui insiste sur « le caractère universel de la loi commune, le fait qu’elle ne doit promouvoir que ce qui est commun à tous, un service public de qualité notamment. Si dans les banlieues et ailleurs, des services publics tombent en déshérence, c’est l’affaire de l’État. »
Revenons aussi sur la méthode globale dont pourtant vos journaux ne parlent presque plus. Juste une réflexion au passage. La loi sur l’éducation votée il y a quelques moisa inclus, si je ne m’abuse, comme principe intangible la fameuse « liberté pédagogique » dont j’ai dit toute l’ambiguïté qu’elle portait. Mais que fait le Ministre aujourd’hui en disant qu’il interdit la « méthode globale » et qu’il donne l’ordre aux inspecteurs de vérifier qu’elle n’est plus utilisée ? N’est-ce pas remettre en question cette sacro-sainte « liberté pédagogique » ? ce n’est pas la liberté de conscience dont on parlait plus haut mais c’est quand même une petite contradiction, vous ne trouvez pas ?
A lundi
Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 09/12/05


Grand angle : Cas d'écoles
Laura et Francis sont un couple de jeunes instituteurs. L'un enseigne dans une cité, l'autre dans un quartier aisé : ils croisent leur expérience de premier poste et racontent deux mondes que tout oppose.

Lire la suite de l’article


La laïcité, une loi d'actualité
Alors qu'aucune commémoration en haut lieu n'est prévue, les élus locaux se mobilisent pour fêter les cent ans d'une loi brûlante.

Lire la suite de l’article


«Une entrée en démocratie»
Denis Pelletier est directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études (EPHE), spécialiste d'histoire contemporaine des religions, codirecteur du livre les Catholiques dans la République (éditions de l'Atelier, 2005).


Lire la suite de l’article


Loi de 1905. Editorial
Sublime

La plus belle phrase jamais proférée dans l'idiome français compte sept mots et a été publiée le 9 décembre 1905 par le Journal officiel : «La République assure la liberté de conscience.» D'emblée, la loi qui avait cette sentence pour article premier a atteint au sublime.

Lire la suite de l’article


Le toilettage, la question qui fâche
L'UMP se déchire sur une éventuelle révision. Le PS s'y met.

Lire la suite de l’article


La laïcité pas étrangère à nos voisins
Malgré des lois différentes, les pays d'Europe ont peu ou prou la même approche.

Lire la suite de l’article


Un sikh enturbanné interdit de permis
Certains dénoncent une contagion de la loi sur les signes religieux à l'école.

Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 09/12/05


Colonisation : Chirac lance une réflexion de trois mois
Le président de la République a confié à Jean-Louis Debré une mission sur les prérogatives du Parlement en matière d'histoire et de mémoire nationales. Cette réflexion qui doit apaiser les esprit après la polémique sur la loi mentionnant le «rôle positif» de la colonisation, devrait fournir ses conclusions dans trois mois.

Lire la suite de l’article



Colonisation : Matignon cherche l'apaisement
Pour Dominique de Villepin, «ce n'est pas au Parlement d'écrire l'histoire».

Lire la suite de l’article


Les députés UMP ne sont pas disposés à «se renier»
Plusieurs parlementaires de la majorité justifient le texte qui a provoqué la polémique.

Lire la suite de l’article


Cent ans de laïcité française

Le 9 décembre 1905 était promulguée la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, au terme de débats passionnés au Parlement. Au fil du siècle, ce texte allait s'imposer pour devenir l'un des principaux fondements de la République.

Lire la suite de l’article


La laïcité, un pont vers l'avenir de notre civilisation
par Alain Pozarnik Grand Maître de la Grande Loge de France. Dernier ouvrage paru : L'Agir et l'Etre initiatiques (Dervy).

L'idéal de la laïcité germe lentement entre le XVIIIe siècle, dit siècle des Lumières, et le 9 décembre 1905, date de la promulgation de la loi de séparation entre l'Eglise et l'Etat français. Deux principes fondamentaux sont énoncés : «La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes...» et «la République ne reconnaît, ni ne subventionne aucun culte...».

