vendredi, mars 30, 2012

Revue de presse du vendredi 30 mars 2012

.


- Rentrée idéologique - Déclarations - Tribunes – Appuyez sur le bouton – revalo -

Rentrée idéologique
Dans Le Monde Maryline Baumard se demande qui sont les 426 700 personnes qui l’ont consulté en 2011. Et pourquoi elle a été téléchargée 8900 fois. De quoi parle t-on ? De la “circulaire de rentrée”. Celle qui définit les priorités de la rentrée 2012 vient d’être publiée sur le site du ministère. Pour François Jarraud, le rédacteur en chef du Café pédagogiqueplus qu'un texte préparatoire de la rentrée, la nouvelle circulaire publiée au B.O. du 29 mars, relève d'abord des textes idéologiques. ”. Et aussi de la communication tant le texte rédigé par la Degesco vante un bilan sans nuances de l’action du ministre quitte à tordre un peu les chiffres et la réalité.
Il y a malgré tout quelques annonces dans cet énorme texte de 16 pages. Mais celles ci sont aussi marquées par l’idéologie. Par exemple, la circulaire de rentrée consacre le retour des évaluations en maternelle. On se souvient qu’il y a quelques mois, un projet dévoilé “trop tôt” proposait de classer les enfants de maternelle en “à haut risque”, “à risque et “RAS”. Devant la levée de boucliers, le ministère avait remisé ce projet. Mais il ressort sous une autre forme dans cette circulaire. Il s’agit d’un "dispositif parmi d'autres, offert aux enseignants comme un outil pédagogique",explique Jean-Michel Blanquer, le directeur de l'enseignement scolaire à l'origine du projet. Y est préconisée non plus une "évaluation" à proprement parler, mais une phase d'"observation" des besoins des élèves, menée par les enseignants au premier trimestre de la grande section avec une grille de dix compétences. S'ensuit la mise en place d'une "aide différenciée", soit dans la classe - en petits groupes -, soit dans le cadre de l'aide personnalisée. Le psychologue Serge Boimare interviewé par le Monde s’insurge contre cette dérive. “Il faut des évaluations pour savoir où les enfants en sont. Mais je veux aujourd'hui insister sur la perversion qui s'insinue au cœur même des évaluations depuis quelques temps. Tant qu'on voudra s'en servir pour comparer le travail pédagogique mené dans une école, tant qu'on voudra comparer les enseignants à partir des résultats obtenus par les enfants, ou comparer les écoles entre elles, on n'arrivera à rien. Au contraire, on augmente comme cela la peur qu'ont les enseignants et on les pousse à faire bachoter les petits enfants pour qu'ils obtiennent de bons scores dans ce qu'ils appellent des "usines à cases".
Autre aspect très idéologique dans cette circulaire, l’acharnement contre les sciences économiques et sociales. La circulaire de rentrée précise à propos des enseignements d'exploration en seconde : “Afin de donner aux élèves une culture économique indispensable à la compréhension du monde actuel et de renforcer le caractère non déterminant du choix opéré pour l'un des deux enseignements proposés dans ce domaine, l'offre, à titre expérimental, d'un enseignement à caractère économique mettant en jeu les éléments relevant à la fois des « sciences économiques et sociales » et des « principes fondamentaux de l'économie et de la gestion », peut être envisagée.”. En gros, c’est la préparation d’une fusion entre les enseignements de SES et ceux de STG pour résoudre ainsi (dans une pure logique managériale) le problème des choix d'options et des enseignants qui en sont chargés.
On trouve bien d’autres choses encore dans cette circulaire de rentrée. Comme l’affirmation, sans rire, que “les classes de 3e découverte professionnelle 6 heures (DP6) deviennent des classes préparatoires aux formations professionnelles afin d'améliorer l'offre pédagogique et éducative et de l'adapter aux réalités locales, sans préjuger de l'orientation des élèves en fin d'année ”. Ben, voyons....
Il y aussi de beaux passages sur la formation initiale des enseignants où se mélangent la langue de bois, la propagande gouvernementale et une conception très réductrice du métier… Rappelons que cette circulaire de rentrée est supposée aussi incarner une certaine continuité du service public. Mais qu’au final elle apparaît de plus en plus comme un instrument de propagande au service d’une politique partisane.


Déclarations
Cette dimension partisane, on la retrouve évidemment dans les propos du ministre. Celui ci est interviewé par le Figaro (et notamment par sa “journaliste” vedette, Natacha Polony). Luc Chatel s’y réjouit que le thème de l'école prenne toute sa part dans la campagne présidentielle, et il revient sur les différences entre les programmes PS et UMP. Selon Luc Chatel, Nicolas Sarkozy s'oppose au "pédagogisme qui a réformé les méthodes d'apprentissage en laissant croire trop souvent que l'élève était aussi bon que le maître ". 
Selon lui, le défi des enseignants est d' "être capable d'accompagner l'excellence autant que de repérer ceux qui vont décrocher." Et il poursuit "Arrêtons avec la vieille idéologie gauchiste qui prône l'égalitarisme partout. Avec le président nous sommes au contraire pour l'équité: faire ce qui est juste en fonction des besoins au plus près du terrain."
On retrouve la même veine dans le débat qui l’oppose à Vincent Peillon, responsable du pôle Education, enseignement supérieur, recherche et jeunesse dans l'équipe de François Hollande dans les colonnes du journal Les Échos. Il s’y livre à une défense sans réserve de la politique menée en matière d’éducation depuis cinq ans. Il y entonne aussi le refrain de la “personnalisation” avec le slogan “passer d’une école pour tous à une école pour chacun. Face à lui, Vincent Peillon déroule les objectifs du projet socialiste : “une remise à plat des rythmes scolaires, le rétablissement de l'année de formation des maîtres supprimée par la majorité sortante, une priorité à la maternelle et à l'élémentaire, et de nouvelles pratiques pédagogiques. ” Puis il réfute la critique de l’égalitarisme en rappelant que “l'égalitarisme n'est pas le problème de la France, puisque toutes les études montrent que nous avons l'un des systèmes les plus inégalitaires de tous les pays de l'OCDE. C'est à dire où les déterminants socio-économiques décident des destins scolaires.”. Et il ajoute que ”Je crains que le projet de la droite ne conduise au contraire qu'à durcir cette «machine à trier» qu'est devenu notre système scolaire. La fin du collège unique en serait un signe criant.”. Le débat, très intéressant et éclairant, porte aussi sur les aspects quantitatifs et chacun s’empare des chiffres de l’éducation au service de sa propre thèse.
Dans les déclarations des derniers jours, il faut signaler le rétropédalage de François Hollande sur le bac numérique. Ou encore ses propositions sur les classes préparatoires où il promet que les 5 % meilleurs élèves de chaque lycée auraient leur entrée en classe préparatoire.
On notera aussi que Nicolas Sarkozy surprend en proposant de créer des conseils de soutien dans les écoles. Avec cette mesure, il entend mieux soigner la grande difficulté scolaire alors que dans le même temps, on supprime les RASED. Le candidat souhaite que "chaque directeur d'école puisse avoir une enveloppe de crédit pour aider et suivre plus particulièrement, avec les spécialistes nécessaires, les enfants en difficulté, en maternelle et en primaire". Au passage on notera la prédilection du candidat pour les “enveloppes”… Mais pour rester sérieux, on remarquera surtout, comme le fait Marie Caroline Missir dans L’Express que ces conseils qui seraient pilotés par le directeur de l'école, en lien étroit avec les communes et réuniraient des orthophonistes, des assistantes sociales, des psychologues scolaires supposent une plus grande autonomie des acteurs et des structures scolaires (et de créer ainsi des établissements primaires autonomes sur le modèle du secondaire) Ce qui est justement un des axes du programmes éducatif de Nicolas Sarkozy.
Si certains disaient il y a quelques mois que les programmes se ressemblaient. On s’aperçoit aujourd’hui que ce sont deux conceptions de l’École qui s’affrontent.

