samedi, novembre 22, 2014

Bloc Notes de la semaine du 17 au 23 novembre 2014





- Décrochage - Redoublement - Mérite - .



Trois thèmes dans ce bloc notes de la semaine éducative (et un refrain). Le décrochage avec un retour sur le plan annoncé ce vendredi par le Premier Ministre et la Ministre de l’Éducation Nationale. Le redoublement avec le décret paru cette semaine qui précise les règles en vigueur à partir de la rentrée prochaine. Et enfin une réflexion sur le mérite qui nous permettra de nous interroger sur les vrais clivages actuels en matière éducative.





Décrochage
Vendredi 21 novembre était annoncé le plan de lutte contre décrochage. C’était à l’occasion d’un déplacement dans le Nord que le Premier Ministre accompagné de la ministre de l’Éducation a fait cette annonce de 50 millions débloqués pour lutter contre le décrochage. Dans la revue de presse du jour, on rentrait dans le détail du plan et le contenu de l’interview que la Ministre a donnée au Parisien.
Le plan semble axé essentiellement sur la prévention du décrochage et la formation des enseignants et comme le souligne Marie-Christine Corbier des Échos , il comporte quelques mesures nouvelles et en recycle d’autres issues des plans précédents. Dans La Croix on parle même d’“un air de déjà vu”. Un numéro unique (0800 12 25 00) permettra aux jeunes et à leur famille de contacter un conseiller pour connaître les solutions proposées. Des dispositifs pour impliquer les parents seront généralisés, notamment l’expérimentation “ La mallette des parents”, lancée par la majorité précédente. Les enseignants seront formés pour, selon la ministre, “ détecter précocement les difficultés scolaires”. L’élève de 15 ans qui a des difficultés pourra “ faire une pause dans sa scolarité” pour un stage en entreprise ou un service civique afin de lui permettre de “ prendre du recul tout en restant sous statut scolaire et revenir ensuite avec une formation plus adaptée”, a précisé Najat Vallaud-Belkacem qui a refusé l’extension de la scolarité obligatoire à 18 ans pour un droit à un retour en formation . En 2012 déjà, le gouvernement avait fait des annonces identiques. La nomination d’un « référent décrochage » dans chaque établissement fera elle aussi, l’objet d’une « deuxième » généralisation…Par ailleurs, plutôt que de développer les micro-lycées ou les écoles de la deuxième chance, le ministère privilégie “ des structures de remédiation innovantes au sein d’établissements classiques”, au moins une par académie.
L’auteur de cette revue de presse s’étant vu refuser l’an dernier (par le Rectorat) un projet de ce type dans son établissement, ne peut que se réjouir de cette évolution mais avec une certaine circonspection (voire amertume)... De même, on peut espérer que la formation des enseignants ne se limite pas qu’à la formation initiale mais s’appuie sur une véritable formation continue. Si la formation dans les ESPÉ se limite au repérage du décrochage sous la forme de ce qui se passe aujourd’hui dans la “culture commune”, on peut aussi être inquiet sur son efficacité. Il ne s’agit pas seulement de faire des cours en amphithéâtre sur ce sujet. La problématique est d’abord pédagogique. Sans jouer sur les mots, tout autant que le décrochage, il faut travailler sur l’ “accrochage” et les moyens de maintenir ces élèves fragiles et démotivés dans le système. C’est-à-dire travailler avec des méthodes actives et en groupes interdisciplinaires sur la motivation et l’implication des élèves et la pédagogie différenciée. Expérimentons ! Innovons ! Mutualisons !

Redoublement
Plusieurs journaux ont titré sur le fait qu’à compter de la rentrée prochaine, le redoublement devra procéder d’une décision “exceptionnelle”. Ainsi, La Croix , le journal Le Monde ou encore le site d’information VousNousIls reprennent cette information.
Il est vrai que c’est l’actualité avec ce décret du ministère de l’éducation publié jeudi 20 novembre 2014. Mais ce n’est pas pour autant une nouveauté. On nous avait déjà fait le coup le 24 septembre dernier lorsqu’ Europe 1 tentait de présenter comme un scoop la suppression du redoublement. Dans le bloc notes de cette semaine-là, nous avions alors rappelé que cette disposition était déjà contenue dans la loi de refondation votée en juin 2013 par la représentation nationale. Et nous écrivions : “La focalisation sur cette question en dit long sur l'état du système éducatif et de l'opinion publique. 
D'abord, on voit que l'opinion s'accommode très bien d'un système qui sélectionne très tôt et dont la fatalité du redoublement n'est qu'un des symptômes. 
Ensuite cela nous montre bien la difficulté du système à innover et trouver des solutions alternatives et à favoriser la remédiation. 
Enfin, on ne peut s'empêcher de voir cet attachement au redoublement chez certains enseignants comme le symbole d'un pouvoir perdu alors que la profession se sent dans une logique de déclassement.. On pourrait reprendre mot pour mot ce que nous écrivions il y a deux mois et demi. C’est d’ailleurs ce que nous venons de faire !
Le décret paru jeudi 20 novembre au Journal officiel n’est donc qu’une application de ce principe contenu dans la loi. A compter de la rentrée 2015, e redoublement demeurera possible en cas de “période importante de rupture des apprentissages scolaires” par exemple en cas d'absence pour maladie ou pour des raisons familiales. Après l'avis positif du conseil de classe, une “phase de dialogue“ avec le chef d'établissement est prévue, et le redoublement ne sera alors possible qu'“avec l'accord écrit” des parents ou de l'élève s'il est majeur. L'autre cas concernera seulement les élèves en fin de 3e et de 2de, « lorsque la décision d'orientation définitive n'obtient pas l'assentiment des représentants légaux de l'élève ou de l'élève majeur ». Dans ce cas, ce seront l'élève ou ses parents qui, faute d'avoir obtenu le passage dans la classe ou filière souhaitées, demanderont un maintien dans le niveau actuel. Une autre disposition importante est annoncée dans le texte, l'élève redoublant devra bénéficier d' “un accompagnement pédagogique spécifique, qui peut comprendre notamment un programme personnalisé de réussite éducative
On risque de retrouver le débat sans fin sur le laxisme ou le manque d’“exigence” chez les déclinologues patentés de l’École. Or la vraie exigence c’est au contraire celle de la loi qui nous oblige à un devoir d’invention pour trouver (ou retrouver) des alternatives au redoublement. On pourra alors aller jeter un œil sur ce qui se passe déjà aujourd’hui dans un certain nombre d’établissement scolaires (par exemple avec ce reportage d’Alternatives économiques ) et mutualiser les pratiques plutôt que de se réfugier dans la déploration.
Signalons que le Conseil national d'évaluation du système éducatif (Cnesco) s'est aussi saisi de la question du redoublement, avec une conférence de consensus en janvier sur le thème «Lutter contre les difficultés scolaires: le redoublement et ses alternatives?».
Expérimentons ! Innovons ! Mutualisons ! (bis)

