mardi, décembre 11, 2012

Revue de presse du mardi 11 décembre 2012

.

Recruter - Redoubler - Comparer – Parler (de tout) ? -



Recrutement
Je l’ai dit et je le répète : il n’y a pas de crise des vocations, ”a martelé Vincent Peillon en lançant la campagne de recrutement dans un amphi de l’université Sorbonne Nouvelle lundi 10 décembre , “ mais le pouvoir précédent n’a pas été capable de fournir de bonnes conditions d’études [aux futurs profs] ni de leur donner les moyens de débuter. ” Pour le ministre, comme pour Geneviève Fioraso, la désaffection à l’égard de l’enseignement ne serait ainsi que passagère.
Pourtant, malgré le volontarisme affiché par le gouvernement, plusieurs journaux s’interrogent sur cet objectif. Dans une interview donnée à Emmanuel Davidenkoff, sur France Info, Patrick Demougin, le président de la conférence des directeurs d’IUFM détaille les raisons de cette désaffection. D’abord il faut bien admettre que c’est un métier considéré comme difficile et dont l’image s’est dégradée dans l’opinion. C’est aussi un métier où, à niveau de diplôme égal, le niveau de rémunération est faible. Mais on constate que même dans des pays où le niveau de rémunération est plus élevé on retrouve les mêmes difficultés de recrutement des enseignants (et un turn-over élevé). Il y a aussi un problème de “vivier”. Mécaniquement la “masterisation” (niveau M2, c’est à dire Bac +5) a abouti à restreindre les candidats potentiels. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’un des deux concours de 2013 se fera au niveau M1.
Rendre le métier plus attractif consisterait donc à agir sur différents niveaux : la formation et l’entrée dans le métier, les conditions de travail et la rémunération. La création des Espé et la reconstruction de la formation va dans ce sens. De même, on pourrait améliorer les conditions de travail en redonnant du pouvoir aux enseignants dans l’élaboration collective de leur travail. Ce que l’on appelle aujourd’hui l’empowerment pour lutter contre le travail empêché et les contrôles a priori. Cela passe aussi par plus de clarté sur les valeurs et les missions des enseignants au XXIe siècle. On ne pourra échapper à cette discussion nécessaire trop longtemps.
Quant à la rémunération, comme le dit bien un article du journal des Échos et comme je l’évoquais dans la chronique précédente, il faut se garder d'un malentendu médiatique sur l'annonce de "revalorisation" faite par V.Peillon. « La conséquence d'une discussion sur le métier est évidemment une question salariale, mais c'est d'abord une discussion sur le métier » a indiqué le ministre. Ce serait donc du “donnant-donnant”...Interrogé sur les importants moyens financiers à mettre en oeuvre, Matignon renvoyait hier vers le cabinet de Vincent Peillon, où l'on confirmait l'ouverture de discussions sur le métier d'enseignant. Concernant la revalorisation salariale, on s'en tenait en revanche aux déclarations faites dans le « JDD » la veille par le ministre : “ Nous le ferons quand nous aurons les moyens.
Empruntons sa conclusion à Véronique Soulé dans Libération : “ Mais il reste deux questions ouvertes. Le métier peut-il retrouver son aura sans une revalorisation financière ? Les syndicats la réclament. Le ministre fait miroiter une grande négociation sur la refonte de la profession d’enseignant qui engloberait aussi les aspects financiers… Ensuite, le malaise enseignant n’est-il pas plus profond, fait d’impuissance et de résignation face à un métier ressenti comme toujours plus difficile et de moins en moins considéré ? Le succès des concours fournira une première réponse.

Redoubler…d’efforts
Le redoublement ? C'est bien quand c'est voulu. Mais moi, je n'avais rien demandé” nous dit Mathieu, lycéen de Première qui redoublé sa seconde. Dans Le Monde, on rappelle ainsi par un long article (réservé aux abonnés) que Vincent Peillon veut réduire de moitié les redoublements. Le ministre de l’Education nationale l’a rappelé ce lundi sur RMC. Il souhaite “ réduire d’au moins de moitié ” le nombre des redoublements sur le quinquennat et il a ajouté : “ Ce sont les mêmes qui redoublent en CP et CE1, puis se retrouvent exclus du système scolaire.
La France a en effet le taux de redoublement le plus élevé des pays de l’OCDE. Selon une enquête réalisée en 2009, 38 % des élèves français ont répondu avoir déjà redoublé au moins une fois au cours de leur scolarité. Par classe, près de 18 % des élèves de 15 ans ont redoublé, au moins une fois une classe du primaire, soit deux fois plus que dans la moyenne des pays de l’OCDE. On sait aussi que la pratique est coûteuse - 8 000 euros par redoublement au collège, plus de 10 500 euros au lycée -, et aucune recherche n'a prouvé son efficacité. Le taux de redoublement “ a baissé mais le compteur est un peu bloqué en ce moment ” et “ on redouble encore trop au début de la scolarité ” élémentaire, avait estimé Jean-Paul Delahaye, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) au ministère, lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 5 décembre.
Parallèlement à ces annonces, l’association des parents d’élèves de l’enseignement catholique L’Apel, demande au ministre d’inscrire dans la future loi sur l’école « la suppression du redoublement en primaire ».“ On se rend compte que l’école française fonctionne avec les meilleurs et que, quand on n’est pas dans le moule, on est laissé sur le bas-côté, a déclaré Caroline Saliou, présidente de l’Apel. Les pédagogies ne sont pas adaptées et on arrive à des taux de redoublement bien trop importants par rapport aux autres pays de l’OCDE. ”.
Toutefois le sondage commandé par cette association de parents et réalisé auprès de parents et d'enseignants donne des résultats mitigés. Le redoublement est “ remplaçable”, notamment par un accompagnement personnalisé pour 77% des parents interrogés. Mais 62 % d'entre eux estiment qu'il reste “ une bonne chose” “faute de mieux ”… Les enseignants seraient 63 % à partager cet avis.
faute de mieux ” ? C’est justement là qu’est le problème. Car si le redoublement consiste à resservir le même potage à celui qui n’aime pas la soupe, on peut douter que ce soit efficace. Cette pratique repose aussi sur l’hypothèse que tous les élèves avancent au même rythme dans les apprentissages et avec la même pédagogie. Lutter contre le redoublement est d’abord une question pédagogique et un questionnement sur nos pratiques. C’est aussi un enjeu démocratique car le redoublement est très déterminé socialement.
Pourtant des pistes existent. L’article du Monde évoqué plus haut en rappelle quelques unes. Et d’abord la mise en place de vrais “cycles” sur plusieurs années pourtant prévus dès la loi Jospin de 1989. On peut aussi dépenser l’argent autrement en proposant du soutien et de la pédagogie différenciée pour les élèves. Cela suppose qu’on retravaille la définition des programmes sur une autre base que la seule année et sur l’identification de compétences à acquérir progressivement. Et par tous dans une école réellement inclusive…

Comparer
Le classement opéré par le Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS) vient d'être divulgué . On en trouve une synthèse assez complète sur le site du M.E.N. . PIRLS mesure, tous les cinq ans, les performances en lecture des élèves à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire - soit le CM1.Il place la France au 29e rang sur 45. La France avec 520 points est distancée par la Pologne (526 points), l’Australie (527 points), la Lituanie (528)… loin derrière le « trio gagnant » que constituent Hong Kong (571 points), la Russie et la Finlande (568 points ex-aequo).
Les enfants qui obtiennent 625 points (5 % des élèves français, près de 25 % à Singapour) sont "capables de prendre en compte la totalité des éléments du texte pour soutenir leurs interprétations et leurs explications", ceux qui ont au moins 550 points sont "en mesure de distinguer les actions et les informations importantes". Avec 475 points, ils peuvent "prélever des informations" et "utiliser certains éléments de présentation", et avec 400 points, ils peuvent encore le faire "quand celles-ci sont clairement et explicitement énoncées ou faciles à localiser". 5 % des élèves français ont moins de 400 points (1 % en Finlande).
On rajoutera que dans “l’enquête de contexte” qui accompagne l’étude "Les élèves français sont toujours les plus nombreux à s'abstenir de répondre lorsque les réponses doivent être rédigées". Les écoliers français sont aussi les plus nombreux à ne pas terminer les épreuves, ajoute le document.Dans le système français, "quand on se trompe, c'est vécu comme une erreur" qui est sanctionnée, a analysé la semaine dernière Jean-Paul Delahaye, directeur général de l'Enseignement scolaire, commentant cette étude lors d'une audition à l'Assemblée nationale.
Dans un communiqué, le ministère de l’éducation nationale estime que ces résultats “confirment l'urgence de la refondation de l'École” et notamment la priorité accordée au premier degré.
En fait, il n’y a pas que PIRLS qui est publié aujourd’hui mais également TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study). Cette autre enquête évalue le niveau de maîtrise des mathématiques et des sciences de 600 000 écoliers de 63 pays alors que PIRLS évalue les compétences en langue maternelle de 300 000 enfants de 8 ans de 49 pays. Ces deux travaux sont réalisés par l’Association internationale pour l’évaluation de la réussite scolaire (IEA), basée aux Pays Bas. Ils sont considérés comme complémentaires de PISA qui étudie les résultats à 15 ans.
Pour Maryline Baumard dans Le Monde ces deux études montrent aussi que le modèle finlandais s’essouffle. Désormais, il faut compter avec les asiatiques dont les écoliers de 8 ans, dominent en lecture, sciences et mathématiques. Les écoliers de Singapour, de Corée et de Hong-Kong arrivent donc en tête en maîtrise des mathématiques à 8 ans. Ils sont suivis de Taïwan et du Japon. En maîtrise de la langue maternelle (PIRLS) l’Asie domine encore. Cette fois Hong-Kong arrive en tête suivi de la Russie, de la Finlande et de Singapour

Parler (de tout) ?
Peut-on parler de tout au collège? ”, c’est le titre qui occupe toute la Une du journal Le Parisien
Tout est parti d’une lettre anonyme envoyée au quotidien La Charente libre . Le sujet de rédaction donné par un professeur d’un collège de Charente à deux classes de 3e aurait été le suivant : “ Vous venez d'avoir 18 ans. Vous avez décidé d'en finir avec la vie. Votre décision semble irrévocable. Vous décidez dans un dernier élan de livrer les raisons de votre geste. En dressant votre autoportrait, vous décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même. Votre texte retracera quelques événements de votre vie à l'origine de votre sentiment.» ”. L’énoncé aurait été donné le 22 octobre dernier mais n’a été révélée qu’il y a quelques jours . Saisie par des parents d'élèves, l'inspection académique de Charente a ouvert une enquête interne et a suspendu à titre conservatoire l’enseignant incriminé. Plusieurs syndicats ont appelé à la modération et s’étonnent du procédé utilisé (la lettre anonyme) au lieu du dialogue au sein de l’établissement. Ils déplorent aussi le manque de formation de l’enseignant par ailleurs apprécié dans l’établissement. Des associations de parents d'élèves ont quant à eux réclamé mardi dans un communiqué le "retour immédiat à son poste" de l'enseignant de collège suspendu lundi, jugeant la sanction disproportionnée.
Il faut dire que l’affaire fait grand bruit et suscite de vives réactions. Pour le psychiatre et psychanalyste spécialiste de l’adolescence, Patrice Huerre interviewé par le Parisien, “ Le prof a joué avec le feu”. Dans Le Figaro, Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE juge cet exercice “ complètement dingue ”. “ Cela fait des années qu'on essaye de réfléchir sur cette problématique, et là un professeur demande à des élèves de s'enfoncer dans la peau d'un suicidaire plutôt que de s'en extraire ” ajoute t-il . Selon lui, ce devoir peut s'avérer dangereux si un des adolescents avait déjà pensé à “ passer à l'acte ”. “ Là on lui met toutes les cartes en main: il a compris la chose, l'a formalisée, verbalisée, et peut s'en servir comme lettre de suicide, directement rédigée en classe!” , s'insurge-t-il.
Il y a donc un fort emballement médiatique sur cette affaire. Comme nous le disions, Le Parisien fait sa Une sur ce sujet. Il y consacre aussi son éditorial avec cette interrogation : “ Un enseignant, au nom de la seule liberté pédagogique, peut-il parler en classe de tous les sujets, y compris les plus tabous, comme le sexe, par exemple, ou la religion? Evidemment non. Et l’immense majorité des professeurs ne se risque pas à aborder...”. Posée ainsi la question nous éloigne du cas précis de cet enseignant dont on ne connaît pas tous les détails de l’affaire mais dont on peut penser en l’état des informations qu’il a commis une erreur de jugement.
Mais il ne faut pas faire des amalgames et à la question plus générale et qui ne peut être réduite à ce seul cas : “Peut-on parler de tout” la réponse est plus complexe que celle donnée par l’éditorialiste du Parisien. Les Cahiers Pédagogiques avaient consacré il y a quelques années un dossier aux Questions sensibles et sujets tabous . Les coordinateurs du dossier (Elisabeth Bussienne et Michel Tozzi) y affirmaient que “certaines questions sont délicates à aborder en classe ou à l’école, et il faut pourtant le faire, soit en tant qu’enseignant parce qu’elles touchent de près ou de loin au programme, soit en tant qu’éducateur parce qu’elles concernent les enfants et adolescents qui nous sont confiés. […] Ces « questions sensibles » naissent souvent dans les marges du cours proprement dit, invitent voire obligent à prendre en charge des préoccupations éloignées d’une conception étroite du « métier d’élève » ; elles mettent en jeu la sensibilité, l’émotion — voire la passion —, la gêne, tant du côté des élèves que des enseignants. ”. Ne pas s’auto-censurer par crainte des réactions des élèves mais interroger (collectivement) sa “liberté pédagogique” en se demandant si ce que l’on propose à une vertu éducative dans le respect des personnes. Dialoguer. Expliquer. Justifier. Faire de la pédagogie…

Bonne Lecture...