Tribunes
La “machine à trier”, cette expression utilisée par Vincent Peillon se retrouve en titre d’une des nombreuses tribunes parues ces derniers jours. Les auteurs (Françoise Cartron, Eric Favey, Yves Fournel, Jean-Jacques Hazan) affirment en titre : L'école ne doit pas être une machine à trier nos enfants . Il s’agit en fait d’une tribune pour promouvoir l’appel de Bobigny qui regroupe un très grand nombre d’associations, syndicats et mouvements pédagogiques. Ils évoquent notamment une “Ecole refondée coopérant avec les autres acteurs éducatifs et culturels. Cette Ecole doit déjà se constituer pour la scolarité obligatoire portée au moins à minima de 3 à 16 ans par une articulation renforcée et effective de l'école primaire - maternelle et élémentaire - et du collège qui assure une réelle continuité dans les contenus, les apprentissages et l'organisation, respectant ce que l'on sait maintenant des meilleurs rythmes pour apprendre. Cette nouvelle Ecole de la scolarité obligatoire doit être précédée d'un véritable service public de la petite enfance sur l'ensemble du territoire, ouvrir aux différentes voies du lycée reconnues en égale dignité et s'inscrire dans des projets éducatifs de territoires reconnus par la loi
Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU (signataire de l’appel de Bobigny) s’exprime dans une tribune de Libération et propose un nouveau pacte éducatif entre l'école et la société . Elle évoque deux grands axes d’action. “D'une part il faut agir dans la classe, car c'est là que se jouent les apprentissages. Il faut donc permettre un autre exercice des métiers de l'éducation pour, tout au long de la scolarité, prévenir les difficultés sur le temps scolaire, et en diversifiant les pratiques.
Cela passe par le développement de pratiques professionnelles permettant une meilleure prise en charge de tous les élèves: travail en équipe, en petits groupes, interdisciplinaire, co-interventions sur un groupe classe, Rased, reconnaissance du temps de concertation des personnels.
” Elle estime également nécessaire de refonder l’éducation prioritaire. Et propose aussi de passer le palier de la scolarité obligatoire de 16 à 18 ans. Enfin, selon elle “Il est nécessaire aujourd'hui de repenser les contenus d'enseignement pour que tous les élèves y trouvent sens et pour qu'ils répondent mieux aux exigences de notre temps. Ils doivent intégrer toutes les dimensions d'une culture commune conçue pour tous et pour chacun. ”.
Culture commune et pas “socle commun, voilà un débat qui n’est pas que sémantique et qui risque de polluer les prochains mois. Alors que deux syndicats et des mouvements pédagogiques (dont le CRAP) lancent un appel pour refonder le socle commun et son ambition démocratique , d’autres considèrent que ce dispositif mis en place par la loi d’orientation de 2005, doit être dépassé ou supprimé.
Ainsi, l’ancien responsable du Snes, Denis Paget s’exprime dans ce sens dans une interview pour l’Humanité. Partisan du Front de Gauche, il déclare : “Alors que certaines forces qui se réclament de la gauche défendent bec et ongles le socle commun de compétences, le rôle du Front de gauche sera d’imposer une idée beaucoup plus ambitieuse de l’école.”. Sans vouloir polémiquer, on peut rappeler que le socle commun a pour ambition justement d’être “commun”, c’est à dire pour tous. Et l’on rappellera aussi qu’il ne faut pas confondre “plancher” et “plafond”.

Appuyez sur le bouton…
Courrier International nous apprend que la ville de Cardiff espère avoir trouvé la solution pour éviter que les adolescents errent dans la rue le soir et la nuit. 
En effet, les pouvoirs publics envisagent d'installer des réverbères spéciaux qui font ressortir les boutons pour leur “mettre la honte”...
Ce projet a reçu le soutien de la police mais s’est attiré les foudres de l’Agence nationale pour la jeunesse, note le Daily Mirror.
Les lampes à acné sont la dernière armes des municipalités pour lutter contre les comportements antisociaux, rappelle le tabloïd londonien. L’alarme Mosquito, lancée en 2005, émettait un son suraigu audible uniquement des moins de 25 ans. Certains centres commerciaux ont diffusé de la musique classique pour calmer les jeunes et prévenir les comportements antisociaux. La police des West Midlands a ainsi constaté une chute spectaculaire du nombre d’ados s’attardant dans les lieux publics après avoir diffusé du Beethoven sur des haut-parleurs.
Je propose, pour la prochaine étape, la diffusion d’exos de maths et la projection de verbes irréguliers en bas des immeubles…

Revalo
Selon nos informations, la campagne électorale pourrait avoir des conséquences inattendues pour les enseignants. Conscient de sa faible popularité auprès des enseignants, Nicolas Sakozy devrait annoncer dimanche prochain une prime exceptionnelle à destination des enseignants. Cette annonce devrait se faire à Marseille, sur le vieux port , lors d’un déplacement électoral. L’équipe de campagne du président-candidat, jamais à court de “coups médiatiques”, hésite encore entre une prime immédiate de 12,5% ou l’annonce d’une revalorisation du point d’indice. Mais comme le disait le grand philosophe du XXe siècle, Charles Pasqua : les promesses n’engagent que ceux qui y croient. On verra bien dimanche !

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 30/03/12(certains articles payants)


Hollande rétropédale sur le bac numérique
Le candidat PS annonce la création d'une 4e filière, numérique, au bac. Avant de voir son équipe corriger le tir.
Lire la suite de l’article


Carte scolaire, sombre bilan pour Sarkozy
L’assouplissement de 2008 visait plus de mixité. A Paris et sa banlieue, il a en réalité creusé les inégalités.
Lire la suite de l’article


Toulouse La Reynerie : le collège ZEP déshabillé
La grève préventive des 13 mars et suivants n'a prévenu de rien du tout. Les personnels du collège ZEP de la Reynerie à Toulouse craignaient que le Rectorat et l'Inspection Académique de Haute Garonne ne suppriment un poste de Conseiller Principal d'Education (CPE) et un poste de documentaliste dans l'établissement. 
La décision de la Commission technique paritaire est tombée hier lundi 26 mars: ces suppressions seront bien exécutées.
Lire la suite de l’article


L’école, «un des derniers lieux de brassage social»
Des parents luttent contre les préjugés pour que les familles ne désertent pas les établissements décriés.
Lire la suite de l’article


Pour un nouveau pacte éducatif entre l'école et la société par BERNADETTE GROISON, secrétaire générale de la FSU
La FSU propose de nouvelles manières d'enseigner et l'allongement de la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans.
Lire la suite de l’article


"Monsieur le Président, cette récompense, je n'en veux plus"
Henri Lanta, professeur de Sciences économiques et sociales (SES), est une figure respectée du monde enseignant. Aujourd'hui à la retraite, il est l'un des grands défenseurs de cette discipline, régulièrement attaquée par la droite et les milieux de l'entreprise qui la jugent trop sociologique, voire gauchiste. Il est aussi une référence historique - en 1967, il fut aux tout débuts de la série B (économique), prédécesseure de la série ES (économique et sociale).Pour marquer son désaccord avec la politique éducative du quinquennat et ses effets qu'il juge désastreux, il a décidé un geste spectaculaire: rendre ses Palmes académiques et envoyer un courrier à Nicolas Sarkozy expliquant pourquoi.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/03/12 (certains articles payants)


Réforme de la carte scolaire : des parents sont déçus
Un nouveau rapport montre que l'assouplissement de la carte scolaire est loin d'avoir satisfait les parents.
Lire la suite de l’article


Trop d'enfants de stars au French Lycée de New York ?
Julien Balkany, candidat indépendant de droite dans la circonscription des Français de l'étranger aux États-Unis et au Canada voudrait que l'établissement donne la préférence aux écoliers français.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel : «Hollande est prisonnier de l'archaïsme»
INTERVIEW - Le ministre de l'Éducation nationale se réjouit que le thème de l'école prenne toute sa part dans la campagne présidentielle, et revient sur les différences entre les programmes PS et UMP.
Lire la suite de l’article


Classes prépas: Hollande recycle des idées de Sarkozy
S'il est élu, François Hollande souhaite que chaque lycée de France envoie 5 à 6% de ses élèves en classe préparatoire aux grandes écoles.
Lire la suite de l’article


New York bannit de l'école les mots politiquement incorrects
Un texte du département de l'éducation de la ville de New York veut éviter les mots et les concepts qui pourraient choquer les élèves.
Lire la suite de l’article


Cyber-plagiat : «À l’étranger, nos devoirs passent au détecteur»
Un professeur de français a récemment piégé ses élèves en «pourrissant le web» afin de leur montrer le danger que peut représenter le simple copier/coller et le plagiat. Cette action, saluée par beaucoup, suscite de nombreuses interrogations sur l’utilisation d’Internet pour les devoirs scolaires. Étudiants, parents et professeurs ont réagi sur LeFigaro.fr.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 30/03/12



Les élèves de maternelle seront bien évalués
Qu'est-ce qu'un "outil d'observation des besoins" ? C'est tout simplement la version repensée, discutée et amendée, des évaluations d'élèves que le ministère de l'éducation nationale comptait imposer en grande section de maternelle et que Le Monde avait dévoilées le 13 octobre 2011.
Lire la suite de l’article