Lire la suite de l’article


Etat et religions : indifférence ou coopération ?
Par Christine Boutin

La coïncidence entre le centenaire de la loi de 1905 et la manifestation violente du malaise social qu'a traversé toute la France nous oblige à nous poser la question de la place des religions dans notre société. L'isolement croissant des personnes et la difficulté d'entrer en relation avec autrui nous mettent face à une réalité : nous vivons actuellement une crise du sens, de la reconnaissance, et de la confusion des rôles. Alors, dans ce contexte, faut-il reléguer le fait religieux à un sentiment individuel que la sphère publique doit ignorer, ou faut-il lui reconnaître une dimension sociale dont notre société a besoin ? Le fait religieux appartient-il au passé ou est-il au contraire un acteur incontournable de la paix sociale ?
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 09/12/05



La laicité, facteur d’égalité des droits
On s’attendait à un anniversaire digne d’une dame de cent ans. On guettait, mois après mois, semaine après semaine, l’annonce d’une célébration officielle de cette grande idée qu’est la laïcité française. Même en ce 9 décembre, jour de promulgation de la loi de séparation des Églises et de l’État, le palais de l’Élysée ne daigne pas ouvrir ses portes pour fêter l’événement comme il se doit. Pas de discours solennel du président de la République, pourtant invité à le prononcer sous la coupole de l’Académie des sciences morales et politiques, institution choisie par le gouvernement pour commémorer, dans la discrétion, la loi de 1905. Les dissensions entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy sur la révision ou non du texte fondateur de la laïcité expliquent-elles un anniversaire non assumé ? Les désaccords ne permettent certes pas la sérénité. Mais au-delà, le malaise du chef de l’État et de son gouvernement semble davantage dû à leur ambiguïté de devoir célébrer une conquête qui, selon ses concepteurs, est intimement liée à la question sociale, qui n’a jamais été autant bafouée que ces dernières années.

Lire la suite de l’article


La religion contre la paix sociale
Une partie de la droite libérale veut modifier la loi de 1905 pour donner aux religieux un rôle social qu’elle refuse à l’État.

Lire la suite de l’article


Marie-George Buffet appelle au « renouveau de la laïcité »
Marie-George Buffet, dans une déclaration, réaffirme que la laïcité est « le ciment de notre vivre-ensemble. Un vivre-ensemble sans cesse à réinventer, à faire vivre ». Pour elle, « la laïcité nous fait défaut.

Lire la suite de l’article


« La laïcité n’est pas une vieille lune »
Pour le philosophe Henri Pena-Ruiz, membre de la commission Stasi, l’État devrait s’attacher à promouvoir le volet social de la laïcité.[…]
La laïcité, c’est l’union de tout le peuple (du grec « laikos ») sur la base de trois principes. D’abord, la liberté de conscience. Ensuite, la stricte égalité de droit des croyants, des athées et des agnostiques. Je m’étonne à cet égard d’entendre Nicolas Sarkozy ou Manuel Valls évoquer « l’égalité des religions » mais jamais l’humanisme athée. Il n’y a pas que des croyants en France, loin de là. Enfin, troisième principe : le caractère universel de la loi commune, le fait qu’elle ne doit promouvoir que ce qui est commun à tous, un service public de qualité notamment. Si dans les banlieues et ailleurs, des services publics tombent en déshérence, c’est l’affaire de l’État.
Lire la suite de l’article


Exercice citoyen au lycée Clément-Marot
À Clément-Marot, Cahors (Lot), lycée général et lycée professionnel réunis, les élèves des classes de 1re ont planché - avant tout de façon citoyenne - pendant près de trois mois sur la laïcité et ses valeurs. Une manière pédagogique et civique de célébrer le centenaire de la loi de 1905. « Célébrer, et non commémorer, car la notion et les valeurs de laïcité deviennent toujours plus pertinentes dans le monde actuel », tient à préciser Bernard Delpech, cheville enseignante de ce travail collectif rendu possible par les heures d’Éducation civique, juridique et sociale (ECJS) avec le concours du Centre d’éducation à la santé et à la citoyenneté présent dans l’établissement. Environ 120 élèves se sont portés volontaires, ainsi que les enseignants, pour s’inscrire dans un processus de rencontres-discussions précédées de travaux de documentation.