----------------------------------------------
Libération.fr du 11/12/12(certains articles payants)


Vincent Peillon en sergent recruteur de 43 450 enseignants pour 2013-2014
Avec la ministre de l’Enseignement supérieur, il a lancé hier une campagne de communication.
Lire la suite de l’article

Le Haut Conseil de l'Education s'inquiète d'un échec scolaire «croissant»
Le Haut Conseil de l’Education met en garde contre le «niveau croissant d'échec scolaire» en France et des «performances en baisse» dans son rapport annuel, transmis vendredi à François Hollande et dont l’AFP a eu copie.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------

Le Figaro du 11/12/12 (certains articles payants)

Parents et profs favorables au redoublement faute de mieux
À leurs yeux, il ne semble pas exister d'alternative valable, selon un sondage réalisé par l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre.
Lire la suite de l’article

Peillon a-t-il les moyens d'augmenter les enseignants ?
Interviewé sur RMC, Vincent Peillon a laissé planer le doute en évoquant une « revalorisation du métier ». Celle-ci pourrait être financière, à condition d'avoir préalablement revu la délicate question des statuts.
Lire la suite de l’article

Un professeur suspendu après un devoir sur le suicide
Un professeur de français d'un collège de Charente a demandé à ses élèves de rédiger une lettre de suicide en dressant leur autoportrait. Des parents et la FCPE s'insurgent.
Lire la suite de l’article

Filles et garçons, l’enjeu des différences
Rose et bleu, Barbie girls et preux chevaliers... Si les stéréotypes ont la vie dure côté pub et industrie du jouet, les parents doivent, eux aussi, évoluer. Transmettons-nous des clichés sexistes à nos enfants ? Faut-il éduquer filles et garçons à l’identique ? Six mères répondent.

Lire la suite de l’article
-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 11/12/12

Une association de parents d'élèves réclame la suppression du redoublement en primaire
L'APEL, association de parents d'élèves du privé, a demandé mardi 11 décembre au ministre de l'éducation d'inscrire dans la future loi sur l'école "la suppression du redoublement en primaire". Les dernières études montrent en effet que près de un élève sur cinq a redoublé au moins une fois au primaire, ce qui contribue à faire de la France le pays où le taux de redoublement est le plus élevé des pays de l'OCDE.
Lire la suite de l’article

Alerte sur le niveau de la France en lecture
520 points : le score sonne comme l’aveu d’un échec. Il place la France au 29e rang sur 45 dans le classement opéré par le Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS), et divulgué ce mardi 11 décembre matin. Celui-ci mesure, tous les cinq ans, les performances en lecture des élèves à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire - soit le CM1. La France est distancée par la Pologne (526 points), l’Australie (527 points), la Lituanie (528)… loin derrière le « trio gagnant » que constituent Hong Kong (571 points), la Russie et la Finlande (568 points ex-aequo).
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut réduire de moitié les redoublements
"Le redoublement ? C'est bien quand c'est voulu. Mais moi, je n'avais rien demandé", lâche Mathieu, provoquant les rires de ses camarades. "Quand on redouble, tout semble facile en début d'année", renchérit Adrien : "Avec Mathieu, on était premiers. Le souci, c'est qu'on se déshabitue vite à travailler !" Nouveaux éclats de rire. Assis au fond de la classe, Abel affiche moins d'assurance : "Redoubler, c'est une rupture. On perd son groupe, ses amis... Difficile de trouver ça valorisant...
Lire la suite de l’article

A l'étranger, un suivi individualisé des élèves pour limiter les redoublements
Limiter le recours au redoublement est un enjeu planétaire : l'institut de statistique de l'Unesco l'a rappelé dans un rapport fin novembre. Une année sans redoublement augmenterait ainsi le PIB mondial de 0,37 %, selon lui. On est encore loin du but : si le taux de redoublement mondial a baissé de 7 % en dix ans, entre 2000 et 2010, encore 32,2 millions d'élèves du primaire ont redoublé en 2010. Et plus de 31 millions ont quitté l'école.
Lire la suite de l’article

Performances scolaires : la Finlande c’est fini, l’Asie arrive !
Le modèle finlandais c’est fini… Le pays nordique n’offre plus le système éducatif le plus performant au monde. Désormais, il faut compter avec les asiatiques dont les écoliers de 8 ans, dominent en lecture, sciences et mathématiques.
Lire la suite de l’article

Salaire des enseignants : où se situent les Français par rapport à leurs collègues européens ?
Alors que le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, annonce l'embauche de 43 000 enseignants pour les années 2013 et 2014, et se déclare prêt à rouvrir le chantier des revalorisations salariales des professeurs, Le Monde.fr revient sur les salaires que touchent les enseignants dans le primaire et le secondaire dans différents pays européens, en regard du nombre d'heures annuelles travaillées.
Lire la suite de l’article

Contre l'illettrisme numérique en entreprise
Dans une entreprise telle qu'un opérateur de télécommunications, on ne parle pas d'informatique mais de système d'information, de SI, en épelant les lettres : S, I, et en les accolant bien souvent à un qualificatif négatif : le SI coûte trop cher, le SI est trop lent, le SI ne répond pas aux besoins, le SI ne marche pas ! Que l'ordinateur d'un salarié ne s'allume pas, qu'une imprimante n'imprime pas ou qu'une commande ne soit pas traitée dans les temps, qu'un client se plaigne d'une facture adressée à tort, c'est toujours la faute du SI.
Lire la suite de l’article

Enseignants: changer le métier pour en changer le salaire
Argent contre service… Un entretien chez Jean-Jacques Bourdin, sur RCM lundi 10 décembre, aura suffi à mettre le dossier du traitement des enseignants sur le devant de la scène.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 11/12/12

On s’est mis à professer...
Par Natalie Victor-Retali, Institutrice, Conseillère municipale (PCF) à Bordeaux.

Institutrice, c’est mon métier, j’en ai longtemps été fière, du mot aussi : oui, dans les petites classes, on institue ! Puis, ce cadeau empoisonné de « professeur des écoles », alors, petit à petit, on s’est mis à professer, j’ai essayé d’échapper à ce mouvement, mais je ne suis pas sûre d’avoir entièrement réussi. Subrepticement, ce n’était plus l’enfant, mais l’élève qui était au centre des préoccupations de l’école, puis les acquisitions, soit !
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 11/12/12

Dissertation sur le suicide : des parents réclament le retour du prof suspendu
Ils veulent calmer le jeu. Les parents d'élèves veulent faire revenir l'enseignant de français mis en cause pour avoir demandé à ses élèves de troisième d'écrire une rédaction en se mettant dans la peau d'un jeune suicidaire.
Lire la suite de l’article

Rédaction à des collégiens sur le suicide: l'enseignant "suspendu à titre conservatoire"
L'enseignant qui avait proposé un sujet de rédaction à des élèves de 3e d'un collège de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente), les invitant à se mettre dans la peau d'un adolescent suicidaire, a été "suspendu à titre conservatoire", a-t-on appris lundi auprès du rectorat.
Lire la suite de l’article

« Le prof a joué avec le feu »
Psychiatre des hôpitaux et psychanalyste spécialiste de l’adolescence, Patrice Huerre estime qu’en invitant ses élèves collégiens à rédiger un devoir sur le suicide, l’enseignant a « joué avec le feu ».
Lire la suite de l’article

L’enjeu
Un enseignant, au nom de la seule liberté pédagogique, peut-il parler en classe de tous les sujets, y compris les plus tabous, comme le sexe, par exemple, ou la religion? Evidemment non. Et l’immense majorité des professeurs ne se risque pas à aborder...
Lire la suite de l’article

Mais qui contrôle les sujets?
En examinant de près ce qui peut empêcher un enseignant d’imaginer un sujet et un libellé de rédaction aussi polémique, il apparaît qu’il existe bien peu de règles posant noir sur blanc les limites des droits d’un professeur.
Lire la suite de l’article

« Nos enfants sont fragiles »
Une parent d’élève
Lire la suite de l’article

Etes-vous choqué qu’on donne un sujet sur le suicide en 3e ?
Voix Express
Lire la suite de l’article

Une rédaction sur le suicide fait scandale
Un prof de français a été suspendu hier par sa hiérarchie. Comme sujet de rédaction, il avait demandé à ses élèves de 3e de plancher sur le suicide. Les parents sont révoltés.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

La Croix du 11/12/12

Les enseignants français sont-ils moins payés que leurs homologues européens ?
Lundi 10 décembre, sur RMC-BFMTV, le ministre de l’éducation Vincent Peillon s’est dit prêt à ouvrir en janvier 2013 « une grande négociation » sur les contenus, le développement de carrière, le temps de travail et « la question de la revalorisation ». Jean-François Copé, président proclamé de l’UMP, a estimé que ces propos étaient « en contradiction totale avec les arbitrages budgétaires » du gouvernement. Éric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE, explique les différences salariales entre les enseignants français et leurs homologues dans les pays de l'OCDE.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Les échos (certains articles payants) du 11/12/12

Peillon fait miroiter une hausse du salaire des enseignants
Le gouvernement a lancé hier une campagne de recrutement des enseignants.
Les syndicats sont surpris et dans l'attente sur la question des rémunérations.
Lire la suite de l’article

Une opération séduction
« Ambition enseigner » : tel est le slogan de la campagne lancée hier par le gouvernement à l'université Sorbonne Nouvelle Paris-III pour soutenir les vocations. Le ministre de l'Education nationale a rappelé l'objectif de recruter 43.000 personnels, en 2013. Parmi eux, 21.000 titulaires se répartiront pour deux tiers dans le premier degré et pour un tiers dans le second degré, confirmant la priorité au primaire. « Nous avons besoin de nouveaux hussards noirs », a conclu hier Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

20 minutes du 11/12/12

Rédaction sur le suicide : les parents prennent la défense d'un prof "apprécié"
Des parents d'élèves ont pris mardi la défense d'un enseignant de Charente, suspendu après avoir demandé à des collégiens de 3e une rédaction sur une mise en situation de suicide, en réclamant le "retour immédiat" d'un prof "apprécié" de ses élèves.
Lire la suite de l’article

Education: Vincent Peillon prêt à discuter d'une revalorisation du métier de prof
Le ministère de l’Éducation peine à attirer de nouveaux professeurs...
Lire la suite de l’article

Quarante-trois mille enseignants en plus: Comment les recruter ?
Le ministre de l'Éducation a annoncé ce lundi le recrutement de 43.000 enseignants d'ici 2014. «20 Minutes» décrypte le projet du ministre...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Rue89 du 11/12/12

Rien vu...
------------------------------------------------

Ouest-France du 11/12/12

École primaire. Des parents d’élèves demandent la fin du redoublement
L’Apel, association de parents d’élèves du privé, demande au ministre de l’Education Vincent Peillon d’inscrire dans la future loi sur l’école « la suppression du redoublement en primaire ».
Lire la suite de l’article

Rédaction sur le suicide. Des parents réclament le retour du prof
Des associations de parents d’élèves de Montmoreau-Saint-Cybard, en Charente, ont réclamé mardi dans un communiqué le « retour immédiat à son poste » de l’enseignant de collège suspendu lundi, après avoir demandé à ses élèves de 3e d’écrire une rédaction en se mettant dans la peau d’un jeune suicidaire, exercice qui a suscité un fort émoi à l’échelle nationale.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Le Journal du Dimanche du 11/12/12