Serge Boimare : "Halte aux évaluations qui normalisent les apprentissages "
Les " évaluations de maternelle " ne s'appellent plus des évaluations, mais des outils d'observation des compétences. Le projet que voulait sortir le ministère de l'éducation, et dont Le Monde avait eu connaissance en octobre 2011, a été retravaillé avec des scientifiques. La banque d'outils à destination des enseignants a été discutée avec les représentants des syndicats enseignants. Et pourtant, avant même leur publication, le cadrage proposé par la circulaire de rentrée suscite encore un émoi. Pourquoi ? Un entretien avec le psychopédagogue Serge Boimare permet d'y voir plus clair. Ce dernier travaille avec des groupes d'enseignants et reçoit en cabinet nombre d'enfants confrontés à des difficultés d'apprentissages.
Lire la suite de l’article


L'école ne doit pas être une machine à trier nos enfants Par Françoise Cartron, Eric Favey, Yves Fournel, Jean-Jacques Hazan
Il y a 130 ans, par la loi du 28 mars 1882, la République rendait "l'instruction primaire obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers âgés de 6 à 14 ans révolus". Depuis, l'instruction obligatoire a été étendue jusqu'à 16 ans, reconnue dans les textes internationaux par l'article 28 de la Déclaration universelle des droits de l'homme ou la convention internationale des droits de l'enfant. Elle figure dans le préambule de notre constitution : "La nation garantit l'égal accès de l'enfant à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat."
Lire la suite de l’article


Polytechnique veut faire payer les pantouflards
Révolution à Polytechnique. A partir de la promotion 2013, les diplômés qui iront travailler dans le privé rembourseront leur scolarité, soit maximum 45 000 euros. L'école s'y est engagée le 23 mars en signant avec le ministre de la défense, Gérard Longuet, son "contrat d'objectifs et de performance 2012-2016".
Lire la suite de l’article


Soutien scolaire, le cheval de bataille de Borloo auprès de Sarkozy
"Borloo is back", salue le journaliste Thierry Guerrier, mardi 27 mars à 8 h 20, sur Europe 1. De retour auprès du candidat Nicolas Sarkozy pour "redonner un peu de vigueur à l'aile sociale", souligne le journaliste radio : Jean-Louis Borloo, président du Parti radical et ancien ministre de l'écologie, accompagne le président-candidat pour un meeting à Nantes, mardi 27 mars.
Lire la suite de l’article


Le bilan mitigé de l'"accompagnement éducatif" de Sarkozy
Des enseignants plus présents dans les établissements scolaires pour un meilleur accompagnement individuel des élèves ; c'était l'idée de Nicolas Sarkozy depuis 2007 et le président-candidat poursuit dans cette voie. Pourtant, ce principe, déjà appliqué grâce à certains dispositifs, n'a pas pleinement prouvé son efficacité auprès des élèves ni sa popularité chez les enseignants.
Lire la suite de l’article


Classes prépas : Hollande avance sur un terrain labouré par la droite
Hollande a promis que les 5 % meilleurs élèves de chaque lycée auraient leur entrée en classe préparatoire. Sans passer par la case sélection.
Lire la suite de l’article


Politiques d'innovation dans l'éducation : y'en a un qui a triché !
Saviez-vous qu'il y avait innovation et... innovation. D'un côté il y a celle que labélise le ministère. De l'autre, il y a l'innovation qui remonte du terrain sans filtre institutionnel.
Lire la suite de l’article


Recherche candidat capable de sauver l’école
L’éducation est au centre des débats de l’élection présidentielle, mais n’est pas chère au cœur des candidats, selon les auteurs de Qui va sauver l’école ?, paru le 1er mars. Il manque cette flamme qui pourrait pourtant provoquer un réel changement positif dans l’éducation nationale.
Lire la suite de l’article


Qui sont les 426 700 fans de la circulaire de rentrée?
Le "best-clicker" 2012 est en ligne ! Vous imaginiez, vous, que la circulaire de rentrée, qui annonce tout ce qui va changer dans les classes en septembre 2012, était hyper consultée ?
Vous vous doutiez que cette trentaine de feuillets, à l’effort de maquette façon page-du-Monde-des-années-1950, rédigés dans le plus pur style « volapuk ednat » ont été consultés… 426 700 fois en 11 mois en 2011-2012, et le bulletin officiel qui la contenait téléchargé 8900 fois. Evidemment,ça c’est pour ceux qui voulaient la comprendre. Ce qui nécessite de la garder à portée de regard.
Lire la suite de l’article


La réforme de l'enseignement supérieur est devant nous, pas derrière Par Emmanuel Zemmour, président de l'Unef
En réaction à un sondage très sévère sur le bilan du quinquennat en matière de politique universitaire, Laurent Wauquiez, actuel ministre de l'enseignement supérieur, a regretté mercredi dernier un déficit de pédagogie en direction de la population. Il faut pourtant reconnaître au ministre que l'agitation tout azimut de son gouvernement a permis de remettre les universités au centre de l'enseignement supérieur, au détriment des grandes écoles. Mais les grands défis universitaires réclament autre chose qu'une simple effervescence dénuée d'objectifs politiques clairs. A force de privilégier la forme aux objectifs, le gouvernement aura passé cinq années à réformer au service des directions d'établissements, sans jamais répondre réellement aux besoins de la population étudiante.
Lire la suite de l’article


Mélenchon lance un "appel pour une politique de l'enfance émancipatrice"
Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle, a lancé mercredi 28 mars avec des acteurs de l'enfance un "appel pour une politique de l'enfance bienveillante et émancipatrice", jugeant que Nicolas Sarkozy "a enfermé l'enfance dans une vision punitive et coercitive" pendant cinq ans.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 30/03/12



Remplacement en EPS : Au mois de mars, on arrête tout ? (Snep-FSU)
Le SNEP Aquitaine vient d’être informé par le rectorat d’une situation inédite. Nous avons déjà été alerté par des collègues, par l’annonce faite par le directeur académique de gironde au CTSD du 21/03, par un courriel du rectorat à un chef d’établissement précisant : « nous vous confirmons que pour le remplacement dans la discipline EPS, nous devons appliquer un délai de carence d’un mois » et nous avons eu confirmation au CTA (Comité Technique Académique) du 26/3 : en EPS, les enseignants ne seront remplacés que s'ils sont absents plus d'un mois ! Auparavant ce « délai de carence » était de 15 jours.
Lire la suite de l’article


« Redonner à l’école ses vertus humaines »
Le Front de gauche organise demain à Blois un débat sur « L’école de demain »Ancien responsable du Snes, Denis Paget décrypte cet enjeu majeur de la campagne électorale.
Lire la suite de l’article


Les devoirs, quel casse-tête !
Interdits à l’école primaire et 
peu efficaces, 
les devoirs 
à la maison restent une pratique pourtant bien ancrée. Deux organisations 
ont lancé hier une « quinzaine » pour débattre du sujet.
Lire la suite de l’article


Débattez des programmes !
Syndicats et associations pédagogiques lancent un appel pour exiger une élaboration « plus démocratique » des programmes scolaires.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 30/03/12



Val d'Oise : une lycéenne mise à l'écart pour une jupe trop longue
Une lycéenne se voit reprocher une tenue «à connotation religieuse» par son établissement scolaire. L’adolescente de 18 ans n’aurait pas été acceptée en classe depuis lundi à cause d’une jupe jugée trop longue et trop sombre par la communauté éducative du lycée Edmond-Rostand à Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise).
Lire la suite de l’article


Créteil : un prof de maternelle mis en examen pour agressions sexuelles
Un professeur de l’école maternelle Chateaubriand à Créteil (Val-de-Marne) a été mis en examen le 21 mars pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans, a-t-on appris ce vendredi. Cet enseignant de moyenne section âgé de 48 ans a reconnu face aux enquêteurs avoir abusé de trois ou quatre fillettes de sa classe au sein même de l’établissement.
Lire la suite de l’article


Un stage aventure pour les élèves difficiles
Neuf adolescents en réinsertion scolaire rentrent à Nanterre après quatre jours d’exercice et de sport au grand air. Sur un satisfecit général.
Lire la suite de l’article


Cergy : La formation des profs en question
Des sénateurs étaient à l’inspection académique hier pour une mission sur la formation des enseignants. Le Val-d’Oise est décrit comme novateur en la matière.
Lire la suite de l’article


