lundi, décembre 19, 2011

Revue de presse du lundi 19 décembre 2011





Père Fouettard - Manager ou servir - Vincent Peillon - Le laboratoire de Sourdun - Un jour blanc, un jour noir… -


La carte de Noel qui fout les boules…
Il y a des cartes qu’à l’approche de Noël on préférerait ne pas recevoir…. Car avec celle-ci, on a les boules…
Le jour de la sortie, le ministère a en effet publié ( à l’occasion d’un comité technique ministériel) le détail des suppressions de postes dans le primaire et le secondaire. Et tous vos journaux résument cela sous forme de cartes de France avec le palmarès des académies qui perdent le plus. La plus complète est dans le journal Les Échos . Avant de voir le détail, on peut indiquer que globalement le ministère prévoit la suppression de 5 700 postes dans les écoles primaires publiques, 6 550 dans les collèges et lycées publics, 400 postes de personnels administratifs et 1 350 postes dans l’enseignement privé. Comme l’indique le journal économique, sur les 10.650 postes d'enseignant supprimés, les académies les plus touchées sont celle de Nancy-Metz (- 792 postes en cumulé), déjà mise à rude épreuve l'an dernier, mais aussi de Lille, avec 988 postes en moins, ou encore Versailles, qui perd 755 emplois et, dans une moindre mesure, Marseille (- 504).
On a su le détail du primaire dès vendredi. Avec donc en tête les académies de Lille (399 suppressions) et Nancy-Metz (367). Les autres académies touchées sont Versailles (260), Amiens (235), Créteil (233), Toulouse (227), Aix-Marseille (219), Strasbourg (216), Bordeaux (203), Orléans-Tours (196), Dijon (181), Caen et Rennes (179), Montpellier (172), Rouen (166), Besançon (154), Grenoble et Reims (153), Nice (143), Clermont-Ferrand (141), Nantes (137), Guadeloupe (134), Limoges (131), Lyon et Poitiers (129), Paris (98), Martinique (97), Réunion (69) et Corse (20).
Pour les collèges et lycées, le détail a été connu ce lundi et est le suivant : Lille (589 suppressions), Versailles (495), Nancy-Metz (425), Créteil (362), Aix-Marseille (285), Lyon (263) et Grenoble (260). Pour les écoles : Lille (399), Nancy-Metz (367), Versailles (260), Amiens (235), Créteil (233), Toulouse (227) et Aix-Marseille (219).
Que cette information ait été donnée au moment des vacances de Noel n’est évidemment pas un hasard.
Pour en rajouter , Luc Chatel répète qu'il y a de la marge puisque la France compte “35.000 professeurs de plus et 500.000 élèves de moins”qu'en 1990. Pourtant, comme le rappelle le blogueur Lucien Marboeuf en février paraissait une étude de l’OCDE révélant que la France possède l’un des taux d’encadrement les plus faibles de l’OCDE avec 6,1 profs pour 100 élèves, et même 5 pour 100 dans le primaire. Nous évoquions la semaine dernière la polémique sur la rétention des chiffres par le ministère, pour le nombre d’élèves à la rentrée 2010, il a fallu attendre un an pour l’obtenir. Quand obtiendra t-on les prévisions 2012 ?
Il faut aussi rajouter qu’à la demande du président de la République, soucieux des remontées des élus en cette année électorale, le solde des fermetures et des ouvertures de classes devrait cependant être nul à la rentrée 2012 dans le premier degré. Comment faire alors pour concilier cette promesse avec les suppressions de postes annoncées ? On peut penser que le gouvernement va donc poursuivre la baisse de la scolarisation des 2-3 ans et supprimer des postes de remplaçants, d’intervenants en langue, de Rased (établissements spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire). La Fnaren qui réunit des enseignants des Rased, appelle les parents à réagir. “ Cette carte des suppressions, en ciblant essentiellement les postes dits « hors classe », va contraindre les Recteurs et les Inspecteurs d’Académie à supprimer en priorité les postes de rééducateurs et d’enseignants spécialisés des RASED pour la troisième année consécutive. C’est un véritable couperet qui s’abat sur les RASED en les désorganisant complètement pour la rentrée 2012.”. On va aussi concentrer les suppressions dans les grosses académies et les zones urbaines où ces dernières sont moins visibles plutôt que dans les communes rurales dans lesquelles pour des raisons d'effet de seuil, deux élèves de moins dans une classe provoquent mécaniquement une fermeture d'école.
Dans l’Éducation nationale, le Père Noël a des allures de Père Fouettard…

Manager ou servir
L’Humanité a consacré la semaine dernière un dossier à l’évaluation des enseignants. Celui-ci avait échappé alors à mon attention mais mérite d’être signalé.
Donnant largement la parole au SNES-FSU et aux chercheurs proches de ce syndicat, le journal insiste sur la “dérive managériale. Le fait de confier aux seuls chefs d’établissement l’évaluation des enseignants “signifie que ce qui se passe en classe n’est plus, aux yeux du ministre, la mission principale des enseignants, selon le Snes.Il préfère les inciter à se concentrer sur la périphérie de nos métiers, certes importante, mais qui ne constitue pas le cœur de l’activité enseignante. ”. Ce projet transformerait la question de l’échec scolaire en problème de productivité et en disculperait commodément les politiques mises en œuvre ces dernières décennies, s’agacent des associations de professeurs spécialistes. Selon cette analyse, dans une école alors conçue comme une “entreprise”, où des “objectifs” sont “assignés” à “l’agent”, éduquer reviendrait à “produire” des résultats selon les mêmes exigences de rentabilité et en modelant les élèves sur la demande du marché du travail.
Pour Stéphane Bonnéry, responsable du réseau école PCF , “ Les enseignants sont soumis à une productivité éducative : « Débrouillez-vous pour atteindre les objectifs », c’est la ligne directrice néolibérale, portée avec autoritarisme par les futurs chefs d’établissement. Ceux-ci seront chargés, selon les réformes en cours, de caporaliser, de déformer le métier enseignant (davantage d’élèves, moins de corrections trop dévoreuses de temps, obligation d’enseigner des disciplines inconnues…).
Un autre article donne la parole au sociologue Thomas Lamarche Pour le co-auteur de “Manager ou servir” (Syllepses, 2011), ce dispositif s’inscrit dans 
le « nouveau management public » (NMP) qui se met en place dans l’éducation nationale. Il explique : “Initié par Margaret Thatcher, le concept a depuis été repris par l’OCDE et la stratégie de Lisbonne. L’idée centrale est d’adapter au service public 
les méthodes de management du privé. 
On ne pense plus l’État à partir 
de sa mission politique et éthique, mais 
à partir d’une logique de rationalisation 
et des seules techniques de gestion. ” Et aussi avec une multiplication taylorienne des procédures et du travail prescrit et normé selon ce sociologue. Dans cette perspective, pour Thomas Lamarche, la notion d’autonomie est dévoyée. On retiendra surtout la conclusion de cette interview : “Le gouvernement parle beaucoup d’«autonomie» et de liberté des équipes enseignantes. C’est un leurre. La vraie liberté, c’est d’avoir des personnels compétents avec les moyens d’agir. Aujourd’hui, ils restent compétents mais sont enchaînés par les procédures. Ce qui va à l’inverse de la démocratie scolaire.

Vincent Peillon
Parmi les articles à signaler, il y a aussi cette interview de Vincent Peillon donnée à nos confrères du Café Pédagogique.
Plutôt que de parler de réforme, le chargé de l'éducation dans l'équipe de campagne de François Hollande préfère évoquer une "refondation de la République par l'école". Et la nuance est habile tant le mot de “réforme” est aujourd’hui biaisé et dévoyé. Et vécu par beaucoup d’enseignants comme une remise en cause de leur propre travail. En parlant de refondation et en ne cessant de mobiliser toute une sémantique liée à l’ “École de la République”, Vincent Peillon essaie de séduire les “réformistes” tout en ménageant une frange de la profession (et de l’électorat) plus méfiante.
Il annonce la publication du programme Hollande en janvier 2012 et annonce qu’il a trois chantiers prioritaires : Le métier d’enseignant, la formation, et les rythmes scolaires. Sur la question du temps de travail des enseignants il invite à " utiliser au mieux ce temps de travail pour l'épanouissement des personnels et la réussite des élèves". Sur la revalorisation, il est très prudent "dans l'état des finances publiques qui est le notre, comprenez que la revalorisation indiciaire n'est pas l'action la plus évidente".
Mais il insiste sur l’ambition qu’a François Hollande pour l’École : “ la première rupture à faire est de comprendre que pour nous l'éducation n'est pas une dépense passive, un coût: c'est un investissement, le premier investissement d'avenir, qui entraînera notre croissance et compétitivité de demain

Le laboratoire de Sourdun
L'internat d'excellence de Sourdun (et son proviseur) font plaisir à Chatel et Sarkozy. Le Parisien nous apprend que la direction de l’établissement institue l'uniforme. Dès janvier, les 360 élèves enfileront donc obligatoirement un costume noir. Pour les garçons, ce sera chemise blanche, blazer et cravate. Les filles auront le choix entre une jupe et un pantalon, un cardigan ou un pull avec col en V. Cela s’applique aussi bien pour le collège que le lycée et les classes préparatoires.
Le coût de ce code vestimentaire devrait être de 300 euros. Mais, la direction de l’établissement affirme que les familles n’en paieront qu’une partie.
Là où cette information prend une autre dimension c’est lorsqu’on apprend, notamment en lisant le blogueur Lubin que le directeur de cet internat d’excellence créé par Chatel et inauguré par Sarkozy, Bernard Lociciro est aussi maire adjoint de la ville de Meaux dont le maire n’est autre que Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP. Pour Lubin, depuis sa création, “cet internat, « objet scolaire non identifié », comme ceux qui ont suivi, a surtout fait office d’instrument de communication officielle à la gloire du prince qui l’a voulu.”. Et c’est vrai qu’avec cette décision on a l’impression que “c'est tout un établissement scolaire public, élèves, familles, personnel enseignant et non-enseignant qui se trouve ainsi embrigadé pour la campagne électorale du président sortant.