"Des enfants risquent de mourir de froid dans les rues de Paris"
Eric Molinié, président du Samu social de Paris, a écrit au préfet d’Ile-de-France. Selon lui, le plan hivernal, qui offre 6.000 places d’hébergement en Ile-de-France pour les SDF, est "insuffisant".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------

Le Nouvel Obs Permanent du 11/12/12

Rédaction "suicidaire" : des parents pour le retour du prof
Un enseignant de Charente a été suspendu après avoir demandé à des élèves de 3e de s'imaginer au bord du suicide.
Lire la suite de l’article

Rédaction sur le suicide au collège : la faute du prof, mais pas seulement
Les faits se sont déroulés dans un collège de Charente. Un professeur de Lettres a demandé à ses élèves d'imaginer et d'écrire sur leur propre suicide. Il a été suspendu provisoirement, le temps de l'enquête administrative. Yves Delahaie est prof de Lettres. Pour lui, certes son collègue a dérapé, mais l'Éducation nationale ne l'a pas vraiment aidé... Explications.
Lire la suite de l’article

Rédaction sur le suicide au collège : n'accablons pas le prof, il faut en parler
Un prof d'un collège de Charente a été suspendu après avoir proposé une rédaction sur le suicide à ses élèves. Les parents d'élèves ainsi que certains psys ont été scandalisés par cette démarche. Pour Philippe Aïm, psychiatre, l'école, tout comme la famille ou le cercle amical, doit être un lieu au sein duquel on ne doit pas avoir peur du suicide mais pouvoir en parler.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------

L’Express.fr du 11/12/12

Rédaction sur le suicide: des parents d'élèves réclament la réintégration du prof
Dans un communiqué, des associations de parents d'élèves réclament le "retour immédiat à son poste" de l'enseignant à l'initiative d'une rédaction sur le suicide, proposée à des élèves de 3e, et suspendu lundi.
Lire la suite de l’article

Marcel Rufo: "Le cannabis masque un problème qui réapparaîtra plus fort"
Quels sont les signes avant-coureurs d'une dépendance au cannabis? Quel rôle jouent les parents? Le pédopsychiatre Marcel Rufo a répondu, non sans humour, aux questions des internautes de L'Express.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Le Café Pédagogique du 11/12/12

Vincent Peillon en agent recruteur de la République
"La France a besoin de vous !" C'est le message que Vincent Peillon est venu tenir, avec Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur, aux étudiants de Paris III le 10 décembre. Les ministres lancent une campagne de communication pour recruter pas moins de 43 000 nouveaux enseignants en deux ans. G Fioraso a présenté les bases de la réforme de la formation des enseignants. V Peillon a évoqué la grande dignité du métier d'enseignant, les hussards noirs de la République et le service de la patrie. Il s'est aventuré aussi sur le terrain de la revalorisation. La crise du recrutement est-elle si grave que cela ?
Lire la suite de l’article

Les régions compétentes en matière d'orientation et de formation professionnelle
L'avant projet de loi de décentralisation, que le Café s'est procuré, donne aux régions des compétences dans des domaines nouveaux comme la formation professionnelle ou l'orientation.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Touteduc (accès payant) du 11/12/12

Les parents de l'école catholique demandent la suppression du redoublement à l'école primaire
Camille Saliou, présidente de l'APEL demande que soit inscrite dans la loi d'orientation pour la refondation, la suppression du redoublement "au moins à l'école primaire", et que l'Education nationale s'engage "à imaginer des solutions alternatives au collège et au lycée".
Lire la suite de l’article

PIRLS 2011 : La France reste à un niveau médiocre en lecture
"Les résultats de l’enquête PIRLS 2011 (...) confirment la pertinence des orientations présentées pour la refondation de l’Ecole", la priorité au premier degré notamment, estime le ministère de l'Education nationale. L'édition 2011 de l'enquête internationale "Progress in International Reading Literacy Study" vient d'être publiée. Elle mesure les performances en lecture des élèves 4 ans après le début de leur apprentissage, donc au CM1 en France. Le test comporte 135 questions portant sur dix textes de trois à quatre pages. "La France, avec un score de 520 points, se situe au-dessus de la moyenne internationale (500 points) mais en deçà de la moyenne européenne (534 points)." Ce score moyen a très peu évolué depuis 2001, mais celui des filles a significativement baissé, de 531 à 522 (518 pour les garçons). Les pays qui ont les meilleurs résultats sont Hong Kong, la Fédération de Russie, la Finlande et Singapour avec 570 points environ. Le score moyen le plus faible est obtenu par le Maroc (310).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Éducavox du 11/12/12

A propos de l’orientation dans le projet de loi par Bernard Desclaux
Le Monde a rendu public le PROJET DE LOI d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République ainsi que l’exposé des motifs.
Le bal des commentaires est donc ouvert, et je vais y participer sur le thème qui bien sur me tient à cœur, celui de l’orientation et en particulier de ses procédures.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Médiapart (accès payant) du 11/12/12

Refondation de l’Ecole : des choix importants restent à faire ! (blog de la FSU)
Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école est enfin connu ! La FSU regrette d’avoir découvert ce projet en même temps que la Presse, et particulièrement le rapport annexé, sur lequel elle n’a pas été consultée. Le dialogue social devra à l’avenir permettre une concertation plus approfondie.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Slate.fr du 11/12/12

Les garçons n'aiment pas les poupées, c'est biologique
En Suède, où les problématiques liées au féminisme et à l’égalité des sexes sont très prises en considération, une filiale de Toys'R'Us qui continuait encore jusqu’à récemment de présenter dans ses catalogues de jouets une forte différenciation des sexes (des dînettes pour les filles, des armes pour les garçons) a été réprimandé par des associations et a mis à jour son catalogue 2012 pour être en conformité avec les vœux d’équité des associations. Mais tout cela a-t-il un sens, s’interroge The Atlantic, qui rapporte l’anecdote? En effet, les garçons et les filles, en moyenne, n’ont pas les mêmes centres d'intérêts.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Huffington Post du 11/12/12

Les écoliers français mauvais en lecture : d'après l'étude PIRLS il sont en dessous de la moyenne européenne
Les compétences en lecture des écoliers français, en légère baisse en 2011, sont inférieures à la moyenne européenne, selon la troisième étude Programme international de recherche en lecture scolaire (Pirls) publiée mardi 11 décembre.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

ÉducPros du 11/12/12

Un lancement de campagne de recrutement ambitieux par Claude Lelièvre
Vincent Peillon vient de lancer une campagne de communication afin de faciliter la poursuite des objectifs ambitieux ( déjà fixés et ‘’budgétisés’’ ) de recrutement de professeurs . Par exemple, pas moins de 22 100 postes seront ouverts aux concours externes en 2013, contre 16 000 en 2012, et 21 350 en 2014
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------

VousNousIls du 11/12/12

Des infirmières scolaires désarmées face à la violence
7335 infirmières scolaires, puisqu'il s'agit très majoritairement de femmes, exercent en France en 2012. Mais que sait-on vraiment d'elles ? VousNousIls.fr a recueilli le témoignage de ces acteurs clés de l'éducation, en première ligne face aux phénomènes de violence.
Lire la suite de l’article

Performances scolaires : les élèves français sous la moyenne européenne en lecture (enquête)
Le score obtenu par les écoliers français à l'enquête internationale PIRLS 2011, qui mesure les performances en lecture des élèves de CM1, se situe en-dessous de la moyenne européenne.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Revue de presse du lundi 10 décembre 2012

.

Projet - Recrutement - Revalorisation - Décrochage – Sorciers -





Projet
L’actualité éducative des quinze derniers jours a été marquée par la diffusion des textes de l’exposé des motifs et du projet de loi de programmation et d’orientation sur l’école. . Le projet de loi, qui comporte 53 articles, modifie le Code de l'éducation. Il comprend une annexe (l’exposé des motifs) expliquant les enjeux de la refondation et des réformes qui ne passent pas toutes nécessairement par la loi. Cette annexe sera également débattue au Parlement. Le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres fin janvier. Avant, il doit être examiné notamment par le Conseil d'Etat et le Conseil économique social et environnemental (CESE). Il faut signaler que la réforme des rythmes ne passe pas par la loi, mais fera l'objet d'un décret.
Selon l'exposé des motifs, le projet de loi s'articule autour de cinq grands objectifs :

- assurer une vraie formation initiale et continue pour les métiers du professorat et de l'éducation avec la mise en place des écoles supérieures du professorat et de l'éducation ;

- faire entrer l'école dans l'ère du numérique afin de prendre véritablement en compte ses enjeux et atouts pour l'école ;

- mettre le contenu des enseignements et la progressivité des apprentissages au coeur de la refondation ;

- rénover le système d'orientation et l'insertion professionnelle ;
-redynamiser le dialogue avec les partenaires de l'école, ainsi que ses instances d'évaluation.
Quelles sont les principales mesures inscrites dans cette loi d'orientation et de programmation pour l'école ? Le projet de loi met en priorité l'accueil des enfants de moins de trois ans en maternelle dans les zones défavorisées. Pour ce faire, le ministère prévoit de mobiliser 3.000 postes sur le quinquennat. Il crée les Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) destinées à rétablir une formation initiale des enseignants, mais ayant aussi en charge la formation continue. Outre la Conseil national d'évaluation du système éducatif et un Conseil supérieur des programmes, le projet crée aussi un Service public de l'enseignement numérique et de l'enseignement à distance. Il supprime le Haut Conseil de l’Éducation. Côté enseignements, il institue un "enseignement moral et civique". Un enseignement en langue vivante devient obligatoire dès le CP. Le ministère prévoit aussi 7.000 postes affectés au principe du "plus de maîtres que de classes". Au collège, le tronc commun doit être le plus long possible (plus d'orientation en 4ème). On précise aussi que la loi n'est qu'une étape de la refondation portée par le ministre, qui apportera "à partir de 2014 des évolutions substantielles" au lycée général et technologique.
La réforme des rythmes scolaires, qui revient sur la suppression du samedi matin décidée en 2008, est évoquée dans le rapport annexé. Elle "sera engagée dès la rentrée scolaire de 2013 et achevée à la rentrée 2014 dans le premier degré. Elle consistera à revenir à neuf demi-journées de classe, pour instaurer une continuité dans la semaine scolaire et pour mieux organiser les apprentissages. La matinée d'enseignement supplémentaire prendra place le mercredi, sauf dérogation sollicitée auprès des autorités académiques. Elle permettra d'alléger les journées de classe et, en répartissant mieux le temps scolaire, d'améliorer l'efficacité des apprentissages", est-il précisé. "Enfin, cet aménagement permet à l'école d'assurer l'aide au travail personnel, pour tous les enfants dans le temps scolaire, et d'offrir à de petits groupes d'élèves, après le temps de classe des activités pédagogiques complémentaires". La durée de l'année scolaire est inchangée: 36 semaines à la rentrée 2013, mais "pourra évoluer au cours des prochaines années".
"La qualité d'un système éducatif tient d'abord à la qualité de ses enseignants : il s'agit donc en premier lieu d'assurer aux personnels enseignants et d'éducation une formation initiale et continue qui leur permette d'exercer leur métier dans de bonnes conditions", indique l'exposé des motifs. Les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) sont créées (article 42) et les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) sont supprimés (article 43). Les ESPE organisent les actions de formation initiale pour les futurs professeurs, des actions de formation continue des personnels enseignants du premier et du second degrés et des personnels d'éducation et “ elles participent à la formation initiale et continue des personnels enseignants-chercheurs et enseignants de l'enseignement supérieur. ” Ces écoles sont aussi chargées de former les enseignants à l'usage du numérique. Concernant le fonctionnement de ces écoles, on sait simplement qu'elles seront “ administrées par un conseil et dirigées par un directeur”… Les règles relatives à la composition et au fonctionnement de ces conseils seront fixées par décret et sont l’objet de tractations entre les ministères de l’éducation nationale et celui de l’enseignement supérieur. Ça sent le marquage de territoire…
Selon Vincent Peillon et ses conseillers, la transformation de l’école passe aussi par le numérique. Les technologies numériques qui imposent' "une transformation radicale des modes de production et de diffusion des savoirs, mais aussi des rapports sociaux", sont au coeur du projet. "Une nouvelle ambition pour le numérique doit donc être inscrite au coeur de la refondation de l'école : celle-ci doit prendre le tournant et apprendre à former ses élèves par et pour le numérique".
Tout comme le rétablissement de la formation, « l'acquisition d'un socle commun de connaissances, de compétences et de culture » est inscrite dans la loi (article 6) mais "la définition précise des éléments du socle, et leur articulation avec les programmes d'enseignement et l'évaluation des élèves, doivent être repensés", est-il précisé. Ainsi, "la définition des programmes sera confiée à un conseil supérieur des programmes". Il ya quelques ambigüités dans le texte sur l’évaluation des compétences mais le texte rappelle en revanche clairement pour "organiser une réelle progressivité des apprentissages" la nécessité de réfléchir à l'ensemble du parcours des élèves, de la maternelle au collège. Le projet de loi entend aussi "réformer le système d'orientation". Enfin, "la refondation ne peut avoir lieu sans un dialogue redynamisé de l'école avec ses partenaires (au premier rang desquels les parents d'élèves et les collectivités territoriales) et sans un système d'évaluation efficace", est-il précisé.
Si la priorité est mise sur le primaire, le second degré n'est pas oublié. Mais "les moyens nouveaux y seront en priorité consacrés à la mise en place, dans les collèges, de dispositifs pédagogiques adaptés à l'hétérogénéité des publics et de parcours favorisant la réussite de tous les élèves. Dans les lycées professionnels, ils permettront de garantir à tous les élèves un diplôme au moins de niveau V, d'améliorer la réussite au baccalauréat professionnel, et de mieux sécuriser les parcours et de lutter contre le décrochage scolaire". Dans un article consacré à l'alternance, le texte précise la suppression des dispositions de la loi Cherpion du 28 juillet 2011 qui introduisait la sélection précoce avec la possibilité d'un apprentissage dés 14 ans. "Les formations d'apprentis sont exclusivement réservées aux jeunes de quinze ans ou plus, et doivent leur permettre de poursuivre l'acquisition du socle commun" justifie le texte. Pour le lycée, le projet de loi rappelle l'importance du baccalauréat comme voie d'accès à des études supérieures. Parmi les modifications prévues, une unification des objectifs des trois séries du baccalauréat. Les baccalauréats général, technologique et professionnel auront tous pour but de "sanctionner une culture et des compétences permettant à chaque bachelier la réalisation d'un projet d'études supérieures et d'un projet professionnel à plus ou moins long terme".
On reviendra dans une autre chronique sur les réactions et les analyses de ce projet de loi. Notons cependant que celui-ci n’a pas suscité de vives réactions jusqu’à maintenant . Tout le monde s’accorde pour dire que le plus important et le plus sujet aux rapports de forces se trouvera dans les décrets d’application. Le diable est dans les détails…