Méritocratie
Dans l’actualité éducative de la semaine, un article de synthèse mérite notre attention. Il s’agit d’un article de Maryline Baumard dans Le Monde où la responsable du service éducation tente de faire la synthèse sur la question de la méritocratie, “un sujet politiquement très puissant, mais [qui] n’est pas aisé à cerner. ”.
La journaliste essaie de faire le tour des écrits récents sur ce sujet, d’Elise Tenret, à Jérôme Krop, en passant par Marie Duru-Bellat et François Dubet. Pour Agnès Van Zanten, “Il est évident que la méritocratie n’a jamais existé, ni en France ni dans d’autres contextes nationaux ”. Alors que nous commémorons les cinquante ans de la publication de l’ouvrage de Bourdieu et Passeron “Les Héritiers, il est toujours utile de rappeler que les statistiques sont assez semblables à celles des années 60 : les enfants de cadres sont deux fois plus souvent diplômés du supérieur (62 % contre 31 %) que les enfants d’ouvriers. Et la dernière enquête Pisa a montré que la France est le pays où l’origine sociale joue le plus fortement dans l’accès aux diplômes. Eric Charbonnier, analyste à l’OCDE, rappelle que la situation a empiré “En 2012, les élèves de familles défavorisées courent trois fois plus de risques d’être en échec scolaire que neuf ans plus tôt.”.
Maryline Baumard rappelle que dans une interview de 2004 à Alternatives Économiques, François Dubet qualifiait cependant la méritocratie de “fiction nécessaire. Il reprend d’ailleurs cette affirmation dans une interview plus récente à Libération en Octobre 2014 où il rappelle que “dans une société démocratique affirmant l’égalité de tous les individus, le mérite est une valeur incontestable. Vous ne pouvez fonder des hiérarchies sociales justes que sur les mérites des individus - pour occuper une position sociale, il est plus juste que cela dépende du mérite que de la naissance. ”. Mais tout de suite après, il précisait “Le problème est lorsque vous hypertrophiez ce principe. Vous entrez alors dans un système brutal et injuste. Certes, il faut dégager de bons élèves, mais cela ne nous dispense pas de nous occuper presque prioritairement de ceux qui ne le sont pas. Il faut compenser le mérite par l’idée qu’on a des devoirs envers ceux qui n’en ont pas. Et ici il y a un vrai clivage idéologique.
“Idéologique”..., le mot est lâché. Car l’essentiel du propos de Maryline Baumard n’est pas de faire l’état de la recherche sur ce sujet mais de resituer ce débat dans le champ politique. Et elle montre assez bien que sur cette notion où tout le monde semble en apparence d’accord, il y a en fait des divergences réelles. “Sous Nicolas Sarkozy, la droite a mis en œuvre une conception de la méritocratie qui fait écho à ses convictions libérales. L’individu doit se prendre en main, affirmait le président : s’il réussit, c’est grâce à lui, s’il rate, c’est à cause de lui, pourrait-on caricaturer. [...] Les « internats d’excellence » lancés en 2008 par Nicolas Sarkozy reposaient sur ce principe : ils servaient à repérer dans les « collèges ghettos » quelques élèves travailleurs, à les sortir de leur milieu et à leur offrir des ­conditions idylliques d’études dans des établissements surdotés, pendant que le reste de l’éducation prioritaire était abandonnée à son sort, amputée de ses éléments moteurs.”. Or, la gauche, plutôt que d’insister sur la promotion de quelques élèves défavorisés mais méritants, préfère centrer son discours sur la question de l’égalité des chances. Il y aurait donc une “méritocratie de gauche” et une “méritocratie de droite”. “Comment l’école pourrait-elle être juste si elle abandonne au bord du chemin ceux qui ont le plus besoin d’elle ? ”, se demandait Vincent Peillon, le 5 juillet 2012, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, lors du lancement de sa refondation. Pour prendre le mal à la racine, le gouvernement avait donc décidé de tout miser sur les premières années d’école où se cristallisent un grand nombre d’inégalités. Mais cette volonté a t-elle été suivie d’effets ?
Penser l’École non pas en fonction de la sélection des meilleurs mais de l’attention portée aux plus faibles et aux moins méritants, voilà qui pourrait déjà siffler aux oreilles de quelques enseignants "politiquement à gauche et scolairement à droite", comme dirait François Dubet. La question n’est pas seulement de refaire fonctionner l’ascenseur social mais de se préoccuper aussi de ceux qui n’y ont pas trouvé place. Pour clore cette réflexion donnons encore une fois la parole à François Dubet Certes, il faut dégager de bons élèves, mais cela ne nous dispense pas de nous occuper presque prioritairement de ceux qui ne le sont pas. Il faut compenser le mérite par l’idée qu’on a des devoirs envers ceux qui n’en ont pas. Et ici il y a un vrai clivage idéologique 

Bonne Lecture...