Lire la suite de l’article


EDITORIAL PAR PATRICK LE HYARIC
Indispensable laïcité

La loi de séparation des Églises et de l’État, dont nous fêtons aujourd’hui le centenaire, constitue un pilier solide et vivifiant de notre République. Elle est une loi permettant de faire éclore les mille fleurs de la liberté. Elle marque l’indépendance de l’État vis-à-vis des Églises et des religions, qui elles-mêmes disposent de leur propre liberté. Elle permet que des droits égaux et inaliénables soient reconnus à tous les citoyens, qu’ils croient au ciel ou qu’ils n’y croient pas. Elle garantit la liberté de conscience. En cela, la loi de 1905 constitue une avancée d’essence révolutionnaire, promue par la gauche, emmenée par de grands hommes politiques comme Aristide Briand et Jean Jaurès.

Lire la suite de l’article


Ce que dit la loi de 1905

La loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État a été publiée au Journal officiel du 11 décembre 1905. Elle comporte quarante-quatre articles, dont les deux premiers que nous publions portent sur les principes fondamentaux.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 09/12/05 ( payant)



Réparer les ratés de la méthode globale
LA METHODE globale ou semi-globale, c'est bien fini. La circulaire, annoncée par le ministre de l'Education, Gilles de Robien (nos éditions d'hier), signifiant la fin de cette méthode d'apprentissage de la lecture à l'école sera envoyée dès la semaine...

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 09/12/05



Loi de 1905, l'inventaire du centenaire
La loi de séparation des Églises et de l'État adoptée le 9 décembre 1905 a 100 ans. À cette occasion, «La Croix» propose un tour d'horizon de l'actualité de la question laïque, les avancées et les points de blocage. Le débat reste ouvert sur la nécessité d'adapter le régime des cultes aux réalités nouvelles

Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 09/12/05



Loi sur la laïcité: touche pas à mon icône

La loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat fête ses 100 ans aujourd’hui et fait débat au sein de la droite

Lire la suite de l’article


Le dur métier d’enseigner les religions à l’école publique
Parler de religion à l’école publique, ce bastion de la laïcité, est un exercice difficile. « Dès qu’on aborde les questions religieuses, certains élèves sont crispés, ils manifestent qu’ils savent mieux que nous », explique à l’AFP Yves Chame, professeur d’histoire-géo en banlieue parisienne. Une enseignante francilienne confirme : « Les élèves sont à fleur de peau quand il s’agit d’étudier la Bible plutôt que le Coran. ». Un formateur de l’Institut de formation des maîtres de Paris souligne néanmoins que « les enseignants ont évolué » et qu’« aujourd’hui le Coran ou d’autres livres saints sont largement visités », notamment par le biais d’« exposés des élèves sur leur religion ».

Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 09/12/05



L'islam remet-il en cause la laïcité ?
La loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État fête son centenaire. Au début du siècle dernier, l'islam était absent de l'Hexagone. Aujourd'hui, deuxiè-me religion de France, il se présente comme un défi à la laïcité. Anthropologue, spécialiste du monde arabe et de l'islam, Malek Chebel explique pourquoi.

Lire la suite de l’article


Colonisation : le recul gouvernemental
Le « rôle positif » de la colonisation, voté par la majorité, met le gouvernement dans l'embarras et l'oblige à faire marche arrière. Hier, Dominique de Villepin, sous la pression de l'opposition, a affirmé que les députés n'ont pas à écrire l'histoire.

Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 09/12/05



Il y a 100 ans, l'Etat se séparait de l'Eglise
Brandie comme un symbole de la République, la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui fonde la "laïcité à la française", fête ses 100 ans vendredi 9 décembre, dans un contexte sensible où le modèle d'intégration des musulmans est remis en question.