Un jour blanc, un jour noir…
On lira dans Libération, le troisième épisode de la chronique de Marine T., 37 ans, professeure d’anglais dans un collège réputé difficile des Alpes Côte d’Azur. On avait déjà beaucoup apprécié le ton très juste des deux précédentes chroniques qui relataient, l’une la rentrée et l’autre le mois d’octobre dans ce collège Éclair. Comme dans les deux premiers billets, on y retrouve l’évocation de quelques (petites) joies et de beaucoup de tensions.... Les petites joies sont celles d’un voyage à Poitiers ou d’une correspondance de classe. Et les tensions sont celles d’un élève qui “pète un cable”, d’un conseil de discipline ou de dégradations dans le collège.
La fin du texte est à l’image du vécu de nombreux enseignants “Hier, j’aurais résumé ma journée par «angoisse, colère, déception, échec». Aujourd’hui, ce serait plutôt «calme, sourire, réussite, espoir». C’est comme ça. Un jour blanc, un jour noir. Ce collège m’apprend à ne jamais baisser les bras, à laisser de côté toute forme de fatalité, à me remettre en question, en tant qu’enseignante mais aussi en tant que personne. Finalement, dans ce genre d’établissement, on se sent plus fatiguée, plus stressée, mais plus utile aussi.

Merci à tous ceux qui m’ont adressé leurs vœux, je vous renouvelle les miens pour cette période de fête. Avec plein de jours blancs et très peu de jours noirs…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 19/12/11(certains articles payants)


Luc Chatel tasse les classes à tout-va
Retour sur la baisse des effectifs dans l’éducation nationale
Lire la suite de l’article


Le budget des universités pour les nuls PAR LE GROUPE MARC BLOCH
S’il y a quelque chose de certain concernant le budget des universités, c’est que plus personne n’y comprend rien ! Un drame en trois actes s’est déroulé sous nos yeux.
Lire la suite de l’article


Etudiants: les bourses de décembre versées avant Noël, selon Wauquiez
Le ministre de l'enseignement supérieur a répondu au syndicat étudiant Unef, qui manifestait son inquiétude.
Lire la suite de l’article


«Une odeur de brûlé envahit la salle de cours»
Diary. Troisième épisode de la chronique de Marine T., 37 ans, professeure d’anglais dans un collège réputé difficile.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 19/12/11


Enseignants : la répartition des suppressions de postes
Luc Chatel assure que «la France compte 35.000 professeurs de plus et 500.000 élèves de moins qu'en 1990».
Lire la suite de l’article


L'université Dauphine punit sévèrement le bizutage
Trois étudiants ont été exclus de l'université pour des faits de bizutage qui leur avaient déjà valu une mise en examen.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 19/12/11



Le ministère accélère l'annonce des suppressions de postes d'enseignants
Personne ne s'y attendait. Du moins pas si tôt. A quelques heures du début des vacances scolaires de Noël, vendredi 16 décembre, la répartition par académie des suppressions de postes dans l'éducation nationale pour la rentrée 2012 est tombée.
Lire la suite de l’article


Bizutage à Dauphine : un étudiant définitivement exclu de l'université
La section disciplinaire de l'université Paris-Dauphine a prononcé, jeudi 15 décembre, l'exclusion définitive d'un étudiant de l'établissement, une autre pour quatre ans et deux exclusions pour trois ans, après le bizutage d'un étudiant en octobre. Dans cette affaire, ces personnes exclues étaient membres d'une association étudiante de Dauphine et avaient été mises en examen le 24 novembre à Paris pour violences volontaires en réunion avec arme.
Lire la suite de l’article


Quand les enseignants battent le pavé, François Hollande retourne à l’école
Il a voulu, à sa manière, marquer cette journée de mobilisation des enseignants contre la réforme de l’évaluation voulue par la Rue de Grenelle. Jeudi 15 décembre, alors que quelques milliers de personnes se préparaient à battre le pavé à Paris et en province, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, s’est rendu en fin de matinée à l’école Olympe de Gouge, à Bondy (Seine-Saint-Denis), pour écouter une dizaine de jeunes enseignants raconter leur entrée dans le métier.
Lire la suite de l’article


Etudiants et sans-papiers défilent contre la politique d'immigration
Etudiants étrangers et sans-papiers ont défilé ensemble, dimanche 18 décembre à Paris, à l'occasion de la journée mondiale des migrants et à l'appel de douze organisations pour protester contre la politique d'immigration de Claude Guéant.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 19/12/11



Évaluation, les profs ne se défilent pas
Un enseignant du secondaire sur deux a répondu, hier, à l’appel à la grève contre la réforme de l’évaluation. Une mobilisation qui en appelle d’autres.
Lire la suite de l’article


Contre la prédation, l’école de l’égalité
Par stéphane Bonnéry, chercheur en éducation, réseau école du PCF.
Lire la suite de l’article


Professeurs. «  L’État tente d’imposer une logique de caporalisation  »
Coauteur de Manager ou servir (Syllepses, 2011), le sociologue Thomas Lamarche décrypte les dangers du « nouveau management public ».
Lire la suite de l’article


Quand le proviseur use et abuse 
de son pouvoir…
Au lycée Apollinaire de Thiais (Val-de-Marne), des enseignants dénoncent depuis des mois les drôles de pratiques du proviseur.
Lire la suite de l’article


Les profs refusent la dérive managériale
Les syndicats appellent à manifester aujourd’hui contre le projet du gouvernement de faire évaluer les enseignants par les chefs d’établissement. Cette réforme conforte une vision « entrepreunariale » du système éducatif.
Lire la suite de l’article


Feu vert définitif à l’encadrement militaire des mineurs délinquants
Le Parlement a adopté hier le texte du député UMP 
Éric Ciotti instaurant un encadrement de type 
militaire des mineurs délinquants qui sera lancé 
dès le mois de février 2012, une loi que l’opposition 
juge « superflue » et taxe « d’affichage ». Par un ultime vote, les députés ont validé cette proposition, que 
le Sénat avait pourtant rejetée. Les mineurs de plus 
de seize ans, s’ils l’acceptent, pourront donc faire 
un service « citoyen », d’une durée de six à douze mois au sein d’un établissement public d’insertion de la défense.
Lire la suite de l’article


Un prof de maths menacé d’expulsion
Le collège Édouard-Vaillant, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), se mobilise pour Cheikna Aliou Koïta, licencié faute de carte de séjour.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 19/12/11



Education : région par région, le détail des suppressions de postes
5 700 postes seront supprimés dans le primaire à la rentrée 2012. En nombre absolu, les académies de Lille (399 suppressions) et Nancy-Metz (367) sont les plus touchées, selon un document transmis vendredi par le ministère de l'Education nationale aux syndicats.
Lire la suite de l’article


Dauphine : une exclusion définitive après le bizutage
La section disciplinaire de l'université Paris-Dauphine a prononcé jeudi une exclusion définitive d'un étudiant de cette université parisienne prestigieuse, après le bizutage d'un de ses camarades en octobre.
Lire la suite de l’article


L'encadrement militaire des mineurs délinquants adopté
Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un vote de l'Assemblée nationale, un texte UMP instaurant un encadrement de type militaire des mineurs délinquants. Proposée par le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, cette loi prévoit, pour les mineurs délinquants de plus de 16 ans, un service «citoyen» d'une durée de 6 à 12 mois au sein d'un Etablissement public d'insertion de la Défense (Epide).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 19/12/11



Bourses étudiantes : Wauquiez promet un versement avant Noël
Laurent Wauquiez a affirmé, ce dimanche, que toutes les bourses étudiantes du mois de décembre seront versées avant Noël. Les syndicats dénoncent des versements aléatoires.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 19/12/11



En 2012, l’enseignement secondaire sera davantage touché par les suppressions de postes
Le gouvernement a confirmé qu’il envisageait de supprimer de nouveau 14 000 postes dans l’éducation nationale en 2012. Ce chiffre figure dans un document ministériel transmis vendredi 16 décembre aux organisations syndicales. Il prévoit la suppression de 5 700 postes dans les écoles primaires publiques, 6 550 dans les collèges et lycées publics, 400 postes de personnels administratifs et 1 350 postes dans l’enseignement privé.
Lire la suite de l’article


Les bourses étudiantes de décembre seront versées avant Noël
Les versements des bourses étudiantes, qui avaient connu d’importants retards en novembre et décembre, seront tous effectués avant Noël, a assuré lundi 19 décembre, dans « Direct Matin », le ministre de l’enseignement supérieur Laurent Wauquiez.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 19/12/11



Le Nord et l'Est, premiers touchés par les suppressions de postes d'enseignant
Un comité technique ministériel s'est réuni vendredi matin pour examiner les suppressions de postes d'enseignant par académie pour la rentrée 2012. Une nouvelle réunion doit avoir lieu en janvier, à la demande des syndicats, mais les grandes lignes ne devraient pas bouger. Sur les 10.650 postes d'enseignant supprimés (5.100 dans le premier degré et 5.550 dans le second degré), les académies les plus touchées sont celle de Nancy-Metz (- 792 postes en cumulé), déjà mise à rude épreuve l'an dernier, mais aussi de Lille, avec 988 postes en moins, ou encore Versailles, qui perd 755 emplois et, dans une moindre mesure, Marseille (- 504). Il s'agit de régions dont la démographie scolaire est déclinante, selon les chiffres du ministère : - 1,26 % des effectifs à Nancy-Metz entre 2011 et 2012, tous niveaux confondus, - 1,23 % à Marseille. L'exception qui confirme la règle est la Guyane, avec la création de 50 postes d'enseignant supplémentaires, en raison du fort dynamisme démographique de la région.
Lire la suite de l’article


Les suppressions de postes 2012 vont toucher la plupart des académies
Toutes les académies du pays sauf la Guyane, même celles qui auront davantage d'élèves, perdront des postes d'enseignants à la rentrée 2012 du fait des 14.000 suppressions prévues dans l'Education nationale, le Nord et le Pas-de-Calais devant en rendre à eux seuls un millier.
Lire la suite de l’article