Législatives: un candidat ne veut pas d'enfants de stars au lycée français de NY
Les enfants de Madonna, d'Angelina Jolie et du milliardaire Donald Trump, vont peut-être devoir changer d'école. C'est en tout cas le souhait, s'il est élu, de Julien Balkany, un candidat d'Amérique du Nord aux législatives françaises, par ailleurs demi-frère de Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Il estime que ces enfants de stars devraient quitter le lycée français de New York et laisser leurs places à des enfants français.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 30/03/12



Langues régionales : Des manifestations dans tout l'Hexagone
Samedi, les défenseurs des langues et cultures régionales appellent à manifester sur tout le territoire. Leur revendication ? Acquérir pleinement la reconnaissance de cette diversité linguistique et culturelle française.
Lire la suite de l’article


Polytechnique : Si tu ne fais pas 10 ans dans le public tu payes !
L'Ecole Polytechnique va faire rembourser à ses anciens étudiants leurs frais de scolarité s'ils ne restent pas au moins 10 ans au service de l'Etat, a expliqué jeudi son directeur, le général Xavier Michel.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 30/03/12



Du ciné-club en kit
Une plate-forme Internet permet aux lycéens d’organiser des projections de classiques du cinéma mais aussi de captations de spectacles vivants.
Lire la suite de l’article


Cosette et Gavroche, toujours populaires
Il y a cent cinquante ans paraissaient « les Misérables ». Aujourd’hui encore, les collégiens et lycéens se laissent émouvoir par les personnages du roman phare de Victor Hugo.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 30/03/12



Grandes écoles : l'X va faire rembourser ses élèves qui passent au privé
L'Ecole polytechnique va faire rembourser à ses anciens étudiants leurs frais de scolarité s'ils ne restent pas au moins dix ans au service de l'Etat, a indiqué hier son directeur, le général Xavier Michel. Actuellement, quelques anciens élèves remboursent déjà les frais de scolarité, à hauteur de 45.000 euros. Les élèves polytechniciens sont payés 870 euros par mois durant leur scolarité, qui est de quatre ans et demi.
Lire la suite de l’article


Ecole : le duel Peillon-Chatel
Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, débat autour des différents projets pour l'école avec Vincent Peillon, responsable du pôle Education, enseignement supérieur, recherche et jeunesse dans l'équipe de François Hollande.
Lire la suite de l’article


Devoirs à la maison : Chatel dénonce la « démagogie » de la FCPE
Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, « juge démagogique » l'appel de la fédération de parents d'élèves FCPE à faire pendant quinze jours la grève des devoirs à la maison dont elle met en doute l'utilité.
Lire la suite de l’article


Fin du collège unique : le big bang de Sarkozy
Le président-candidat veut profondément remodeler le collège avec des enseignants polyvalents en sixième et cinquième et un choix vers la voie professionnelle dès la quatrième.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 30/03/12



Pour la 2e année consécutive, une jeune Rom meilleure apprentie de France
NANTES - Pour la deuxième année consécutive, le concours des meilleurs apprentis de France a distingué une jeune femme d'origine rom, Cristina Dimitru, qui remporte la médaille d'or un an après Linda Mihai, dont l'histoire emblématique avait été rendue publique en décembre 2011.
Lire la suite de l’article


Mélenchon lance un "appel pour une politique de l'enfance émancipatrice"
Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle, a lancé mercredi avec des acteurs de l'enfance un "appel pour une politique de l'enfance bienveillante et émancipatrice", jugeant que Nicolas Sarkozy "a enfermé l'enfance dans une vision punitive et coercitive" pendant cinq ans.
Lire la suite de l’article


Hollande veut que "tous les lycées" de France envoient des élèves en prépas
François Hollande a proposé d'envoyer 6% des élèves de terminale de chaque lycée en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE), poursuivant un objectif de diversification sociale et territoriale, même si le gouvernement assure avoir déjà beaucoup fait en la matière.
Lire la suite de l’article


François Kalfon: «La jeunesse se caractérise d'abord par sa défiance vis-à-vis de la politique»
François Kalfon, membre du Bureau national du PS, et auteur de «Que faisons-nous de leurs vingt ans?», Ed. Michalon, répond aux questions de 20 minutes.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 30/03/12



Elections étudiantes : le GUD fait son come-back (raté)
Blousons en cuir, crânes rasés ou cheveux ras, et parapluie ou casque de scooter à la main en cas de bagarre... Impossible de manquer les membres de l’Union défense de la jeunesse (UDJ) – vitrine du Groupe union défense (GUD) –, massés sur le trottoir en face du centre Assas, l’une des antennes de l’université Paris-II, mercredi 28 mars.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 30/03/12



Bruz. Un adolescent de 14 ans arrive ivre au collège
Ce vendredi matin, un collégien de 14 ans est arrivé fortement alcoolisé au collège Saint-Joseph, à Bruz (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes.
Lire la suite de l’article


Une élève de 15 ans accouche dans un lycée à Lisieux
Une élève de 15 ans a accouché au lycée Paul-Cornu, à Lisieux, le 22 mars dernier. Prise de nausées, elle s’est dirigée vers les toilettes. Lorsque les secours sont arrivés sur place, alertés par un ses camarades, la jeune fille avait déjà accouché. La maman et le bébé ont été transportés au centre hospitalier de Lisieux. Le bébé est en bonne santé. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lisieux pour savoir si la relation sexuelle était consentie ou non.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 30/03/12



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/03/12


Autisme: un scandale français
Dans son numéro d'avril 2012, Sciences et Avenir enquête sur le retard français dans la prise en charge de l'autisme et le rôle joué par la psychanalyse. Décryptage de ce dossier avec Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS.
Lire la suite de l’article


Le sport à l’école souffre du désengagement de l’Etat
Avec trois heures hebdomadaires d’éducation physique au collège, la France n'a pas à rougir par rapport à ses voisins. Mais elle manque d’infrastructures.
Lire la suite de l’article


Autisme : j'enseigne le piano à des jeunes pour les aider dans le handicap
L'expression "la musique adoucit les mœurs" a pris toute sa dimension le jour où Françoise Dorocq a constaté les bienfaits du piano auprès des jeunes autistes. 20 ans après, la présidente de l'association A.P.T.E-Autisme revient sur le chemin parcouru.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 30/03/12


"Supprimer les devoirs à la maison accentue les inégalités"
Le site Internet "Ce soir pas de devoirs" relance le débat sur l'utilité du travail à la maison. Pour notre internaute dauphin3, le travail scolaire à domicile n'aide pas les élèves les plus défavorisés.
Lire la suite de l’article


Sarkozy propose du soutien aux élèves en difficulté
Nicolas Sarkozy surprend en proposant de créer des conseils de soutien dans les écoles. Avec cette mesure, il entend mieux soigner la grande difficulté scolaire. Une proposition inspirée par son ancien ministre et nouveau soutien Jean-Louis Borloo.
Lire la suite de l’article


Affaire Merah: procédure disciplinaire engagée contre une autre professeure
Une professeure lyonnaise aurait dit que Mohamed Merah "avait de bonnes raisons" de tuer. Une procédure disciplinaire a été engagée par le rectorat. Le 23 mars, une enseignante de Rouen avait été suspendue après avoir demandé une minute de silence pour le terroriste.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 30/03/12


Vive la pension !
Quelles sont les motivations des jeunes pour demander d'aller en internat ? Aide-t-il vraiment les jeunes à construire leur avenir ? Comment les collectivités territoriales prennent-elles en charge ces nouvelles demandes ? Maryline Baumard revient sur les points importants de son enquête.
Lire la suite de l’article


La circulaire de rentrée confirme la globalisation et l'orientation précoce
Cet énorme texte de 16 pages comprend peu de mesures concrètes. Mais il organise la globalisation et l'orientation précoce au collège et l'alternance en lycée professionnel.
Lire la suite de l’article


Maternelle : Chatel propose des outils inacceptables selon le Snuipp et le Se-Unsa
Le programme d'aide aux élèves de grande section présenté dans la circulaire de rentrée mobilise le Snuipp après avoir été dénoncé par le Se-Unsa.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 30/03/12


Les parents de la PEEP interpellent les candidats et décrivent leur école idéale
"L’École se doit de reconnaître la place qui revient naturellement aux parents d’élèves en son sein" et "dans chaque école et établissement, des espaces doivent être réservés aux parents. L’école doit devenir un lieu de vie, un lieu où les représentants de parents de l’école ou de l’établissement pourront recevoir les autres parents." C'est l'une des propositions des parents d'élèves de la PEEP à l'occasion de la présidentielle.
Lire la suite de l’article


