vendredi, novembre 30, 2007

Revue de presse du vendredi 30 novembre 2007

LRU :Fin de la mobilisation ?
La tendance s'est encore affirmée hier, jour de mobilisation nationale contre la loi sur les universités. Les étudiants de l'Unef appellent à reprendre les cours. Mais pas les syndicats lycéens .
Il faut savoir cependant que Xavier Darcos et Valérie Pécresse recevront les syndicats lycéens samedi La Fidl et l'UNL demanderont notamment des clarifications sur "l'orientation active". Ce dispositif oblige les élèves de terminale à se préinscrire à l'université, laquelle, dans une lettre, les encouragera ou les dissuadera dans leur choix.
L'UNL et la Fidl craignent qu'elle mène à la sélection à l'entrée de l'université.
"Nous souhaitons des clarifications sur l'orientation active, et nous demandons en particulier que dans la lettre de réponse de l'université, il soit rappelé systématiquement, que l'avis de l'université n'a pas d'autre valeur que celle d'un conseil et que le lycéen a le droit de s'inscrire dans la filière de son choix", a expliqué à l'AFP la présidente de l'UNL Floréale Mangin.. Mardi, Mme Pécresse avait annoncé la publication d'une "circulaire" garantissant que l'orientation active "n'entraînera pas de sélection à l'entrée de l'université", ce qui n'avait pas satisfait l'UNL ni la Fidl.

Du côté des enseignants, le principal syndicat d'enseignants du supérieur le SNESUP-Fsu par la voix de son secrétaire général Jean Fabbri, propose de consulter «tous les personnels du supérieur» sur la loi Pécresse et d'«organiser un Grenelle de l'Université»
On apprend enfin que le président de l'Unef démissionne de son poste pour des «raisons personnelles». D'après l'AFP, son nom a été avancé comme possible candidat PS pour les municipales à Paris.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/11/07


Sauvons la recherche appelle de nouveau à la résistance
«Sarkozy a réussi à nous diviser, il faut maintenant nous rassembler.» Bertrand Monthubert, président de Sauvons la recherche (SLR), présente ainsi l’initiative du mouvement qui, en 2004, fit plier le gouvernement Raffarin. Hier, SLR a lancé son opération, sous la forme d’une pétition électronique intitulée «Appel pour une autre réforme du service public d’enseignement supérieur et de la recherche». Objectif : réunir universitaires, chercheurs et étudiants sur une plateforme revendicative forte mais capable de surmonter les divisions qui ont permis au gouvernement de conduire à marche forcée sa loi réformant la gouvernance des universités et leur autonomie.
Lire la suite de l’article


Echauffourées à l’université de Grenoble : un reportage met en cause le directeur de l’IEP
Selon un reportage de France 3, le directeur de l’Institut d’études politique de Grenoble a frappé un étudiant bloqueur avec un couvercle de poubelle métallique.
Lire la suite de l’article


«Organisons un Grenelle de l'Université !»
Jean Fabbri, secrétaire général du Snesup-FSU, premier syndicat d’enseignants d’université, propose de consulter «tous les personnels du supérieur» sur la loi Pécresse. Entretien.
Lire la suite de l’article


Elèves violents, prof suspendu
Devant le lycée professionnel Jean-Monnet, dans le quartier du Bois-Blanc à Lille, la colère et la fatigue des enseignants débordent.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/11/07


Le dispositif policier maintenu à Villiers-le-Bel
La nuit de mercredi à jeudi est restée calme dans la banlieue parisienne. Seulement quelques dizaines de feux de voitures et de poubelles ont été recensées. 14 personnes ont été interpellées.
Lire la suite de l’article


Bruno Julliard passe la main
Le président de l’Unef démissionne de son poste pour des «raisons personnelles».
Lire la suite de l’article


Ados : La course à l’orientation
Bientôt le premier bulletin scolaire de l’année. Et, avec lui, les interrogations sur l’avenir. Pression de plus en plus forte, indécision croissante, filières sans débouchés… que va faire votre enfant? Pour y voir plus clair, certains ont même recours aux coachs privés !
Lire la suite de l’article


Remise de diplômes
façon Harvard à Assas
Les facs françaises renouent avec la tradition des cérémonies solennelles. À la grande satisfaction des étudiants.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 29/11/07 (un jour de retard)



appel à l’abrogation immédiate de la loi LRU
Les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche ont demandé hier l’abrogation de la loi Pécresse sur l’autonomie des universités, sous forme d’un « appel » diffusé par mailings.
Lire la suite de l’article


Lycées. Le syndicat, outil indispensable
Je suis en terminale ES dans le lycée de Fécamp, Guy-de-Maupassant. À la suite des mouvements de contestation ayant eu lieu dans notre lycée, nous avons décidé de former un vrai mouvement, solide et durable, ainsi qu’un syndicat.
Lire la suite de l’article


Universités. Menaces sur les filières non rentable
La loi Pécresse sur les universités, votée et acceptée suite à un pseudo-dialogue avec les syndicats étudiants pendant les vacances d’été 2007, n’a pas fini de faire des vagues. Tout d’abord, où sont les millions d’euros promis par Valérie Pécresse aux universités ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/11/07 ( payant)



Val-d'Oise : sécurité renforcée jusqu'à dimanche
Le dispositif de sécurité renforcé mis en place mardi et mercredi soir dans le Val-d'Oise pour prévenir de nouvelles violences entre jeunes et forces de l'ordre sera maintenu jusqu'à dimanche soir. dispositif de sécurité renforcé dans le Val-d'Oise jusqu'à dimanche.
Lire la suite de l’article


Universités : probable retour à la normale la semaine prochaine
Les universités, touchées depuis un mois par un mouvement de contestation contre la loi Pécresse, devraient connaître un retour progressif à la normale la semaine prochaine, à moins que les étudiants les plus radicaux ou les lycéens ne parviennent à retourner la situation. 

Lire la suite de l’article


Bruno Julliard quitte la présidence de l'Unef
Le président de l'Unef Bruno Julliard a annoncé ce vendredi qu'il «quitterait» la présidence de l'Union nationale des étudiants de France (majoritaire) le 8 décembre, pour des «raisons personnelles». «J'ai confirmé au bureau national de l'Unef de ce vendredi que je quitterai la présidence de l'Unef lors de la réunion du collectif national qui aura lieu le samedi 8 décembre», a-t-il déclaré. 

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 30/11/07



Rien vu...


-------------------------------------------------
20 minutes du 30/11/07



L'Unef appelle 
à lever les blocages
Le syndicat, seul à ne pas manifester, a appelé jeudi «les assemblées générales» étudiantes à «la levée des blocages et à la suspension de la grève».

Lire la suite de l’article


Une vingtaine de lycées fermés ou bloqués à Paris contre la loi Pécresse
Une vingtaine de lycées parisiens ont vu leur fonctionnement perturbé hier.
Lire la suite de l’article


Bruno Julliard quitte la présidence de l'Unef
Le président de l'Unef Bruno Julliard a annoncé vendredi à l'AFP qu'il «quitterait» la présidence de l'Union nationale des étudiants de France (majoritaire) le 8 décembre, pour des «raisons personnelles».
Lire la suite de l’article


Echauffourées entre le directeur de Sciences-Po et des bloqueurs à Grenoble
Il est 6h30 jeudi sur le campus universitaire de Grenoble. Un groupe se réclamant notamment de la fédération anarchiste et de la Coordination nationale étudiante est sur le pied de guerre pour empêcher les étudiants non grévistes d’entrer dans l’Institut d’études politiques (IEP). On entend des chiens aboyer, probablement ceux de vigiles, et le directeur de l’IEP, Olivier Ihl, lancer : «S’ils avancent plus, vous lâchez les chiens
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 30/11/07



Bruno Julliard quitte la présidence de l'Unef
Le président de l'Unef Bruno Julliard a annoncé vendredi à l'AFP qu'il "quitterait" la présidence de l'Union nationale des étudiants de France (majoritaire) le 8 décembre, notamment pour des "raisons personnelles".
Lire la suite de l’article


Le Grenelle s'invite à l'école
Jean Louis Borloo et Nicolas Vannier présentent le projet "l'école agit"
Lire la suite de l’article


Grenelle : place aux jeunes
L’explorateur Nicolas Vanier est chargé d’une mission par le ministère de l’Education nationale : organiser un Grenelle de l’environnement de la jeunesse. Explications.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 30/11/07



Qu'ont fait les politiques pour les banlieues depuis 2005?
"Amoncellement" des lois, dispositifs "lourds" et "enchêvetrés", "tout sécuritaire"... La politique de la ville est très critiquée.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 30/11/07



Les facs décrochent, les lycéens s'accrochent
La tendance s'est encore affirmée hier, jour de mobilisation nationale. Les étudiants de l'Unef appellent à reprendre les cours. Pas les syndicats lycéens.
Lire la suite de l’article


Jeunes et policiers unis pour un coup de théâtre
Provocations,violences,affrontements.On connaîtles relations parfois obsessionnelleset rageusesdes jeuneset des policiers dans les cités. À Nantes, patiemment,des associations s'échinentà maintenirla discussion.Jusqu'à faire monter sur scèneun commissaire,un gardien de la paix et des ados.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Sud-Ouest du 30/11/07



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 30/11/07



L'Unef perd sa tête
Bruno Julliard a annoncé vendredi soir son intention de quitter la présidence de l'Unef le 8 décembre prochain pour des "raisons personnelles". Un départ prévu de longue date selon le bureau national du syndicat. L'étudiant en droit avait pris la présidence de l'Unef en juillet 2005. Jean-Baptiste Prévost, seul candidat à sa succession, devrait être élu dès samedi prochain.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 01/12/07



3 % du capital d'EDF seront affectés aux campus et logements étudiants
Nicolas Sarkozy a annoncé, jeudi 29 novembre, que l'Etat allait vendre 3 % du capital d'EDF afin de financer un "plan d'investissement" supplémentaire de cinq milliards d'euros pour les universités. Cette annonce intervient après la signature par le premier ministre et la Conférence des présidents d'université (CPU), mercredi, d'un accord pour que le budget de l'enseignement supérieur passe de 10 à 15 milliards d'ici 2 012.
Lire la suite de l’article


L'UNEF appelle à lever les blocages et à suspendre la grève dans les universités
Alors que les manifestations étudiantes et lycéennes ont à nouveau rassemblé plusieurs milliers de personnes dans les grandes villes de France, jeudi 29 novembre, l'UNEF, principal syndicat étudiant, a appelé, après consultation électronique de ses adhérents, à "la levée des blocages et à la suspension de la grève" contre la loi Pécresse, "en raison des avancées obtenues par les étudiants".
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/11/07