Etudiants: les bourses de décembre seront versées avant Noël
Les bourses de décembre seront toutes versées avant Noël, a assuré à Direct Matin à paraître lundi le ministre de l'Enseignement supérieur Laurent Wauquiez, répondant à l'organisation étudiante Unef qui s'était inquiétée d'un manque d'argent pour ces bourses.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 19/12/11



Enseignants: La carte des suppressions de postes rallume le feu
Comme annoncé, 14.000 postes vont disparaître...
Lire la suite de l’article


La philo en vogue grâce à "l'université populaire" de Michel Onfray
Boulanger, infirmier ou chômeur, ils sont un millier à assister chaque lundi au cours que donne Michel Onfray pour la dixième année à "l'université populaire" de Caen (nord-ouest de la France), destiné à tous ceux qui n'étaient pas "sociologiquement programmés pour la philosophie".
Lire la suite de l’article


Education: Les suppressions de postes 2012 vont toucher la plupart des académies
Toutes les académies du pays sauf la Guyane, même celles qui auront davantage d'élèves, perdront des postes d'enseignants à la rentrée 2012 du fait des 14.000 suppressions prévues dans l'Education nationale, le Nord et le Pas-de-Calais devant en rendre à eux seuls un millier.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 19/12/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 19/12/11



La réforme de leurs notes met les profs en grève
Leur ministre veut modifier la manière de les évaluer et changer le déroulement de leurs carrières. Les enseignants sont appelés aujourd'hui à faire grève pour exprimer leur hostilité.
Lire la suite de l’article


Facs : encore des retards de bourses
À quelques jours des vacances de Noël, certains étudiants attendent toujours leur virement de décembre.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 19/12/11



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 19/12/11


Ces enfants que la France enferme
Pour atteindre les quotas d’expulsion, des familles entières sont interpellées. En 2010, derrière les grilles des centres de rétention, les associations ont dénombré 356 enfants
Lire la suite de l’article


Education : 14.000 suppressions de postes en 2012
Le Nord est le plus touché dans le primaire et le secondaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 19/12/11


Education nationale: 14 000 postes supprimés en 2012
Seule la Guyane est épargnée par la réduction du nombre d'enseignants. Au total, 14 000 suppressions de postes sont prévues dans l'Education nationale à la rentrée 2012.
Lire la suite de l’article


Education Nationale : une année de communication mensongère
La parution cette semaine d’un article dans Le Monde sur les petites et grandes manipulations du ministère de Luc Chatel est venue confirmer une dérive de la communication ministérielle vers la propagande. Rien de très surprenant pour ceux qui suivent ce blog avec assiduité.
Lire la suite de l’article


Mensa, le club où les grands esprits se rencontrent
Ce cercle étonnant fédère les happy few dotés d'un QI hors normes. Une confrérie du cerveau forte de 110 000 membres dans le monde, dont 1100 en France. Voyage au pays des surdoués.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 19/12/11


Vincent Peillon : "Refonder la République par l'école"
"Il faudra revoir les programmes de 2008, et cesser les empilements, les redondances ou les aberrations". C'est à une " refondation de la République par l'école" qu'appelle Vincent Peillon, chargé de l'éducation dans l'équipe de campagne de François Hollande. Il annonce la publication du programme Hollande en janvier 2012 et d'ici là entre peu dans les détails. Le programme mettra " la qualité du rapport entre le professeur et l'élève" et la pédagogie au centre de toute réforme du système éducatif. Sur la question du temps de travail des enseignants il invite à " utiliser au mieux ce temps de travail pour l'épanouissement des personnels et la réussite des élèves". Sur celle de la revalorisation, "dans l'état des finances publiques qui est le notre, comprenez que la revalorisation indiciaire n'est pas l'action la plus évidente". Demain l'Ecole aura toujours besoin d'enseignants dévoués et la République de ses hussards noirs...
Lire la suite de l’article


Flash spécial : Les suppressions de postes 1er et 2d degrés
Les Antilles, Limoges, le nord et l’est du pays sont les plus touchés par les suppressions de postes prévues par le gouvernement. Selon le document du CTM, que le Café s’est procuré, les académies sont touchées de façon très inégale.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 19/12/11


RGPP dans l'Education nationale : les rectorats n'ont pas participé à son élaboration (rapport parlementaire)
"Les rectorats n’ont pas créé en leur sein d’instances nouvelles, dédiées à la mise en œuvre des mesures de la RGPP." Les rapporteurs (UMP et socialiste) du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale analysent notamment les conditions de la mise en œuvre de la "Révision générale des politiques publiques" dans l’Education nationale. Ils relèvent de plus que son élaboration "a été marquée (...) par le confinement des lieux de réflexion et de décisions (...) l’administration rectorale et ses agents ont pour l’essentiel été tenus à l’écart de ce processus."
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 19/12/11


A Sciences-Po, il n'y a pas que les superbonus
Après nos révélations sur les superbonus de ses dirigeants, la prestigieuse école de la rue Saint-Guillaume est en ébullition. Au CE qui s'est tenu jeudi, le bureau a carrément démissionné. Or, l'épluchage des comptes de Sciences-Po révèle d'autres surprises: factures de téléphone astronomiques, voyages et frais de mission de plusieurs millions d'euros chaque année…
Lire la suite de l’article


Vingt milliards de plus pour l'éducation? Par Claude Lelièvre
C’est ce que propose le bureau politique de l’UMP qui s’est réuni mercredi dernier sous la houlette de Jean- François Copé.Or le même Jean-François Copé s’était pourtant tout particulièrement distingué ces derniers mois par ses mises en cause de la création de 12000 postes par an proposée par François Hollande en prétendant que le coût de cette seule mesure mettrait à mal l’équilibre budgétaire de la France (estimé selon lui – hypothèse particulièrement haute - à 7 milliards 500 ‘’cumulés’’ pour l’ensemble de la législature )…On se frotte les yeux, et la tête nous tourne. 

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 19/12/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 19/12/11


Yves Jean, président de la Conférence des directeurs d’UFR Lettres, Langues, Arts, Sciences humaines et sociales: «Nous voulons défendre la place des UFR dans la gouvernance des universités»
Comment concilier la mise en œuvre des nouveaux dispositifs de l’arrêté licence avec les contraintes budgétaires des universités ? C’est la question soulevée par Yves Jean, professeur de géographie à l’université de Poitiers et président de la Conférence des doyens d’UFR lettres, langues, arts et sciences humaines et sociales (CDUL).
Lire la suite de l’article


Vers un pré-recrutement des enseignants à bac+3 ? Le billet de Claude Lelièvre
"Lors d’une conférence de presse donnée le 15 décembre à Bondy (Seine-Saint-Denis) après une rencontre avec le collectif ‘’Stagiaire impossible’’, François Hollande s’est déclaré favorable à un « pré-recrutement » des enseignants au niveau licence", raconte Claude Lelièvre sur son blog Educpros. Lire la suite du billet de l'historien de l'éducation intitulé Vers un ”pré-recrutement” d’enseignants à bac+3?
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 19/12/11



Rebsamen (PS) s'indigne de la suppression de 6.000 postes dans le primaire
Le président du groupe socialiste du Sénat, François Rebsamen, s'est indigné lundi, dans un communiqué, de la suppression programmée de 6.000 postes dans le primaire, jugeant que "le gouvernement poursuit le démantèlement de l'enseignement public".
Lire la suite de l’article


Suppressions de postes dans l'Education: Martine Aubry demande un moratoire
La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a demandé lundi au gouvernement d'instituer un moratoire sur les suppressions de postes dans l'Education nationale, jugeant "inacceptable" cette "nouvelle attaque à notre service public".
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

jeudi, décembre 15, 2011

Revue de presse du jeudi 15 decembre 2011




Mobilisation contre l’évaluation des enseignants – dénaturation du métier ? - Évaluer les élèves comme les profs -1ère préoccupation – Bonus à Sc.Po -


Mobilisation contre l’évaluation des enseignants
Qu’est-ce qu’un bon prof ? C’était le titre de Une de Libération le mercredi 14 décembre à la veille de la journée de mobilisation contre la modification du système d’évaluation des enseignants. Et ce jeudi, de nombreux journaux emboîtent le pas de Libé pour traiter ce sujet.
Quelle a été la mobilisation pour cette journée ? Les enseignants des écoles primaires étaient entre 11,2% et 21% à faire grève jeudi et ceux des collèges et lycées entre 16,4% et 47%, selon les estimations du ministère de l'Education nationale et des principaux syndicats du primaire (SNUipp-FSU) et du secondaire (Snes-FSU). Rappelons aussi que la pétition demandant le retrait du projet recueillait jeudi matin 66 600 signatures électroniques. La manifestation à Paris a réuni entre 3 200 et 7 500 personnes, selon les sources. Des cortèges ont aussi défilé à Marseille (2 000 à 3 000), Lyon (1 100 à 2 000), Toulouse (800 à 1 700), Nice et Saint-Etienne (700 à 1 000). Plusieurs centaines de manifestants ont été dénombrés à Montpellier, Rouen, Bordeaux, Bayonne, Angoulême, Poitiers, Rennes, Nantes, Lille ou encore Clermont-Ferrand.
"Des dossiers importants comme celui de l'évaluation des enseignants, c’est tous les trente ans, c’est le modèle de l’Ecole qui est en jeu. De tels projets ne peuvent se discuter que par volets, sans préalable et avec un calendrier. Il n’y en a pas eu. Cela témoigne d'un vrai manque de professionnalisme de la directrice générale des ressources humaines", estime Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa, interrogé par ToutEduc . Dans son éditorial du Café Pédagogique, François Jarraud met l’accent sur un aspect de la réforme qui a été peu perçu par les enseignants. Il s'agit du redressement salarial qui accompagne le nouveau mode d'évaluation. La nouvelle grille indiciaire prévue par le gouvernement ralentit l'avancement et rapporterait gros à l'Etat. Or les enseignants vont être amenés à considérer cette question. A partir de janvier, ils vont payer le prix des récentes mesures d'économies gouvernementales. Plusieurs mécanismes vont entamer de 15 à 20 euros le salaire net des enseignants. Il rappelle aussi l’idéologie qui sous-tend cette réforme : “Ce que met en place Luc Chatel c'est un mode de gestion libéral du système éducatif où des évaluations permettent de mettre en concurrence les établissements. Dans cette optique chacun devient autonome et on comprend que le chef d'établissement ait un pouvoir d'évaluation de "son" personnel. […] En focalisant ainsi toutes les difficultés du système sur les seuls enseignants il s'éloigne d'eux.
Cette réforme se fait dans un contexte particulier qui est celui de l’élection présidentielle. Quel est l’avis du candidat de gauche sur l’évaluation des enseignants ? Dans l’entourage de François Hollande, on se dit attaché à la nécessité d’un “regard croisé” mais en le couplant avec la nécessité de la formation. “On ne peut pas déconnecter les deux. Si on réforme la formation continue pour l’intégrer dans de travail annuel, ça change complètement la façon dont on évalue les profs et on s’éloigne alors de l’évaluation-sanction ” explique à Libération, Bruno Julliard qui travaille avec Vincent Peillon dans le pôle éducation de l’équipe de campagne. François Hollande quant à lui a affirmé ce jeudi 15 à Bondy (93) où il rencontrait le collectif “stagiaire impossible” que, s'il était élu, il reviendrait sur le projet gouvernemental en précisant que ce sujet ferait partie de la discussion avec les syndicats qu’il compte lancer dès l’été 2012.