Innovations : ce que l'Education nationale met en exergue
La seconde édition des "journées de l'innovation" permettent à l'Education nationale (direction de l'enseignement scolaire) de mettre en valeur les initiatives prises par un certain nombre d'établissements scolaires. Voici quelques unes de celles qui sont présentées actuellement dans les locaux de l'UNESCO.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 30/03/12


Education prioritaire, le grand désarroi
Deux enseignantes parlent du métier en zone d'éducation prioritaire, de leurs attentes et de l'élection présidentielle. Sandy, professeur d'éducation physique et sportive, enseigne à Aulnay-sous-Bois. Claire, professeur d'anglais à Fontainebleau, a fait partie des nombreux profs séduits, en 2007, par le discours très ferme de Nicolas Sarkozy sur l'école
Lire la suite de l’article


Les devoirs, un impératif catégorique? Par Claude Lelièvre
On pourrait le croire à voir la pratique des ‘’devoirs’’ à la maison perdurer dans l’enseignement primaire, alors que des décisions ministérielles l’ont en principe interdit, et depuis longtemps. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels: « Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail ne peut qu’apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l’équilibre nerveux des enfants. Enfin, le travail écrit, fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu’un intérêt éducatif limité. En conséquence, aucun devoir écrit ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif ».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Huffington Post du 30/03/12



Crise de l'autorité: reconstruire la promesse scolaire Par Philippe Meirieu
La question de l'autorité en éducation, et, particulièrement dans le système scolaire, fait, à nouveau, son entrée dans la campagne électorale. Comme il y a cinq ans, Nicolas Sarkozy et son entourage fustigent l'héritage de Mai 68, dans lequel ils voient l'origine de tous nos maux... tandis que Marine Le Pen, dans son sillage, mobilise les lieux communs les plus éculés pour stigmatiser les pédagogues et la pédagogie, qui auraient, à ses yeux, aboli toute exigence, sacrifié la culture au profit de l'animation socioculturelle, détruit toute forme de civilité au prétexte de "formation à la citoyenneté" et, finalement, livré notre Ecole à la tyrannie de petits caïds qu'on imagine facilement basanés...
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------
Slate.fr du 30/03/12



Devenir prof: «Qui ça fait rêver aujourd’hui?»
Le nombre de candidats aux concours de l’enseignement est en chute libre, et certains postes ne sont mêmes plus pourvus. Pourquoi le métier de professeur ne fait-il plus rêver?
Lire la suite de l’article


EDUCATION: CAFOUILLAGE DE FRANÇOIS HOLLANDE SUR LE BAC NUMÉRIQUE
Aussitôt annoncée, aussitôt enterrée. Dans une interview donnée à Femme Actuelle à paraître le 2 avril, François Hollande annonce la création «d’une nouvelle filière, au côté de S, ES ou L, orientée vers le numérique», rapporte Europe 1.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 30/03/12


Les universités de l’académie de Créteil se mobilisent pour informer sur les métiers de l’enseignement
Trois des quatre universités de l’académie de Créteil – UPEC, Paris-Nord et Paris 8 – organisent conjointement le premier Forum académique des métiers de l’éducation et de l’enseignement, le samedi 31 mars 2012, au Parc floral de Vincennes. Une opération qui dépasse les simples journées portes ouvertes dans les IUFM, alors que cette académie est une des premières à accueillir les jeunes enseignants titularisés.
Lire la suite de l’article


Maria Helena Nazaré, présidente de l’EUA : «L’Education m’apparaît de plus en plus comme un bien semi-public »
Elue en 2011 à la tête de l’Association européenne des universités (EUA), la Portugaise Maria Helena Nazaré a pris ses fonctions au congrès annuel de l'EUA qui s’est déroulé les 22 et 23 mars 2012 à l’université de Warwick, au Royaume-Uni. Elle revient pour Educpros sur les questions de financement des universités alors qu'elle débute un mandat de trois ans.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 30/03/12



Précaires de l'Education nationale : le Snes-FSU demande un plan de titularisation
Dans une lettre ouverte, le Snes-FSU a interpellé les candidats à l'élection présidentielle sur la situation des pré­caires de l'Education nationale et a réclamé un grand plan de titularisation.
Lire la suite de l’article


Carte scolaire : l'assouplissement de Sarkozy a creusé les inégalités entre établissements
Une étude réalisée par la Halde et la Depp révèle que l'assouplissement de la carte scolaire a contribué à creuser les inégalités entre établissements dans la région parisienne.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

mardi, mars 27, 2012

Revue de presse du lundi 26 mars 2012

.


Pas de devoirs ? – “Je suis prof et je ne veux pas pourrir”- Une “patience de caillou” -


Pas de devoirs
La presse se fait assez largement l’écho de l’initiative prise par la FCPE et l’ICEM-Pédagogie Freinet d’une quinzaine Ce soir, pas de devoirs !. Le Parisien fait même sa Une sur ce sujet. Comme Le Monde le rappelle, c’est une nouvelle campagne pour un (très) vieux débat. Car dans un communiquépublié sur un site dédié , FCPE et ICEM rappellent que les devoirs écrits sont interdits dans le primaire depuis 1956. Et les deux organisations affirment rejeter “cette forme de « sous-traitance pédagogique » aux familles, qui, en outre, est cause de conflits quasi quotidiens entre parents et enfants. ” Et ils affirment : “il faut que les enfants montrent à la maison ce qu’ils ont fait en classe, pas qu’ils montrent en classe ce qu’ils ont fait à la maison. ”. Le Monde rapproche cette initiative de celle d’ ATD Quart monde, à l'origine d'une plate-forme "Construire ensemble l'école de la réussite de tous !" où l’on rappelait aussi que le travail scolaire à la maison est "source de grandes inégalités". Pour y remédier, "le temps scolaire doit englober les apprentissages scolaires et travaux personnels habituellement faits en dehors de l'école ou du collège, sous la responsabilité d'enseignants", selon le mouvement.
Dans Le Parisien, Claude Lelièvre, historien de l’éducation rappelle qu’autrefois dans le primaire, il y avait une étude mi-surveillée, mi-encadrée après la classe, assurée généralement par l’instituteur. Mais surtout il replace la question dans le cadre d’une réflexion plus globale sur les rythmes scolaires : “ Notre pays est une exception, dans la mesure où l’on en donne à l’issue d’une journée qui comporte déjà 6 heures de cours, l’une des plus longues dans le monde. ”. Mais pourquoi les maintient-on ? Comme la plupart de ses collègues Catherine, professeur des écoles en Alsace, interrogée par Le Parisien ne voit pas comment faire sans : “J’entends les remarques. Mais avec la baisse des heures de cours, le temps que l’on passe à faire de la discipline, les programmes de plus en plus lourds… On ne peut pas tout faire en classe. ” Mais pas question pour autant de surcharger ses élèves. “ Je donne des choses qui ont été vues et revues en classe, comme des opérations à faire et des verbes à conjuguer. Normalement, ce sont des choses qu’ils savent faire seul. C’est de l’entretien, des piqûres de rappel. Je ne donne jamais de nouvelles notions ”, explique Catherine.“ Les devoirs ont un intérêt pédagogique car ils permettent d’avoir un échange entre l’école et les familles. Ça permet aux parents de se rendre compte de ce que font leurs enfants en classe ”, estime quant à lui Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp-FSU, même s’il reconnaît le caractère inégalitaire.
Dans un communiqué diffusé ce lundi, Luc Chatel radicalise les positionnements en , jugeant “démagogique” l’action de la FCPE et de l’Icem. Pour le ministre de l’Education, “ce type d’initiative malheureuse abime la notion même de mérite républicain”. “Avec le pédagogisme, le renoncement à l'effort est l’un des grands maux qui ont trop longtemps affaibli notre École”, écrit-il. Avec de telles déclarations péremptoires et ineptes il est ensuite difficile d’avoir des positions nuancées…
Car la FCPE, l’ICEM, tout comme ATD-Quart Monde posent de vraies questions. Et les devoirs sont bien souvent en effet un objet de tensions familiales et un révélateur des inégalités sociales. Mais il y a une difficulté dans ce débat car on a tendance à entretenir la confusion entre les devoirs et les “leçons”. Qu’un élève de primaire ait des leçons à apprendre n’est pas interdit par la loi, ce qui l’est ce sont les devoirs écrits. Par ailleurs, il y a matière à une vraie question pédagogique sur la relation à construire avec les parents pour instituer un lien entre les savoirs de l’école, l’enseignant et la famille. La phrase relevée plus haut “il faut que les enfants montrent à la maison ce qu’ils ont fait en classe, pas qu’ils montrent en classe ce qu’ils ont fait à la maison. ” nous donne une piste à creuser pour tous ceux qui considèrent que la question “As-tu fait tes devoirs ? ” peut aussi être posée autrement. Comme l’écrivaient les coordonnateurs d’un n° des Cahiers Pédagogiques consacré à ce sujet : “ Entre l’enseignant qui a la paix parce qu’il ne donne plus de travail à faire et celui qui surcharge les élèves avec parfois les meilleurs sentiments du monde, il y a de la marge pour une réflexion mesurée, loin des anathèmes ou des déclarations péremptoires.