Vente de 3% d'EDF pour financer les universités : les syndicats partagés
La Confédération étudiante qualifie "d'excellente nouvelle" l'annonce par le président de la République d'un plan d'investissement de 5 milliards d'euros. "Le capital d'EDF n'est pas un simple fond de réserve du budget courant de l'Etat", s'indigne la CGT.
Lire la suite de l’article


Darcos et Pécresse recevront les syndicats lycéens samedi
La Fidl et l'UNL demanderont des clarifications sur "l'orientation active". Ils craignent l'instauration d'une sélection à l'entrée de l'université.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 30/11/07


Universités : l'Unef appelle les AG à "suspendre la grève"
L'Unef, premier syndicat étudiant, appelle à la suspension de la grève dans les universités et des blocages de campus en raison des "avancées" obtenues sur la loi Pécresse sur l'autonomie des universités. Dans la rue, étudiants et lycéens ont continué à manifester ce jeudi.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/11/07



Tentative d'incendie criminel dans un collège
Un collège de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) a été victime d'un début d'incendie criminel dans la nuit de jeudi à vendredi qui n'a pas fait de dégâts très importants, a-t-on appris de sources policière et judiciaire.
Lire la suite de l’article


Les étudiants français traînent leur "mal-être", faute d'être écoutés
Avec un psychologue pour 40.000 étudiants, l'université française a bien du mal à écouter le "mal-être" de ses jeunes qui, entre crise contre le CPE et agitation contre la loi Pécresse, traînent leur malaise face un avenir qu'ils voient souvent bien noir.
Lire la suite de l’article


Vol de matériel informatique d'une valeur de 40.000 € dans une école
Des cambrioleurs ont dérobé pour 40.000 euros de matériel informatique dans une école élémentaire de Boutigny-sur-Essonne (Essonne), petite commune de 3.000 habitants, dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris auprès des gendarmes.
Lire la suite de l’article


Loi Pécresse: les syndicats lycéens reçus par Darcos et Pécresse samedi
Les syndicats lycéens UNL et Fidl, qui demandent au gouvernement des réponses plus précises concernant la loi sur l'autonomie des universités, seront reçus, avec l'UNI-lycée, samedi après-midi par Xavier Darcos et Valérie Pécresse, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article


Probable retour à la normale dans les universités la semaine prochaine
Les universités, touchées depuis un mois par un mouvement de contestation contre la loi Pécresse, devraient connaître un retour progressif à la normale la semaine prochaine,
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

jeudi, novembre 29, 2007

Revue de presse du jeudi 29 novembre 2007

Une crise sociale dans les banlieues ? Circulez y a rien à voir !
Ce qui s'est passé, ce n'est pas une crise sociale. On est dans la violence urbaine, anarchique, portée par une minorité qui jette l'opprobre sur la majorité' ;
Je réfute toute forme d'angélisme qui vise à trouver en chaque délinquant une victime de la société, en chaque émeute un problème social”.
La première déclaration est de Fadéla Amara, étrangement silencieuse jusque là et la deuxième de Nicolas Sarkozy dans un discours à la Défense devant 2000 policiers et gendarmes.
Dans les deux cas, le message est clair : il n’y a pas de crise sociale.
On avait noté dans une précédente chronique l’habileté de la communication dans cette crise. On peut se demander si de telles déclarations ne risquent pas de relancer la tension.
On remarquera aussi la posture classique de refus de l’analyse avec cette autre citation du président de la République “Je réfute toute forme d'angélisme qui vise à trouver en chaque délinquant une victime de la société, en chaque émeute un problème sociale”. Sur ce point, la réponse est donnée dans Métro par un jeune écrivain issu de la banlieue, Mabrouck Rachedi qui, dans un texte intitulé “Comprendre pour avancer” utilise cette image : “J’entends çà et là des voix qui s’élèvent contre la volonté d’expliquer les violences. Par un glissement sémantique étrange, expliquer équivaudrait à justifier. Ah bon ? Si demain la fusée Ariane explose, des ingénieurs tenteront de connaître les causes de l’accident. Mais en aucun cas ils ne le justifieront. Nuance. ”.


Le point sur la LRU.
Sur les neuf AG qui se sont tenues hier, six ont voté le déblocage. D'autres votes doivent être organisés aujourd'hui. D’après 2O minutes, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, serait en passe de réussir à faire accepter sa loi sur l'autonomie des universités.
Maispour Le Parisienen revanche, les mesures annoncées pour désamorcer la crise n'ont pas eu d'effet notable mercredi sur la mobilisation étudiante, à la veille d'une nouvelle journée de manifestations avec les lycéens. 

Une trentaine de sites universitaires et une cinquantaine de lycées restent toujours perturbés.
Pour Jean Fabbri, le secrétaire général du SNESUP, qui signe une tribune dans Le Monde : “Cette loi provoque une inquiétude réelle à la fois précise et diffuse dont les effets de mobilisation contestataire sont loin d'avoir atteint leur apogée”.

Les jeunes internautes français, âgés de 12 à 24 ans, sont les champions d'Europe du «blogging c'est-à-dire de la lecture des blogs, de leur commentaire ou de leur mise à jour, selon une étude du cabinet Forrester publiée mercredi.

Selon cette étude sur les activités en ligne pratiquées régulièrement par les jeunes internautes de sept pays d'Europe, 72% des jeunes internautes français lisent des blogs «une fois par mois ou plus» et 51% les commentent «une fois par mois ou plus».
Comme on dit dans les blogs de jeunes : “Lâchez vos com’…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 29/11/07


Les écoliers mobilisés pour le moral des troupes
«Quand j’ai ouvert ce courrier de l’inspection arrivé mi-novembre dans la boîte mail de l’école, j’ai pensé : “C’est une blague !” J’étais en colère, je l’ai jeté», raconte Nathalie, institutrice dans une classe de CM2 à Montpellier. Le courrier en question explique l’intérêt de faire participer les enfants de l’école primaire à une opération de dessins envoyés pour Noël aux «13 000 soldats français actuellement engagés dans les opérations extérieures pour la restauration ou le maintien de la paix». Il est signé Christian Nique, recteur de l’académie de Montpellier, qui juge cette action «citoyenne, civique, facteur de cohésion nationale, formatrice».
Lire la suite de l’article


Les quartiers ne voient rien venir
Au-delà de la fermeté attendue, le discours de Sarkozy néglige totalement la dimension sociale de la crise des banlieues en difficulté.
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel, une cité banlieusarde mal servie
Ni ghetto ni zone de non-droit, elle a peu profité des politiques de la ville.
Lire la suite de l’article


Deux ans après, ce que les maires attendent d’Amara
Quatre élus détaillent ce qui a changé ou pas depuis 2005.
Lire la suite de l’article


«Tout le monde a la rage de la police»
Retour à Villiers-le-Bel après les émeutes.
Lire la suite de l’article


L’Unef va consulter ses militants par internet sur «une suspension de la grève et des blocages»
Bruno Julliard, président de l’Unef, explique que son syndicat va demander par Internet à ses adhérents «s’ils sont favorables à ce que l’Unef se prononce pour une suspension de la grève et des blocages dans les universités», «au vu des dernières avancées obtenues».
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 29/11/07


Les cartables, décidément trop lourds
Selon la FCPE, 85% des élèves de CM2, 6e et 5e portent un poids trop lourd sur le dos.
Lire la suite de l’article


Fadela Amara : «ce n’est pas une crise sociale»
Quatre jours après le drame de Villiers-le-Bel, la secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la Ville justifie son silence. Et prône le «respect de la police».
Lire la suite de l’article


Lui apprendre son «métier» d’enfant et mieux le protéger
Par Anne-Aymone Giscard d’Estaing, Marceline Gabel, Maurice Berger et Boris Cyrulnik. Respectivement présidente- fondatrice de la Fondation pour l’enfance ; professeur à l’université de Paris-X Nanterre ; chef de service psychiatrie de l’enfant au CHU de Saint-Étienne ; ethnopsychiatre et éthologue.

Pas moins de 43 200 fugueurs, 254 000 mineurs ayant fait l’objet d’une mesure de protection éducative, le fait que 23 % des SDF ont été placés durant leur enfance, que 50 % des adultes souffrant de maladie psychiatrique ont été pris en charge par les services sociaux dès leur enfance... Ces chiffres ne sont pas de simples statistiques. Ils soulignent que la protection de l’enfance constitue un nœud stratégique où s’expriment les problèmes sociaux auxquels notre société est confrontée.
Cette idée de centralité de la question de la protection de l’enfance dans l’organisation du corps social et dans la prise en charge ultérieure des difficultés extrêmes qu’affrontent des milliers, voire des millions d’adultes dans ce pays, a constitué une raison majeure de la création de la Fondation pour l’enfance, en 1977.
2007 marque le trentième anniversaire de cette Fondation. Un anniversaire qui doit être un moment privilégié de réflexion sur le chemin parcouru mais surtout d’analyse des nouveaux enjeux, des actions de fond que nous entendons, plus que jamais, soutenir et encourager.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 28/11/07 (un jour de retard)



Les lycéens assurent la relève
Dans les manifestations, hier, les lycéens étaient nombreux. Le mouvement étudiant semble à la recherche d’un second souffle.
Lire la suite de l’article


« L’État doit donner des signes d’espoir »
« On avait promis un plan Marshall (pour les quartiers populaires), mais on n’a toujours rien vu », regrette le sociologue Manuel Boucher.
Lire la suite de l’article


La droite ranime la guerre scolaire
La majorité s’entête sur le financement des écoles privées par les communes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 29/11/07 ( payant)



Les annonces de Pécresse sans effet
Les mesures annoncées par Valérie Pécresse pour désamorcer la crise contre sa loi sur l'autonomie des universités n'ont pas eu d'effet notable mercredi sur la mobilisation étudiante, à la veille d'une nouvelle journée de manifestations avec les lycéens. 

Une trentaine de sites universitaires et une cinquantaine de lycées étaient toujours perturbés mercredi soir, au lendemain d'une journée charnière où le gouvernement a consenti aux étudiants des efforts, en terme d'accompagnement de la loi mais aussi en termes financiers.
Lire la suite de l’article


Les "djeuns" français, champions du blogging
Les jeunes internautes français, âgés de 12 à 24 ans, sont les champions d'Europe du «blogging», c'est-à-dire de la lecture des blogs, de leur commentaire ou de leur mise à jour, selon une étude du cabinet Forrester publiée mercredi.