dénaturation du métier ?
Sylvain Bourmeau s’interroge dans l’éditorial de Libération sur la manière dont peut être reçue cette protestation. “ Ceux-là mêmes qui entretiennent aux notes un rapport de plus en plus obsessionnel et frénétique, prenant un malin plaisir à calculer à la décimale près la moyenne d’élèves auxquels ils décernent «félicitations», «encouragements» ou «blâmes» comme autant de bons points surannés, ceux-là qui sont parfois en la matière plus réacs que les aînés qui les ont formés, refuseraient pour eux-mêmes, et à l’exception des si rares et si vieillottes inspections, toute forme d’évaluation ?
Alors, pourquoi malgré ces risques y a t-il ce conflit et cette mobilisation ? Parce que les enjeux de cette grève dépassent la seule question de l’évaluation et que ce projet est le révélateur des tensions actuelles autour du métier et l’évolution du système éducatif.
Nathalie Mons, spécialiste de la comparaison des systèmes éducatifs est interviewée par Libération. Elle constate que le modèle français est bien isolé parmi les systèmes éducatifs. Vingt deux pays européens sur les trente étudiés ont une évaluation collective en plus d’une évaluation individuelle et dans près de la moitié celle ci est opérée par les chefs d’établissement. Mais ils ne sont jamais seuls à évaluer et elle précise que partout ou presque l’inspecteur garde un rôle important. Selon la chercheuse cette spécificité française s’explique parce qu’“on a du mal en France à penser le collectif.
Dans Le Figaro, on donne la parole à Philippe Tournier, secrétaire général du principal syndicat des chefs d’établissement. Il s’insurge contre l’ambiguité des protestations : “Tout le monde est d'accord pour dire que le fonctionnement actuel est désuet. Même les syndicats l'ont reconnu à plusieurs reprises ”Et il rappelle également que dans toute l’administration publique, tout le monde est évalué par son supérieur hiérarchique. Et il ajoute que “les proviseurs ont l'habitude d'évaluer des personnels dont ils ne maîtrisent pas la technicité, comme les personnels infirmiers, les secrétaires, les intendants, les personnels de laboratoire”. Le Monde interroge un autre proviseur . José Fouque est proviseur d’un grand lycée à Aix en Provence et depuis de nombreuses années, il mène avec tous les enseignants des "entretiens individuels de progrès".
 L'objectif, dit-il, “est de faire progresser l'établissement tout en faisant progresser les personnes : identifier des talents, dégager des responsabilités, aider à rentrer dans le projet d'établissement, clarifier les tenants et les aboutissants des consignes ministérielles…". Le dispositif semble relativement bien accepté et il n’est lié à aucune “carotte”. Mais le proviseur de Vauvenargues cerne bien les limites et les critiques : “Ce qui a toujours été considéré comme noble dans l'éducation nationale, c'est l'enseignement, observe José Fouque. Le chef d'établissement est celui qui a quitté la classe et qu'on n'autorise pas à porter un jugement.
Redonnons la parole à Philippe Tournier pour poursuivre la réflexion. Pour lui le débat “commence à l'envers, puisqu'il commence par la fin. Il aurait d'abord fallu discuter du métier d'enseignant, ce qui a souvent été annoncé mais jamais fait
Car en effet, plus que sur les modalités ou même les risques de dérive et d’abus de pouvoir des chefs d’établissement, le point central de désaccord porte surtout sur la (re)définition du métier. Car ce projet touche à ce que le SNES-FSU qualifie dans plusieurs textes de “cœur du métier” c’est-à-dire le fait que ce qui définit l’enseignant (du secondaire) c’est la transmission d’une discipline. C’est d’ailleurs ce que souligne la sociologue Anne Barrère dans Le Monde. Ce serait selon elle, un bouleversement pour de nombreux enseignants dans la mesure où "le cœur de métier, à savoir le rapport à la discipline, serait marginalisé. Les enseignants pourraient le ressentir comme une sanction".

Évaluation des élèves comme les profs ?
Allez, encore un dernier élément sur l’évaluation….
Mais le billet de Bernard Desclaux sur EducPros propose un contrepied intéressant.
L’ancien directeur de CIO revient d’abord sur l’excellent texte d’Éducation & devenir (signé par Claude Rebaud et Jean-Yves Langanay) à propos de l’évaluation des enseignants. Dans cette tribune, les deux responsables de cette association pédagogique rappellent que l’évaluation actuelle ne satisfait personne et posent quelques questions de méthode. “ Est-il raisonnable de réformer l’évaluation sans avoir préalablement conduit à son terme la réflexion sur le métier d’enseignant ? ” se demandent-ils et ils poursuivent en constatant que “ La séparation administratif / pédagogique ne tient plus. Une saine évaluation des enseignants appelle aujourd’hui une évaluation croisée et, pourquoi pas, un rapport conjoint du chef d’établissement et de l’inspecteur”. Et ils préconisent enfin de déconnecter l’évaluation individuelle des enjeux financiers.
Mais ils font aussi des propositions pour évaluer autrement les enseignants. Bernard Desclaux s’en empare et se demande (c’est le titre de son billet) si on ne pourrait pas appliquer aux élèves les mêmes principes qu’aux enseignants. Et il reformule ainsi trois principes :
- l’évaluation se doit d’être d’abord formative avant d’être discriminante.

- l’évaluation ne peut reposer sur un seul individu évaluateur.
- l’évaluation est un acte professionnel qui doit s’acquérir par une formation
Comme il le conclut lui même ironiquement : “ je risque de me faire des amis...

Éducation : 1ère préoccupation des Français
Il faut jeter un œil attentif sur le baromètre BVA-Institut Paul Delouvrier sur les services publics publié par les Échos. On y lit notamment que l’éducation devient pour la première fois, la première priorité à égalité avec l’emploi pour les Français (la santé publique est en troisième position . C'est le premier service sur lequel le gouvernement doit porter ses efforts. Les Français interrogés sont 44% à avoir une bonne opinion du service public de l’action de l’État dans le domaine de l’éducation. Mais il faut nuancer car dans le même temps pourtant 79% des usagers (et pas de tous les français…) sont satisfaits du fonctionnement du service public de l'éducation nationale, un pourcentage en légère hausse.

Bonus à Sc.Po
Le site Mediapart a publié mercredi 14 décembre une enquête dans laquelle il révèle les importantes sommes perçues par les dirigeants de l'Institut d'études politiques de Paris, dirigé par Richard Descoings.
L’an dernier auraient été distribués près de 295.000 euros de primes répartis entre dix personnes. Une somme colossale mais toutefois moins importante qu'en 2010 où elles se seraient élevées à 420.000 euros pour neuf personnes. Sciences Po donne d'ailleurs une indication précise de la rémunération brute annuelle (salaires + primes) de ses hauts dirigeants. Celle-ci s'élèverait en moyenne à 142.391 euros, soit 11.000 à 12.000 euros par mois. Le salaire de Richard Descoings s'élèverait aujourd'hui à environ 25.000 euros par mois. Par comparaison, un président d'université bénéficie d'un salaire mensuel oscillant entre 4.500 et 6.000 euros nets.
La direction de Sciences-Po justifie ces montants en évoquant la profonde rénovation de l'école entamée il y a dix ans. «Le nombre d'étudiants a été doublé, l'école s'est internationalisée, délocalisée, etc.», explique Peter Gumbel, directeur de la communication. «Il est difficile de nous comparer à une université. Notre hiérarchie des salaires est connue publiquement. Nous ne nous en cachons pas, nous l'assumons et c'est nous qui l'avons d'ailleurs transmise à Mediapart», affirme Peter Gumbel au Figaro. Même s’il y a transparence, de telles sommes peuvent choquer dans le contexte de crise et dans une culture française peu habituée à de telles pratiques.