Je suis prof et je ne veux pas pourrir !
Loys Bonnod a connu son quart d’heure warholien et a fait l’objet d’un “buzz” démesuré. Etonnant paradoxe, car c’est en dénigrant le web qu’il en devient une des vedettes.
Pour ceux qui auraient été éloignés des écrans durant ces derniers jours, rappelons que ce collègue explique sur son blog dans un billet intitulé Comment j’ai pourri le web qu’il a monté une “expérience amusante” selon ses mots pour piéger ses élèves tentés de recopier des corrigés tout faits sur Internet. Il a donc donné un sujet sur un poème quasi inconnu en ayant au préalable trafiqué des notices dans wikipédia et parsemé des corrigés proposés à des sites de partage et de vente d’indices pour permettre la “traçabilité” des recopies. Et le professeur de conclure que “les élèves au lycée n'ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres. ” et qu'“on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui.
Mon intention initiale était dans cette revue de presse de renvoyer vers les billets de blogs et autres articles réagissant à cette “expérience”. Mais il y en a trop ! “Le prof qui a piégé ses élèves” a suscité une masse si importante de commentaires qu’il est illusoire de penser qu’on pourrait tous les recenser même si Marie-Anne Paveau nous livre une "curation" très dense . On citera seulement quelques réactions comme celle de Delphine Regnard qui donne pour titre à son billet “je suis prof et je ne veux pas pourrir ”. Cette enseignante de lettres conclut à l’inverse de Loys Bonnod qu’il “semble éminemment urgent pour le professeur de lettres de prendre le numérique comme objet d’étude, et non comme entrave à la diffusion du Livre et de sa parole pensée comme parole révélée. ”. Eric Delcroix, spécialiste des usages du web pose la question : et si un enseignant n'avait pas la maturité pour tirer profit du numérique ? . Et il se lance dans une apostrophe très dure à l’égard de ce “prof qui se la pète plus qu’un élève”. Rémy Mathis, président de Wikimédia France nous interpelle : “ Formons l’esprit critique, formons à la recherche d’information… y compris les profs ! ”.
On trouve aussi des commentaires qui essaient d’analyser le retentissement et de comprendre pourquoi cette anecdote a eu autant d’impact dans les médias et l’opinion. Damien Babet, professeur de SES se livre à une analyse sociologique et pédagogique “Internet rend plus compliquée l’hypocrisie pédagogique des exercices traditionnels. On prétend que ce qui importe c’est la démarche, alors qu’on juge le résultat. Mais un même résultat peut maintenant s’obtenir par de nouveaux moyens. La fausse monnaie du web dévalorise nos trésors de papier. Disons-le plus brutalement : les corrigés en ligne rendent accessible aux enfants de pauvres le petit truc du perroquet bien dressé qui nous permettait, auparavant, de distinguer la progéniture bourgeoise, celle qui aime sincèrement Flaubert. Voilà le scandale. Tout se mélange. Tout se vaut. « Maintenant tout est devenu horizontal » me disait un collègue (nostalgique). […] C’est par cette angoisse que je m’explique le désarroi moral qui pousse des profs à célébrer Loys. Le geek vandale qui les venge de l’obsolescence soudaine de leurs compétences de bibliothèque et de la désacralisation provoquée par ces usages instrumentaux du savoir scolaire disponible en ligne. ”. Même tonalité chez André Gunthert, spécialiste de l’image . Pour lui, le succès de l’expérience de Loys Bonod auprès des enseignants “a le goût de la vengeance. Il révèle un monde scolaire qui n’a toujours pas assimilé la révolution numérique, et qui continue de percevoir comme une dangereuse concurrence la diffusion non institutionnelle de la culture, dont Wikipédia reste le symbole honni. Humiliés par leur disqualification technique, de nombreux professeurs savourent le retournement des armes du web (anonymat, libre contribution…) contre lui-même, et apprécient comme de justes représailles la compétence digitale du prof justicier.”. Redonnons la parole à Damien Babet : “L’école soumet les élèves à des injonctions contradictoires : pensez par vous-même, répétez ce qu’on dit. Prenez des risques, ne vous trompez pas. Apprenez par cœur, ne plagiez jamais. Ces contradictions sont structurelles, inscrites dans les fonctions ambivalentes de l’institution. D’un côté, on impose aux élèves une culture dominante de pure autorité. De l’autre, on leur demande d’entretenir la fiction selon laquelle cette culture est librement choisie, aimée, appréciée comme supérieure par tous. La bonne élève, c’est celle qui a le bon goût de sincèrement aimer Flaubert. ”. Cette analyse est complétée par celle d’un autre professeur de sciences économiques et sociales Denis Colombi qui considère que “ce que sanctionne l'enseignant, c'est l'anxiété d'élèves qui, face à la dureté des enjeux scolaires - combien sommes-nous à utiliser le spectre du chômage pour essayer de les motiver ? -, cherchent un secours extérieur, comme jadis on achetait des corrigés aux copains ou on se plongeait dans les annales et autres inventions du monde de l'édition, ou encore on fouillait les encyclopédies...”.
Je me suis aussi pour ma part risqué à une critique dans la revue de presse du vendredi 23 mars . Ce qui m’a valu de nombreuses critiques et attaques sur le site néo-profs qui soutient cet enseignant. Comme mon message était effectivement polémique (mais d’un niveau bien moindre que celui habituellement utilisé par un des gourous de ce site, Abraxas-Brighelli…) et surfant sur le calembour, il est logique que cela me vaille ensuite ces remarques con…fraternelles !
Notons pour finir que Loys Bonod est revenu sur ce petit maelström médiatique” dans un nouveau billet. Il y proteste de ses intentions et se dit atteint par des critiques qu’il estime injustifiées : “pour un professeur soucieux de bien faire comme moi, c'est une accusation blessante car ma philosophie de l'enseignement repose avant tout sur la bienveillance à l'égard des élèves”. Il s’élève aussi contre “le contresens qui suppose que je reproche principalement aux élèves le plagiat ou le copier-coller de sources internet non fiables. A vrai dire, ce n'est pas la question puisque dans cet exercice, les élèves devaient recourir à leurs seules capacités de compréhension, d'analyse et d'interprétation d'un texte. Je le dis, je le redis : aucune recherche n'était nécessaire. Le mouvement baroque leur avait été présenté dès le début de l'année. Le débat sur la fiabilité ou non d'internet, s'il est légitime, n'en reste donc pas moins à mes yeux hors-sujet. Le seul vrai enseignement de cette expérience, ajoute t-il c'est que mes élèves, face à ce poème, ont simplement renoncé à penser par eux-mêmes.”.
Il revient sur son étonnement face à ce déferlement médiatique qui le dépasse et en conclut, à juste titre, qu“il va donc falloir réfléchir à ce qui ressemble bien à une grande question de société. Et c'est tant mieux.”. Mais si en effet, cette “expérience” dépasse son auteur, c’est plutôt parce que c’est une sorte de révélateur des tensions qui traversent l’École face à des mutations qu’elle a du mal à intégrer et à maîtriser. Et s’il faut trouver un intérêt à cette “affaire” c’est surtout parce que le débat autour de ce “piège” a permis l’émergence d’une réflexion sur la déontologie de l’enseignant. Et nous a permis de rappeler que derrière notre pédagogie, nos actes, nos paroles, les dispositifs que nous mettons en place, il y a des valeurs. Et qu’au delà des intentions, des postures et des beaux discours, c’est bien là que se situe la dimension la plus “politique” de l’acte d’enseignement : des valeurs mises en actes…