Selon cette étude sur les activités en ligne pratiquées régulièrement par les jeunes internautes de sept pays d'Europe, menée au troisième trimestre auprès de 1.000 personnes âgées de 12 à 24 ans, 72% des jeunes internautes français lisent des blogs «une fois par mois ou plus» et 51% les commentent «une fois par mois ou plus».
Lire la suite de l’article


Les cartables toujours aussi lourds
«LE POIDS MOYEN d'un cartable est de plus de 7,56 kg », a révélé, hier, l'association de parents d'élèves FCPE.
Lire la suite de l’article


Fadela Amara : « Le respect de la police, c'est très important »
Secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville, Fadela Amara prend la parole pour la première fois, quatre jours après la mort de deux jeunes. Le drame a provoqué de violentes émeutes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise).
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 29/11/07



Rien vu...


-------------------------------------------------
20 minutes du 29/11/07



Contents des négos, les étudiants lèvent le pied
Après trois semaines de blocage, les 1.250.000 étudiants du pays devraient bientôt retourner en amphi. Sur les neuf AG qui se sont tenues hier, six ont voté le déblocage. D'autres votes doivent être organisés aujourd'hui. Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, semble avoir réussi à faire passer sa loi sur l'autonomie des universités. En échange, les syndicats ont obtenu pas mal d'avancées.
Lire la suite de l’article


«La fac, ce n'est pas une agence ANPE»
Yann Leroy, étudiant en archéologie à Lille-III et militant aux Jeunesses communistes.
Lire la suite de l’article


Fadela Amara : «ce n'est pas parce qu'on est pauvre que l'on peut saccager»
Elle disait se taire depuis le début de la crise à Villiers-le-Bel pour «respecter le deuil» des familles des deux adolescents morts. Elle avait ainsi refusé de donner suite à des sollicitations de 20minutes.fr. Mais la secrétaire d'Etat chargé de la Politique de la Ville, Fadela Amara, a brisé son silence jeudi dans les colonnes de «Aujourd'hui en France/Le Parisien». Elle y affirme qu' «il faut être ferme face à la violence. Le respect de la police, c'est très important».
Lire la suite de l’article


Centre éducatif fermé : « Ils évitent la prison mais c’est leur dernière chance »
Dans un CEF en périphérie du Mans, de jeunes multirécidivistes réapprennent les « lois » de la vie en société. Le directeur nous a reçus
Lire la suite de l’article


Polémique après les heurts au rectorat de Nantes
Le pronostic restait mercredi soir«très réservé», d’après ses parents. Un lycéen de 17 ans a été sérieusement touché à un œil «par un tir de flash-ball», mardi soir, lors des affrontements avec la police au rectorat.
Lire la suite de l’article

«Ça ne saignait pas beaucoup, mais il pouvait y avoir une hémorragie interne»
Mardi soir, un lycéen de 17 ans était sérieusement touché à l'oeil. Le témoignage d'une infirmière...
Lire la suite de l’article


Les mesures annoncées par Pécresse n’ont pas entamé la mobilisation étudiante
Les mesures annoncées mardi par Valérie Pécresse pour désamorcer la crise contre sa loi sur l'autonomie des universités mardi n'ont pas eu l'effet escompté sur la mobilisation étudiante, qui doit connaître jeudi un nouveau point d'orgue avec des manifestations étudiantes et lycéennes partout en France.
Lire la suite de l’article


Les lycées de Montreuil hésitent : blocage ou pas blocage ?
Les lycéens ne sont pas tous d’accord sur les modalités de la lutte, mais les craintes face à la loi Pécresse sont unanimement partagées.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 29/11/07



Banlieues : comprendre pour avancer
Par Mabrouck Rachedi, écrivain

Le 31 octobre, j’écrivais dans Metro une tribune au titre prémonitoire : “En banlieue, rien n’a changé.” Les émeutes de Villiers-le-Bel rappellent la triste réalité aux yeux de tous. Hélas. J’entends çà et là des voix qui s’élèvent contre la volonté d’expliquer les violences. Par un glissement sémantique étrange, expliquer équivaudrait à justifier. Ah bon ? Si demain la fusée Ariane explose, des ingénieurs tenteront de connaître les causes de l’accident. Mais en aucun cas ils ne le justifieront. Nuance.
Lire la suite de l’article


Les jeunes internautes français, champion du "blogging" en Europe
Les jeunes internautes français, âgés de 12 à 24 ans, sont les champions d'Europe du "blogging", c'est-à-dire de la lecture des blogs, de leur commentaire ou de leur publication et de leur mise à jour, si l'on en croît une étude du cabinet Forrester publiée mercredi.
Lire la suite de l’article


Le “soft blocage” reconduit
Les étudiants de Saint-Jean-d’Angély ont voté la poursuite de l’occupation citoyenne.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 29/11/07



Le ghetto crie, mais personne ne lui répond
Par Nestor Romero (Ancien enseignant)

Il n'est pas très élégant de se citer soi-même, tant pis, c'est pourtant ce que je vais faire, et longuement, tant me sont insupportables ces commentaires désolés que l'on entend et lit depuis ce matin, ces étonnements éplorés, surtout, et ces condamnations tellement vertueuses. Comment ne pas condamner la violence? Je ne supporte pas la moindre violence, depuis longtemps déjà, mais qu'a-t-on dit quand on a condamné la violence? Rien! Qu'a-t-on fait? Rien!
Et l'on va continuer à faire semblant de s'étonner: comment une chose pareille est-elle possible? Et l'on va produire des analyses sur le mode: certes il faut réprimer ces actes inqualifiables mais il ne faut pas négliger la prévention, n'est-ce pas? Et il faut mettre en oeuvre, enfin, une politique de la ville, etc.
Ceci, donc, pour commencer (toutes citations de ''L'Ecole des riches, l'école des pauvres'', Syros, 2001):
"N'a-t-on pas rassemblé, voici près d'un demi-siècle, les pauvres en un même lieu, cités, quartiers, blocs d'immeubles, logements insalubres, écoles, collèges, lycées? Et l'on voudrait qu'en ces lieux règne l'harmonie?"
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 29/11/07



Rien vu...


------------------------------------------------
Sud-Ouest du 29/11/07



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 29/11/07



La littérature en s'amusant
Donner l'envie de lire aux jeunes. Et surtout leur faire partager leur amour du livre avec d'autres jeunes et des professionnels. Tel est l'objectif du salon du livre et de l'édition jeunesse, qui a ouvert sa 23e édition, ce mercredi, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Cette année, la littérature britannique, les adolescents et le jeu sont à l'honneur.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/11/07



Université : la réforme oui, mais pas celle-là,
par Jean Fabbri secrétaire général du Snesup-FSU.

L'enseignement supérieur ne se réduit pas aux impulsions ministérielles, aux présidents d'université - abusivement enrôlés sous la seule bannière de la Conférence des présidents d'université - et aux étudiants. Curieusement, jusqu'ici, les universitaires sont ignorés en tant que groupes sociaux, multiples certes, mais, plus qu'on ne le croit, solidaires de ce qui est encore un grand service public. En mettant en avant les seuls individus dans une profession où l'engagement personnel est incontournable mais pas exclusif, on se prive de l'expérience et des propositions des associations et des syndicats.
L'université n'est pas une terra incognita pour le syndicalisme. Les très récentes élections dans les sections du conseil national des universités confirment le partage de cette vision collective. Avec une participation élevée pour ce type de scrutin (près de 48 % et près de 2,5 % de plus qu'en 2003), les universitaires ont placé très largement en tête, par le nombre des voix et des élus, le Snesup-FSU, qui avait fait de son opposition à la loi "liberté et responsabilités des universités" (LRU) l'un des axes de sa campagne. C'est un fait.
Cette loi provoque une inquiétude réelle à la fois précise et diffuse dont les effets de mobilisation contestataire sont loin d'avoir atteint leur apogée[…]
Lire la suite de l’article


Devant les forces de l'ordre, Nicolas Sarkozy dénonce la "voyoucratie"
Venu s'exprimer devant les forces de l'ordre, comme quand il était ministre de l'intérieur, jeudi 29 novembre, Nicolas Sarkozy a dénoncé les violences de ces derniers jours à Villiers-le-Bel, en banlieue parisienne, qui ne relèvent pas selon lui d'une "crise sociale" mais d'une forme de "voyoucratie".
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel, radioscopie d'un "ghetto social"
Épicentre depuis cinq jours d'une nouvelle vague de violences et de tensions urbaines, Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) cumule tous les malaises de la banlieue : chômage, pauvreté, délinquance. Pourtant, la ville ne compte pas de grands ensembles, contrairement à Argenteuil. "On n'est pas dans le gigantisme et dans les clichés", note Pierre Bourguignon, président (PS) de l'association des maires de villes de banlieue.
Lire la suite de l’article


Pour filmer les "quartiers", les reporters ont désormais leurs gardes du corps
Il y a comme un air de couvre-feu, ce soir, à Villiers-le-Bel. Le froid, la Ligue des champions, et, plus probablement, les mille policiers déployés dans cette ville du Val-d'Oise ont à nouveau eu raison, mercredi 28 novembre, des émeutes nocturnes.
Des moyens de guerre ont été déployés : deux hélicoptères balayant chaque entrée de HLM de leurs faisceaux lumineux, des voitures de police aux allures de 4×4 blindés, et, surtout, pour la première fois, un projecteur téléscopique surpuissant, posté face aux barres, chargé de surveiller chaque mètre du parking, et le balcon de chaque appartement.
Lire la suite de l’article


Nuit calme à Villiers-le-Bel, Fadela Amara sort de sa réserve
Mercredi 28 novembre, en début de soirée, la préfecture du Val-d'Oise avait fait savoir que seuls "quelques feux de poubelles et de véhicules" avaient été enregistrés depuis la fin de l'après-midi, et que trois personnes avaient été interpellées. Dans la commune, aucun attroupement n'était visible et tous les commerces étaient fermés.
Lire la suite de l’article


Emeutes : pourquoi 2007 diffère de 2005, par Luc Bronner
Face aux violences urbaines dans le Val-d'Oise, le premier réflexe est de comparer les événements de ces derniers jours aux trois semaines d'émeutes que la France a connues en octobre et novembre 2005. Avec une interrogation légitime sur la possibilité que les violences actuelles s'étendent dans le pays. Mais les émeutes de 2007 ne ressemblent pas à celles de 2005, bien que les acteurs (jeunes et policiers, principalement), le cadre (zones urbaines sensibles) et le contexte (difficultés liées à l'emploi, au logement, etc.) soient évidemment identiques.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 29/11/07