Message de service…
Le rythme un peu aléatoire de la revue de presse risque de l’être encore plus durant la période des vacances. J’en profite pour souhaiter à tous mes lecteurs de bonnes vacances et de bonnes fêtes de fin d’année.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 15/12/11(certains articles payants)


«Chatel tu perds ton triple A»
Ils étaient entre 3.200 et 7.500 profs dans les rues de Paris ce jeudi pour protester contre le projet du ministre de l'Education de réformer le système d'évaluation des professeurs.
Lire la suite de l’article


Evaluation des enseignants: une pétition recueille déjà 64 000 signatures
C’est le nombre de signatures recueillies par la pétition mise en ligne par les principaux syndicats enseignants afin d’exiger le retrait de la réforme de l’évaluation des professeurs. Une journée de grève est prévue aujourd’hui.
Lire la suite de l’article


Notes : les profs montent d’un ton
Les enseignants seront en grève demain pour protester contre un projet de réforme sur leur évaluation. Ils s’inquiètent des dérives managériales du système éducatif.
Lire la suite de l’article


Blâmes par Sylvain Bourmeau
Ceux-là mêmes qui entretiennent aux notes un rapport de plus en plus obsessionnel et frénétique, prenant un malin plaisir à calculer à la décimale près la moyenne d’élèves auxquels ils décernent «félicitations», «encouragements» ou «blâmes» comme autant de bons points surannés, ceux-là qui sont parfois en la matière plus réacs que les aînés qui les ont formés, refuseraient pour eux-mêmes, et à l’exception des si rares et si vieillottes inspections, toute forme d’évaluation ?
Lire la suite de l’article


Enseignement : «Nous défendons le maintien d'une double évaluation»
Les enseignants protestent contre un projet de réforme sur leur évaluation. Daniel Robin, co-secrétaire du Snes, le principal syndicat des professeurs du secondaire, a répondu à vos questions.
Lire la suite de l’article


«Si le chef d’établissement devient un patron, c’est non»
Patrick Roumagnac. Inspecteur (académie de Clermont)
Lire la suite de l’article


«Une réforme à contre-courant»
Nathalie Mons, spécialiste de la comparaison internationale des politiques éducatives.
Lire la suite de l’article


François Hollande louche sur le «regard croisé»
Le candidat socialiste planche sur un système de notation associant inspecteurs et chefs d’établissement.
Lire la suite de l’article


«Ce ne sera pas pire que le système actuel, c’est la loterie»
INTERVIEW- Jessica. Professeure des écoles à Paris :
Lire la suite de l’article


«Le texte est imprécis, qu’est-ce qu’on mesure finalement ?»
INTERVIEW - Catherine Petitot. proviseure d’un Lycée Pro à Toulon
Lire la suite de l’article


«Il faut faire évaluer les profs par des spécialistes»
INTERVIEW - Benjamin Marol. Professeur de collège à Montreuil
Lire la suite de l’article


Hollande prêt à revenir sur la réforme d'évaluation des profs
François Hollande a affirmé ce jeudi à Bondy (Seine-Saint-Denis) que, s'il était élu, il reviendrait sur le projet gouvernemental controversé de réforme de l'évaluation des enseignants, précisant que ce sujet ferait partie de la discussion avec les syndicats.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 15/12/11


HEC reste au top des écoles de commerce européennes
La France place 18 établissements dans les 75 classés par le Financial Times. L'Insead arrive en deuxième position.
Lire la suite de l’article


Profs: 11,2 % de grévistes en primaire
Les enseignants des écoles primaires étaient 11,2% à faire grève aujourd'hui et ceux des collèges et lycées 16,4%, pour demander le retrait du projet de réforme de l'évaluation et de l'avancement des enseignants, selon une estimation du ministère de l'Education nationale. Dans le primaire, où les enseignants grévistes doivent se déclarer 48 heures à l'avance en raison du service minimum d'accueil (SMA), le SNUipp-FSU, principal syndicat, a annoncé plus de 21% de personnels en grève.

Lire la suite de l’article


Évaluation des profs : «Le système actuel est désuet»
À la veille de la manifestation intersyndicale, un proviseur témoigne.
Lire la suite de l’article


D'importants bonus pour les dirigeants de Sciences Po Paris
Le site Mediapart publie mercredi une enquête dans laquelle il révèle les importantes sommes perçues par les dirigeants de l'Institut d'études politiques de Paris, dirigé par Richard Descoings.
Lire la suite de l’article


L'aventure indienne des écoles de vidéo de Valenciennes
Trois écoles du nord de la France spécialisées dans la création numérique s'installent près de Bombay dans un vaste campus. Le milliardaire indien qui finance le projet entend fournir des créateurs à Bollywood et à l'industrie du jeu vidéo.
Lire la suite de l’article


Junior au bureau
Qui dit journée de mobilisation dans l'Éducation nationale, dit galère pour caser le petit dernier dont l’instit' fait grève. Mais pas pour les salariés d’une PME auvergnate, qui accueille depuis longtemps, en cas de problème, les enfants du personnel.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 15/12/11



Le projet écologiste vise la crédibilité
Le programme accorde beaucoup d'importance à l'enseignement. Se positionnant délibérément à rebours des interrogations sur les résultats du collège unique, EELV défend l'idée d'une "école fondamentale", avec un rapprochement école primaire-collège, "sans sélection ni orientation précoce". Le programme prévoit aussi un rapprochement entre facultés et grandes écoles, et la disparition à terme des classes préparatoires.
Lire la suite de l’article


Les syndicats dénoncent la "dénaturation du métier"
A son arrivée, en 2009, l'équipe de Luc Chatel a reçu un avertissement du SNES-FSU, le principal syndicat des professeurs du second degré : "Deux sujets peuvent susciter chez les enseignants des réactions passionnelles : la bivalence (l'enseignement de deux disciplines) et le pouvoir hiérarchique du chef d'établissement."
Lire la suite de l’article


Ne le dites surtout pas, mais à Aix, on évalue déjà les profs
Dans la salle des professeurs du lycée Vauvenargues, à Aix-en-Provence, les tracts syndicaux sur le tableau d'affichage annoncent le ton de cette fin d'année: combatif. "Non au projet de réforme de l'évaluation des enseignants"; "Pour le retrait de ce projet, actions locales, pétition et grève nationale." Ici comme ailleurs, nombre d'enseignants devaient se mobiliser, jeudi 15 décembre.
Lire la suite de l’article


Les enseignants mobilisés contre le projet de réforme de l'évaluation
Les enseignants des écoles primaires étaient 11,2 % à faire grève, jeudi 15 décembre, et ceux des collèges et lycées, 16,4 %, selon les chiffres communiqués par le ministère de l'éducation nationale. Ils demandent le retrait du projet de réforme de l'évaluation et de l'avancement des enseignants, selon une estimation du ministère de l'éducation nationale.
Lire la suite de l’article


Des statistiques d'Etat à géométrie variable
En franglais, on dit ainsi les choses : l'"open data" est le "must" de l'administration "new look" et de l'"open governance". Traduisons en français : dans un Etat moderne et intelligent, la mise à disposition de données publiques peu ou pas accessibles jusqu'à présent permettra une meilleure compréhension des politiques publiques par les citoyens. Une sorte de bienfaisante transparence démocratique, en quelque sorte.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 15/12/11



Luc Chatel ne dit pas tout...
La FCPE déplore de nombreuses statistiques passées sous silence.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 15/12/11



L'encadrement militaire des mineurs délinquants adopté
Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un vote de l'Assemblée nationale, un texte UMP instaurant un encadrement de type militaire des mineurs délinquants. Proposée par le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, cette loi prévoit, pour les mineurs délinquants de plus de 16 ans, un service «citoyen» d'une durée de 6 à 12 mois au sein d'un Etablissement public d'insertion de la Défense (Epide).

Lire la suite de l’article


Evaluation des profs : Hollande promet de revenir sur la réforme
A l'appel d'un large front syndical, plusieurs milliers d'enseignants ont manifesté jeudi en France contre le projet de réforme de l'évaluation des professeurs. Un projet qui génère une gestion «managériale» de leur profession, selon eux, et motivait une grève moyennement suivie.
Lire la suite de l’article


Deux mois avec sursis pour un instituteur qui distribuait des «tapotes» à ses élèves
Un ex-directeur d'école de Moussey (Moselle) a été condamné mercredi à 2 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Metz, qui l'a reconnu coupable d'avoir brutalisé des élèves de CM1 et CM2 de septembre 2009 à avril 2011.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
France Soir du 15/12/11



Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 15/12/11



En Angleterre, les directeurs gèrent la carrière des professeurs
Les inspecteurs britanniques évaluent les écoles, mais la rapidité de la progression du salaire des professeurs, dépendant d’une grille nationale, est déterminée par leur chef d’établissement.
Lire la suite de l’article


A l’âge du lycée, elles sont mères
Alors que le film « 17 filles » sort au cinéma, il semble que le thème des grossesses adolescentes, récurrent depuis quelques mois sur le petit écran, fascine les jeunes filles, notamment les plus vulnérables.
Lire la suite de l’article


Enseignants, comment passer de l’inspection à l’évaluation
La quasi-totalité des syndicats enseignants appellent jeudi 15 décembre à faire grève et à manifester un peu partout en France.
Lire la suite de l’article


La crainte d’un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement
La plupart des enseignants soulignent les limites du système actuel. Mais ils redoutent de voir les proviseurs et principaux se comporter à la façon de chefs d’entreprise.
Lire la suite de l’article


Comment sont évalués les fonctionnaires, à part les enseignants
Depuis 1946, un système de notation chiffrée permettait d’évaluer tous les ans ou tous les deux ans la plupart des agents de la fonction publique d’État et de la fonction territoriale. Dans l’hospitalière, les textes ne prévoyaient la notation que des personnels de direction.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 15/12/11



Le baromètre BVA-Institut Paul Delouvrier sur les services publics
Le baromètre BVA-Institut Paul Delouvrier témoigne d'un rebond de la satisfaction des Français à l'égard de l'action de l'Etat en matière de services publics. Leur opinion reste toutefois mitigée et ils attendent des efforts sur l'éducation et la lutte contre le chômage.
Lire la suite de l’article


Les enseignants en grève contre le projet de réforme de l'évaluation
Un large front de syndicats d'enseignants appellent jeudi à une journée de grève et de manifestations pour exiger le retrait du projet de réforme de l'évaluation des professeurs, prôné par le ministre de l'Education Luc Chatel qui défend un système "plus juste".
Lire la suite de l’article


Les enseignants dans la rue contre le projet d'évaluation de Luc Chatel
Le projet de réforme de l'évaluation des enseignants suscite une levée de boucliers des professeurs qui, à l'appel d'un large front syndical, font grève et manifestent jeudi contre un texte qui selon eux conduit à une gestion "managériale" de leur profession.
Lire la suite de l’article