Recrutement
Qui veut étudier l’esprit libre ? ”, “Qui veut apprendre à apprendre ?” “Qui veut la réussite de tous ? ”, ce sont trois affiches ou un jeune homme ou deux jeunes femmes lèvent la main pour répondre positivement à chacune de ces questions. C’est avec cette communication que Vincent Peillon a lancé ce lundi 10 décembre la campagne de recrutement de 43 000 enseignants.
Après la diffusion “officieuse” du projet de loi d’orientation et de programmation, V.Peillon poursuit donc son action avec cette campagne de recrutement de 43 000 enseignants . Une ambition affichée depuis septembre par le ministre de l'Éducation, dans la lignée des promesses de campagne présidentielle, et d'ores et déjà budgétée. En pratique, 22 100 postes seront ouverts aux concours externes en 2013, contre 16 000 en 2012, et 21 350 en 2014.
"Nous avons besoin de bons professeurs. Professeur est un métier de talent, d'excellence", déclarait Vincent Peillon dans le Journal du Dimanche. Deux jours plus tôt, le Haut Conseil de l'éducation (HCE) publiait son rapport 2012, qui sera vraisemblablement le dernier puisque cette instance est appelée à disparaître avec la loi d'orientation. Mais les conclusions de ce rapport vont tout à fait dans le sens de la "refondation". Les auteurs du rapport concluaient à "une profession en crise qui doit retrouver attractivité et prestige".
Le recrutement passe donc d’abord par une campagne de communication qu’on pourra comparer avec les précédentes. Rappelez vous “Professeur. Et si l’avenir, c’était vous ?” sous Jack Lang. Et Julien qui avait « trouvé un poste à la hauteur de ses ambitions» alors que Laura avait trouvé «le poste de ses rêves» sous Chatel.... En tout cas, la campagne Peillon va coûter moins cher que les précédentes : 1,35 million d’euros hors taxe pour 17.000 recrutements à pourvoir. Ce qui nous met le recrutement à 76 € par poste. Reste à savoir si ce sera efficace...
Pour attirer les candidats, le ministre compte aussi sur la nouvelle filière 'emploi-professeur-avenir'. Concrètement, "à partir de la deuxième année de fac et du mois de janvier, 4.000 premiers contrats" vont être signés. "Des jeunes de milieux modestes boursiers seront pris pour passer les concours et nous leur donnerons les moyens de le faire, c’est-à-dire 900 euros par mois" a t-il indiqué.
On compte aussi sur les Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espé) qui ouvriront leurs portes à la rentrée 2013. Après trois années “sacrifiées” où les enseignants débutants commençaient à temps complet avec une fatigue énorme, les futurs enseignants alterneront entre formation et stages pratiques, et seront payés à plein temps pour faire un mi-temps. Le ministre de l'Éducation nationale y voit déjà “un acquis salarial”.
Comment se répartiront ces emplois de professeurs? Suivant quelles priorités? La réponse est dans le projet de loi sur l'école qui, dans son volet «programmation», revient sur les fameux 60.000 emplois créés sur le quinquennat. Parmi eux, 54.000 iront à l'Éducation nationale (le reste relevant des ministères de l'Enseignement supérieur et de l'Agriculture). Si l'on met de côté les enseignants stagiaires, les 21.000 titulaires se répartissent pour deux tiers dans le premier degré et un tiers dans le second degré. La priorité au primaire est donc confirmée. De même que la scolarisation des enfants de moins de trois ans, segment sur lequel seront affectés 3000 titulaires. L'accueil de ces moins de trois ans se fera «en particulier dans les zones d'éducation prioritaire, dans les territoires ruraux isolés les moins bien pourvus et en outre-mer», précise le texte. Enfin, 7000 professeurs sont dédiés au renforcement de l'encadrement pédagogique dans les zones difficiles, illustration de la formule «plus de maîtres que de classes» qui doit conduire, selon le ministre à une mutation pédagogique.
Fort opportunément ( !), alors que le ministre lançait sa campagne et que tout le monde s’interroge sur la capacité à attirer les candidats, un sondage CSA commandé par le ministère de l'Education se veut rassurant : pour près de huit Français sur dix, enseignant est un métier d'avenir. Ainsi, l'enquête révèle que 81% des sondés ont de la “ considération” pour eux, une image positive du métier» - 89% chez les sympathisants de gauche, 74% chez ceux de droite - et les trois-quarts seraient fiers que leur enfant devienne enseignant. Selon 87% des sondés, les professeurs aiment leur métier, 82% pensent qu'ils s'investissent dans leur travail et 77% estiment qu'ils méritent une plus grande reconnaissance sociale.
En revanche, à lire les commentaires et les réseaux sociaux, à entendre ce qui se dit dans les salles des profs les enseignants semblent, quant à eux, affectés par un profond sentiment de déclassement.

revalorisation ?
Le ministre, qui lançait donc ce lundi 10 décembre sa grande campagne de recrutement était, le matin même, interviewé sur BFM-TV / RMC. Les médias ont surtout retenu de ses déclarations la promesse d’une “revalorisation”. “ Est-ce qu'il faut revaloriser les professeurs français ? je réponds oui ”. “ Je suis prêt, à partir de janvier 2013 à ouvrir la grande négociation qu'il n'y a jamais eue sur les contenus, les carrières, le temps de travail et la question d'une revalorisation ” a t-il précisément dit.
Il est vrai que les salaires des enseignants français se situent largement au-dessous de la moyenne des pays de l'OCDE comme nous le rappellent plusieurs journaux : le nouvel Obs , Le Figaro ou encore Le Monde . Le constat du retard français est valable aussi bien pour les débutants, avec 24.334 dollars (par an) pour un professeur du primaire - contre 28.523 en moyenne dans l'OCDE - que pour les professeurs ayant quinze ans d'expérience avec 32.733 dollars contre 37.603 en moyenne dans la plupart des pays membres.
Mais si l'argumentaire de Vincent peillon fait référence aux études de l'OCDE qui montrent que l'enseignant français est moins bien payé que ses voisins, on y voit aussi que ses contraintes professionnelles ne sont pas aussi lourdes. C’est ce qu’ il évoque devant Jean-Jacques Bourdin : “Vous prenez le modèle allemand, qu’est-ce qui se passe en Allemagne ? Les professeurs travaillent en moyenne 25 heures par semaine, 50 % de plus que notre temps de travail dans le secondaire. Ils enseignent souvent deux disciplines, les chefs d’établissement eux-mêmes enseignent. Alors pourquoi garde-t-on uniquement le salaire et pas tout ce qui justifie le salaire ? ”. Si les enseignants étrangers sont mieux payés, c’est aussi parce qu’ils ont des missions définies différemment et une formation allant dans le sens d’une conception large du métier comme le rappelle Eric Charbonnier, spécialiste des questions d’éducation à l’OCDE dans un article de la revue Challenges
On voit donc qu’il faut faire attention quand on parle d’une seule revalorisation salariale. D’ailleurs V. Peillon en a t-il les moyens ? Il semble qu’il y ait un “ malentendu médiatique ” selon l’expression de Lucie Delaporte dans Médiapart qui parle d’une revalorisation sous condition. Dans l’entretien sur RMC, le ministre précise en effet : “ il n'y aura pas de discussions salariales” à proprement parler, “ la conséquence d'une discussion sur le métier est évidemment une question salariale, mais c'est d'abord une discussion sur le métier”. Quand il dit “ Ma porte est ouverte. Je suis prêt à partir de 2013 à ouvrir la grande négociation qui n'a jamais eu lieu dans ce pays sur la refondation du métier d'enseignant : il y aura les contenus, le développement de carrière, le temps de travail et bien évidement la question de la revalorisation”, il semble peser chaque mot. Et la revalorisation vient à la fin comme la conséquence d’une remise à plat du métier.

Ne pas décrocher…
Avant la présentation du plan de recrutement et la publication du projet de loi sur la refondation de l’École, il fallait occuper le terrain, ne pas décrocher ... C’est ce qu’a fait Vincent Peillon en présentant le 5 décembre dernier son plan de lutte contre le décrochage scolaire. Voilà un dossier consensuel et bien moins risqué que d’autres thèmes comme les rythmes, les salaires ou les statuts des enseignants ou même la formation des enseignants. Un dossier sur lequel, gouvernement après gouvernement, tout le monde s'accorde, tant sur le constat (140 000 jeunes décrochent chaque année du système scolaire) que sur les moyens d'y remédier. Vincent Peillon, lors de sa présentation, a même rendu hommage au gouvernement Fillon qui avait lancé des plate-formes destinées à lutter contre le décrochage. “ Les plates-formes ont permis d'identifier les décrocheurs, il faut maintenant mettre en place des solutions de formation en mobilisant l'Education nationale, l'agence du service civique, la mission d'insertion et les régions ” a t-il indiqué. Tous les jeunes concernés vont ainsi être appelés un par un et se verront proposer un parcours personnalisé de retour en formation dans le cadre d'un contrat objectif formation-emploi. Sur le terrain, c'est une nouvelle structure pilotée par l'Education nationale - les réseaux objectif formation-emploi - qui sera chargée de coordonner et de développer l'offre de solutions proposées aux décrocheurs (retour en formation scolaire, en formation continue, en apprentissage, etc.). Vincent Peillon s'est donné pour objectif de « raccrocher » 20.000 jeunes sortis du système scolaire en 2013. Soit un doublement par rapport à aujourd'hui, où ils sont 9.500 dans ce cas. A terme, l'objectif est celui fixé par François Hollande pendant la campagne présidentielle : diviser par deux d'ici à la fin du quinquennat le nombre de décrocheurs, estimé à 140.000 par an.
Mais, il faut “ prévenir et guérir ” a précisé le ministre. C’est principalement l’objectif du projet de loi que nous évoquions plus haut et qui concentre les moyens sur le primaire pour que, selon le ministre de l'Education, “ l'école ne transforme pas les difficultés (qui apparaissent dès la grande section de maternelle, le CP ou le CE1) en échec et l'échec en exclusion ”.
Mais s’il y a consensus sur les objectifs, il y a cependant une polémique sur les chiffres. Dès sa création, le collectif des Déchiffreurs de l’éducation avait alerté sur les précautions à prendre dans la lecture de ces chiffres. Dans un article récent du journal Les Échos , un inspecteur de l'Education nationale nuançait le chiffre de 140.000 décrocheurs : “ Ce chiffre brut ne recense en fait que les décrocheurs potentiels. Sur les 140.000, un tiers seulement sont véritablement des décrocheurs. Une réalité qui met du coup à portée de main l'objectif des 70.000, note la journaliste .,.