Sarkozy ne veut pas entendre parler de "crise sociale"
"Je réfute toute forme d'angélisme qui vise à trouver en chaque délinquant une victime de la société, en chaque émeute un problème social", déclare le président devant 2.000 policiers et gendarmes.
Lire la suite de l’article


La police charge des manifestants qui tentaient de bloquer un lycée
Les 300 à 400 lycéens réunis devant le lycée Pasteur avaient commencé à lancer des projectiles en direction des forces de l'ordre, qui, selon la police, étaient là seulement pour le "bon fonctionnement" du lycée.
Lire la suite de l’article


Le blues des déshérités de la fac

Profs souvent lointains, locaux misérables et dispersés, absence de projets... Ce n'est pas un hasard si les mobilisations ont surtout touché les jeunes des filières littéraires. Reportage sur les galères étudiantes au quotidien à Censier-Paris-lll
Lire la suite de l’article


Universités : la mauvaise colère
Par Jacques Julliard

Tous ceux qui sont attachés à l'université française, aux valeurs qu'elle défend, à commencer par l'esprit critique; tous ceux qui savent que le développement de l'enseignement supérieur et de la recherche est la condition de l'essor économique du pays, de la création d'emplois et de la défense du niveau de vie; tous ceux, enfin, qui pensent que le syndicalisme a besoin de la démocratie pour vivre, tous ceux-là sont consternés par la tournure que prend aujourd'hui le mouvement de contestation étudiante. Et cela qu'ils soient de droite ou, surtout, de gauche. J'ai critiqué assez tôt les orientations économiques et sociales du gouvernement Sarkozy pour avoir le droit de dire, sans encourir le soupçon de complaisance, que la loi sur l'autonomie de l'université est une loi nécessaire[…]
Les étudiants déplorent que les universités soient devenues des usines à chômeurs, mais en même temps ils redoutent que les entreprises puissent mettre la main sur l'université. En vérité, derrière un discours anticapitaliste convenu se cache un déni de l'économique, l'aspiration à un monde immobile, un rêve de lévitation sociale permanente, sous la protection de l'Etat
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 29/11/07


Nicolas Sarkozy veut stopper la "voyoucratie"
Face aux policiers et aux gendarmes, à La Défense, près de Paris, Nicolas Sarkozy a estimé que "ce qui s'est passé à Villiers-le-Bel n'a rien à voir avec une crise sociale, ça a tout à voir avec la voyoucratie".
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 29/11/07



Blocages: Darcos "soutient" les proviseurs, la Fidl proteste contre l'interdiction des AG à Nantes
Xavier Darcos a assuré dans une lettre rendue publique jeudi les proviseurs de son "soutien plein et entier", tandis que parallèlement la Fidl a protesté contre une lettre du recteur de Nantes demandant aux mêmes proviseurs d'interdire les assemblées générales.
Lire la suite de l’article


Le consistoire central saisit la Halde à propos des dates d'examen
Le consistoire central et l'association du rabinnat français ont indiqué mercredi avoir saisi la Halde à propos du cas des étudiants juifs pratiquants dont les dates d'examen tombent les samedis et jours fériés du calendrier juif, confirmant une information publiée dans Le Monde.
Lire la suite de l’article


Loi Pécresse: une grosse vingtaine de lycées bloqués à Paris
Le fonctionnement d'une "grosse vingtaine" de lycées était perturbé à Paris, dont plusieurs fermés administrativement, jeudi, journée d'actions des lycéens et des étudiants contre la loi Pécresse et pour des moyens dans l'Education, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article


Protestations après la blessure d'un lycéen lors d'affrontements à Nantes
Les syndicats FO des lycées et collèges de Loire-Atlantique et la FSU ont dénoncé mercredi la "brutalité" et la "violence" des forces de l'ordre lors d'une manifestation la veille contre la loi Pécresse à Nantes à l'issue de laquelle un lycéen a été "grièvement blessé" à un oeil.
Lire la suite de l’article


Le vaste plan pour l'emploi des jeunes de banlieue attendra "fin janvier"
Le "vaste plan" pour l'insertion professionnelle des jeunes des quartiers en difficultés, promis par Nicolas Sarkozy dans le cadre d'un "plan Marshall" pour les banlieues, s'est révélé moins prioritaire que d'autres mesures sociales du début du quinquennat.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

mercredi, novembre 28, 2007

Revue de presse du mercredi 28 novembre 2007

"Dimanche, un de mes anciens élèves est mort..." .
Un ancien professeur d'histoire de Larami, l'un des deux jeunes décédés sur une mini-moto à Villiers-le-Bel, revient dans une lettre émouvante, qu'il a adressée au Parisien.fr, sur la mort de son ancien élève dimanche.
Il y décrit aussi le grand barnum médiatique qui a débarqué à “VLB” où “Tout le monde aura tout vu, [mais] personne n'aura rien su sur ce que vivent les gens ici. Rien su du fait qu'ici beaucoup de gens pensent se battre pour que tout change, alors que rien ne change. Ni l'impunité, ni l'oisiveté, ni l'argent facile. Ni, non plus, l'énorme gâchis de talents et d'humanisme d'une jeunesse qui a tant à offrir
La prise de position la plus dure, on la trouvera dans Sud Ouest où Azouz Bégag, ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances du gouvernement Villepin, mais aussi sociologue qui a grandi dans les bidonvilles lyonnais n'a pas de mots assez durs pour dénoncer la politique de Nicolas Sarkozy. “Cela fait vingt-cinq ans que le feu couve, mais le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle a jeté des bidons d'essence sur cette poudrière avec sa sémantique guerrière. Les jeunes des banlieues ont très bien compris qu'ils avaient été utilisés comme des appâts au bout du crochet électoral de Nicolas Sarkozy”. Pour lui les risques de contagion existent “ Depuis 2005, tout le monde savait que ça allait exploser à nouveau. J'ai vraiment peur, nous sommes hélas embarqués dans une histoire qui va considérablement nous rapprocher des grandes villes américaines et de leurs émeutes, comme à Los Angeles où les gens ont fini par s'entretuer. ”. Quelles solutions propose t-il ? “Aujourd'hui il y a urgence, il faut relancer l'éducation à la citoyenneté et donner du boulot aux jeunes. On leur répète sans cesse qu'il faut travailler plus pour gagner plus, mais commençons déjà par leur filer du travail.

François Fillon et la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, ont signé ce mercredi le "protocole cadre pour la réussite des universités" avec Jean-Pierre Finance, premier président de la Conférence des présidents d'université (CPU). Le Premier ministre avait annoncé lundi la conclusion de cet accord qui doit "solenniser l'engagement du gouvernement [...] d'apporter un milliard d'euros supplémentaire à l'université tous les ans pendant cinq ans, c'est-à-dire d'augmenter le budget [...] de 50% en cinq ans".Avec cet accord, le budget annuel de l'université passerait ainsi de 10 milliards d'euros actuellement à 15 milliards d'ici à la fin de la législature.
Mais si le syndicat UNEF considère cela comme des « avancées importantes » les manifestations contre la “LRU” continuent.
Vingt mille étudiants ont manifesté hier. Les lycéens sont désormais majoritaires dans les manifestations…

Il y a un point commun entre les émeutes de banlieues et le mouvement étudiant. «Les médias sont perçus comme des intrus» C’est Jean-Marie Charon, sociologue des médias qui pointe ce phénomène 20 minutes : “La critique des médias se fait de plus en plus violente dans les mouvements sociaux, On finit par dénier aux journalistes le droit de faire leur travail sur place. Pour les banlieues, la question majeure reste celle de l'extériorité : les médias sont perçus comme venant d'ailleurs, ne comprenant pas l'environnement, voire comme des intrus.”.
Sentiment confirmé par Luc Bronner, journaliste au Monde «Je n'ai jamais vu ça, il y a une haine contre l'extérieur, policiers, pompiers, élus, et nous. Les coups qu'il a reçus dimanche à Villiers lui valent «une côte cassée ou fêlée et deux jours d'arrêt de travail». Pourtant son propre travail dans les banlieues l’exclut de la critique habituelle et a été salué par le dernier prix Albert Londres.
Pour Jean-Marie Charon, “les médias doivent rapidement réagir, avec constance et de manière concrète, s'ils veulent retisser de la confiance avec les citoyens en général, et les banlieues en particulier.”.
Les évènements que nous vivons peuvent être aussi l’occasion de réfléchir avec les élèves sur la manière dont les médias traitent cette actualité. Plus que jamais, l’éducation aux médias est nécessaire.


Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/11/07


Pécresse tente de désamorcer la grève
Alors que les étudiants défilaient hier dans toute la France aux côtés de nombreux lycéens et d’enseignants, le président de l’Unef a annoncé des «avancées importantes» à l’issue de sa rencontre avec la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. Il a indiqué qu’il appellerait les assemblées générales dans les universités à «les prendre en compte». Le retrait probable du principal syndicat étudiant porterait un coup sérieux à un mouvement déjà affaibli par les divisions.
Lire la suite de l’article


Dans son blog, l'un des deux ados se présente comme un garçon «calme»
L'une des deux victimes de Villiers-le-Bel tenait un blog dans lequel il se présente comme un garçon «calme» et qui cherche l'âme soeur.
Lire la suite de l’article


Banlieue: «Changer le bâti ne changera pas le malheur et la pauvreté de ceux qui y vivent»
Jean-Marc Stébé, sociologue, professeur à l'Université de Nancy 2, auteur de "La crise des banlieues, sociologie des quartiers sensibles", aux Editions PUF, a répondu aux questions des internautes de Libération sur les crises que traversent les quartiers défavorisées.
Lire la suite de l’article


La presse étrangère juge le cas Villiers-le-Bel
Elle pointe l'impuissance récurrente de la France à régler ses problèmes d'intégrations et de chômage. Et certains critiquent la méthode Sarkozy.
Lire la suite de l’article


Azouz Begag accuse Sarkozy d'avoir semé «la haine» dans les banlieues
Dans un entretien à "Sud-Ouest", l'ex-ministre de la Promotion et de l'égalité des chances estime que «depuis 2005, tout le monde savait que ça allait exploser à nouveau»
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 28/11/07