Philippe Watrelot

dimanche, novembre 16, 2014

Bloc-Notes de la semaine du 10 au 16 novembre 2014




- La guerre du Trois (sur vingt) aura t-elle lieu ? – Analyse d’une “non-information” - .

Retour du bloc notes après une absence de plusieurs semaines. On y évoquera la visite de Najat Vallaud-Belkacem dans un collège sans notes dans le Gers et la manière dont les médias et l’opinion réagissent sur ce sujet de l’évaluation. La guerre du Trois (sur vingt) aura t-elle lieu ?
On reviendra aussi sur le thème de l’innovation qui fait partie des sujets qui n’ont pas été traités par les médias et on se demandera pourquoi...



La guerre du Trois (sur vingt) aura t-elle lieu ?
Vendredi dernier, la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud Belkacem est allée visiter un collège “sans notes” à Vic-Fezensac dans le Gers. . C’est dans le journal La Dépêche qu’on trouve une interview des enseignants initiateurs du projet et la présentation la plus complète du dispositif qu’on ne peut réduire à la seule suppression des notes.
Cette visite de la ministre se fait dans un contexte qui est celui du lancement prochain de la conférence nationale sur l’évaluation. La ministre a repris ce thème de travail lancé par son prédécesseur Benoit Hamon durant son court passage au ministère. Déjà à l’époque, plusieurs commentateurs avaient été très sceptiques sur l’opportunité de lancer ce débat sur l’évaluation craignant qu’il n’attise des conflits au sein du monde enseignant et de l’opinion publique. Cette fois-ci c’est Maryline Baumard du Monde qui développe cette argumentation. Pour elle : “Est-ce au ministre de dire aux enseignants comment noter leurs copies ? ” et elle prend l’exemple de la polémique sur les méthodes de lecture sous Xavier Darcos qui a braqué les enseignants et rappelle qu’ “au lieu de leur apporter les arguments scientifiques dont ils avaient besoin, il a crispé le débat en le politisant et a tué le sujet. C’est le risque que prend aujourd’hui la gauche en se saisissant d’une manière ostensiblement politique du dossier de l’évaluation des élèves.”. Et elle va plus loin dans son pessimisme avec ce paragraphe : “Pour la France, où beaucoup rêvent encore de coups de règle en fer sur les doigts et de blouses grises, le gouvernement livre sur un plateau le bâton pour se faire battre. Il propose le kit nécessaire pour laisser penser que la gauche française a encore de forts relents soixante-huitards. Que Najat Vallaud-Belkacem fasse sa première sortie sur « l’évaluation bienveillante » dans un collège qui a totalement aboli les notes ne contribuera qu’à alimenter un peu plus le moulin à caricatures.
D’abord faut-il considérer que les enseignants n'ont aucun compte à rendre à quiconque sur leur manière d'évaluer ? Drôle de conception... Certes le risque existe d’une certaine crispation. Mais est-ce une raison pour ne rien faire. Car on peut aussi penser que le débat en vaut la peine. Et qu’il peut permettre de faire la « pédagogie de la pédagogie ». Car, comme le note dans la suite de son article, la journaliste du Monde, cela a au moins le mérite de mettre ce sujet à l’agenda et d’éventuellement faire réfléchir les parents et les enseignants sur ce sujet. Un sujet majeur à plus d’un titre. D’abord parce que la question de la notation est au cœur de notre système républicain. Les notes ont été inventées pour servir la sélection. Il n’est pas interdit de réfléchir sur la nécessité de réserver cette sélection à certains moments de la scolarité plutôt que d’en faire un élément quotidien en oubliant que l’évaluation (qui ne se réduit pas à la notation) doit être aussi au service des apprentissages. Ensuite, on le sait bien, l’évaluation lors des examens conditionne une bonne partie de la pédagogie en amont. On enseigne pour préparer à l’examen...Enfin, on peut dire que l’évaluation et le débat sur la note est un bon analyseur non seulement des tensions qui traversent l’École mais toute la société française. Voulons nous une école et une société dure avec les faibles et fondée sur une sélection qui n’est plus méritocratique ou une société plus juste et qui cherche à faire progresser et réussir ?
Pour voir les tensions et blocages qui traversent l’opinion, il suffit de lire les commentaires qui suivent les articles pour s’en rendre compte. On y retrouve les vieilles accusations de naïveté et de “leurrer” les élèves en les maintenant dans “le monde des bisounours”. Notre École et notre société sont marquées par cette posture cynique et ce pessimisme face à toute évolution. C’est ce que notre ami Jean-Michel Zakhartchouk dans un très bon billet de blog sur ÉducPros appelle “les eaux glacées du ricanement cynique”. La “bienveillance” n’est pas un gros mot et on peut juger de la bonne santé d’une société à la manière dont elle traite ses enfants.
Il y a derrière ces oppositions à une évolution de l’évaluation, une logique qui est celle du mistigri, ce jeu où on se refile la mauvaise carte. “J’en ai bavé, alors pourquoi ceux qui me suivent n’en baveraient pas à leur tour ?. Mais il y a aussi des questions identitaires. L’attachement aux notes est aussi lié à sa position dans la société. “Pourquoi critiquer et remettre en cause un système qui m’a fait réussir ?” . Et parmi ceux là, les enseignants n’y sont pas les moins attachés. Car la note, c’est, au final, ce qui leur a donné leur légitimité avec la réussite à un concours.
Le débat sur l’évaluation n’est pas vain. Mais est-il bien posé ? Fait-on vraiment la « pédagogie de la pédagogie » ? Lorsqu’on lit les titres de la presse, lorsqu’on écoute les débats à la télévision ou la radio, on se dit que ce n’est pas toujours le cas. D’abord ce thème est souvent réduit à la seule question des notes et dans une logique très binaire du “Pour ou contre” sans nuances. On aimerait lire un peu plus que la question n’est pas forcément des notes en elles-mêmes ni même de la “bienveillance”. L’enjeu c’est de savoir comme nous le disions plus haut à quels moments il faut limiter la logique de sélection et comment faire de l’évaluation un réel outil au service des apprentissages. Ceci n’est pas une formule creuse. Très concrètement cela signifie que, plus que la note, c’est la moyenne qui pose problème en reposant sur un système de compensation (une difficulté est compensée par une réussite) qui masque les difficultés. La note est trop souvent vécue comme une fatalité alors que l’évaluation devrait être le point de départ d’un travail de remédiation. C’est là que se situe la vraie “exigence” brandie comme un étendard par ceux qui pensent être les seuls à la détenir.
On admettra que ce n’est pas facile d’apporter de la complexité dans un tel contexte de crispation. Mais la visite de la Ministre et la volonté de mettre les projecteurs sur cette question hautement pédagogique... et politique ! Il reste à espérer que ce débat ne soit pas dévoyé. C’est la responsabilité de chacun : enseignants, personnel politique et médias...