Une patience de caillou…
Alexandre Jenni est le prix Goncourt 2011 avec “L’art français de la guerre” (Gallimard). Mais il est aussi professeur de SVT (Sciences de la vie et de la terre dans un lycée privé lyonnais.
Le Figaro Magazine l’interviewe sur son métier d’enseignant. Et il en parle très joliment. D’abord en réfutant la dichotomie entre les sciences et la littérature : “Je suis prof d'arbres qui poussent, d'hormones qui font grandir, de continents qui lentement s'éloignent et de bestioles qui s'agitent au moindre bruit. Je montre ça à des jeunes gens de 17 ans, j'essaie de faire qu'ils le comprennent, et pour cela je m'efforce de le leur raconter. Car les sciences de la nature sont des récits. Des pratiques aussi, bien sûr, des techniques de laboratoire et des raisonnements rigoureux, mais surtout des récits.
Il évoque aussi les enjeux qui sont ceux de tous les enseignants : comment susciter l’envie de savoir, la curiosité intellectuelle ? “La biologie pose gravement des questions loufoques, qu'une recherche minutieuse permet d'éclairer. Ce jour-là je montrai aux élèves un squelette de bras, une nageoire de poisson, puis enfin les pattes arrière des baleines. Car elles ont des pattes arrière, les baleines: cachées sous leur peau, minuscules, mais bien visibles sur une photo de squelette ramenée du Muséum. Pourquoi les baleines ont-elles des pattes qui ne leur servent à rien? Il faut, pour l'expliquer, raconter l'origine des animaux. La science est fille de l'étonnement, disait plus ou moins Aristote; et j'approuve. Mais pour connaître il faut aller y voir. Un jour que nous nous préoccupions du cerveau, nous cherchâmes celui de la crevette. Après l'avoir ouverte, après avoir dégagé plusieurs organes dont le rôle n'est pas très clair mais qui tous puent, la voilà enfin, la cervelle de la crevette: deux têtes d'épingle posées sur le tube digestif. […] Ces moments me ravissent. Bien sûr, je travaille dans de bonnes conditions, dans un lycée où les problèmes sociaux ne viennent pas en classe. Il me reste les problèmes du métier: parler à 30 adolescents impitoyables, faire avec un désir de connaître qui ne dépasse pas l'éclair de curiosité, accepter la faible considération de toute une société pour le savoir, et pour le travail en général. Je n'ai que des problèmes de prof, mais cela suffit à remplir mes journées.” Et il conclut par cette très belle phrase : “Il faut être d'une patience de caillou pour amener l'adolescent à la découverte ”.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 26/03/12(certains articles payants)


Faut-il en finir avec les devoirs à la maison ?
La FCPE, principale fédération de parents d'élèves, dénonce cette pratique, une forme de «sous-traitance pédagogique» aux familles. Qu'en pensez-vous ?
Lire la suite de l’article


Un prof de lettres piège ses élèves qui recopient sur internet
Un professeur du lycée Chaptal a volontairement diffusé de fausses informations sur un poème afin de prouver à ses élèves qu'ils recopiaient ce qu'ils trouvaient sur la toile.
Lire la suite de l’article


Le supérieur s’invite dans la présidentielle
Les responsables appellent les candidats à se pencher sur leur situation, peu réjouissante.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 26/03/12 (certains articles payants)


Triche : un prof de français piège ses élèves sur le Net
Âgé de 36 ans, Loys Bonod, professeur certifié de lettres classiques dans un lycée parisien, a décidé de piéger ses élèves en «pourrissant le Web». Son témoignage, très détaillé, a été publié par Rue89. Il commence par exhumer de sa bibliothèque un poème baroque du XVIIe siècle, introuvable ou presque sur le Web. L'auteur en est Charles de Vion d'Alibray. Il commence par modifier la notice biographique de Wikipédia consacrée à l'auteur. Sur différents forums, il se fait passer pour un érudit en donnant des réponses «en apparence savantes et bien renseignées, mais en réalité totalement ineptes, du type interprétation christique tirée par les cheveux».
Lire la suite de l’article


Le bonheur d'être prof
Prix Goncourt en 2011 avec L'Art français de la guerre (Gallimard), Alexis Jenni est aussi et surtout professeur de sciences naturelles au prestigieux lycée jésuite Saint-Marc, à Lyon. En exclusivité pour Le Figaro Magazine, il raconte les grandes joies et les petites peines de sa vie quotidienne d'enseignant.
Lire la suite de l’article


L'écrivain Claude Duneton est mort
Chroniqueur de la langue française, il s'est éteint à l'âge de 77 ans.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 26/03/12



Les ZEP à leur tour touchées par les suppressions de moyens
Pour protester contre les coupes budgétaires, les enseignants en zone d'éducation prioritaire multiplient les grèves

Lire la suite de l’article


Politiques d’innovation: y’en a un qui a triché!
Saviez-vous qu'il y avait innovation et... innovation. D'un côté il y a celle que labélise le ministère. Une sorte d'innovation "officielle" qui reçoit la bénédiction de l'institution. De l'autre, il y a l'innovation qui remonte du terrain sans filtre institutionnel à franchir. Cette innovation-là est plutôt sélectionnée par des associations d'enseignants.
Lire la suite de l’article


"Ce soir, pas de devoir s!" : une nouvelle campagne, un vieux débat
Une "quinzaine sans devoirs" à la maison : parents d'élève et enseignants lancent à partir de lundi 26 mars une campagne contre cette pratique qui perdure, malgré des doutes sur son "utilité". Des doutes régulièrement évoqués.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 26/03/12



Débattez des programmes !
Syndicats et associations pédagogiques lancent un appel pour exiger une élaboration « plus démocratique » des programmes scolaires.
Lire la suite de l’article


Porter le budget de l’éducation à 7 % du PIB
Par Jean-Luc Pouget et Carole Joly, candidats du front de gauche 
aux élections législatives.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 26/03/12



Toulouse : cérémonie au collège Ozar Hatorah une semaine après la tuerie
Une cérémonie religieuse a réuni lundi matin les 200 élèves du collège-lycée juif Ozar Hatorah de Toulouse (Haute-Garonne), une semaine après le meurtre de trois élèves et du père de deux d'entre eux commis par Mohamed Merah.
Lire la suite de l’article


Et si on supprimait les devoirs à la maison ?
Véritable « plaie » et « facteur d’inégalités » pour les uns, « indispensable » pour les autres… Le travail à la maison pour les écoliers continue de diviser. La FCPE, principale fédération de parents d’élèves et l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM), pédagogie Freinet, ont décidé de mettre le sujet en débat en appelant aujourd’hui parents et enseignants à respecter une « quinzaine sans devoirs », une première.
Lire la suite de l’article


« Notre pays est une exception »
Claude Lelièvre, historien de l’éducation, est l’auteur du livre « les Politiques scolaires mises en examen » (ESF Editeur).

Lire la suite de l’article


Tous les corrigés sur la Toile
C’est une tendance qui ne joue pas en faveur des devoirs à la maison. De plus en plus d’enseignants constatent que leurs élèves ont recours au copier-coller pur et simple sur Internet pour réaliser leurs exercices hors la classe. Même en primaire, des petits écoliers, guidés par leurs parents doués en nouvelles technologies, « repompent » sans culpabiliser des paragraphes entiers dénichés sur la Toile.
Lire la suite de l’article


De nombreux enseignants préfèrent les maintenir
Les devoirs à la maison ? Si la question n’est pas une priorité pour les profs, ils y sont globalement favorables : « Les devoirs ont un intérêt pédagogique car ils permettent d’avoir un échange entre l’école et les familles. Ça permet aux parents de se rendre compte de ce que font leurs enfants en classe », estime Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp-FSU, majoritaire en primaire.

Lire la suite de l’article


Une vieille histoire
Leur suppression évoquée dès 1912. Il y a un siècle, l’inspecteur d’académie de la Haute-Marne écrivait à ses instituteurs pour leur demander « la suppression absolue des devoirs écrits dans la famille ». «J’ai vu des bambins de 6 ans astreints à copier, le soir, des listes de mots, ou à chiffrer des opérations interminables », s’indignait-il.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 26/03/12



Education : Les devoirs à la maison sont-ils efficaces ?
Alors que des parents d'élèves et des enseignants ont appelé à mettre en place, dès ce lundi, une "quinzaine sans devoirs" à la maison, le débat est relancé sur cette pratique souvent critiquée.
Lire la suite de l’article


"Ce soir, pas de devoirs!" : 15 jours de répit pour les écoliers
"Ce soir, pas de devoirs!", tel est le nom de la campagne qui sera lancée à partir du 26 mars par la FCPE, fédération des parents d'élèves et l'Institut coopératif de l'école moderne.
Lire la suite de l’article


Tricherie : Un prof piège ses élèves sur Internet
Un professeur de lettre a élaboré un astucieux stratagème sur Internet pour prouver que ses élèves trichaient.
Lire la suite de l’article


Affichage électronique : Création d'un répertoire identifiants les élèves
Un arrêté ministériel, publié vendredi au Journal Officiel, annonce la création d'un Répertoire national des identifiants élèves, étudiants et apprentis (RNIE). Cette base de données, qui ne contiendrait aucune information personnelle, permettrait de mieux piloter le système éducatif, tout en assurant la confidentialité des informations recueillies.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 26/03/12