Émeutes urbaines : Sarkozy monte en première ligne
Le chef de l’Etat rendra visite mercredi matin aux policiers et aux pompiers blessés, avant de présider à l’Elysée une réunion sur la sécurité.
Lire la suite de l’article


Calme relatif à Villiers-le-Bel
La pression est retombée mardi soir dans le Val-d’Oise, sans doute en raison d’un déploiement policier exceptionnel.
Lire la suite de l’article


Lexter, 26 ans, chômeur 
et émeutier
Neuf suspects, dont un mineur, ont été jugés hier à Pontoise en comparution immédiate.
Lire la suite de l’article


Valérie Pécresse accélère, l’Unef calme le jeu
Bruno Julliard, président de l’Unef, est satisfait des avancées proposées. Vingt mille étudiants ont manifesté hier.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 27/11/07 (un jour de retard)



Atmosphère survoltée à Villiers-le-Bel
La colère gronde dans cette ville du Val-d’Oise, saccagée à la suite du drame.
Lire la suite de l’article


« Les forces de police sont considérées comme une armée ennemie
Défiance, paranoïa, haine… Le sociothérapeute Charles Rojzman décortique les sentiments qui opposent aujourd’hui jeunes et policiers.
Lire la suite de l’article


Le risque d’autres embrasements
Après la mort de deux jeunes à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) dimanche, une nouvelle flambée a secoué des quartiers populaires. Le spectre de 2005 resurgit.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/11/07 ( payant)



"Dimanche, un de mes anciens élèves est mort..."
L'ex professeur d'histoire de Larami, l'un des deux jeunes décédés sur une mini-moto à Villiers-le-Bel, raconte dans une lettre émouvante, qu'il a adressée au Parisien.fr, la mort de son ancien élève dimanche.
Lire la suite de l’article


La grosse colère de Sarko
22 interpellations selon la Préfecture, quelques feux de poubelles et quelques dizaines de véhicules incendiés...La soirée a été beaucoup plus calme à Villiers-Le-bel.
Lire la suite de l’article


«Quand tu n'as rien, tu n'as rien à perdre».
On les avait laissés la veille vers 23 heures, quelques minutes après qu'ils eurent détruit le Trésor public de Villiers-Le-Bel. On les retrouve le lendemain, à l'heure du déjeuner, cartable au dos, à proximité d'un fast food, en plein centre ville, à deux pas d'une agence immobilière qui porte toujours les stigmates des violences de la veille. 

Farid, Cedric et Sissoko, qui témoignent sous des noms d'emprunt, sont, à première vue, des adolescents ordinaires.
Agés de 16 à 18 ans, ils sont lycéens et habitent à Villiers-Le-Bel. Ils n'en diront pas plus.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 28/11/07




Dans les quartiers, pour éviter encore pire
Les jeunes des quartiers refusent souvent toute forme d’autorité. Parents, associations, enseignants et religions aident les politiques à faire en sorte que la situation ne soit pas totalement désespérée
Lire la suite de l’article


« On se sent tel Sisyphe »
Manuel Valls, Maire PS d’Évry (Essonne)
Lire la suite de l’article


Dans les cités, prêtres et religieuses ne sentent pas de réelle amélioration
Les prêtres et religieuses habitant les quartiers sensibles du Val-d'Oise ou des Yvelines constatent que le climat reste tendu
Lire la suite de l’article


Quels cadeaux offrir aux enfants ?
Les sapins de Noël risquent de crouler cette année sous une avalanche de cadeaux technologiques, mais il faut oser offrir aussi aux enfants des jouets et des jeux plus classiques
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 28/11/07



Mobilisation étudiante: où en est-on ?
Après un mois de mobilisation, le mouvement contre la loi Pécresse est sorti divisé du week-end. Cette semaine est décisive pour les étudiants grévistes.
Lire la suite de l’article


Place à la fermeté dans la gestion de la crise
L'exécutif sort ses muscles. A peine rentré de Chine, Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi matin que «ceux qui ont pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d'assises» après les violences urbaines dans le Val d'Oise. Des propos qui ont été accompagnés de l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire pour «homicides involontaires» sur les personnes des deux jeunes décédés. Ce que souhaitaient les familles des victimes.
Lire la suite de l’article


Le spectre de 2005, les armes en plus
« Nous approchons de la catastrophe », selon le syndicat Unsa-Police, plutôt réputé à gauche. Les violences extrêmes des dernières nuits, à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) ainsi que dans des communes environnantes, nourrissent la peur d'un redémarrage des émeutes en banlieue, bien plus fort cette fois qu'en novembre 2005.
Lire la suite de l’article


« Toi, le journaliste avec la sacoche, je vais te casser la gueule ! »
Peut-on encore se rendre en banlieue pour raconter ce qui s’y passe ? Un journaliste qui s’y rend doit-il se préparer à essuyer une émeute ? J’aurais répondu par la négative avant de me rendre mardi à Villiers-le-Bel
Lire la suite de l’article


Les maires de banlieue «inquiets, mais pas surpris»
Ils s'époumonent depuis des mois pour «sonner le tocsin». Les maires de banlieue de tous bords se disent globalement «inquiets, mais pas surpris» par les violences.
Lire la suite de l’article


«Le gouvernement va devoir changer de discours»
Pierre Cardo, maire UMP de Chanteloup les Vignes (Yvelines) et vice-président de l’association des maires de banlieue, revient sur les violences qui ont éclaté à Villiers-le-Bel, après la mort de deux adolescents…
Lire la suite de l’article


Une quarantaine de facs bloquées, 30.000 manifestants et des propositions de Pécresse
Journée chargée sur le front des universités ce mardi. Alors que les manifestations contre la loi Pécresse, à l’appel de la coordination nationale étudiante, ont rassemblé au moins 30.000 personnes en France, la ministre de l’Enseignement supérieur a fait plusieurs propositions lors de sa rencontre avec principal syndicat étudiant, l’Unef, dans l’après-midi.
Lire la suite de l’article


«Les médias sont perçus comme des intrus»
Jean-Marie Charon, sociologue, auteur des Journalistes et leur public, le grand malentendu (Ed. Vuibert).
Lire la suite de l’article


Caméras et stylos accueillis par des barres de fer
«Je n'ai jamais vu ça, il y a une haine contre l'extérieur, policiers, pompiers, élus, et nous», déplore Luc Bronner, journaliste au «Monde». Les coups qu'il a reçus dimanche à Villiers lui valent «une côte cassée ou fêlée et deux jours d'arrêt de travail». Hier, des équipes de France 3 Paris-Ile-de-France et du site LaTéléLibre ont connu des heures difficiles: caméras volées, violences gratuites... «Mon collègue Larbi Aarab écope de huit points de suture après un coup de barre de fer sur la tête, mon petit doigt est fracturé», raconte Miguel Maïa de LaTélélibre. Hier, un rédacteur de 20 Minutes a essuyé une averse de coups, après que son calepin et sa sacoche ont «trahi» la nature de son métier.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 28/11/07



"Rétablir la balance"
James* à vingt-six ans. Un « grand frère » pour certains, un « lâcheur » pour d’autres. Il y a un an, il a quitté le quartier de La Humette à Villiers-le-Bel, pour co-gérer un fast-food à Paris. « Un moyen de quitter la merde dans laquelle on vit. Et de voir Paris ».[…]
« Le risque, c’est la surenchère policière. Envoyez des profs plutôt que des CRS. Après, c’est une affaire détermination sur le terrain. Tu crois que Sarko est prêt à courir le risque ?»
Lire la suite de l’article


Politique de la Ville: habitants et élus de banlieue s'impatientent de ne rien voir venir
A peine plus de deux ans après les émeutes en banlieue, habitants et élus s'impatientent de ne pas voir tenues les promesses du plan Borloo de rénovation urbaine tandis que le nouveau "plan banlieue" promis par Nicolas Sarkozy tarde à prendre forme.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 28/11/07



En 2005, les RG prévoyaient le retour des flammes
"Tout nouvel incident fortuit (décès d'un jeune) provoquera une nouvelle flambée de violences généralisées"...
Lire la suite de l’article


Dans les banlieues, le pire reste à venir
Par Jean de Maillard (Magistrat)

J’avoue que je n’aimerais pas être aujourd’hui au gouvernement. Ni d’ailleurs habiter Villiers-le-Bel. Ni moins encore être CRS. Je crains en effet que les nuits d’émeutes de Clichy-sous-Bois, il y a deux ans, ne soient que le hors-d’oeuvre de ce que nous allons déguster dans les temps prochains.
Je ne cherche pas à mettre de l’huile sur le feu, de toute façon ces lignes n’ont heureusement aucune chance d’être lues dans le 9-3 et autres cités dont notre belle France a parsemé ses paysages sub-urbains. Mais je crois qu’il va falloir quand même appeler un chat un chat. Qu’on incendie deux écoles, une bibliothèque, un commissariat, un garage et quelques autres bâtiments dont la liste est déjà oubliée, outre quelques dizaines de véhicules par jour, nous y étions habitués. C’est devenu presque une routine.
En revanche, la seconde nuit de Villiers-le-Bel marque une escalade dont les médias et le gouvernement ne voudront sans doute pas faire la publicité, mais qui risque d’être le point de départ d’une nouvelle étape: l’utilisation des armes à feu.
Lire la suite de l’article


Une bibliothèque incendiée: à qui la faute?
Par Victor Hugo (écrivain)

Tu viens d'incendier la Bibliothèque?

- Oui.
J'ai mis le feu là.

-Mais c'est un crime inouï!

Crime commis par toi contre toi-même, infâme!

Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme!

C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler!

Ce que ta rage impie et folle ose brûler,

C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage

Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.[…]
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Ouest-France du 28/11/07



Banlieues : la crainte d'un embrasement
Le début de nuit a été plus calme dans le Val d'Oise, après les deux soirées précédentes d'affrontements. Le gouvernement redoute la contagion.
Lire la suite de l’article


Affrontements à Nantes, défilés dans la plupart des villes de l'Ouest
« Mais qu'est ce que vous faites ? Vous ne voyez pas que ce sont des gamins ? » Annette, infirmière, en a la voix qui tremble. Elle vient juste de sortir du boulot, à deux pas du rectorat de Nantes. Pile au moment de l'affrontement entre forces de l'ordre et manifestants. De 70 à 80 gendarmes et policiers, face à un millier de manifestants.
Quelques minutes avant, étudiants et lycéens entrent dans le parc du rectorat, fermé, en cassant un grillage. Les forces de l'ordre arrivent. Quelques slogans, une partie de jonglage improvisée par des étudiants... Bref face-à-face pacifique, avant l'affrontement. « On vous demande de reculer gentiment ». Pas assez rapidement, semble-t-il. Très vite, les forces de l'ordre poussent les jeunes vers la sortie. Coups de pieds des uns, coups de matraque des autres. Certains résistent. Ça s'énerve.