Analyse d’une “non-information”
Connaissez vous le Conseil National de l’Innovation et de la Réussite Éducative (CNIRÉ) ? Cette instance mise en place en 2013 (et dont je suis membre suppléant) est présidée par le sociologue Didier Lapeyronnie. Celui ci a remis son rapport , (consultable en ligne) à la ministre Najat Vallaud-Belkacem le 10 novembre dernier. Qui connait cette instance ? Qui a entendu parler de la remise de ce rapport ? Personne ou presque...
On me dira que des “Comités Théodule” existent dans tous les secteurs et que la presse et l’opinion ne s’intéressent pas forcément aux rapports qu’ils produisent. Mais il est curieux de constater cependant que ce rapport du CNIRÉ et les préconisations qu’il contient sont potentiellement des sujets de polémique dont la presse qui en est si friande aurait pu s’emparer. Quand on propose, par exemple, de plus ou moins supprimer ou du moins de changer radicalement les missions de l’inspection, il y a de quoi alimenter quelques débats...
Mais ici, on peut pas seulement incriminer les médias. Il faut dire en effet que la remise de ce rapport s’est faite en catimini. Seule une photographie prise dans le bureau de la Ministre et publiée sur le site du Ministère le 10 novembre, témoigne de cela. Il n’y a pas eu, à ma connaissance, de conférence de presse. Et donc pas d’articles de la presse généraliste non plus.
Une dépêche du site d’informations Touteduc et une autre dans le Café Pédagogique évoquent cependant ce rapport et ses principales conclusions.
Sur le site des Cahiers Pédagogiques, vous pourrez en lire aussi une analyse par Yann Forestier. Pour lui, le rapport évite un écueil celui du catalogue de “bonnes pratiques” et se concentre surtout sur les moyens de créer les conditions du changement et d’une structure plus favorable à l’innovation. : il s’agit d’« augmenter l’autonomie, la responsabilité, la réflexivité et l’accompagnement » des acteurs. Et il en détaille les principaux leviers parmi lesquels on signalera la réorientation du travail de l’Inspection vers l’évaluation et l’accompagnement d’équipes, la définition d’une véritable politique de formation à l’échelle de l’établissement et du bassin, ou encore l’élection du président du conseil d’administration parmi des personnalités extérieures. Au quotidien, la « réorganisation de la semaine-type de l’enseignant » ou l’institution d’heures de concertation prend en compte l’obstacle de la gestion du temps, dont la rigidité est génératrice de routine.
Mais Y.Forestier pointe aussi les manques du rapport : “Rien n’est dit sur les modalités des examens ou les procédures d’affectation des enseignants. La forme des programmes scolaires, sujet important lorsqu’on prétend accorder davantage d’autonomie aux acteurs, n’est pas non plus évoquée. L’orientation, bien que signalée comme un casus belli entre parents et enseignants, reste en jachère. ”.
Est-ce juste un problème de calendrier avec la proximité avec le 11 novembre ? On peut s’étonner que ce rapport trouve si peu d’échos auprès des commentateurs et des acteurs de l’éducation. On retrouve dans quelques commentaires des relents d’“aquabonisme” et du cynisme évoqué plus haut... Cela laisse penser que cette “non-information” est peut être le symptôme que la problématique du changement de l’École n’est plus vraiment à l’ordre du jour. Le changement c’est maintenu ?

Bonne Lecture...



Philippe Watrelot

vendredi, novembre 07, 2014

WISE 2014 : Questions sur la créativité



WISE J3 (jeudi 6 novembre 2014)


Suite et fin du WISE. C’est l’occasion en guise de bilan de revenir sur le titre donné à ce sommet (Imagine, Create Learn – Creativity at the heart of éducation) et de réfléchir sur cette notion de créativité qui a été dans tous les discours pendant trois jours.