Evaluation des enseignants: Chatel veut un système "plus juste"
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a assuré mercredi soir qu'il "veut améliorer le système (d'évaluation) pour qu'il soit plus juste", à la veille d'un appel à la grève des syndicats d'enseignants qui réclament le retrait des projets du gouvernement.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 15/12/11



Les enseignants dans la rue contre le projet d'évaluation de Luc Chatel
Plusieurs milliers d'enseignants ont manifesté jeudi en France contre le projet de réforme de l'évaluation des professeurs, qui conduit selon eux à une gestion "managériale" de leur profession, et motivait une grève moyennement suivie.
Lire la suite de l’article


La grève des enseignants est peu suivie, selon le ministère
La grève des enseignants en France est relativement peu suivie ce jeudi, selon le ministère de l'Education nationale. Le taux de participation à la grève s'établit à 11,18% pour les enseignants du premier degré et 16,43% pour ceux du second degré, écrit le ministère dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Les apprentis vont bénéficier d'une carte d'étudiant
La ministre de l'Apprentissage Nadine Morano a annoncé ce mercredi la mise en place dès la fin de semaine d'une carte d'étudiant pour les apprentis, leur permettant d'avoir les mêmes conditions tarifaires que les étudiants de l'enseignement supérieur.
Lire la suite de l’article


Evaluation des enseignants: Chatel veut un système "plus juste"
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a assuré mercredi soir qu'il "veut améliorer le système (d'évaluation) pour qu'il soit plus juste", à la veille d'un appel à la grève des syndicats d'enseignants qui réclament le retrait des projets du gouvernement.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 15/12/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 15/12/11



La réforme de leurs notes met les profs en grève
Leur ministre veut modifier la manière de les évaluer et changer le déroulement de leurs carrières. Les enseignants sont appelés aujourd'hui à faire grève pour exprimer leur hostilité.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 15/12/11



Education : "non" à la nouvelle évaluation
Les enseignants sont entre 11,2% et 47% à faire grève jeudi, selon les niveaux et les sources.
Lire la suite de l’article


"Il ne faut pas un évaluateur unique"
Les enseignants se mobiliseront aujourd'hui contre le projet d'évaluations des professeurs par le chef d'établissement. Par téléphone : Daniel Robin, co-secrétaire général du SNES
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 15/12/11


Evaluer les profs : oui, mais comment ?
Donner aux chefs d’établissements le pouvoir d’évaluer les professeurs : une tendance européenne ? Interview de Paulo Santiago, analyste à la Direction de l’Education de l’OCDE.
Lire la suite de l’article


"Les enfants d'immigrés ? Aussi bons que les autres !"
A milieu social comparable, les enfants d'étrangers réussissent aussi bien leurs études que les jeunes Français, explique le sociologue et démographe Jean-Luc Richard.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 15/12/11


Les enseignants en grève contre la réforme de l'évaluation
Plusieurs syndicats appellent à la mobilisation ce jeudi contre le projet de réforme gouvernemental qui entend mettre fin au traditionnel système de la double notation des enseignants.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 15/12/11


Une grève, à quoi bon ?
Comment interpréter la relative modestie du mouvement de grève de ce 15 décembre ? Faut-il y lire une acceptation par les enseignants de la réforme de leur mode d'évaluation ou un simple problème de timing ? Au moment où s'écrivent ces mots, les estimations syndicales sur la portée du mouvement donnent à penser que, malgré une très large unité syndicale, le mouvement du 15 décembre aura une force inférieure aux dernières grandes journées comme celle du 27 septembre. Et beaucoup penseront que cela signe une acceptation des réformes voulues par Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


L' éducation première préoccupation des Français
L'éducation sera bien au coeur de la campagne présidentielle. Selon un sondage publié par Les Echos et RTL, l’éducation devient pour la première fois, la première priorité avec l’emploi pour les Français. C'est le premier service sur lequel le gouvernement doit porter ses efforts. Pourtant 79% des Français sont satisfaits de l'éducation nationale, un pourcentage en légère hausse.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 15/12/11


Evaluation des enseignants : des nuances mais l'unité dans les rangs des manifestants
"Des dossiers importants comme celui de l'évaluation des enseignants, c’est tous les trente ans, c’est le modèle de l’Ecole qui est en jeu. De tels projets ne peuvent se discuter que par volets, sans préalable et avec un calendrier. Il n’y en a pas eu. Cela témoigne d'un vrai manque de professionnalisme de la directrice générale des ressources humaines", estime Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa, interrogé par ToutEduc au départ de la manifestation parisienne de ce jeudi 15 décembre.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 15/12/11


Tentative de passage en force sur l'évaluation des profs
Pour protester contre une évaluation des enseignants uniquement menée par le chef d'établissement, une journée de grève est organisée ce jeudi, sans le Sgen CFDT. Principaux et proviseurs se disent globalement favorables à une telle évolution.
Lire la suite de l’article


Les dirigeants de Sciences-Po touchent des superbonus
Les directeurs de Sciences-Po ont gagné en moyenne 142.391 euros cette année. Des primes de plusieurs centaines de milliers d'euros par an aux cadres dirigeants, et une gestion des bonus des salariés des plus opaques: Richard Descoings entame son quatrième mandat à la tête d'une institution plus bling bling que jamais.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 15/12/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 15/12/11


Evaluation : ce que redoutent les enseignants
Qu’ils aient ou non participé au mouvement du 15 décembre 2011 contre le projet de réforme de leur évaluation, des enseignants nous ont confié leurs craintes.
Lire la suite de l’article


Grève dans l'Education nationale : une même évaluation pour les enseignants et les élèves, le billet de Bernard Desclaux
A l'occasion de la grève dans l'Education nationale du 15 décembre 2011, contre le projet d'évaluation des enseignants, Bernard Desclaux revient sur les conditions de cette évaluation, avant de faire le parallèle avec celle des élèves. Lire le billet de l'ancien directeur de CIO intitulé Appliquons aux élèves les conditions d’évaluation des enseignants
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 15/12/11



L'IDF présente un budget lycée en hausse, "à l'inverse du gouvernement"
Le conseil régional d'Ile-de-France a présenté jeudi un budget en hausse pour les lycées, le 2e budget régional en volume, dans une dynamique "à l'inverse du gouvernement" dont le dernier projet de réforme a fait battre le pavé aux professeurs.
Lire la suite de l’article


Hollande favorable à un "pré-recrutement" des futurs enseignants en licence
François Hollande, qui veut revoir la réforme de la formation des enseignants instaurée en 2010, s'est dit favorable jeudi à Bondy (Seine-Saint-Denis) à un recrutement à plusieurs niveaux des futurs professeurs, dont un "pré-recrutement" au niveau licence (bac +3).
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

lundi, décembre 12, 2011

Revue de presse du lundi 12 décembre 2011


Vrais chiffres de l’École - Agents – Sc.Po - Internet – Lolitas -


Statistiques ou communication ?
Il faut un organisme indépendant d'analyse statistique pour l'école !
C’est avec cette affirmation qu’on pourrait résumer ou conclure le long article du Monde sur la production (et surtout la diffusion) des données statistiques à l’Éducation Nationale.
Rappelons qu’il existe une direction au ministère chargée des études et de la production de statistiques : il s’agit de la Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP). C’est celle-ci qui publie les données et les enquêtes qui sont publiées ensuite sur le site du Ministère. Signalons que l’Inspection Générale et l’Inspection Générale de l’Administration de l’Éducation Nationale et de la Recherche (IGAENR) publient aussi des rapports et des enquêtes.
En novembre dernier, un collectif “Interstat” composé de syndicalistes de l’INSEE et des autres services ministériels dénonçait déjà dans un manifeste paru dans Médiapart, le manque d’indépendance des statistiques officielles et la volonté du ministère de “retenir” certaines études défavorables à la propagande ministérielle. Avant ce collectif, c’est le très respectable Haut conseil de l’Éducation , qui, dans son dernier rapport, réclamait la création d’un organisme indépendant d’analyse des résultats de l’École. “Il est essentiel que, dans notre démocratie, les données concernant les résultats de notre système éducatif soient objectives et transparentes, donc incontestables” écrivaient les sages.
L'article du Monde rappelle que récemment deux enquêtes, l'une comparant le niveau de maîtrise de la langue entre 2003 et de 2009, l'autre entre 1997 et 2007, montraient que les lacunes des élèves de CE1 et CM2 plus faibles se sont aggravées. Mais ces deux travaux attendaient dans les tiroirs du ministère de l'éducation depuis le mois de juin. C'est l'Insee qui, le 16 novembre, les a divulgués dans son Portrait social. Le jour de la parution de l'ouvrage, les statisticiens de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) ont été priés de ne pas commenter ces résultats qui ne suivaient pas la "bonne" courbe. Un chercheur, sous couvert d’anonymat affirme : “Ce qui s'est passé là est assez symptomatique. Nos enquêtes sont bienvenues lorsqu'elles accompagnent la communication du ministre. Sinon, elles attendent. Et plus encore si elles montrent une baisse de niveau.
Si le phénomène était déjà présent sous Darcos, il est passé au cran supérieur avec le ministère Chatel. Ainsi pour les notes d’information qui sont des outils précieux pour ceux qui s’intéressent à l’économie et à la sociologie de l’École. 61 sont sorties en 2001, 62 en 2003… 37 en 2008, 18 en 2009 et 19 cette année. Sur un programme de 46 prévues. Comme le souligne Le Monde, certaines informations sont diffusées mais avec des mois de retard. Quand elles ne gênent plus. Ainsi, le bilan de la rentrée 2010 a été publié à l'été 2011, alors qu'il était prévu pour février. Il aurait peut-être été délicat de montrer que le nombre d'élèves avait augmenté, alors qu'on coupait 16 000 postes. On attend maintenant les données de la rentrée 2011…
Ce qui est également inquiétant disent les statisticiens c’est que certaines évaluations soient transférées de la DEPP vers la DEGESCO, la direction du ministère qui pilote la mise en œuvre des programmes. Les parents d'élèves de la FCPE dénoncent le fait que "cette direction se retrouve juge et partie puisqu'elle contribue à évaluer ses propres politiques". Même tonalité chez les statisticiens retraités qui ont une liberté de parole "Il est regrettable que le ministère préfère mettre en avant les résultats contestables des évaluations CE1 et CM2, mises en place depuis quatre ans par la DGESCO, évaluations qui ont surtout pour objectif de nourrir la communication ministérielle au détriment d'une information étayée sur une méthodologie rigoureuse", estime Jean-Claude Emin, ancien sous-directeur de la DEPP. L'Association des journalistes éducation (Ajé) a "regretté" également dans un communiqué "la non publication" par le ministère de l'Education nationale de "travaux d'inspection" et de "notes statistiques", ce qui prive, notamment les journalistes, de "précieux outils de travail".
Que faire ? Pour le HCE, on l’a vu, il faudrait instituer un organisme réellement indépendant. On peut d’ailleurs noter que la même logique est à appliquer pour les statistiques économiques de l’INSEE soumises aujourd’hui aux mêmes pressions. Pour l’ancien Directeur de la DEP, Claude Thélot, interviewé par Le Monde , il faudrait confier cette mission à la Cour des comptes. Il précise : “la Cour a une immense légitimité, entre autres parce qu’elle est constituée de magistrats, elle peut se faire ouvrir tous les dossiers et ses travaux sont de grande qualité, enfin elle a une grande tradition de diffusion de ses analyses et recommandations. Il me semble plus efficace de renforcer ce mouvement déjà initié plutôt que de créer un organisme supplémentaire de contrôle, comme le recommande le Haut Conseil de l’Ecole. Le modèle anglo-saxon d’agence autonome ne me semble pas convenir à notre pays.
Quelle qu’en soit la forme, il semble en tout cas indispensable que les chiffres de l’École ne soient plus entachés de ce soupçon de censure et de propagande. Si Churchill disait que “la statistique est la forme la plus élaborée du mensonge, celle ci est indispensable pour que le débat démocratique sur l’École puisse se faire sereinement. Et que l’information ne soit pas réduite à de la “communication”…