Lire la suite de l’article


Un tournant s'amorce dans la crise étudiante
Les lycéens sont désormais majoritaires dans les manifestations. Le syndicat étudiant Unef considère comme des « avancées importantes » les propositions de Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Sud-Ouest du 28/11/07



« La guerre est déclarée »
Lors des émeutes de l'hiver 2005, Azouz Begag était le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances du gouvernement Villepin. Désormais rallié à François Bayrou, celui qui a grandi dans les bidonvilles lyonnais n'a pas de mots assez durs pour dénoncer la politique de Nicolas Sarkozy.
Lire la suite de l’article


Des rugbymen par paquets de cinq
Les célèbres vignettes autocollantes Panini ne sont plus exclusivement réservées aux footballeurs. Un nouvel album vient de sortir. On peut désormais collectionner les rugbymen
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 28/11/07



Sarkozy s'empare des banlieues
Sitôt rentré de Chine, et alors qu'un calme fragile est revenu dans le Val d'Oise, Nicolas Sarkozy s'est rendu mercredi matin, peu avant 7h30, à l'hôpital d'Eaubonne, au chevet de policiers blessés dans les violences qui ont enflammé Villiers-le-Bel dimanche et lundi. Le chef de l'Etat tiendra ensuite à l'Elysée une série d'entretiens sur la situation en banlieue.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 29/11/07



Les journalistes en difficulté pour couvrir les événements
Les reporters des chaînes de télévision venus rendre compte des affrontements à Villiers-le-Bel ont été confrontés à un double risque : celui d'"attiser la violence" ou de "s'attirer la colère", des émeutiers, explique Jean-Marie Bayle, directeur de la rédaction de LCI. Au cours de l'hiver 2005, radios et télés ont égrené le nombre de voitures brûlées chaque nuit. "Nous sommes plutôt confrontés cette année au nombre de policiers blessés", ironise Guillaume Dubois, rédacteur en chef de BFM-TV.
Les journalistes sont aussi pris pour cible. Après l'agression d'un journaliste du Monde, dimanche 25 novembre, un reporter du quotidien gratuit 20 minutes a été pris à partie mardi 27. Dans l'après-midi, "une équipe de TF1 a été agressée et la caméra bousculée", déplore M. Bayle. Lundi 26 novembre, une équipe de France 3 s'est fait voler sa caméra et un journaliste a été frappé par une dizaine de personnes.[…]
Lire la suite de l’article


Comment aménager la loi sur l'autonomie des universités ?
L'intégralité du débat avec Jean-Baptiste Prévost, vice-président de l'UNEF, mercredi 28 novembre 2007
Lire la suite de l’article


Bruno Julliard se félicite des "avancées notables obtenues grâce à la mobilisation"
A l'issue d'une rencontre avec la ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, mardi 27 novembre, le président de l'UNEF Bruno Julliard s'est félicité des "avancées réelles et concrètes (...) obtenues grâce à la mobilisation." Il a ajouté que c'était désormais "aux étudiants de décider s'il [fallait] poursuivre la mobilisation" dans les universités. Valérie Pécresse a assuré qu'il n'y aurait pas "d'augmentation des frais d'inscription, ni de sélection à l'entrée de l'université".
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel : la thèse de la voiture de police vandalisée contredite par une vidéo
Une vidéo amateur contredit l'une des affirmations de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) sur l'accident entre un véhicule de police et une mini-moto, dimanche 25 novembre à Villiers-le-Bel, qui est à l'origine des deux nuits d'émeutes.
Lire la suite de l’article


Tolérance zéro, bilan zéro
par Dominique Sopo, président de SOS-Racisme.

Comme un mauvais remake des événements qui avaient endeuillé puis embrasé Clichy-sous-Bois, la mort de deux jeunes habitants de Villiers-le-Bel remet sur le devant de la scène la question des violences urbaines. Avec, constatons-le pour nous en alarmer, le passage de violences urbaines qui, au plus fort de novembre 2005, prenaient au maximum la forme d'émeutes somme toute assez "classiques" à une situation qui, selon les premiers éléments d'information, est frappée du sceau de l'ultraviolence.
[…] Et force est de le constater : le bilan, au regard des violences de novembre 2005 et de la montée des comportements ultraviolents constatés à Villiers-le-Bel, est lourdement négatif, et même, pour tout dire, assez catastrophique.
Car sous l'apparence du pragmatisme et du bon sens bien épais, la méthode de M. Sarkozy aura été marquée par un dogmatisme d'une rigidité peu commune. Il s'est agi, en quelque sorte, de croire (ou de faire croire...) que les problèmes de violence pouvaient se régler non pas en tenant compte de toute une série de facteurs liés au minimum de complexité de la vie en société, mais simplement à travers le simplissime slogan de "tolérance zéro" décliné, en matière policière, dans la mise en vedette de la méthode du saute-dessus et de vastes opérations médiatico-policières aussi spectaculaires qu'inefficaces.[…]
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 28/11/07


Une nuit relativement calme à Villiers-le-Bel
Quelques dizaines de voitures ont été brûlées dans la communes et celles limitrophes.
> La thèse de l'accident se confirme.
> Nicolas Sarkozy reçoit les familles des victimes ce matin avant de tenir une réunion de crise avec plusieurs ministres.
Lire la suite de l’article


"C'est leur seule façon de se faire entendre"
Des habitants de Villiers-le-Bel découvrent les dégats causés par une deuxième nuit d'affrontements entre les jeunes et la police.
Lire la suite de l’article


Signature de l'accord sur le budget des universités mercredi
Le Premier ministre, François Fillon, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, entendent faire passer, avec ce "protocole cadre", le budget annuel des universités de 10 à 15 milliards d'euros en cinq ans.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 28/11/07


Journée d'action des étudiants, l'Unef voit du progrès
Tandis que près de 25 000 étudiants et lycéens manifestaient mardi dans le pays, l'Unef, premier syndicat étudiant, a jugé avoir obtenu des "avancées importantes" après une réunion avec la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel: la pression retombe
Cette nuit a été beaucoup plus calme dans le Val-d'Oise grâce à un impressionnant déploiement policier. 22 personnes ont néanmoins été interpellées. François Fillon et Michèle Alliot-Marie se sont rendus sur place dans la soirée et l'Elysée organise une réunion ce mercredi matin.
Lire la suite de l’article


Fadela Amara, à Villiers-le-Bel, garde le silence
La secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville a passé la journée à Villiers-le-Bel. Elle ne souhaite pas s'exprimer publiquement "par respect pour la dignité des familles" en deuil.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/11/07



Loi Pécresse: une quarantaine de sites universitaires perturbés
Une quarantaine de sites universitaires étaient perturbés mardi à 19H00 par le mouvement étudiant contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités, tandis que les manifestations de lycéens et étudiants ont réuni au moins 30.000 personnes, selon des sources concordantes.
Lire la suite de l’article


Loi Pécresse: pour les syndicats lycéens, il faut des réponses plus précises
Les syndicats lycéens UNL et Fidl ont estimé mardi que les annonces de Valérie Pécresse sur l'accompagnement de sa loi sur l'autonomie des universités étaient insuffisantes et affirmé qu'ils restaient "mobilisés", notamment jeudi, nouvelle journée de manifestations.
Lire la suite de l’article


Le Snetaa-eil dénonce des incidents violents dans un lycée professionnel de Livry-Gargan
Le Snetaa-eil, syndicat majoritaire de l'enseignement professionnel, a dénoncé mardi "les incidents violents" qui se sont produits lundi au lycée professionnel Henri Sellier de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) où "une élève a été frappée et un enseignant menacé".
Lire la suite de l’article


Perspective d'une sortie de crise avec l'appel de l'Unef à tenir compte des promesses de Pécresse
L'appel de l'Unef aux AG étudiantes à "prendre en compte" les "avancées importantes", selon elle, concédées par Valérie Pécresse, ouvre la perspective mardi d'une fin de mobilisation contre la loi sur l'autonomie des universités, même si les plus radicaux souhaitent poursuivre.
Lire la suite de l’article


Bac pro en 3 ans: "le ministère aborde le problème à l'envers" (Snalc-CSEN)
e Snalc-CSEN, syndicat d'enseignants traditionnellement classé à droite, a estimé mercredi que le "ministère aborde le problème" du bac pro "à l'envers", en le réduisant de quatre à trois ans, alors qu'il faut selon lui "du temps" à ces élèves, en majorité issus de classes défavorisées
Lire la suite de l’article


L'enseignante blessée par une gomme n'a pas été délibérément visée
L'enseignante qui a été blessée à l'oeil mardi par un jet de gomme dans un collège de Nice n'a pas été délibérément visée, a-t-on indiqué mercredi de sources concordantes.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

mardi, novembre 27, 2007

Revue de presse du mardi 27 novembre 2007

Des braises encore chaudes…
Ce sont les évènements de Villiers le Bel qui font la Une des journaux. Et la question est toujours la même : y-t-il un risque de propagation aux autres banlieues comme en 2005 ?
Certes, le contexte diffère. En 2005, le terrain avait été préparé par les discours de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur. Ses déclarations à La Courneuve puis à Argenteuil avaient été reçues comme des provocations et ont contribué à faire monter la tension. Aujourd’hui la communication semble plus habile. Mais la situation est pourtant très tendue car elle pose aussi la question du bilan de l’action menée.
Laurent Mucchielli, spécialiste des banlieues, fait un constat très sombre de la situation des banlieues, deux ans après : “Dans les quartiers, on n'a pas avancé depuis deux ans. Ni objectivement, ni dans le ressenti des habitants. Au moment des révoltes de 2005, nous avions dressé un diagnostic. Les habitants pointaient quatre problèmes : la police, l'école, le chômage et la question du statut des personnes issues de l'immigration dans la société. Les familles de banlieue ont le sentiment d'être des citoyens de seconde zone. Pour l'école, cela n'a pas bougé d'un iota, il n'y a qu'à regarder les résultats au brevet. La baisse du chômage ne semble pas toucher les quartiers. Côté police, c'est même pire qu'avant puisqu'il n'a jamais été question de remettre en place la police de proximité. Au contraire, on a préféré y affecter des CRS. Enfin, comment voulez-vous que les personnes issues de l'immigration se sentent plus intégrées avec les lois de Brice Hortefeux, les tests ADN... ”. Pour lui, les institutions nationales –la police et l’Éducation nationale– doivent se remettre en cause car, dit-il “leur façon de faire produit de l'échec.”.