C’est pas sorcier
Depuis 1993, Jamie Gourmaud et Frédéric Courant animent l’émission de vulgarisation scientifique “C’est pas sorcier”. Ils ont appris mardi 4 décembre qu’il n’y aurait plus de nouvelle émission tournée à partir de juin 2013. Il y aura donc des rediffusions, mais plus de nouvelles émissions. La raison invoquée est budgétaire.
L’annonce provoque de nombreuses réactions, l’émission rassemble actuellement entre 350 000 et 400 000 téléspectateurs le samedi matin, soit 7 % de part d’audience. C’est aussi un support pédagogique souvent utilisé par les enseignants du primaire et du collège. Une pétition a même été lancée pour éviter que le camion reste en rade…

Abec doutes bes excuses…
La période est difficile pour les enseignants et le rédacteur de cette chronique ne fait pas exception à la règle. C’est le temps des corrections de copies et des conseils de classes tardifs et pour les formateurs celui des visites de stagiaires d’un coin à l’autre de l’académie. Rajoutez à cela des courants d'air, des salles de classe transformées en bouillon de culture et un gros rhume et vous obtenez une revue de presse au rythme de plus en plus aléatoire…

Bonne Lecture...

----------------------------------------------
Libération.fr du 10/12/12(certains articles payants)


Le Haut Conseil de l'Education s'inquiète d'un échec scolaire «croissant»
Le Haut Conseil de l’Education met en garde contre le «niveau croissant d'échec scolaire» en France et des «performances en baisse» dans son rapport annuel, transmis vendredi à François Hollande et dont l’AFP a eu copie.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon en croisade contre le décrochage scolaire
Le ministre de l'Education nationale, qui doit annoncer ce mardi un plan de lutte contre ce phénomène, espère offrir une formation à 20 000 décrocheurs en 2013.
Lire la suite de l’article

Cours d'arabe en primaire : Marion Maréchal-Le Pen s'énerve
La députée FN dénonce les dépenses «ahurissantes» de l'Education nationale. Désintox rétablit les faits.
Lire la suite de l’article

Sciences-Po: un administrateur provisoire nommé par l'Etat
Jean Gaeremynck doit diriger l'école dans l'attente de la nomination du successeur de Richard Descoings.
Lire la suite de l’article

L’Ecole Vaucanson ouvre un avenir aux bacheliers pros
A Saint-Denis, les étudiants issus des filières professionnelles peuvent accéder à une licence ou un master grâce à des formations adaptées.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 10/12/12 (certains articles payants)
Enseignement : Peillon veut stimuler les vocations
Le ministre de l'Éducation a lancé une vaste campagne de recrutement dans l'enseignement. Il s'agit de revaloriser une profession délaissée, notamment en raison de salaires faibles.
Lire la suite de l’article

Peillon a-t-il les moyens d'augmenter les enseignants ?
Interviewé sur RMC, Vincent Peillon a laissé planer le doute en évoquant une « revalorisation du métier ». Celle-ci pourrait être financière, à condition d'avoir préalablement revu la délicate question des statuts.
Lire la suite de l’article

Peillon lance une vaste campagne de recrutement
Le gouvernement entend motiver les jeunes troupes et booster les vocations.
Lire la suite de l’article

Un professeur suspendu après un devoir sur le suicide
Un professeur de français d'un collège de Charente a demandé à ses élèves de rédiger une lettre de suicide en dressant leur autoportrait. Des parents et la FCPE s'insurgent.
Lire la suite de l’article

Éducation : une famille sur deux désemparée
Certains parents souffrent de ne pas pouvoir protéger leurs enfants comme ils le souhaiteraient.
Lire la suite de l’article

Le Père Noël passera-t-il par l'école de Montargis ?
À Montargis, des parents d'élèves affirment qu'une directrice a cédé «à la pression de familles musulmanes» pour annuler la visite du Père Noël dans une école.
Lire la suite de l’article

Le service civique au secours des «décrocheurs»
Le plan de lutte contre le décrochage scolaire prévoit une action commune avec l'agence pilotée par Martin Hirsch.
Lire la suite de l’article

SOS homophobie perd son agrément 
dans les écoles
Le tribunal administratif estime que l'association, qui intervient régulièrement dans les établissements scolaires, a utilisé un document de travail peu équilibré et pouvant heurter les convictions religieuses.
Lire la suite de l’article

Peillon veut aider 20.000 jeunes en échec scolaire en 2013
Le ministre de l'Education Vincent Peillon a annoncé sur RTL qu'il souhaitait donner une formation à 20.000 jeunes sortis du système scolaire en 2013, et a jugé "raisonnable" de parvenir à un objectif de 70.000 à la fin du quinquennat.
Lire la suite de l’article

Ces matières que les profs ont du mal à enseigner
Croisades, Shoah, colonisation, sexualité, darwinisme… les enseignants se plaignent de plus en plus de leurs difficultés à traiter de certains sujets devenus « sensibles » du fait notamment des pressions religieuses venues des élèves et de leurs parents.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 10/12/12
Salaire des enseignants : où se situent les Français par rapport à leurs collègues européens ?
Alors que le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, annonce l'embauche de 43 000 enseignants pour les années 2013 et 2014, et se déclare prêt à rouvrir le chantier des revalorisations salariales des professeurs, Le Monde.fr revient sur les salaires que touchent les enseignants dans le primaire et le secondaire dans différents pays européens, en regard du nombre d'heures annuelles travaillées.
Lire la suite de l’article

Des élèves de 3e incités à imaginer leur suicide
"Vous venez d'avoir 18 ans. Vous avez décidé d'en finir avec la vie. Votre décision semble irrévocable. Vous décidez dans un dernier élan de livrer les raisons de votre geste. En dressant votre autoportrait, vous décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même. Votre texte retracera quelques événements de votre vie à l'origine de ce sentiment.". Il y a un peu plus d'un mois, les élèves de deux classes de 3e du collège de Montmoreau-Saint-Cybard, en Charente, ont dû plancher sur ce sujet de rédaction. Un énoncé un peu dérangeant, surtout si l'on considère que le devoir n'était accompagné d'aucun cours de sensibilisation à la problématique du suicide, qui reste la deuxième cause de mort chez les jeunes de 15 à 24 ans.
Lire la suite de l’article

Enseignants: changer le métier pour en changer le salaire
Argent contre service… Un entretien chez Jean-Jacques Bourdin, sur RCM lundi 10 décembre, aura suffi à mettre le dossier du traitement des enseignants sur le devant de la scène.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon lance une vaste campagne de recrutement d'enseignants
Vincent Peillon lance lundi la campagne de recrutement de 43 000 enseignants, profession qui souffre d'une pénurie de candidats couplée à une baisse du nombre de postes sous le dernier quinquennat. En pratique, 22 100 postes seront ouverts aux concours externes en 2013, contre 16 000 en 2012, et 21 350 en 2014.
Lire la suite de l’article

Le Haut Conseil de l'Education s'inquiète d'un échec scolaire "croissant"
Un "niveau croissant d'échec scolaire" et des "performances en baisse" en France. Ce sont les mises en garde rédigées par le Haut Conseil de l'éducation dans son rapport annuel, transmis vendredi 7 décembre à François Hollande et dont l'AFP a eu copie.
Lire la suite de l’article

Hollande annonce un Observatoire de la laïcité en 2013
François Hollande a annoncé, dimanche 9 décembre, la mise en place en 2013 d'un Observatoire national de la laïcité, chargé notamment de formuler des propositions sur la transmission de la morale publique à l'école, selon un communiqué de l'Elysée.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : le dossier avance
Enième feuilleton sur les rythmes scolaires : les syndicats d’enseignants ont été reçus, mercredi 5 décembre, au ministère de l’éducation nationale, où un projet de décret leur a été présenté par le cabinet de Vincent Peillon. L’entrevue - la troisième sur le sujet - était très attendue, après l’annonce faite par le chef de l’Etat, François Hollande, le 20 novembre, d’un possible étalement de la réforme sur deux ans (2013 et 2014). Ce délai, censé rassurer les collectivités qui doivent prendre en charge trois heures d’activités périscolaire en plus, chaque semaine, pour alléger les journées de classe et permettre le retour aux quatre jours et demi d’école hebdomadaires, avait - un peu - embrouillé les enseignants. « On a craint un enterrement de première classe de la réforme », lâche l’un d’eux. Changement de ton après le rendez-vous d’hier, dont le Snuipp-FSU - majoritaire dans le premier degré - et le SE-UNSA sont sortis relativement satisfaits.
Lire la suite de l’article

Le Haut Conseil de l’éducation, « VRP » des réformes « Peillon »
A lire le dernier rapport du Haut Conseil de l’éducation (HCE), remis vendredi 7 décembre au président de la République, on se demande bien pourquoi le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, veut le supprimer... Est-ce une validation de sa politique ? Le service après-vente de son projet de loi d’orientation sur l’école, qui vient d’être dévoilé ? En tout cas, le « rapport 2012 » du HCE est remarquablement en phase avec les objectifs fixés en matière de politique éducative pour les cinq prochaines années.
Lire la suite de l’article

Le projet de loi sur la refondation de l'école dévoilé
Depuis l'arrivée de Vincent Peillon rue de Grenelle comme ministre de l'éducation nationale, tous les travaux qu'il avait engagés convergeaient vers l'écriture d'une loi d'orientation et de programmation sur l'école. Un dispositif qui doit remplacer celui mis en place par François Fillon, en 2005. Le texte devait symboliquement être la première grande loi de la mandature. Elle ne sera finalement présentée que fin janvier en conseil des ministres. Le Monde s'est procuré ce texte aujourd'hui encore en consultation au Conseil d'Etat.
Lire la suite de l’article

A quoi vont servir les 60 000 postes rétablis dans l'éducation ?
Le rétablissement des 60 000 postes disparus des classes de primaire, de collèges ou de lycées sous la mandature de Nicolas Sarkozy était une promesse de campagne du candidat Hollande. Le collectif budgétaire du 4 juillet en a donné un avant-goût en créant les 1 000 premiers. D'autres ont suivi avec la loi de finance pour 2013. La loi d'orientation, qui est aussi une loi de programmation jusqu'en 2017, détaille les créations de postes sur ce secteur mis en avant comme prioritaire.
Lire la suite de l’article

SOS homophobie se voit retirer son agrément dans les écoles
Le tribunal administratif de Paris a annulé l'agrément du ministère de l'éducation nationale accordé à l'association SOS homophobie sans pour autant mettre en péril ses interventions en milieu scolaire, a-t-on appris lundi 3 décembre de sources concordantes.
Lire la suite de l’article

Peut-on exporter en France le modèle de formation des enseignants finlandais ? par Éric Charbonnier
Les critiques qu’on entend parfois sur la Finlande ne doivent pas faire oublier les excellents résultats obtenus par ce « petit »pays.
Lire la suite de l’article

Portrait robot du décrocheur
140 000 : c’est le nombre estimé de « décrocheurs » en France, ces jeunes sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification, passé l’âge de la scolarité obligatoire - 16 ans. Durant la campagne présidentielle, François Hollande s’est engagé à diviser leur nombre par deux d’ici la fin du quinquennat.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut lutter contre le décrochage scolaire
Vincent Peillon, le ministre de l'éucation annonce qu'il souhaite donner une formation à 20 000 jeunes sortis du système scolaire en 2013.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon réintroduit l'histoire-géo en terminale S
Le rétablissement de l'histoire-géographie en terminale scientifique : voilà un engagement de campagne sur lequel le gouvernement n'entend pas transiger. Dès 2013, les élèves de la "voie royale" n'auront plus, en 1re S, que deux heures et demie de cours d'histoire-géographie par semaine, contre quatre actuellement. En terminale en revanche, ils devront dès 2014 ajouter à leur emploi du temps déjà chargé - une trentaine d'heures hebdomadaires -, deux heures d'histoire-géo. Deux heures obligatoires, et pas optionnelles comme aujourd'hui. La discipline, ravalée au rang d'épreuve anticipée en fin de 1re, redeviendra une épreuve terminale en 2015.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 10/12/12
Éducation : le voile se lève sur le projet Peillon
Cinq mois après le lancement de la concertation, le ministère de l’Éducation nationale a terminé la rédaction du projet de loi d’orientation et de programmation censé refonder l’école. Ce texte, qui sera présenté en Conseil des ministres fin janvier, comporte 53 articles. Mais aussi une annexe expliquant les enjeux et détaillant les 60 000 créations de postes promises au cours du quinquennat. Ainsi, pour l’essentiel, 7 000 postes seront consacrés aux collèges et lycées, 27 000 à la remise en place d’une formation des profs, et 14 000 iront à l’école primaire.
Lire la suite de l’article