Suite et fin
Les journées se suivent et se ressemblent un peu. On commence toujours par une réunion en plénière avant des travaux dans les ateliers. La séance de ce jeudi matin avait pour thème “Let’s be créative !”. Et l’exposé initial était proposé par Paul Tough auteur de “How children succeed". Pour lui, persévérance, créativité, optimisme et bien d’autres attitudes ne sont pas des traits de caractères, ce sont des compétences qu'il faut construire. Selon lui, la créativité  suppose que l’on soit capable d’apprendre de ses erreurs et d’analyser la manière dont on apprend et on agit (il parle bien de métacognition). On pense souvent, dit-il, que la créativité a à voir avec la liberté mais ça a surtout à voir avec le “cran” (grit) et la persévérance. Pour lui, une des choses les plus  importantes que peuvent faire les enseignants est donc d'apprendre aux élèves à gérer l’erreur. Mais bien sûr, la gestion de l'échec ne peut marcher que si les enseignants croient en la capacité de réussite de leurs élèves. La table ronde qui a suivi a essayé de repérer les blocages qui gênent la créativité. Nous y reviendrons.
La deuxième partie après l’inévitable coffee break, proposait plusieurs choix. Pour ma part, je me suis intéressé au jeu. La conférence introductive au thème était donnée par le Pr. James Paul Gee. Celui-ci a montré les mécanismes d’apprentissage qui étaient favorisés par le jeu (aussi bien les jeux de plateaux que les jeux vidéo). La table ronde a été assez interactive et vivante et un des intervenants a même fait se lever tout l’amphithéâtre pour...jouer.
Après la pause repas, retour en plénière pour la séance de clôture. L’occasion d’entendre un discours très émouvant d’Ann Cotton la lauréate du prix Wise 2014. Elle est revenue sur son parcours et son projet Camfed (campaign for female éducation) . Pour elle, la cause de la non-scolarisation des filles n’est pas d’abord culturelle mais avant tout économique. C’est la pauvreté qui oblige à faire des choix dans l’éducation des enfants et c’est là que la préférence pour les garçons intervient. Pourtant selon elle « Rien n’a plus d’effets pour une nation que la scolarisation des filles, dans tous les domaines : une fille éduquée a des revenus 25 % supérieurs à ceux d’une fille analphabète. Elle est capable de mieux se prémunir contre tout type de virus ; elle a notamment trois fois moins de risques d’être malade du sida. Elle est plus autonome, se marie et a des enfants plus tard. Ses enfants sont en meilleure santé, et, à leur tour, ils ont plus de chances d’aller à l’école. Enfin, elle contribue à la bonne santé économique du pays et au processus démocratique.» c’est ce qu’elle déclarait dans une interview proposée par Le Monde dans son édition du 4 novembre 2014.
Après ce très beau discours, un dernier panel (c’est ainsi qu’on nomme ici les tables rondes) a rassemblé Jack Lang, Charles Leadbeater un expert anglais et une étudiante Wise. Pour la première fois, on a donc entendu une intervention en français (il y avait des casques de traduction simultanée) puisque l’ancien ministre et aujourd’hui président de l’Institut du Monde Arabe a prétexté un “anglais rustique” pour pouvoir s’exprimer en français. Ce choix de langue a déclenché une mini vague de francophonie puisqu’on a eu droit ensuite à quelques questions du public exprimées en français par des africains ou des quataris. Et curieusement cela a aussi déclenché des questions sur le système éducatif français que l’ancien ministre a jugé trop sélectif et « bon pour les bons, mais ne parvenant pas à répondre aux problèmes de ceux qui ont des difficultés d’apprentissage ». L’expert anglais, pour sa part a rappelé qu’un système inégalitaire ne peut pas être jugé efficace...
Le discours du président du WISE a ensuite clos officiellement  ce sixième sommet.


Questions sur la créativité.
Il est difficile de faire un bilan après trois jours menés à un rythme effréné. Mais en guise de conclusion on peut proposer de revenir sur le mot-clé de ces trois journées : la créativité.
(Avant d’aller plus loin dans cette tentative de réponse à ces questions, je dois dire que cette partie de texte s'appuie sur les contributions des lecteurs de mon mur Facebook aux questions que je leur ai posées. C’est donc une forme d’écriture collaborative.)

Qu’est-ce que la créativité ? et pourquoi est-ce important ?
Le terme est revenu sans cesse dans la bouche de tous lesintervenants. Mais peu ont pris la peine de le définir tant il semblait évident. Pourtant, ce n’est pas aussi simple que cela même si on peut repérer quelques constantes. D’abord évidemment la créativité a à voir avec l’innovation et la capacité à créer quelque chose de nouveau et d’original. Mais c’est aussi la capacité à trouver des solutions à un problème. Des solutions et pas une seule (flexibilité), ce qui suppose la divergence voire la déviance. Et l’acceptation du hasard et de l’erreur. Car il faut aussi rappeler que la création, si elle est souvent dans les représentations associée à l’image de l’“éclair de génie” est en fait un processus lent, itératif fait d’essais et d’erreurs où l’on se questionne sur ce que l’on est en train de faire. 
“La créativité c'est l'intelligence qui s'amuse”
Avec cet essai de définition, on voit bien le lien avec les mécanismes d’apprentissage. Fondamentalement l’acte d’apprendre est une forme de créativité puisqu’il s’agit de créer des liens et des connexions nouvelles dans notre cerveau. Si la créativité est souhaitable c’est donc d’abord parce que c’est la condition même pour apprendre ! La simple reproduction d'un exercice ne suffit pas à inférer qu’on a appris et qu'on maîtrise un savoir, il faut pouvoir mobiliser ses ressources dans un contexte nouveau.  Et la gestion de l’erreur évoquée par Paul Tough est aussi un élément important de la construction des connaissances et des compétences.
Et la créativité n’est pas seulement au coeur des apprentissages mais est aussi la condition de l’enseignement. Enseigner n’est pas (encore !) un métier standardisé et taylorisé. C’est un artisanat où l’on doit trouver les meilleurs moyens de répondre aux besoins spécifiques de ses élèves. Et cela passe forcément par un processus de création.
Bien sûr la créativité a aussi d’autres enjeux. Proposer une formation qui favorise la créativité et créer les conditions favorables à une culture de l’innovation, cela a évidemment des effets économiques. Cela a été dit explicitement à de nombreuses reprises au cours du sommet : des individus innovants sont de plus en plus nécessaires dans un contexte incertain. Et l’économie de la connaissance repose évidemment sur l’innovation économique et sa maîtrise.