Pour Sebastian Roché, sociologue au CNRS et auteur de "Frisson de l'émeute, violences urbaines et banlieues"interrogé dans Métro et par l’AFP, ce niveau de violence "est le signe d'une tension, d'une frustration et d'une haine de la police beaucoup plus forte"
Le discours des élus est très semblable, dans La Croix, ils jugent les changements peu perceptibles et la tension toujours aussi forte. « La paupérisation des cités s’aggrave. Les jeunes considèrent toujours la police comme une bande rivale », raconte Claude Pernes, maire UDF de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et président de l’Association des maires d’Île-de-France. Un cri d’alarme qui n’est évidemment pas réservé à la banlieue parisienne. «École, emploi, sécurité, logement... Partout ça craque !», déclare André Gerin, maire communiste de Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise.On peut aussi signaler la tribune dans Le Monde de trois élus de banlieue (Claude Dilain, Stéphane Gatignon et François Puponni) qui déclarent que “le temps des diagnostics, des analyses et de la compassion est terminé. Aujourd'hui, il est impératif d'agir, et d'agir vite.

Pendant ce temps, à propos des universités, les uns manifestent, les autres négocient.
Alors que l’Unef devait être reçu par la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse ce mardi, plusieurs milliers d’étudiants et de lycéens manifestaient un peu partout en France et bloquaient leurs établissements pour protester contre la loi sur l’autonomie des universités. Et ce, malgré l'annonce de la signature d'un accord sur l'augmentation de 50% en cinq ans du budget de l'université, lundi.
Plusieurs journaux dont Ouest France notent que les lycéens sont de plus en plus nombreux aux manifestations organisées contre la loi Pécresse de réforme des universités.


Il y a deux ans, les émeutes urbaines de novembre 2005 avait été suivies par les manifestations lycéennes de mars 2006 (d’ailleurs accompagnées par des manifestations de violence en banlieue) .
On risque d’avoir cette année les deux en même temps. Les braises sont encore chaudes… et ce n’est pas un Karcher© qui risque de les éteindre…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 27/11/07


Violences: six lycées fermés à Bordeaux, cours suspendus aux Tarterêts
Six lycées de Bordeaux et de sa périphérie seront fermés demain et mercredi pour protester contre des violences. Les cours n'ont pas eu lieu dans un collège des Tarterêts pour les mêmes raisons.
Lire la suite de l’article


«Les facteurs d'explosion sont toujours les mêmes»
Journaliste indépendant, David Dufresne a longuement enquêté sur les émeutes de 2005 à Clichy-sous-Bois et la fronde anti-CPE.
Lire la suite de l’article


Claude Dilain, maire de Clichy: «Il faut aller sur le terrain»
En 2005, le maire PS de Clichy-sous-Bois, Claude Dilain, a vécu une situation semblable à celle de Villiers-le-Bel. Deux jeunes, Bouna et Zyed, étaient morts électrocutés dans l’enceinte d’un transformateur EDF, où ils s’étaient réfugiés après une course-poursuite avec des policiers. Cet événement fut le déclencheur des révoltes urbaines de l’automne 2005.
Lire la suite de l’article


Les étudiants de Montpellier 2 votent contre la poursuite du blocage
Les étudiants et lycéens sont appelés à une nouvelle journée d'actions ce mardi 27 novembre pour protester contre la loi Pécresse. Les étudiants de l'université Montpellier 2 ont voté contre la poursuite du blocage de leur université, mais continuent la grève.
Lire la suite de l’article


L'université d'Evry aux enchères sur eBay
L’université d’Evry valait 10 millions d'euros ce mardi matin... sur eBay. Elle est proposée à la vente depuis lundi sur le site d’enchères en ligne par des étudiants du comité de mobilisation de cette université qui entendent par ce canular dénoncer la loi Pécresse et le «désengagement de l’Etat».
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 27/11/07


«Un cap franchi 
dans la violence»
Au lendemain d’une nouvelle nuit d’affrontements, les syndicats de policiers s’inquiètent de l’utilisation d’armes à feu à leur encontre.
Lire la suite de l’article


Villiers-le-bel : la violence s’étend
Hier soir, une soixantaine de policiers ont été blessés, dont cinq grièvement, dans de nouveaux affrontements dans le Val d’Oise. Cette nuit de violences est survenue alors que la tension persiste depuis le décès, dimanche, des deux adolescents, entrés en collision avec une voiture de police.
Lire la suite de l’article


«Ceux qui tirent sur des policiers sont des criminels»
François Fillon et plusieurs membres du gouvernement se sont déplacés ce matin à Villiers-le-Bel. Une réunion sur la sécurité se tiendra demain à l’Elysée.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 26/11/07 (un jour de retard)



Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 27/11/07 ( payant)



Les boursiers d'Henri-IV sont brillants !
Ils en ont rêvé. Ils l'ont fait. Un an après avoir franchi pour la première fois les portes du prestigieux lycée
Lire la suite de l’article


Des étudiants de Rennes 2 rouvrent la fac de force
Des étudiants et personnels de Rennes 2 ont débloqué l'accès de tous les bâtiments du campus en intervenant en masse ce mardi matin face à des bloqueurs minoritaires.
Lire la suite de l’article


Rennes en colère
Entre 1.500 étudiants et lycéens, selon la police, et 3.000 selon les organisateurs, ont manifesté mardi dans les rues de Rennes contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités. 

Lire la suite de l’article



« On n'a pas avancé depuis deux ans »
Laurent Mucchielli, auteur de « les Bandes de jeunes » (Editions la Découverte) et coauteur avec Véronique le Goaziou de « Quand les banlieues brûlent » (Editions la Découverte).

Dans les quartiers, on n'a pas avancé depuis deux ans. Ni objectivement, ni dans le ressenti des habitants. Au moment des révoltes de 2005, nous avions dressé un diagnostic. Les habitants pointaient quatre problèmes : la police, l'école, le chômage et la question du statut des personnes issues de l'immigration dans la société. Les familles de banlieue ont le sentiment d'être des citoyens de seconde zone. Pour l'école, cela n'a pas bougé d'un iota, il n'y a qu'à regarder les résultats au brevet. La baisse du chômage ne semble pas toucher les quartiers. Côté police, c'est même pire qu'avant puisqu'il n'a jamais été question de remettre en place la police de proximité. Au contraire, on a préféré y affecter des CRS. Enfin, comment voulez-vous que les personnes issues de l'immigration se sentent plus intégrées avec les lois de Brice Hortefeux, les tests ADN...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 27/11/07



"Scènes de guérilla urbaine" dans le Val d'Oise
Plusieurs communes du Val d'Oise ont été le théâtre de nouveaux affrontements entre jeunes et forces de l'ordre, dans la nuit de lundi à mardi. Bilan : Soixante-dix sept policiers blessés dont 5 grièvement
Lire la suite de l’article


Les habitants de Villiers-le-Bel craignent que les violences ne durent
L'ambiance dans les quartiers sensibles de cette commune du Val-d'Oise restait tendue, lundi 26 novembre, après les émeutes qui ont suivi la mort de deux adolescents
Lire la suite de l’article


Les élus de banlieue appellent à la responsabilité
Deux ans après les violences urbaines de 2005, les maires jugent les changements peu perceptibles et la tension toujours aussi forte.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 27/11/07



«La crise des banlieues ne trouvera pas de solutions à coup de centaines de millions d'euros»
Après la mort de deux adolescents lors d'une collision avec une voiture de police dimanche soir, suivez le fil des événements à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) ce mardi, avec nos journalistes et le Bondy blog sur place.
Lire la suite de l’article


Six maires de banlieue lancent un «appel au calme»
Ils sont plusieurs à avoir répondu présent et à se tenir debout, aux côtés de Didier Vaillant, le maire PS de Villiers-le-Bel où des violences ont éclaté les deux dernières nuits.
Six maires socialistes de la banlieue parisienne ont lancé mardi, à Villiers-le-Bel, un «appel au calme», après les violences qui ont éclaté dans la ville depuis dimanche.
Lire la suite de l’article


Les étudiants de nouveau dans la rue contre la loi Pécresse
Les uns manifestent, les autres négocient. Alors que l’Unef devait être reçu par la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse à 16h ce mardi, plusieurs milliers d’étudiants et de lycéens manifestent un peu partout en France et bloquent leurs établissements pour protester contre la loi sur l’autonomie des universités. Et ce, malgré l'annonce de la signature d'un accord sur l'augmentation de 50% en cinq ans du budget de l'université, lundi.
Lire la suite de l’article


Transformer le travail des étudiants en «atout»
Le travail des étudiants est «encore largement sous-estimé» selon un projet d'avis du CES examiné lundi: plus de 40% des étudiants exercent une activité rémunérée pendant l'année universitaire et de 15 à 20% (soit environ 400.000 étudiants) «travaillent de façon régulière pendant leurs études».
Lire la suite de l’article


Les étudiants de nouveau dans la rue contre la loi Pécresse
Les uns manifestent, les autres négocient. Alors que l’Unef devait être reçu par la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse à 16h ce mardi, plusieurs milliers d’étudiants et de lycéens manifestent un peu partout en France et bloquent leurs établissements pour protester contre la loi sur l’autonomie des universités. Et ce, malgré l'annonce de la signature d'un accord sur l'augmentation de 50% en cinq ans du budget de l'université, lundi.
Lire la suite de l’article


« C'était un dimanche, c'était des petits, ils s'amusaient »
Rage et peur. Ce sont les deux sentiments qui animaient hier Villiers-le-Bel. «Rage» face à la disparition de deux adolescents, «calmes», «inoffensifs», «des mecs bien» selon leurs copains. Angoisse des familles, voire de certains jeunes face à un éventuel déferlement de violences. «Je crains que la nuit de dimanche n'ait été qu'un entraînement», murmure une mère de famille.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 27/11/07



Le spectre d'un 2005 bis plus violent inquiète élus, policiers et experts
Deux ans après les émeutes de 2005, la mort de deux adolescents dimanche dans une collision avec une voiture de police fait planer le spectre d'un nouvel embrasement des banlieues, mais plus violent, s'inquiètent élus, policiers et sociologues.
Lire la suite de l’article