Lire la suite de l’article


La loi sur la séparation des Eglises et de l'Etat fait toujours débat

Dominique de Villepin place la loi de 1905 au "coeur du pacte républicain"
Nicolas Sarkozy veut "toiletter" la loi de 1905
Jean-Louis Debré demande de ne pas rouvrir "des crises qui sont latentes"
François Hollande accuse les partisans de la réforme
Jean Glavany estime dangereuse une révision de la loi
Le Parti radical appelle au "respect scrupuleux" de la loi

Lire la suite de l’article


Alain Finkielkraut renonce à se rendre à un colloque
Alain Finkielkraut a renoncé à participer à un colloque sur la laïcité, organisé par le conseil régional Rhône-Alpes. L'écrivain devait prendre la parole, jeudi 15 décembre à Lyon, sur le thème "Le sacré, le laïque et le profane". Un appel au boycottage de son intervention avait été mis en ligne sur le site musulman oumma.com, jeudi 8 décembre. Les signataires lui reprochent ses déclarations au quotidien israélien Haaretz dans lequel il décrivait les émeutes dans les banlieues comme "une révolte à caractère ethnico-religieux" (Le Monde du 24 novembre). "Assez de complaisance à l'égard du raciste Finkielkraut", dit ce texte signé par plusieurs universitaires et militants associatifs. Le site d'extrême droite france-echos.com a lancé un mot d'ordre inverse : "Oui à la conférence d'Alain Finkielkraut ! Assez de complaisance à l'égard des officines du racisme anti-France et antifrançais !"

Lire la suite de l’article


Déclaration universelle sur la laïcité au XXIe siècle : texte, commentaires et signatures
Le texte de cette Déclaration est, exprès, un texte en tension. En effet, il se présente sous une forme proclamatrice, convictionnelle, et en même temps il se veut fondamentalement un texte de débat. Nous n'avons pas voulu rédiger une analyse académique – que beaucoup d'entre nous effectuent par ailleurs. En même temps, nous concrétisons notre approche non dogmatique en livrant à la suite de la Déclaration quelques-uns des commentaires approbatifs et/ou critiques qu'elle a suscités.

Lire la suite de l’article


Polémique sur la colonisation : Jacques Chirac annonce la création d'une mission
Une "mission pluraliste pour évaluer l'action du Parlement dans les domaines de la mémoire et de l'histoire", telle est la proposition du président de la République, Jacques Chirac, pour que "les esprits s'apaisent" à la suite de la polémique sur la colonisation.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 09/12/05


La loi de 1905 a cent ans 

Après des débats houleux, la loi de séparation des Eglises et de l'Etat fondait la laïcité française.

Lire la suite de l’article


La loi de 1905, 
un long aboutissement 


Avec la loi de 1905, la France accouche dans la douleur de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Mais le travail avait commencé quelques années avant, avec une série de législations anticléricales. Et la laïcité était en gestation depuis plus d'un siècle.

Lire la suite de l’article


"Nous ne reprochons rien
à la loi de 1905"
par Jean-Arnold de Clermont,
pasteur et président
de la Fédération protestante
de France.

Lire la suite de l’article


"Un peu facile
 de célébrer cette loi"
par Monseigneur Michel Dubost,
évêque d'Evry Corbeil-Essonnes.

Lire la suite de l’article


"On s'est battu autour de la loi"
par Alain Boyer,
historien spécialiste du droit
des religions en France

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 09/12/05



Sarkozy s'en prend au "découpage scolaire rigide" de la carte scolaire
Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy s'en est pris vendredi au système de la carte scolaire, qualifié de "découpage scolaire rigide" qui, selon lui, "renforce encore la ségrégation" sociale.
"Un découpage scolaire rigide renforce encore la ségrégation et fait fuir toutes les familles soucieuses de la réussite scolaire de leurs enfants", a dit le ministre de l'Intérieur devant l'association des maires des grandes villes de France.
"Pourquoi ne pas imposer des objectifs de mixité sociale dans le découpage scolaire, du moins à partir du collège, et organiser les transports en conséquence?", a demandé M. Sarkozy.