Est-ce que la créativité s’enseigne ?
Lors du diner de gala, j’étais assis à côté d’une enseignante allemande vivant en Nouvelle Zélande et qui s’est présentée à moi comme “professeure de créativité”. Elle travaillait dans l’enseignement supérieur et animait des ateliers où elle mettait les étudiants dans des situations de création.
Pour un français cela peut sembler curieux (sauf peut-être pour ceux qui travaillent dans des écoles d’art appliqués...) On a tendance à voir de manière spontanée la créativité comme une disposition, un trait de caractère, presque de l’ordre de l’inné...
Pour Paul Tough l'intervenant du jeudi matin, la créativité tout comme la persévérance ou l’optimisme ne sont pas des traits de caractère, ce sont des compétences qu'il faut construire. Dès l’instant où on fait cette hypothèse, il peut être alors question de ressources, de modalités favorables etc...
C'est un peu la même problématique que pour l'oral. On peut dire d'un élève “il est réservé, c'est son caractère” et ne jamais le faire travailler l'oral ou considérer que c'est une compétence qu'il faut développer ! C’est une vraie difficulté qu’on retrouve avec le débat sur les compétences. Si (avec du mal... !) certains admettent qu’il peut y avoir des compétences liées à des savoirs, cela devient plus difficile dès l’instant où on parle de compétences sociales (et qu’on appelait autrefois “savoir-être”). A la rigueur dans les petites classes mais dans le secondaire vous n’y pensez pas... Pour ceux là ce serait évaluer la “personnalité”.
Peut-être pourrait-on s’accorder sur l'idée qu’il y a des dispositifs, des organisations de classe, des formes d’enseignement qui favorise plus ou moins la créativité des élèves (et aussi des enseignants...) ? 

Comment mettre en place les conditions de la créativité ? Et qu’est-ce qui bloque ?
Repérer ce qui bloque peut être un moyen par un raisonnement a contrario de définir les conditions pour faire vivre la créativité.
Le premier jour du WISE, Ronald Beghetto s’interrogeait sur les conditions favorables et les blocages et dénonçait la “pédagogie de la réponse” comme  un frein à la créativité. On ne propose pas des problèmes à résoudre mais on pose des questions à un élève qui essaie de deviner ce qui ferait plaisir à l’enseignant...
“Je suis très créatif, et les gens créatifs ne craignent pas d'échouer”
Poser les bonnes questions, observer qu'il n'y a pas toujours une seule réponse à une question et que le problème est ouvert ... Faire admettre aux élèves que le chemin est tout aussi important que la réponse  elle même. Travailler avec les élèves, comme nous y invitait Paul Tough,  à gérer l’erreur et l’échec... Autant de pistes pour chaque  enseignant au service d’une évolution modeste mais durable des pratiques. 
Une très belle citation pourrait résumer cette posture éducative : “Agis en sorte qu'autrui puisse augmenter le nombre de choix possibles”(Camus)
Plus globalement, on est créatif dans un environnement où les possibles sont multiples et riches, où l'on est invité et encouragé à faire preuve d’autonomie. Cela suppose des situations où on n’est pas inhibé par des jugements qui tombent comme des couperets.
Un autre frein à la créativité peut se trouver dans l’excès de contrôle. Pour beaucoup d’enseignants, l’autonomie et a fortiori la créativité, c’est le chaos, le désordre ! L’enjeu se situe donc dans la posture de l’enseignant. Celui-ci doit donc d’être capable de lâcher prise et de s’autoriser à accepter de ne plus être dans une position centrale et d’avoir l’illusion de tout contrôler.
Au delà de l’enseignant dans sa classe, c’est tout le système éducatif qui doit être interrogé. Lorsque j’ai posé la question dans les réseaux sociaux où je suis présent, tous ceux qui m’ont répondu l’ont fait en constatant que la créativité des élèves et encore plus celle des enseignants n’était pas encouragée dans le système scolaire. Mais les constats sont les mêmes au niveau international si l’on entend bien ce qui s’est dit au WISE. D’abord parce que dans de très nombreux systèmes et la France en est un exemple ultime, les programmes définissent non seulement ce qu’il faut apprendre mais aussi la façon de l’apprendre. Lorsqu’on est à ce point obsédé par les procédures, comment laisser de la place pour la créativité ? La question est donc aussi politique. Veut-on  un enseignant concepteur ou créatif ou applicateur ? On n’a pas le choix. Dans un contexte de plus en plus incertain et changeant, on a besoin de créativité.
Celle-ci est en effet souvent le produit d’un écart par rapport à une norme, une coutume une autre manière d’envisager les solutions et d’un certaine façon, une forme de déviance. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle rejoint la problématique de l’innovation. Et bien souvent l’originalité, le “pas de côté” sont mal vus par les collègues d’un établissement même si l’institution peut par ailleurs soutenir la démarche. Tony Wagner posait la question durant la conférence inaugurale : « Chaque entreprise aujourd’hui a un département Recherche-Développement . Où est la R&D dans les établissements et dans le système éducatif ? ». Si au niveau ministériel une telle structure existe en France avec la DRDIE, la question du Dr. Wagner est légitime pour ce qu’il en est de la place accordée à la recherche et l’innovation au niveau de chaque école, collège ou lycée. Bien sûr des collègues innovent mais cela se fait trop souvent dans le secret de la classe et sans réflexion commune et une insuffisante mutualisation. L’empowerement est revenu comme une nécessité dans plusieurs interventions.
Les conditions de la créativité sont donc à la fois personnelles, institutionnelles et culturelles.