Savoirs, mixité et équité, il s’agit de « rescolariser l’école » Par Abdelmajid ARBOUCHE,
Depuis un certain nombre d’années, on entend et on lit que « l’école est en crise ». De nombreux témoignages ou enquêtes sur le stress des enseignants, la violence scolaire et le décrochage scolaire, pour ne citer que ceux-là, mettent en lumière une situation inquiétante. Pour y remédier, le concept « rescolariser l’école » tente de redéfinir les contours et les missions de l’école au sein de la société française. Il signifie, dans un premier temps, que la scolarisation n’est plus ou est défaillante, et il propose de replacer ou de remettre l’école au centre de l’école.
Lire la suite de l’article

Le plan de Peillon pour les décrocheurs
Le ministre de l’Éducation a annoncé sa volonté de donner une formation à près de 20 000 jeunes en difficulté, en 2013.
Lire la suite de l’article

Jean-Pierre Terrail « La thèse de la démission éducative des parents a 40 ans de retard »
Pour le sociologue Jean-Pierre Terrail, les relations entre les familles des milieux populaires et l’école sont aujourd’hui en pleine mutation. Explication.
Lire la suite de l’article

Parents d’élèves Comment impliquer ceux « qu’on ne voit jamais » ?
L’idée que certains parents de quartiers populaires « démissionnent » face à l’échec scolaire de leur enfant reste largement répandue. La réalité est tout autre. Et ce que de nombreux enseignants prennent pour du désintérêt interroge surtout le « modèle parental » que s’est forgé l’école.
Lire la suite de l’article

Valérie Fourneyron : " Il n’y a pas une mais des jeunesses"
Entretien avec la ministre de la Jeunesse, qui réagit à la remise d’un rapport accablant sur la montée des inégalités entre les jeunes diplômés et les autres. Près de 46 % des jeunes non diplômés sont au chômage, contre 9 % pour ceux diplômés du supérieur, rappelle un rapport sur la montée des inégalités au sein de la jeunesse, remis hier à la ministre de la Jeunesse.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 10/12/12
Dissertation sur le suicide : le professeur suspendu «à titre conservatoire»
Des élèves de troisième du collègue de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente) auraient travaillé le 22 octobre sur un sujet de rédaction ayant trait au suicide. Un sujet étonnant qui a fait bondir plusieurs parents. Et causé lundi la suspension du professeur. L'enseignant a été «suspendu à titre conservatoire, le temps que l'enquête administrative soit diligentée», a précisé le rectorat.
Lire la suite de l’article

Peillon prêt à parler d'une revalorisation du salaire des profs
Alors que le ministre de l'Education nationale lançait ce matin une campagne pour recruter 43 000 nouveaux enseignants, ce dernier a annoncé sur BFMTV / RMC être prêt à parler d'une revalorisation des salaires au mois de janvier.
Lire la suite de l’article

Salaire des profs : Copé somme Ayrault de «recadrer» Peillon
Alors que le ministre de l'Education lâchait ce lundi matin qu'il serait prêt à discuter d'une revalorisation du salaire des enseignants, Jean-François Copé saute sur l'occasion pour demander à Jean-Marc Ayrault de «recadrer très rapidement» Vincent Peillon dont les déclarations sont «en contradiction totale avec les arbitrages budgétaires» du Premier ministre.
Lire la suite de l’article

Peillon lance une campagne pour recruter 43 000 profs
Les suppressions de postes inquiétaient lors du quinquennat précédent, aujourd'hui, c'est la profusion qui fait peur : Vincent Peillon lance lundi sa campagne de recrutement de 43 000 enseignants mais la profession souffre d'une pénurie de candidats.
Lire la suite de l’article

Sondage : 8 Français sur 10 ont une image positive des enseignants
Alors que les enseignants ressentent souvent le manque de considération grandissant pour leur métier et que le gouvernement peine à trouver des candidats, un sondage CSA commandé par le ministère de l'Education se veut rassurant : pour près de huit Français sur dix, enseignant est un métier d'avenir.
Lire la suite de l’article

Enseignant : « Le plus beau métier du monde »
Ariane, 33 ans, enseigne le français à Sarcelles
Lire la suite de l’article

Gwendoline a démissionné de son poste d'enseignante
Elle rêvait d’aider des enfants, des élèves, à progresser, leur donner le goût d’apprendre, « en primaire surtout, cela me paraît être la base ». En juin dernier, pourtant, Gwendoline a claqué la porte de l’Education nationale, quatre ans après y être entrée, remportant le concours de prof des écoles haut la main, première de la région Champagne-Ardenne.
Lire la suite de l’article

Education : trop de collèges et lycées ghettos
La carte scolaire va de nouveau faire débat. « Assouplie » en 2007 sur une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy, qui voulait l’abolir pour « laisser le choix de l’école à toutes les familles et favoriser l’égalité des chances », elle n’était pas la priorité de Vincent Peillon. Mais cela change : il vient de saisir l’inspection générale de l’Education nationale en lui demandant un rapport pour le printemps, et son ministère va commencer à travailler sur la question après les fêtes, pour trouver « LA solution, au moins la moins mauvaise ».
Lire la suite de l’article

La carte scolaire a été assouplie, mais…
Au rectorat de Paris, on emploie le mot paradoxal pour définir la situation de la carte scolaire! En 2007, Xavier Darcos, alors ministre de l'Education nationale de Nicolas Sarkozy, annonçait « l'assouplissement de la carte scolaire » pour « permettre aux parents de choisir le collège de leur enfant ». « En fait, c'est le contraire qui s'est passé », estime un professeur. Philippe Fatras, directeur académique chargé du second degré, reconnaît qu'« il y a plus de demandes et qu'il est plus difficile aujourd'hui d'obtenir une dérogation à Paris, ce qui n'est pas le cas en province ».
Lire la suite de l’article

Collège : les demandes de dérogations explosent
Les parents des élèves de CM 2 invités ce mois-ci à inscrire leurs enfants en 6e sont de plus en plus nombreux à prétexter un déménagement pour décrocher le « bon collège ». Le rectorat met le holà.
Lire la suite de l’article

Primaire : la semaine de 4,5 jours dès 2013 pour la moitié des écoliers
Les communes ont jusqu'à fin janvier pour décider d'appliquer la semaine de 4,5 jours dans le primaire à la rentrée 2013 ou l'an prochain comme leur en a donné la possibilité François Hollande, ont indiqué les syndicats à l'issue d'une réunion ministérielle ce mercredi. « Les communes doivent en janvier préciser leur intention, mais elle ne vaut pas décision.
Lire la suite de l’article

Montargis : après la polémique, la visite du Père Noël reprogrammée à l'école
Le maire de la ville refuse de céder aux pressions et a reprogrammé la visite traditionnelle du Père Noël dans une école de la ville, annulée pour «respecter les diverses croyances».
Lire la suite de l’article

« C’est pas sorcier» va s’arrêter en juin 2013
Le magazine scientifique «C’est pas sorcier» ne programmera plus d’émissions inédites sur la grille de France 3 au-delà de juin 2013 pour des raisons budgétaires après dix-neuf ans de bons et loyaux services. Jamy Gourmaud et Frédéric Courant, les deux animateurs de ce rendez-vous programmé le samedi à 10h45, en ont été informés mardi par la direction des programmes de la chaîne.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 10/12/12
Le gouvernement veut embaucher plus de 40 000 « nouveaux hussards noirs »
Alors que la précédente majorité avait supprimé 70 000 postes, les ministres de l’éducation et de l’enseignement supérieur ont lancé lundi 10 décembre à Paris une vaste campagne de recrutement, visant à embaucher 43 000 professeurs en 2013 et 2014.
Lire la suite de l’article

Des professeurs parlent aux futurs professeurs
Le ministre de l’éducation, Vincent Peillon, donne lundi 10 décembre le coup d’envoi de la nouvelle campagne de recrutement des professeurs. Ces dernières années, on a souvent évoqué une « crise » de la vocation enseignante chez les étudiants. La Croix a demandé à des professeurs s’ils conseilleraient aux jeunes générations de choisir un métier souvent décrit comme difficile.
Lire la suite de l’article

Le gouvernement a finalisé son projet de loi de refondation de l’école
Attendue en conseil des ministres fin janvier 2013, la future loi d’orientation et de programmation crée notamment les écoles supérieures du professorat et de l’éducation, instaure un enseignement de langue dès le CP et prévoit l’affectation de deux-tiers des nouveaux postes dans le primaire.
Lire la suite de l’article

Le P. Jean-Marie Petitclerc, un polytechnicien auprès des jeunes à la dérive
Jean-Marie Petitclerc a renoncé à une carrière dans les grands corps de l’État pour devenir prêtre et éducateur spécialisé.
Lire la suite de l’article

Les bons élèves sont-ils des enfants heureux ?
On pourrait croire que leurs bons résultats les mettent à l’abri des conflits parentaux et des «chagrins d’école». Pourtant, être bon élève n’est pas un vaccin contre l’angoisse.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 10/12/12
Peillon souhaite revaloriser le métier d'enseignant
Alors qu'il lance ce lundi sa campagne de recrutement de 43.000 nouveaux enseignants annoncée fin septembre, le ministre de l'Education Vincent Peillon s'est dit prêt à ouvrir en janvier «une grande négociation» sur le métier, incluant leur évolution de carrière, leur temps de travail et leur revalorisation salariale.
Lire la suite de l’article

Projet de loi sur l'école : le diable sera dans les détails
Le projet de loi de Vincent Peillon visant à réformer l'école est désormais sur la table. Il renvoie à treize décrets, essentiels pour la mise en oeuvre effective de la réforme.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut « raccrocher » 20.000 jeunes en échec scolaire en 2013
L'Education nationale, l'Agence du service civique et les régions seront mobilisées.
Lire la suite de l’article

Soyez populaire, ça rapporte !
Les élèves populaires au lycée gagnent plus d'argent que les autres quarante ans plus tard. Dans la vie professionnelle, la capacité à bâtir des relations sociales joue un rôle essentiel et méconnu. Un constat essentiel pour chacun.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 10/12/12
Rédaction à des collégiens sur le suicide: L'enseignant «suspendu à titre conservatoire»
L'enseignant qui avait proposé un sujet de rédaction à ses élèves de 3ème d'un collège de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente), les invitant à se mettre dans la peau d'un adolescent suicidaire, a été «suspendu à titre conservatoire», a-t-on appris lundi auprès du rectorat.
Lire la suite de l’article

Lancement lundi de la campagne nationale de recrutement des enseignants
La campagne nationale pour le recrutement en deux ans de plus de 43.000 enseignants sera ouverte lundi, annonce le ministre de l'Education Vincent Peillon dans un entretien à paraître dans Le Journal du Dimanche. En clair, 22.100 postes seront ouverts aux concours externes en 2013, contre 16.000 en 2012, et 21.350 en 2014.
Lire la suite de l’article

Le projet de loi sur l'école affirme la priorité au primaire et crée 60.000 postes
Vincent Peillon a communiqué mercredi aux syndicats le texte de son projet de loi...
Lire la suite de l’article

Grèce: les néonazis prennent le chemin de l'école pour mieux s'implanter
Les écoles deviennent en Grèce un terrain d'opération pour les néonazis du parti Aube dorée, qui y recrutent et y propagent leurs thèses, suscitant inquiétude et mobilisation des responsables éducatifs.
Lire la suite de l’article

Peillon veut donner une formation à 20.000 jeunes qui ont décroché
Alternance, service civique, micro-lycée... le ministre de l'Education Vincent Peillon veut donner en 2013 une formation à 20.000 jeunes qui ont décroché du système scolaire, jugeant "raisonnable" d'atteindre l'objectif de 70.000 à la fin du quinquennat.
Lire la suite de l’article