Banlieue: Le maire de Sarcelles estime que la situation est pire qu'il y a deux ans
François Pupponi, maire socialiste de Sarcelles (Val d'Oise), où les affrontements de Villiers-le-Bel de dimanche et lundi ont fait tache d'huile, a estimé mardi que la situation dans les banlieues était "pire qu'il y a deux ans".
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel: “ Il y a des jeunes vraiment chauds ”
Aux abords de la gare RER de Villiers-le-Bel, ce lundi en début d’après-midi, les gens discutent dehors, malgré le froid. Pas le choix : les boutiques sont fermées. Rideau baissé. Comme un dimanche. Mais le calme est trompeur. Les traces de la nuit d’émeutes de la veille –vitrines brisées, planches de bois clouées pour remplacer les façades en miettes - sont là pour l’attester.
Lire la suite de l’article


Laurent Mucchielli : "Soit ça n’a pas changé, soit c’est pire"
Laurent Mucchielli est sociologue et coauteur avec Marwan Mohammed de "Les bandes de jeunes. Des blousons noirs à nos jours" (éd. La Découverte).
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 27/11/07



A Villiers-le-Bel, une nuit de violences "pire qu'en 2005"
Des affrontements ont suivi la marche organisée pour la mémoire des adolescents tués dimanche soir. Reportage.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 27/11/07



Les lycéens protestent contre la loi Pécresse
Les lycéens sont de plus en plus nombreux aux manifestations organisées contre la loi Pécresse de réforme des universités.
Lire la suite de l’article


L'université Rennes 2 à nouveau fermée et occupée
Les manifestants qui défilaient en ville contre la loi Pécresse sont remontés à quelques centaines jusqu'au campus de Villejean avec l'intention de rebloquer l'univerité Rennes 2. Lorsqu'ils sont arrivés, ils ont trouvé portes closes. La direction avait décidé de fermer les bâtiments pour les empêcher de rentrer. Mais un groupe a pénétré par effraction dans le hall B en cassant la porte vitrée et occupe actuellement les lieux.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Sud-Ouest du 27/11/07



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 27/11/07



Villiers-le-Bel sous le choc
Au lendemain d'une deuxième nuit de violences à Villiers-le-Bel, le bilan est accablant. Plus de 80 policiers ont été blessés, dont cinq grièvement. Cinq bâtiments publics sont partis en fumée et le phénomène s'est répercuté sur des cités voisines. Les syndicats policiers tirent la sonnette d'alarme. En attendant Nicolas Sarkozy mercredi, François Fillon s'est lui rendu sur place mardi matin.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 28/11/07



Villiers-le-Bel : Sarkozy entre en scène
icolas Sarkozy est encore en Chine, mais il suit de près ce qui se passe à Villiers-le-Bel où, depuis la mort de deux jeunes, dimanche, se sont produites des scènes d'une extrême violence. Lundi, le président a souhaité, en marge de sa visite d'Etat à Pékin, que "chacun s'apaise et qu'on laisse la justice déterminer la responsabilité des uns et des autres". Il n'a fait aucun autre commentaire.
Lire la suite de l’article


Les interrogations autour de la mort de Larami et Moushin
Non-assistance à personne en danger ?
De l'accident à l'embrasement
Les familles de Moushin et Larami demandent que justice soit faire dans le calme et la sérénité
L'enquête de la police des polices
Ce que dit la justice
La question des mini-motos
Lire la suite de l’article


Journée de mobilisation pour les étudiants et lycéens, malgré les promesses de François Fillon
Étudiants et lycéens sont appelés, mardi 27 novembre, par la coordination nationale étudiante, les enseignants du Snesup-FSU ainsi que les syndicats lycéens UNL et FIDL à une nouvelle journée d'actions avec AG, blocages et manifestations. Des défilés devraient avoir lieu notamment à Paris, Toulouse, Lille, Bordeaux, Arras, Saint-Etienne, Marseille, Aix, Lyon, Grenoble et Rennes. L'UNL a par ailleurs renouvelé, lundi, sa demande pour que la ministre de l'enseignement supérieur associe les lycéens aux discussions en cours.
Lire la suite de l’article


Banlieues à l'abandon : ce qui ne peut plus durer, par Claude Dilain, Stéphane Gatignon et François Puponni
A l'automne 2005, sur fond d'images de quartiers en flammes, l'ensemble de la classe politique semble prendre enfin conscience du malaise des banlieues. Les émeutes s'accompagnent alors d'un cortège de discours sur les décisions à prendre. Mais avec l'extinction des flammes, un voile est retombé sur nos villes et deux ans plus tard, non seulement les choses n'ont pas changé, mais elles empirent.
[…]Cela ne peut plus durer. Le temps des diagnostics, des analyses et de la compassion est terminé. Aujourd'hui, il est impératif d'agir, et d'agir vite. Des solutions simples et efficaces sont rapidement réalisables, au premier rang desquelles une réforme de la fiscalité locale.
Lire la suite de l’article


Le Consistoire s'inquiète de la tenue d'examens en période de fêtes juives
Le Consistoire central et l'association du rabbinat français ont saisi la Haute Autorité de lutte contre la discrimination et l'exclusion (Halde), le 19 novembre, sur la situation des étudiants juifs pratiquants, convoqués à des examens universitaires les samedis (jour chômé dans la religion juive) et les jours fériés.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 27/11/07


Six maires socialistes de banlieue lancent un "appel au calme"
Au lendemain d'une nouvelle nuit de violences à Villiers-le-Bel et alentour, les élus ont également demandé à l'Etat de rétablir dans le budget 2008 des crédits prévus à la baisse. François Fillon, qui s'est rendu sur place, promet la mise en place d'un dispositif policier "renforcé" ce mardi soir. Nicolas Sarkozy tiendra une réunion sur la sécurité, mercredi à l'Elysée.
Lire la suite de l’article


"C'est leur seule façon de se faire entendre"
Des habitants de Villiers-le-Bel découvrent les dégats causés par une deuxième nuit d'affrontements entre les jeunes et la police.
Lire la suite de l’article


Profil bas devant l'émeute
par Jean-Marcel Bouguereau, 
rédacteur en chef au Nouvel Observateur et éditorialiste à la République des Pyrénées

MAIS QUE FAIT la police ? Profil bas. La mort de deux adolescents âgés de 15 et 16 ans dans un accident entre une moto et une voiture de police à Villiers-le-Bel a déclenché des violences dimanche, blessant un commissaire qui souffre d'un traumatisme facial. 25 policiers et un sapeur pompier ont été blessés, dont deux policiers gravement. 28 voitures, 4 bâtiments privés et une antenne de police ont été incendiés. Des incidents qui ont duré près de six heures.
[…] Qu’a-t-on fait depuis les émeutes de 2005 pour rétablir plus d’égalité des chances et pour désenclaver ces banlieues. Rien, les mêmes causes provoquant les mêmes effets, chacun marchant sur la pointe des pieds de peur de réveiller le volcan et appelant au sens des responsabilités, à l’instar de Nicolas Sarkozy qui, de Chine, a souhaité que "chacun s'apaise et qu'on laisse la justice déterminer les responsabilités des uns et des autres". Comme s’il savait, ainsi que l’avait dit le président Mao qu’une "étincelle peut mettre le feu à la plaine".
Lire la suite de l’article


Une vingtaine de lycées et quelques facs bloqués à Paris
Mais les syndicats sont divisés. La coordination étudiante appelle à la poursuite du mouvement contre la loi LRU. De son côté, l'Unef rencontre Valérie Pécresse à 16h15.
Lire la suite de l’article


Fillon garantit une hausse du budget des universités de 50% en 5 ans
Le Premier ministre annonce la signature avec la Conférence des présidents d'universités d'un accord, déjà annoncé, pour une hausse de 50% du budget des universités sur cinq ans.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 27/11/07


Le blog de Moushin, l'une des victimes de Villiers-le-Bel
Sur son blog, créé en 2006, Moushin, alias Chamoo, 15 ans, tué accidentellement par une patrouille de policiers, le 25 novembre, Villiers-le-Bel, lâchait ses aphorismes en VO. Il racontait la vie d'un adolescent turbulent, séducteur et frondeur.
Lire la suite de l’article


Villiers-le-Bel: le retour de flammes
La mort de deux adolescents, le 25 novembre, à Villiers-le-Bel, ranime le spectre des émeutes de 2005. Même si cette commune du Val-d'Oise ressemble peu aux cités bunkers de la périphérie parisienne.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 27/11/07



Le CSEN "claque la porte" des auditions de la commission sur le métier d'enseignant
Le Snalc-Csen et le SNE-Csen (enseignants) ont annoncé avoir "claqué la porte" des auditions de la commission Pochard sur l'évolution du métier d'enseignant, dénonçant notamment "l'opacité" dans laquelle se déroulent les débats".
Lire la suite de l’article


Universités: manifestation parisienne avec une majorité de lycéens
Près de 2.000 jeunes, en majorité des lycéens, et quelques enseignants, ont commencé à manifester mardi à Paris pour protester contre la loi Pécresse et les négociations prévues le même jour au ministère, a constaté un journaliste de l'AFP.
Lire la suite de l’article


Unef: "avancées importantes" de Pécresse, appel à leur prise en compte en AG
Le président de l'Unef, Bruno Julliard, a estimé mardi que Valérie Pécresse (Enseignement supérieur) avait fait "des avancées importantes" sur l'accompagnement de la loi sur l'autonomie des universités et a demandé que les assemblées générales d'étudiants les prennent "en compte".
Lire la suite de l’article


Darcos "indigné" par l'incendie d'une école maternelle à Villiers-le-Bel
Le ministre de l'Education Xavier Darcos s'est dit mardi "particulièrement indigné" par l'incendie de l'école maternelle Louis-Jouvet à Villiers-le-Bel (Val d'Oise) lundi soir, alors que le recteur de Versailles s'est rendu sur place.
Lire la suite de l’article


La coordination nationale étudiante appelle l'Unef à cesser la négociation
L'un des porte-parole de la coordination nationale étudiante, Houssam El-Assimi, a appelé mardi "l'Unef à cesser toute négociation" avec le gouvernement pour "rejoindre" son action contre la loi Pécresse, lors d'une conférence de presse.
Lire la suite de l’article


Loi Pécresse: la suite du mouvement suspendue aux négociations
La suite du mouvement de contestation de la loi Pécresse semblait suspendue mardi d'un côté à l'issue de la rencontre entre Valérie Pécresse et l'Unef et de l'autre au niveau de participation aux manifestations des lycéens et étudiants
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.