Comment former les enseignants à la créativité et l'innovation ?
Le titre de la première conférence (Tony Wagner) du WISE était peut-on former et créer des innovateurs ?” Bien sûr on y parlait plus des élèves que des enseignants. Mais la question de leur formation était directement posée dans plusieurs autres moments de ce sommet. Empowering Teachers for Creativity” était ainsi le titre d’une autre table ronde. D’autres ateliers ont aussi abordé cette thématique.
La Compétence 14 du référentiel métier de 2013 en France  définit l’objectif de  «S'engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel» et insiste sur la nécessité  pour les enseignants de développer des « démarches d'innovation pédagogique visant à l'amélioration des pratiques.» Mais au delà des référentiels officiels qui définissent un enseignant idéal, la question est surtout de voir quels dispositifs peuvent se mettre en place dans une formation initiale et continue favorisant l’innovation et la créativité.
Je m’étais déjà risqué à proposer quelques pistes dans un billet de mars 2014 portant sur l’innovation. Parmi toutes celles évoquées, j’insisterais sur la nécessité d’une approche plus interdisciplinaire. Comme on a pu le voir à travers plusieurs projets présentés lors de ce congrès, la culture de l’innovation et de la créativité passe par l’interdisciplinarité et la capacité à faire des liens entre différents domaines.
Mais l’autre condition majeure c’est l’analyse de pratiques. Le créateur, dans quelque domaine que ce soit, est quelqu’un qui interroge sans cesse sa manière de faire. Alors que rouvre à Paris, le musée qui lui est consacré, souvenons-nous que Picasso, qui est sans doute l’exemple ultime du créateur, a sans arrêt, tout au long de sa vie, questionné sa manière de faire et de créer. « Un tableau était une somme d'additions. Chez moi, un tableau est une somme de destructions.  » avait-il déclaré. Pour être capable de créer, il faut se placer dans une logique de recherche permanente et de doute critique. Et cette compétence là devrait être au coeur de la posture de l’enseignant.



Au terme de ces trois jours, je ne sais pas s’il est déjà le moment de tirer un bilan complet sur cette expérience particulière et ce moment privilégié ( ! ) et hors du temps. Le retour au réel est cependant rapide puisque j’ai retrouvé ce vendredi mes élèves dans mon lycée.
Le premier bilan sera peut-être de se demander si les réflexions issues de ces trois jours auront eu un effet sur ma réflexion et surtout sur ma pratique professionnelle.
Les polémiques sur cet évènement existent et doivent être entendues, j’ai essayé à ma manière d'en tenir compte et d’y répondre dans les précédents billets. Mais, dans celui-ci j’ai surtout tenté de traiter le sujet lui même de ce sommet et de questionner le concept qui a traversé toutes les contributions et d’en voir la pertinence.
En somme de parler de pédagogie, c’est ce qui m’intéresse le plus...!

Philippe Watrelot

mercredi, novembre 05, 2014

Wise 2014 : où on parle de géopolitique, d'économie...(et de pédagogie)




Jour 2 mercredi 5 novembre 2014


Deuxième jour au WISE. On commence à prendre le rythme. La tonalité de cette deuxième journée était géopolitique bien plus que pédagogique. Et elle me permet de revenir sur les enjeux du Wise


Où il est question de géopolitique et d'économie...
La première partie de la matinée se déroulait en plénière. 1500 personnes dans un même amphithéâtre... Le titre qui recouvrait les différentes interventions était 2015 : the unfinished agenda”. Il fait référence aux objectifs du millénaire (millenium goals) fixés à l’ONU qui prévoyaient qu’à l’horizon 2015 tous les enfants recevraient une éducation primaire. Or, cet objectif est loin d’être atteint. Il reste 58 millions d’enfants sans école à la fin 2014.  En plus de ces enfants non scolarisés, il faut ajouter 7 millions de jeunes illettrés. Rajoutons qu’on estimerait ( ?) à plus de 700 millions le nombre de personnes analphabètes. Les raisons de cet “agenda interrompu” ou plutôt  de cet objectif non réalisé sont connues. C’est le produit de la crise, des inégalités, des guerres et des maladies.
Le sommet s’est d’ailleurs ouvert avec une interview enregistrée d’ Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia, qui a décrit les conséquences de l’épidémie d’Ebola sur son pays et ses effets sur l’éducation : écoles fermées, enseignants et élèves touchés par le virus. Plusieurs petits films ont rappelé aussi la situation à Gaza ou en Syrie. Graça Machel, ancienne ministre de l’éducation du Mozambique (et veuve de Nelson Mandela) a rappelé avec vigueur que les premières victimes de l’absence de scolarisation étaient majoritairement des filles. Elle a aussi pointé que les ressources existent et qu’il s’agit bien d’une question de priorité. Interpellant les décideurs, elle a rappelé que les dépenses d’éducation ne représentent qu’une infime partie de l’argent dépensé dans l’équipement militaire. On estime que les fonds nécessaires pour parvenir à cet objectif représentent une semaine de dépenses militaires dans le monde.
Plusieurs tables rondes se sont ensuite succédées. La première avec un responsable de l’ONU et un autre de l’UNESCO qui ont confirmé l’élaboration d’un nouvel agenda pour 2020 (alors que celui de 2015 n’a pas été atteint...) Une des propositions pourrait être que chaque pays consacre 10 à 15% de son budget à l’éducation (en France c’est 9,3%). On y a appris aussi que 2.4 millions de nouveaux enseignants seront nécessaires pour parvenir aux objectifs d’éducation primaire universelle en  2020.
Une autre table ronde a rassemblé la coordinatrice des programmes d’action Global Partnership for Education Alice Albright (la fille de Madeleine Albright), une ancienne ministre de l’éducation de Guinée Aïcha Bah Diallo , une représentante du gouvernement norvégien et le président d’une fondation rassemblant des fonds privés destinés à financer des startups dans le domaine de l’éducation. À écouter toutes ces personnes, une première question et inquiétude survient. L'appel à la philanthropie et aux fonds privés peut il être une solution ? N’y a t-il pas de nombreux risques ? La réponse du WISE et de ses organisateurs se situe dans une position anglo-saxonne où les fondations et le secteur privé interviennent fortement dans le secteur éducatif. Une approche très éloignée de notre position française où l’éducation apparaît presque comme une fonction régalienne et l’apanage de l’État central et indépendante de toute logique économique.
La matinée s’est poursuivie par une interview de la Sheikha Moza bint Nasser. C’est la mère de l’émir actuel et la troisième épouse de l’ancien émir qui a abdiqué en faveur de son fils. Elle a souvent été classée dans les magazines comme une des femmes les plus influentes du monde. En 1996 c’est elle qui a lancé la fondation du Quatar pour l’éducation et qui est à l’origine du Wise. “Her Highness” est présente à tous les moments de ce sommet. Son propos a insisté sur la nécessité pour les pays de tenir leurs promesses face à l’impératif d’éducation. On l’a retrouvé au cours de la soirée de gala où elle a remis les prix aux “projets Wise” récompensés.