Lire la suite de l’article


Méthode globale: l'Unsa "félicite" Robien de gagner un combat sans bataille
Le syndicat des enseignants de l'Unsa-Education, le SE, a "félicité" vendredi le ministre de l'Education Gilles de Robien "pour la victoire totale qu'il a remportée avant même d'avoir livré bataille" en abandonnant officiellement l'usage de la méthode globale de lecture.
"En effet, la méthode globale n'est plus utilisée dans les écoles de France depuis plus de 15 ans", a expliqué le syndicat dans un communiqué.[…] "Les enseignants ont mieux à faire en cette fin de trimestre que de participer à la chasse au dahu", a conclu le syndicat.

Lire la suite de l’article


Le Snalc "se réjouit" de l'abandon officiel de la méthode globale de lecture
Le Syndicat national des lycées et collèges (Snalc-CSEN) s'est "réjoui" jeudi dans un communiqué de l'abandon officiel de la méthode globale, imposée "depuis des années à l'école primaire".[…] e syndicat a demandé à M. de Robien de "poursuivre dans la voie des réformes en mettant un terme à l'omnipotence des +sciences de l'Education+", au sein des IUFM et en "redonnant au concept de transmission des savoirs disciplinaires la priorité sur tout autre objectif".

Lire la suite de l’article


La loi 1905, "devenue une préoccupation électorale", selon l'Unsa-Education
Le centenaire de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat "est devenue une préoccupation électorale" a ironisé vendredi soir l'Unsa-Education dans un communiqué.

Lire la suite de l’article


Des parents d'élèves de Saint-Denis dénoncent les absences d'enseignants
Des parents d'élèves occupaient vendredi des locaux de l'Education nationale à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer "l'Etat qui ne respecte pas lui-même l'obligation scolaire" dans les écoles en ne remplaçant pas les enseignants absents, a déclaré la FCPE à l'AFP.
Selon Hélène Audoin, membre du bureau local de la principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, une "vingtaine de parents" occupent ces locaux, information confirmée par l'Education nationale.
"On accuse en ce moment les parents d'être démissionnaires, on menace de leur supprimer les allocations familiales en cas d'abstentéisme mais nous accusons l'Etat de ne pas respecter lui même l'obligation scolaire à Saint-Denis", a déclaré à l'AFP Mme Audoin.

Lire la suite de l’article


L'hyperactivité, un trouble petit à petit reconnu à l'école
Le trouble de l'hyperactivité, longtemps associé à un comportement de l'enfant "mal élevé" à l'école, commence doucement à être pris en charge en milieu scolaire, même si ses symptômes sont encore mal identifiés.
Submergée par les problèmes d'attention de son fils à l'école, une mère de famille du Val-d'Oise, Christine Gétin, a réagi récemment en créant une association et des livrets d'information inédits pour les enseignants.
Cette dernière initiative lui a valu d'être soutenue par le ministère de l'Education nationale et de pouvoir aider profs et parents "souvent perdus face à l'hyperactivité". Née en février 2002 et intitulée "HyperSupers-TDAH France (TDAH: trouble de l'attention/Hyperactivité)", son association compte aujourd'hui plus de 800 membres.
"Pour mon fils j'ai mis 15 ans à savoir quel était le problème. Il a pris de la Ritaline -un psychostimulant classé au tableau des stupéfiants - mais a arrêté car en vieillissant il devenait très anxieux", raconte Christine Gétin.

Lire la suite de l’article


Une collégienne exclue pour avoir comparé une enseignante à un "macaque"
Une collégienne de 12 ans a été exclue définitivement de son établissement à Aubervilliers pour avoir traité de "macaque" un autre élève et l'avoir, dans le même temps, comparé à une enseignante du collège, a-t-on appris vendredi auprès de sa famille.

Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.