SOS Homophobie: Le ministère de l'Education nationale apporte son soutien à l'association
Elle va faire une nouvelle demande d'agrément après avoir revu le contenu de ses documents de sensibilisation...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 10/12/12
Loys Bonod, prof de français : « Un élève de troisième a un niveau CM2 »
Si vous lisez régulièrement mon blog En aparté, vous devez savoir que je suis inquiète (et c’est un euphémisme) de l’évolution de l’Education nationale. Très sensible à l’enseignement, notamment du français (je suis « littéraire » de formation et de cœur), j’ai découvert avec grand intérêt le blog La vie moderne, suite à la « petite expérience » numérique déjà très largement médiatisée et commentée. J’ai eu envie de donner la parole à son créateur, Loys Bonod, 37 ans, professeur de français.
Lire la suite de l’article

La Marseillaise obligatoire à l’école : une escroquerie
Le projet de loi de programmation sur l’école dévoilé ces derniers jours se signale surtout par le flou des principes affichés, remettant à plus tard les choix décisifs.
Lire la suite de l’article

Pourquoi pas une licence globale pour les manuels scolaires ? par Gilles Dowek et Jean-Pierre Archambault
Au printemps 2012, nous avons proposé à l’Association des régions de France (ARF) le contrat suivant : nous nous engagions à écrire un manuel scolaire, à le mettre en page et à le mettre en ligne sous la forme d’un fichier PDF, en échange de quoi les régions nous donnaient 20 000 euros, correspondant à la rémunération des auteurs, illustrateurs, maquettistes et éditeurs de ce texte.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Ouest-France du 10/12/12
Écoles. En 2013, 43 000 recrutements et une revalorisation ?
43 000 enseignants vont être recrutés pour la rentrée 2007. Vincent Peillon est également prêt à discuter de la rémunération, dans le cadre d'une discussion plus large sur le métier.
Lire la suite de l’article

Un enseignant suspendu après avoir donné une rédaction sur le suicide
Le sujet de rédaction invitant des élèves de 3e d’un collège de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente) à se mettre dans la peau d’un adolescent suicidaire avait suscité l’émoi de parents « révoltés ». L’enseignant a finalement été suspendu « à titre conservatoire ».
Lire la suite de l’article

France 3. Clap de fin pour « C’est pas sorcier » en 2013 ?
Depuis 1993, Jamie Gourmaud et Frédéric Courant animent l’émission de vulgarisation scientifique « C’est pas sorcier ». Ils ont appris mardi qu’il n’y aurait plus de nouvelle émission tournée à partir de juin 2013.
Lire la suite de l’article

Universités : l'autonomie sera revue et corrigée
Une nouvelle loi sur l'enseignement supérieur et la recherche sera présentée en janvier. Des assises nationales, à Paris, en assurent les travaux préparatoires.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 10/12/12
Peillon : "Un enseignement numérique dès 2013"
Vendredi, la loi pour la refondation de l’école sera présentée devant le Conseil supérieur de l’éducation. Le ministre en commente cinq points fondamentaux.
Lire la suite de l’article

Peillon recrute "plus de 43.000 professeurs"
Lundi, le ministre de l’Éducation nationale lance une campagne pour attirer davantage de candidats vers le professorat. À la clé, 43.000 postes ouverts sur deux ans.
Lire la suite de l’article

Peillon s'attaque au décrochage scolaire
Vincent Peillon a annoncé ses ambitions mardi sur RTL pour lutter contre le décrochage scolaire. Le ministre de l'Education veut donner une formation à 20.000 jeunes sortis du système scolaire en 2013.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 10/12/12
Salaire des profs : soyons précis sur les chiffres
La décision du ministre de l'Education de revaloriser les salaires des profs a provoqué un débat sur les montants versés. Quels sont-ils?
Lire la suite de l’article

Je suis instit depuis 10 ans, directrice d’école et je gagne 1928 euros par mois
Ce lundi 10 décembre, Vincent Peillon a lancé la campagne de recrutement de l'Éducation nationale et en a profité pour parler salaire : il s'est dit ouvert à une revalorisation de la rémunération des professeurs. Réaction de Gaëlle T., enseignante d'une classe de CE2-CM1-CM2 et directrice d'une école dans le Morbihan.
Lire la suite de l’article

En Allemagne, les enseignants sont nettement mieux payés"
Vincent Peillon veut recruter 43.000 professeurs. Pour faire face à la pénurie de candidats, il veut revaloriser le métier. Eric Charbonnier, spécialiste des questions d’éducation à l’OCDE, analyse ses propositions.
Lire la suite de l’article

Rédaction sur le suicide au collège : la faute du prof, mais pas seulement Par Yves Delahaie
Les faits se sont déroulés dans un collège de Charente. Un professeur de Lettres a demandé à ses élèves d'imaginer et d'écrire sur leur propre suicide. Il a été suspendu provisoirement, le temps de l'enquête administrative. Yves Delahaie est prof de Lettres. Pour lui, certes son collègue a dérapé, mais l'Éducation nationale ne l'a pas vraiment aidé... Explications.
Lire la suite de l’article

Des collégiens charentais sommés de raconter leur suicide
L'enseignant qui a proposé ce sujet de rédaction a été suspendu provisoirement par le rectorat.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon va rapprocher école et monde professionnel
Le Nouvel Obs fait amende honorable: contrairement à une information parue ici, le "Haut comité éducation-économie-emploi" (HC3E) créé par Lionel Jospin, fut dissout en 2006. Une nouvelle structure va naître, annoncée comme "plus opérationnelle"
Lire la suite de l’article

Le plan de refondation de l'école de Peillon dévoilé
Le projet de loi d'orientation et de programmation doit être présenté en Conseil des ministres fin janvier 2013. En voici les principales lignes.
Lire la suite de l’article

Ecole : des décrocheurs sauvés par le web
La Webacadémie remet en selle des jeunes qui étaient perdus pour le système scolaire, grâce à leur passion pour internet.
Lire la suite de l’article

Lycée : ils disent non au bachotage en SES
Abstraits, indigestes, les nouveaux programmes de Sciences économiques et sociales (SES) de terminales ES sont infaisables.
Lire la suite de l’article

"C'est pas sorcier" s'arrête et ce n'est pas bien grave, la preuve par 3
"C'est pas sorcier", c'est fini. Est-ce un drame ? La fin d'une époque ? Vieillissante, l'émission de France 3 mérite certainement d'être remplacée par un programme plus en phase avec les enfants d'aujourd'hui. Et ce n'est pas les adultes qui signent des pétitions qui doivent faire plier France Télévisions. Avis de notre chroniqueur Mathieu Géniole, ancien fan de Fred et Jamy.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 10/12/12
Rédaction sur le suicide en 3e: le professeur "suspendu"
Un enseignant de Charente avait proposé à des collègiens en classe de 3e de se mettre dans la peau d'un adolescent suicidaire. Le sujet de la rédaction avait provoqué l'émoi des parents d'élèves.
Lire la suite de l’article

"Monsieur Peillon, je ne postulerai pas pour devenir enseignant"
Vincent Peillon lance ce lundi la campagne de recrutement de 43 000 enseignants. Une option qui ne tente pas notre contributeur Marc Serrand, pourtant passionné par le sujet. Il explique les raisons de son choix.
Lire la suite de l’article

Enseignants: Peillon veut ouvrir une "grande négociation" sur leur temps de travail
Le ministre de l'Education nationale, qui lance une campagne de recrutement de 43 000 enseignants, s'est dit prêt à "ouvrir la grande négociation qu'il n'y a jamais eue sur les contenus, les carrières, le temps de travail et la revalorisation" des professeurs.
Lire la suite de l’article

Education: résultats en berne et échec scolaire en hausse
Le Haut Conseil de l'Education (HCE) a remis vendredi son rapport annuel à François Hollande. Ses conclusions pointent une "dégradation des résultats, notamment pour les élèves les plus faibles."
Lire la suite de l’article

Education: Peillon lance la campagne de recrutement de 43 000 professeurs
Ces 43 000 enseignants doivent permettre de compenser les départs à la retraite et les 80 000 suppressions de postes réalisées par l'ancien gouvernement.
Lire la suite de l’article

Loi sur l'école: comment seront utilisés les 60 000 postes promis par Hollande?
La loi Peillon sur l'école met en musique les promesses de campagne de François Hollande. Focus sur les moyens budgétaires dédiés à l'éducation.
Lire la suite de l’article

Loi sur l'école: quand un collège laisse tomber les notes
Depuis la loi Fillon de 2005, certains collèges ont aboli les notes au profit d'une grille de compétences à l'instar de celles utilisées en école primaire. Alors que le projet de loi Peillon sur l'école prévoit une nouvelle réforme de l'évaluation, L'Express s'est penché sur le cas de l'établissement Gabriel Séailles, dans le Gers.
Lire la suite de l’article

Ce que dit le projet de loi de Vincent Peillon sur l'école
Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, l'une des promesses de campagne du président François Hollande, sera présenté au Parlement début 2013. L'Express en a pris connaissance.
Lire la suite de l’article

Devoirs à la maison: "Comme un chef d'entreprise, mon fils ramène du boulot... après le boulot"
Et si on s'en débarrassait des devoirs à la maison pour les écoliers? Notre contributeur Marc Serrand défend cette idée car, selon lui, les enfants sont "débordés".
Lire la suite de l’article

Education: Vincent Peillon décroche
La ministre a présenté mardi son plan contre le décrochage scolaire. Un sujet sans risque pour Vincent Peillon, qui traverse une période difficile.
Lire la suite de l’article

Absentéisme à l'école: un rapport embarrassant pour Peillon
Le ministre de l'Education avait promis de rompre avec les pratiques de ses prédécesseurs et de rendre publics les rapports d'inspection. Mais certains sujets plus sensibles que d'autres lui compliquent la tâche.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 10/12/12
Rythmes : Le Snuipp demande la consultation des conseils d'école
"Un partenariat confiant et serein est donc indispensable. Dans ce cadre, les conseils d'école doivent participer activement aux choix concernant l'organisation du temps scolaire d'une semaine à 4 ou 4,5 jours ainsi qu'à l'élaboration éventuelle d'un projet éducatif territorial. Toute décision unilatérale n'est pas concevable", écrit Sébastien Sihr aux associations d'élus (AMF, AMRF et AMGV).
Lire la suite de l’article

Marie Duru-Bellat : La loi d'orientation a raison de donner la priorité au primaire
Qui a volé la contribution de Marie Duru-Bellat à la refondation ? Le texte n'a jamais été publié sur le site officiel. Alors pour connaître les idées de M Duru-Bellat sur la refondation, il reste son blog et cet entretien... Sociologue, spécialiste des questions d’éducation, M Duru Bellat est professeur à Sciences-Po (Paris) et chercheur à l’Observatoire Sociologique du Changement.
Lire la suite de l’article

Le testament du HCE
Carrière des enseignants, redoublement, redéfinition du socle, le rapport annuel du HCE interfère avec les débats de la refondation. Renouvelé juste avant les élections par l'ancienne majorité, qui y a fait entrer in extremis des personnalités contestées, le Haut Conseil de l'Education sait ses jours limités. Le nouveau gouvernement entend le remplacer par un Conseil national d’évaluation du système éducatif qui devrait voir le jour selon l'article 17 de la loi d'orientation. Il publie le 7 décembre son dernier rapport qui, malgré le renouvellement récent, prolonge l'action des rapports précédents.
Lire la suite de l’article

Un arrêt du Conseil d'Etat interroge les vacances des enseignants
Un arrêt du Conseil d'Etat en date du 26 novembre 2012 définit les vacances des enseignants à 5 semaines par an. Mais pour le ministère, contacté par le Café, " le Conseil d'Etat n'a jamais écrit que les enseignants devaient faire 5 semaines ou 8 semaines. Ce n'est pas son problème".
Lire la suite de l’article

Ce qui attend l'Ecole : La loi d'orientation dévoilée
Le Café pédagogique s'est procuré le texte du "projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République" ainsi que son "exposé des motifs". Issu d'un long processus qui a démarré avant l'élection et a continué après à travers l'épisode de la concertation, le projet de loi reste un texte d'ampleur relativement modeste. Pour refonder l'Ecole il faudra d'autres textes (décrets, circulaires) qui animeront encore les débats durant plus d'un an.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : Des clarifications restent nécessaires
"On est dans une étape décisive". Les mots de Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, décrivent bien les résultats de la réunion entre le ministère et les syndicats le 5 décembre. Si le ministère a éclairé bien des points restés obscurs, les syndicats n'ont pas réussi à faire prendre en compte toutes leurs revendications.
Lire la suite de l’article