Agents
Ils ont rarement la parole... Dans un article de Rue89, les agents techniques des lycées gérés aujourd'hui par la région d'Ile de France s'expriment sur leurs conditions de travail et les conséquences d'un décret qui les conduit à travailler cinq heure de plus sans compensation de salaire.
Les agents commencent leur journée à 6h30 avec le ménage des salles (nettoyer les tableaux, effacer les tags, décoller les chewing-gums, passer le balai) avant l'entrée en classe des élèves à 8h15. Ensuite, c'est au tour des couloirs, des toilettes, des halls pendant qu'un autre groupe s'active en cuisine pour préparer les repas nous raconte Rue89 en s’appuyant sur les témoignages d’agents venus manifester devant le conseil régional jeudi 8 décembre. A 11h15, le service de cantine commence : un groupe prépare et sert les repas, les autres sont à la plonge. Le service se termine avec le nettoyage du réfectoire à 14 heures. Depuis le passage de la réforme, les agents travailleraient jusqu'à 15 heures au lieu de 14h15.
Une “agent d’entretien” considère que leurs revendications n’ont que peu d’écho. “Les professeurs et les autres membres de l'administration s'en foutent ” Et elle ajoute “Quand ça concerne les agents, la seule chose qui les dérange c'est que la cantine soit fermée pendant une journée, mais ça ne les intéresse pas plus que ça”…

Sc. Po
Sciences Po Paris va profondément réformer pour 2013 son concours d'entrée en première année, dans une perspective de "diversification accrue" des profils de ses étudiants, a annoncé l'école, lundi 12 décembre, dans un communiqué.
Les épreuves écrites se dérouleront avant le baccalauréat, en mars, et non après ; l'admission directe avec mention très bien au bac est supprimée ; une appréciation sur dossier est créée au niveau de l'admissibilité, ainsi qu'un entretien et une épreuve orale de langue étrangère au niveau de l'admission. Le nombre des épreuves écrites va être en outre réduit de quatre à trois (histoire, langue et option au choix), l'épreuve d'ordre général étant supprimée. La précédente réforme de son concours datait seulement d'il y a deux ans.

usages de l’Internet
Dans Libération, un article est consacré au numéro vert (0800 200 000) destiné à aider les parents et leurs enfants à gérer les usages de l'internet. C’est l’association e-enfance qui anime cette help line. Pour une fois, il y a un peu de nuances dans cet article et on évite la diabolisation mais l’association en question nous avait jusque là habitué à un discours très catastrophiste et alarmiste.
L’article rappelle que ce numéro vert est surtout destiné aux parents, peu au fait des nouvelles technologies et ignorant tout des activités de leur progéniture sur Internet. L’article rappelle d’ailleurs que selon une enquête, l’utilisation d’Internet par les mineurs se fait à 49% dans leurs chambres, hors de vue des parents. Ce que l’article met surtout en évidence c’est la nécessité d’une éducation aux usages (des enfants et des parents) loin des fantasmes et des peurs irraisonnées. ”Le Net n’est pas qu’un repaire de prédateurs sexuels, exprime une des responsables de l’assocation. Ça existe, mais nous mettons en garde surtout contre la mauvaise utilisation que les enfants en font entre eux. Ils se nuisent, se harcèlent, s’exposent. La violence des propos, leur caractère cru peut être très choquant ou traumatisant pour les parents quand ils les découvrent. Ils ont besoin d’être outillés pour une bonne pratique des médias en famille.

Lolitas
Il y a quelques semaines on a appris qu’une école primaire de Ploudalmézeau (29) a modifié son règlement intérieur pour indiquer que “les élèves ne sont pas autorisés à venir maquillées à l’école (hormis le jour du carnaval), porter des talons, des jupes ou shorts courts (mi-cuisses), des chaussures de plages (tongues ou sabots en plastique) ”. Ce règlement a été voté à l’unanimité par le conseil d’école : enseignants, représentants de parents, adjointe aux écoles et délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN). La maire adjointe chargée de l’enfance a ajouté : “Nous voulons que les enfants restent des enfants. Habillés avec des vêtements pratiques, adaptés à l’école !
Mais le débat a désormais dépassé le Finistère et l’édition régionale de Ouest France, puisque il est traité nationalement. France Soir consacre un article au phénomène des “lolitas” et nous apprend que le gouvernement vient de charger la sénatrice UMP Chantal Jouanno d’une mission sur cette hypersexualisation des petites filles. Elle est interviewée par le même journal . Selon elle, il y a des signes inquiétant comme “la commercialisation de soutiens-gorge rembourrés pour fillette de 7 ans, l’ouverture d’un spa à Paris pour enfants, la puberté qui arrive de plus en plus tôt, ou les formes d’anorexie qui apparaissent dès l’âge de 6 ans, contre 12 ans auparavant. ” Elle constate aussi que “nous sommes face à un problème plus insidieux, qui est le développement des images très sexualisées qui touchent aussi bien les adultes que les enfants.[…] On rétablit des modèles comme la fille bimbo et le garçon dominateur. ”. L’ancienne ministre devrait, durant deux mois, rencontrer des pédopsychiatres, des industriels de l’habillement ou encore des adolescents pour mesurer le phénomène et trouver des solutions. Mais d’ores et déjà elle prône une éducation critique vis-à-vis des médias, de la publicité et des stéréotypes qui peuvent être véhiculés (tiens c’est ce que je fais en SES…) et elle indique qu’ “Il faut expliquer aux ados qu’ils sont victimes d’une dictature du marketing qui les instrumentalise, et jouer sur leur esprit de rébellion, comme cela a été fait au Québec, pour leur dire « Ne suivez pas tous ces préceptes, osez être vous-même, n’écoutez pas ce que vous dit la publicité. »
Laissons le dernier mot à l’excellent François Morel qui, dans sa chronique du vendredi 9 décembre sur France Inter , dénonçait avec talent les marchands et les parents “voleurs d’enfance”. A écouter !

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 12/12/11(certains articles payants)


La jeunesse au tri sélectif
Un ouvrage didactique sur un système d’inégalités aggravé au fil de la scolarité.
Lire la suite de l’article


@llo #maman :-(
Ecoute. Blogs, réseaux sociaux… Un numéro vert répond aux questions des parents inquiets de l’usage du Web fait par leurs enfants.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 12/12/11


Éducation : les propositions chocs de la Fondapol
Autonomie, écoles pour élèves en difficulté, doublement des salaires, sélection à l'université… Le think tank proche de l'UMP prépare la présidentielle.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 12/12/11



Dissimulées ou retardées, les données sur l’école sont jugées peu fiables
Quel est vraiment le niveau des élèves français? A entendre le ministre lire les résultats des évaluations des élèves en CE1 et en CM2, il serait en progression. A lire les résultats internationaux, il serait plutôt en baisse…
Lire la suite de l’article


Pour Claude Thélot, la Cour des comptes devrait s’intéresser de plus près à l’évaluation de l’école
Claude Thélot a dirigé la direction statistique du ministère de l’éducation huit années durant, présidé le débat national sur l’avenir de l’École en 2003-2004 et été conseiller-maître à la Cour des Comptes. Peu loquace sur l’éducation aujourd’hui, il a accepté de répondre au Monde pour dénoncer une situation qu’il estime extrémement choquante sur le fond. En effet, les publications de la DEPP, Direction de l'évaluation, de la pprospective et de la performance se raréfient. Certains chercheurs dénoncent leur non parution, lorsqu'elles ne servent pas la communication ministérielle (cf Le Monde daté 13 janvier).
Lire la suite de l’article


Sciences Po va réformer son concours d'entrée pour plus de diversité
Sciences Po Paris va profondément réformer pour 2013 son concours d'entrée en première année, dans une perspective de "diversification accrue" des profils de ses étudiants, a annoncé l'école, lundi 12 décembre, dans un communiqué.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 12/12/11



Le chef d’établissement peut-il évaluer les profs ?
Face-à-face entre Roger Keime, Secrétaire national du syndicat national 
des inspecteurs d’académie (SNIA-IPR) et Camille Bedin, Secrétaire nationale en charge 
de l’Égalité des chances.
Lire la suite de l’article