Le numérique doit-il nous conduire à repenser l’enseignement ?
Le secrétariat général de l’enseignement catholique organise mardi 27 et mercredi 28 mars à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) un colloque intitulé : « Et si apprendre avait changé ? ».
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 26/03/12



Fin du collège unique : le big bang de Sarkozy
Le président-candidat veut profondément remodeler le collège avec des enseignants polyvalents en sixième et cinquième et un choix vers la voie professionnelle dès la quatrième.
Lire la suite de l’article


Sciences Po : un nouvel institut créé en Ile-de-France
Dans le cadre du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres) «Université Paris Grand-Ouest» (Upgo), un nouvel Institut d'études politiques (IEP) va être créé prochainement en Ile-de-France
Lire la suite de l’article


Présidentielle : les chiffres passés au crible
Tout au long de la campagne présidentielle, la rédaction des «Echos» vérifie et met en perspective les chiffres utilisés par les candidats ou leur entourage. Tour d'horizon de nos décryptages.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 26/03/12



Pourquoi les profs donnent-ils toujours des devoirs écrits alors que c'est interdit?
Une action a été lancée par la FCPE et l'Icem pendant deux semaines pour y mettre fin...
Lire la suite de l’article


"Ce soir, pas de devoirs!": une campagne sur internet relance le vieux débat
Des parents d'élèves et des enseignants appellent à partir de lundi à une "quinzaine sans devoirs" à la maison, une pratique supprimée en 1956 dans le primaire mais qui perdure, malgré des doutes sur leur efficacité et les critiques sur l'injustice qu'ils représentent pour les familles défavorisées.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 26/03/12



Hausse de 75% des frais d'université : au Québec, les étudiants voient rouge
(De Montréal) Jeudi, ils étaient 300 000 à protester contre l'augmentation de 75% des frais d'université d'ici 2017 annoncée par le gouvernement libéral de Jean Charest. Dans cinq ans, la facture aura ainsi triplé, avoisinant les 3 700 dollars (2 800 euros) par semestre : une mesure qui va accroître l'endettement des étudiants et réduire l'accès à l'université.
Lire la suite de l’article


Wikipédia favorise-t-elle l'esprit critique ?
Le témoignage du professeur Loys Bonot a été très médiatisé. Repris sur Rue89, il attiré près de 300 000 lecteurs. Cette expérience pédagogique qui consiste, de l'aveu de son auteur, à « pourrir le Web » pour mesurer le degré de servilité de ses élèves à l'égard des sources numériques, a réveillé de nombreuses préoccupations latentes. Principale concernée par cette affaire, l'encyclopédie en ligne Wikipédia n'est pas restée insensible. Dès jeudi matin, une longue discussion, toujours en cours, s'est amorcée sur la principale interface communautaire, Le Bistro. Les articles affectés ont été repris en main. La question s'est ensuite exportée sur la blogosphère wikipédienne, ici, ici et là.
Lire la suite de l’article


Crise économique : c'est la faute à l'université britannique
Après le tsunami qui a ravagé le Japon l'an dernier, les météorologistes ont réévalué leurs connaissances et leurs méthodes de prévision des tremblements de terre. Après le séisme de la crise financière, on attend toujours la réponse des économistes.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 26/03/12



15 jours sans devoirs à la maison
Des parents d’élèves et des enseignants appellent à une « quinzaine sans devoirs » à la maison dans le primaire.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 26/03/12



Une prof suspendue pour un hommage à Merah
Une professeure d’anglais d’un lycée de Rouen a appelé vendredi matin ses élèves à observer une minute de silence après la mort de Mohamed Merah, l’auteur présumé des tueries de Toulouse et de Montauban. Luc Chatel a immédiatement demandé sa suspension.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 26/03/12


Ecole : en finir avec les devoirs à la maison ?
La FCPE lance un appel contre une pratique qui creuse selon elle les inégalités entre les élèves.
Lire la suite de l’article


Prof, j'ai trafiqué des pages web pour piéger mes élèves tricheurs
De l'achat en ligne de corrigés au plagiat, les élèves de Loys Bonod, professeur de Français, n'ont pas manqué d'idées pour avoir de bonnes notes. Seulement, s'imaginaient-ils que leur prof les prendraient à leur propre jeu ? Retour sur la démarche d'un prof pétri de bonnes intentions.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 26/03/12


Pourquoi il faut renoncer aux devoirs à la maison
Pour notre contributrice Juliej89 le rôle des parents n'est pas celui d'un enseignant, et les familles n'ont ni les mêmes bagages intellectuels ni le même temps à offrir à leurs enfants.
Lire la suite de l’article


Faut-il supprimer les devoirs des écoliers?
Le site Internet "Ce soir pas de devoirs" relance le débat sur l'utilité du travail à la maison. Et vous, pensez-vous que les devoirs servent l'éducation, ou au contraire, qu'ils nuisent aux enfants?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 26/03/12


Comment un prof de lettres se piège sur Internet
Sans Internet toute cette histoire n'existerait pas et ce n'est pas le moindre de ses paradoxes. Car c'est sur un blog et sur des forums professionnels qu'elle est apparue avant que la presse grand public s'en repaisse. Un professeur de lettres aurait piégé ses élèves sur Internet. Après avoir mis en ligne de fausses informations sur un auteur quasi inconnu et avoir fourni à des sites de ventes de corrigés en ligne des commentaires de textes erronés, il a donné à ses élèves un sujet de devoir et mis en évidence que 51 élèves sur 65 avaient utilisé ces sources bidon. La conclusion , pour lui, c'est que les élèves sont des tricheurs et qu'ils "n'ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres".
Lire la suite de l’article


Appel de Bobigny : Les politiques face aux experts
Les politiques ont-ils tout dit sur leur projet d’école ? Les partenaires de l’Appel de Bobigny ont fait le pari, vendredi 23 mars, de les soumettre aux questions des experts. Les représentants de F. Hollande, E. Joly, JL Mélenchon et F Bayrou ont joué le jeu.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 26/03/12


41e congrès de l'UNSA-Education
Le 41e congrès Unsa-Education se tiendra à Angers Centre des congrès d'Angers Le congrès tiendra le jeudi 29 mars deux tables rondes : - "Reconstruire la formation des enseignants"; - "Une école démocratisée plus juste et plus efficace".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 26/03/12


Les devoirs, un impératif catégorique?
On pourrait le croire à voir la pratique des ‘’devoirs’’ à la maison perdurer dans l’enseignement primaire, alors que des décisions ministérielles l’ont en principe interdit, et depuis longtemps. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels: « Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail ne peut qu’apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l’équilibre nerveux des enfants. Enfin, le travail écrit, fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu’un intérêt éducatif limité. En conséquence, aucun devoir écrit ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif ».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 26/03/12



«CES ENFANTS SONT COMME VOUS»: LA MALADRESSE DE NICOLAS SARKOZY AVEC LES ÉLÈVES
Il ne faut pas mentir aux enfants pour leur expliquer le drame, mais donner des détails morbides et les inquiéter risque fort de les angoisser.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 26/03/12


Salima Saa : "Une épreuve de culture générale sur programme limiterait son effet ségrégatif"
Présidente de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acsé), Salima Saa a remis ce mardi 20 mars son rapport sur « l'ouverture sociale dans l'enseignement supérieur ». Il lui avait été commandé un mois plus tôt par le ministre Laurent Wauquiez. Passant en revue les dispositifs mis en œuvre depuis plus de dix ans, ce rapport propose 18 mesures pour « promouvoir l’égalité des chances dans l’enseignement supérieur ». Parmi elles : inscrire la politique d'équité sociale dans le Code de l'Education ou encore modifier les concours aux grandes écoles avec l'introduction d'une épreuve de culture générale sur programme.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 26/03/12



Elèves copieurs sur internet: un site propose "une grande discussion"
Le site internet de ressources éducatives Oodoc.com, mis en cause par un professeur qui a piégé ses élèves et prouvé qu'ils copiaient sur internet, a proposé lundi dans un communiqué une "grande discussion" aux acteurs du monde éducatif sur l'usage des technologies.
Lire la suite de l’article


Quinzaine sans devoirs à la maison: Chatel dénonce la "démagogie" de la FCPE
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel "juge démagogique" l'appel de la fédération de parents d'élèves FCPE à faire pendant quinze jours la grève des devoirs à la maison dont elle met en doute l'utilité, dans un communiqué publié lundi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.