Les nouveaux enseignants étouffés par le stress
Le burnout est-il la nouvelle maladie professionnelle des enseignants ? Une nouvelle étude menée par une équipe de l’Université de Bordeaux 2 (coordonnée par Laurence Bergugnat et Nicole Rascle), soutenue par la Mgen, la Casden, la Maïf, le Snes et le Snuipp montre qu'un nouvel enseignant sur dix est en état de burnout dès sa première année d'enseignement. En cause le climat scolaire mais surtout la représentation du métier.
Lire la suite de l’article

Tribune : S. Grandserre : Ecole le samedi : moi, ça m’dit !
Dans cette tribune, Sylvain Grandserre, professeur des écoles mais aussi chroniquer radio, explique pourquoi le samedi matin se prête mieux que le mercredi matin au retour d'une 9ème demi-journée au primaire. " C'est une erreur monumentale de vouloir faire coïncider temps parental et temps scolaire. Pour que les rencontres aient lieu, il faut au contraire qu'à un moment les uns soient libres quand les autres ne le sont pas !"
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 10/12/12
Education artistique et culturelle : les pièges à éviter (CRAP-Cahiers pédagogiques)
Les dispositifs du type "classes à PAC" (projet artistique et culturel) ne doivent "en aucun cas, être un substitut à l’action ordinaire en classe". Sollicité dans le cadre de la consultation nationale sur l’éducation artistique et culturelle, le CRAP -Cahiers pédagogiques publie une note dans laquelle il détaille ce que doit être cette éducation, mais aussi et surtout quels pièges elle doit éviter.
Lire la suite de l’article

Le Haut conseil de l'éducation va dans le sens de la refondation, et envisage sa disparition
"Le récent débat sur la Refondation de l’École a montré à la fois les progrès de la prise de conscience intervenus dans ce domaine sept ans après la grande loi de 2005 sur l’avenir de l’École et le chemin qui reste à parcourir, notamment par rapport à l’objectif d’élever, grâce au socle commun de connaissances et des compétences, le niveau de toute une classe d’âge." Le Haut conseil de l'éducation vient de publier son rapport 2012, qui sera vraisemblablement le dernier puisque cette instance est appelée à disparaître avec la loi d'orientation. Ses conclusions épousent presque exactement les contours de la "refondation".
Lire la suite de l’article

La réussite des systèmes éducatifs ne se mesure pas seulement aux résultats scolaires (étude internationale)
La qualité d'un enseignant ne se mesure pas seulement aux résultats scolaires de ses élèves, mais aussi à son impact social. C'est l'une des conclusions du rapport The Learning curve, mené par l'Economist intelligence Unit (EIU, bureau d'études lié à l'hebdomadaire libéral The Economist) pour "identifier les facteurs clés de l'amélioration des résultats des systèmes éducatifs". "Un taux de grossesse plus bas et une tendance accrue à épargner pour la retraite" sont ainsi des signes de bon fonctionnement d'un système éducatif.
Lire la suite de l’article

Refondation de l'Ecole : quelle répartition des moyens (extraits du projet de loi)
"Il est programmé la création de 60 000 emplois dans l’enseignement sur la durée de la législature. Sur ce total, 54 000 emplois seront créés au ministère de l’Education nationale, 5 000 au ministère de l’enseignement supérieur et 1 000 au ministère de l’agriculture." Le texte du projet de "loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République" (publié par le Café pédagogique), donne des éléments sur la répartition des moyens qui seront créés.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Éducavox du 10/12/12
Refondation : une nouvelle ambition pour le numérique ? par Michel Guillou
Les médias qui s’intéressent peu ou prou à la refondation de l’école et à ses conclusions ont réussi, avant leur publication officielle, à se procurer deux textes, l’exposé des motifs et le projet de loi. J’ai suffisamment grogné ici-même à propos du chantier de la refondation de l’école et du tour mollasson qu’il prenait pour ne pas hésiter, non à me laisser aller à un fol enthousiasme, mais à heureusement observer que le numérique commence à prendre dans cette refondation, peu à peu, la place qui lui est due. J’y reviens.
Lire la suite de l’article

Consensus réussi, refondation en attente Par Pierre Frackowiak
Il sera difficile de s’opposer au projet de loi d’orientation. La recherche évidente d’un consensus vide le projet de toute réelle ambition de changement, de toute perspective de rupture dans l’histoire de l’Ecole.
Lire la suite de l’article

Les mêmes finalités de la maternelle à la terminale. Par Pierre Frackowiak
En concentrant, à juste titre, la réflexion sur la refondation au niveau de l’école primaire, on a fâcheusement tendance à oublier le lycée. Il est vrai que l’on en parle peu, donnant à l’opinion publique l’image d’une situation sans problème et induisant la possibilité d’accumuler toutes les critiques et les procès sur l’amont. Le collège ? Passe encore. Mais l’école maternelle et l’école élémentaire, elles, seraient coupables de tous les maux. Tout en donnant l’impression de la protéger, le gouvernement les laisse maltraiter, renforçant la vieille tendance bien connue dans notre système de faire le procès de l’amont pour éviter de faire le sien.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 10/12/12
Orientation et programmation pour un changement de cap? Par Claude Lelièvre
Au moment de la loi d’orientation ‘’Jospin’’ de 1989, les sociologues Baudelot et Establet écrivent qu’ « il n’y a aucune raison que la situation s’améliore tant qu’on comptera sur la hausse du plafond pour relever le plancher ». Et ils concluent qu’il s’agit de « ne plus considérer l’école depuis son sommet, mais à partir de sa base ». Les deux sociologues n’ont guère alors été entendus pour aller dans le sens de cette ‘’révolution copernicienne’’
Lire la suite de l’article

La loi sur l'école est-elle à la hauteur ?
La « refondation de l’école » est-elle en marche ? Alors que le projet de loi d’orientation et de programmation sur l’école vient d’être dévoilé, Mediapart a voulu interroger trois chercheurs et intellectuels, réputés proches du PS, dont les travaux ont, officiellement ou non, irrigué la réflexion à gauche, pour leur demander si ce texte était à leurs yeux à la hauteur des enjeux.
Lire la suite de l’article

Profs : la «revalorisation», sous condition, de Vincent Peillon
Vincent Peillon est-il prêt à ouvrir des négociations sur le salaire des enseignants ? Pas tout à fait. Récit d’un malentendu médiatique en plein lancement de la campagne de recrutement de 43 000 profs cette année.
Lire la suite de l’article

Père Noël décommandé et dessert à la poubelle : quand la laïcité s'égare
Deux affaires survenues à Montargis et au Havre souligne la difficile compréhension du principe de laïcité par les acteurs de terrain, les élus et les familles.
Lire la suite de l’article

Education: les «désorientés» prennent la parole
Vincent Peillon a annoncé mardi un plan contre le décrochage scolaire et présenté les grandes lignes de sa réforme du système d'orientation. Un documentaire donne la parole à ces jeunes : Les Désorientés, de Philippe Troyon (diffusé ici en intégralité), pointe les effets de ces orientations presque toujours subies.
Lire la suite de l’article

SOS homophobie perd son agrément pour intervenir à l’école
Le tribunal administratif, saisi par la Conférence nationale des associations familiales catholiques, a jugé que l’association SOS homophobie dérogeait au principe de neutralité.
Lire la suite de l’article

Du nouveau sur les vacances? Par claude lelièvre
Une décision du conseil d’Etat du 26 novembre 2012 distingue explicitement les congés annuels dus aux enseignants (5 semaines) des périodes de vacance de classe (16 semaines).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 10/12/12
Dans quelles universités sont formés les leaders mondiaux?
Forbes, le magazine américain spécialiste des classements en tous genres, a répertorié la listes des universités dans lesquelles ont été formés les leaders mondiaux des différents domaines, de la politique aux nouvelles technologies. Il se trouve que la moitié des 71 personnes figurant sur le classement Forbes des personnes les plus puissantes du monde ont été formées dans onze universités identiques.
Lire la suite de l’article

Malala et Savita: l'obscurantisme n'est pas un souvenir du Moyen-Age
L'une a failli être tuée par les talibans parce qu'elle milite pour l'éducation des jeunes filles au Pakistan. En Irlande, Savita Halappanavar est morte parce que des médecins ont refusé de l'avorter.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Huffington Post du 10/12/12
Vincent Peillon présente sa campagne de recrutement de profs
De quoi rendre des couleurs au gouvernement après les vives polémiques autour de Florange et de Notre-Dame-des-Landes. Vincent Peillon lance ce lundi sa fameuse campagne de recrutement de 43.000 enseignants, profession qui souffre d'une pénurie de candidats couplée à une baisse du nombre de postes sous le dernier quinquennat.
Lire la suite de l’article

L'officier digital et la classe inversée par Antoine Compagnon
À New York, mes collègues ont été convoqués à une réunion durant laquelle le nouveau Digital Officer de l'université fera le point sur les nouvelles techniques d'enseignement en ligne, au premier chef les Moocs, ces cours massifs qui fascinent tant les journalistes et inquiètent tant les professeurs -j'en ai déjà parlé-, accessoirement le Flip Teaching Model, méthode moins révolutionnaire, capable d'amadouer les antimodernes.
Lire la suite de l’article

La lutte des castes par Emmanuel Davidenkoff
Certains d'entre vous ont été choqués, la semaine dernière, par une charge jugée indue contre "les élites", dans cette chronique - étaient visés les égarements d'anciens ministres, députés, banquiers et autres inspecteurs des finances, dans le cadre des polémiques accompagnant l'élection du nouveau président de l'UMP et la nomination du nouveau directeur de Sciences Po Paris. Vous avez raison. Comme tout propos trop généralisant, celui-ci manquait partiellement sa cible qui ne sont pas tant les élites que les castes qui se constituent au sein des élites, ces citadelles inexpugnables, endogamiques, consanguines, prêtes à tout pour préserver une influence souvent conquise dans les primes années, au simple motif qu'une de nos grandes écoles a jugé untel ou unetelle digne de recevoir l'onction de quelque prestigieux diplômes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 10/12/12
Recrutement des enseignants : trois campagnes, trois budgets, trois styles
Une campagne de recrutement de marque employeur, telle que peuvent conduire chaque année les entreprises qui font rêver les jeunes diplômés, s’élève à plusieurs millions d’euros. Et pour recruter des profs, quel est le prix à payer ? Décryptage de trois campagnes et de leurs budgets : à l’Éducation nationale, dans l’enseignement catholique et à la délégation diocésaine du Nord.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon lance sa campagne de recrutement des enseignants
Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon et la ministre de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, ont lancé une vaste campagne de recrutement de professeurs. Plus de 43.000 postes sont à pourvoir pour les rentrées 2013 et 2014.
Lire la suite de l’article

A la recherche de la réussite en licence
L’échec proclamé du plan "réussite en licence" de Valérie Pécresse pose la question de son évaluation. Comment mesurer la réussite à l’université ? Le seul taux de réussite ne semble pas suffire… Sur le terrain, si certaines initiatives fonctionnent, elles permettent surtout de limiter le décrochage.
Lire la suite de l’article

Le projet de loi sur l’école dévoilé
Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République sera présenté début 2013 au Parlement. Centré sur l’école primaire, le texte évoque largement la formation des enseignants mais aussi, plus brièvement, l’orientation, l’alternance et le lycée.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 10/12/12
76 % des Français seraient fiers que leur enfant devienne enseignant
Selon un sondage CSA dévoilé ce matin, 76 % des Français seraient fiers que leur enfant devienne enseignant et 78 % considèrent l'enseignement comme un métier d'avenir.
Lire la suite de l’article

Dindons de l'Education : le projet de loi pour la refondation de l'école "n'est pas à la hauteur des espérances"
Le collectif d'enseignants du primaire les Dindons de l'Education dénonce aujourd'hui un projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école "flou et rempli d'incertitudes".
Lire la suite de l’article

8 500 mousses au chocolat pouvant contenir du porc jetées dans les écoles du Havre
Les cantines de certaines écoles maternelles et élémentaires de la ville du Havre ont jeté la semaine dernière 8 500 portions de mousse au chocolat susceptibles de contenir de la gélatine de porc.
Lire la suite de l’article

Les 32 directeurs d'IUFM adressent une lettre ouverte à François Hollande
La CDIUFM a publié hier une lettre ouverte au Président de la République sur la refondation de l'école, et les problèmes posés par les projets de création des Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ÉSPÉ).
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.