De 2003 à 2011 dans l’éducation : 14,4% de postes en moins
Les commissions des Finances et de l’Education du Sénat, dans leurs rapports respectifs sur le budget 2012 de l’Education nationale, ont sévèrement critiqué la politique menée, mettant en avant que le ministère avait perdu 165437 postes, soit 14,4% des effectifs.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 12/12/11



Diversité : Science-Po réforme son concours d'entrée
Le concours d'entrée à Science-po Paris, la prestigieuse école de la rue Saint-Guillaume à Paris, va être modifié afin d'accroître la «diversification» des profils des étudiants. L'école a annoncé lundi cette modification de son réglement.
Lire la suite de l’article


Il fait lire les cités
Rachid Santaki a été récompensé, hier, lors de la Nuit des trophées. Ce romancier veut donner le goût de la lecture aux jeunes issus des quartiers.
Lire la suite de l’article


Ces autistes qui trouvent refuge en Belgique
Faute de places en France, de nombreuses personnes déficientes intellectuelles sont prises en charge dans des établissements spécialisés en Belgique. Eponine a ainsi quitté Beauvais pour vivre à la Pommeraie, un foyer belge, avec Herbert, un autre Oisien arrivé en 2009.
Lire la suite de l’article


Linda, Rom, sans papiers et Meilleure apprentie de France
Elle est rom, sans papiers, vit dans un squat en banlieue parisienne... et Meilleure apprentie de France. Linda Mihai, 21 ans, raconte son histoire dans un français quasi-parfait. « Quand on a une chance, il faut la saisir », dit la jeune femme, silhouette menue et longs cheveux bruns. « Ma mère m'a dit : fais ce que tu veux, fonce ! »
Lire la suite de l’article


Seine et Marne : Les parents dénoncent les violences scolaire
En signe de protestation contre les incidents à répétition, des parents retirent leurs enfants de l’école, aujourd’hui, à Compans. Un malaise ressenti dans d’autres établissements du département.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 12/12/11



Inquiétantes lolitas : "Des magazines pour ados expliquent comment faire une fellation !"
Chantal Jouanno est chargée de mission sur l'hypersexualisation des petites filles. Elle doit rédiger une charte relative à la protection des enfants dans les médias, qui doit être publiée en janvier.
Lire la suite de l’article


Inquiétantes lolitas : Quand les fillettes se déguisent en femmes fatales
Le phénomène des « lolitas », ces fillettes de dix ans qui empruntent aux adultes leurs comportements et leur mode, prend des proportions dangereuses.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 12/12/11



Pour Françoise Cahen, professeur de français, « chaque classe est une aventure humaine »
Françoise Cahen enseigne le français au lycée polyvalent Maximilien-Perret, à Alfortville (Val-de-Marne), et se passionne pour la pédagogie et l’évolution de son métier
Lire la suite de l’article


Berre-l’Étang : des parents obtiennent le départ d’un professeur
Des parents d’élèves de l’école catholique Notre-Dame-de-Caderot, à Berre-l’Étang (Bouches-du-Rhône), ont retenu pendant une douzaine d’heures plusieurs membres du personnel, dont la directrice de l’établissement.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 12/12/11



Diversité: Sciences Po Paris va réformer son concours d'entrée
Sciences Po Paris va profondément réformer pour 2013 son concours d'entrée en première année, l'une de ses quatre procédures de sélection à ce niveau, dans une perspective de "diversification accrue" des profils des étudiants, a annoncé l'école lundi dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


La FCPE critique la non publication de statistiques dans l'éducation
La FCPE, première fédération de parents d'élèves, a critiqué, dans une lettre au ministre de l'Education nationale Luc Chatel, "la non publication d'éléments statistiques et d'évaluation du système éducatif depuis de longs mois", jugeant cela négatif pour le "débat public".
Lire la suite de l’article


Linda, Rom et sans papiers mais Meilleure apprentie de France
Elle est rom et sans papiers, vit dans un squat en banlieue parisienne. Mais le cliché s'arrête là. Linda Mihai, 21 ans, est aussi Meilleure apprentie de France. Elle raconte son histoire dans un français quasi-parfait.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 12/12/11



Sciences Po va réformer son concours d'entrée pour se diversifier davantage
Sciences Po Paris va profondément réformer pour 2013 son concours d'entrée en première année, l'une de ses quatre procédures de sélection à ce niveau, dans une perspective de «diversification accrue» des profils des étudiants, a annoncé l'école lundi dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Les universités se serrent la ceinture
Certaines facs devenues autonomes connaissent des difficultés financières...
Lire la suite de l’article


« Le principe de l'autonomie, c'est la responsabilité »
Laurent Wauquiez
Ministre de l'Enseignement supérieur.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 12/12/11



Ménage, cantine : agents de lycée, ils travaillent plus pour gagner autant
En Ile-de-France, depuis octobre, un décret fait travailler le personnel chargé de l'entretien des lycées 20 heures de plus par mois pour le même salaire, soit 1 200 €.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 12/12/11



Après les agressions de Lannion : les parents d’élèves mobilisés
Un père avait tenté d'étrangler une institutrice. Il l'avait agressée après s'être vu reprocher de s'en prendre à un enfant dans la cour de récréation d'une école de Lannion. Les parents ont décidé de se rassembler, ce lundi.
Lire la suite de l’article


Gaffe à l'abus de jouets bruyants
Certains jouets pour enfants, parmi les plus populaires, peuvent produire jusqu'à 130 décibels (dB). Soit l'équivalent du bruit d'un avion à réaction au décollage ! D'où le signal d'alarme tiré par l'association Hear the world qui, avec l'université allemande d'Aalen, s'est livrée à une étude du bruit généré par les jouets. Par exemple, des voitures téléguidées, boîtes à musique, figurines électroniques, téléphones pour enfants...
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 12/12/11



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 12/12/11


Etudiants étrangers : l'arme discrète de Claude Guéant
Un décret, passé quasiment inaperçu, augmente de 30% les ressources exigées pour obtenir un titre de séjour étudiant. Les associations dénoncent une "sélection sociale".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 12/12/11


Cristian, 12 ans, risque la prison à vie
Cet Américain est accusé d'avoir tué son demi-frère de 2 ans et demi, à Jacksonville en Floride. Jugé comme un adulte, il pourrait être condamné à la prison à perpétuité.
Lire la suite de l’article


Qui est le prof qui a démasqué Fillon sur Twitter?
C'est un prof d'informatique qui a découvert le pot aux roses. Il explique à LEXPRESS.fr comment il a procédé.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 12/12/11


Fondapol : Des propositions qui ne valent pas grand chose
"Flagrant délit d’incompétence". Sociologue, professeur à l'université de Limoges, Choukri Ben Ayed s'adresse à Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol) qui vient de publier ses propositions pour les présidentielles 2012. Un texte en rupture avec la tradition de l'école républicaine et, pour C. Ben Ayed, avec les travaux des chercheurs. Après avoir opposé le texte de Fondapol aux acquis de la recherche, ce dernier conclut : " votre projet est entièrement bâti autour de l’idée qu’il ne couterait « rien » à l’Etat, au fond cela n’est pas surprenant pour un projet qui ne vaut pas grand chose.'"
Lire la suite de l’article


Parents d'élèves : La FCPE maintient ses accusations
Au vu des données transmises par el ministère, la FCPE maintient ses accusations sur les résultats des élections de parents d'élèves. "La clé USB contient des fichiers PDF des résultats … partiels, avec des établissements manquant, souvent sans synthèse académique. Comment dès lors le ministère peut-il publier des résultats nationaux sans disposer de l’entièreté des résultats, de fait sans contrôle ni validation dans chaque département ?", demande la Fcpe ? La première association de parents d'élèves demande des résultats complets que le ministère semble incapable de donner...
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 12/12/11


Evaluation des enseignants : le syndicat FSU des inspecteurs défend l'inspection individuelle
"Stress, appréhension, angoisse" sont les mots qui reviennent le plus souvent dans le bouche des enseignants du 1er degré, rapporte un inspecteur dans le dernier numéro de la revue du syndicat FSU des inspecteurs. Michel Gonnet, secrétaire général, estime pourtant que les avantages l'emportent sur les inconvénients. L'inspection individuelle est "irremplaçable", puisque l' "entretien professionnel" qui la remplacerait se ferait "hors contexte" : "l’exercice de notre mission nous conduit chaque jour dans un ensemble d'établissements scolaires et de classes que nous sommes les derniers à connaître réellement dans la chaîne hiérarchique : au-dessus de nous, on observe et on traite l’école au travers de chiffres."
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 12/12/11


L'enseignement public professionnel à la casse?
La quasi totalité des syndicats de ce secteur vient de dénoncer dans un communiqué commun «la casse organisée de l'enseignement professionnel sous statut scolaire». Et l'intersyndicale CGT Educ'action, Snuep-FSU, Snetap-FSU, Sud Education, Sncl-FAEN, Se-UNSA, Snetaa-FO, Sgen-Cfdt « exige que soit réaffirmée la priorité à un enseignement public, initial, laïque et sous statut scolaire».

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 12/12/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 12/12/11


Réforme du concours de Sciences po Paris : "nous voulons sélectionner des individualités, plus que des copies"
Sciences po Paris a voté, lundi 12 décembre 2011, une réforme de son dispositif de recrutement des étudiants en première année, qui s'appliquera en 2013.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 12/12/11



Education: l'Ajé "regrette" la non publication de travaux et statistiques
L'Association des journalistes éducation (Ajé) a "regretté" lundi dans un communiqué "la non publication" par le ministère de l'Education nationale de "travaux d'inspection" et de "notes statistiques", ce qui prive, notamment les journalistes, de "précieux outils de travail".
Lire la suite de l’article


Des syndicats défendent l'enseignement professionnel public
Plusieurs syndicats de l'enseignement professionnel "dénoncent la casse organisée de l'enseignement professionnel sous statut scolaire", dans un communiqué publié lundi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.