A l’issue de ce début de matinée, on ne peut qu’être interpelé à plus d’un titre.
"Maman" Sculpture de
Louise Bourgeois (1999)
 exposée à Doha
Toutes ces personnalités éminentes qui interviennent, sont sincères dans leur engagement pour l’éducation. Et dans le même temps, on sait que le Quatar lui aussi (comme bien d’autres pays, malheureusement ) contribue à financer des conflits armés dont le coût est dénoncé à la tribune. Le WISE est donc un engagement du Quatar qui semble mené par des personnes qui y croient mais dans une logique géostratégique plus large. En d’autres termes, Le Quatar mène  des stratégies tous azimuts et l’éducation n’est qu’une des cartes jouées. Il est servi par des moyens considérables et une communication très efficace. Il cherche à gagner une légitimité et une influence dans ce domaine (comme dans d'autres) et est en compétition avec les autres pays de la région. Dubaï par exemple semble mieux placé dans l’excellence de ses universités.
Dans un contexte d’épuisement programmé des ressources fossiles, l’éducation est aussi un levier pour faire évoluer le pays vers un nouveau modèle économique. Et ce secteur est aussi, dans la zone d’influence de ce pays très habile sur le plan économique, un marché potentiel et créateur d’emplois. J’ai été frappé par la présence non négligeable chez les participants, des acteurs de ce qu’on appelle aujourd’hui “l’industrie de l’éducation” avec l’offre de contenus et de supports numériques. Par ailleurs l’insistance sur la “créativité” (thème de cette année) et la nécessité de  l’innovation rencontre aussi des problématiques économiques. Certes, la créativité est indispensable au développement humain et se justifie donc sur un plan moral mais c’est aussi la condition de l’innovation économique, moteur puissant de la croissance. On peut vouloir la développer pour les deux raisons sans que cela soit contradictoire...
Enfin l’interpellation, nous l’évoquions déjà dans le billet précédent, porte sur les valeurs promues par le WISE et la possible tension avec d’autres. Le thème de l’éducation des filles est un thème majeur porté par le sommet. Tout comme celui de l’émancipation. Si le sommet n’est pas qu’un évènement “hors-sol” et étanche, on ne peut que faire le pari que cela entraine à terme des évolutions dans la société et la culture. Si ce n’est déjà en train de se produire... Je me garderais bien d’avoir en tout cas des jugements définitifs sur un pays entraperçu à travers les vitres d’un bus et les couloirs climatisés d’un centre des congrès ultra-moderne. Un pays (et une société) dont je suppose qu’il est comme beaucoup d’autres traversé par des contradictions et des paradoxes.


(in)citations
La deuxième partie de la matinée, tout comme l’après-midi, fonctionnait sur le principe du choix entre plusieurs conférences, tables rondes et ateliers. J’ai assisté le matin à une conférence suivie d’une table ronde sur le thème “Empowering Teachers for Creativity”. On y retrouvait des problématiques qui font écho à des débats français : peut-on former les enseignants à l’innovation et la créativité ? Quelle marge de manoeuvre par rapport à la hiérarchie ? Quelles incitations ? Je retiendrai surtout une citation de ce moment qui résume bien l’enjeu de la formation et du développement personnel et professionnel des enseignants : « there is no éducation system in the world -none at all - that's better than its average teacher» Lord David Putman. Ce qu’on peut tenter de traduire par : “Il n'y a pas de système éducatif dans le monde -aucun- qui ne peut être meilleur que son professeur moyen
Mais ce moment de débat n’était pas le plus intéressant. L’après-midi consacré à la pédagogie différenciée (Personalized Learning) m’a permis de découvrir un autre intervenant, Graham Brown-Martin, aux propos très stimulants. Il avait intitulé sa conférence : “Personalized learning : Tailored or taylorised?" avec un jeu de mots quasi intraduisible. On pourrait tenter “De la mesure générale au sur mesure” (Merci Jean-Pierre...) ou plus simplement “pédagogie différenciée : du sur mesure ou du taylorisme ?” Car le propos de l’auteur est de se demander si à l’époque du “Big data” et des données recueillies par différents acteurs sur les élèves et leurs acquis, on n’est pas plutôt en train de rentrer dans une sorte d’organisation scientifique du travail d’apprentissage que dans une réelle personnalisation. Les outils numériques sont ce qu’on en fait et rien ne se fait sans pédagogie (“There is no causal link between any technology and improved learning outcomes...technology does not teach...teachers do”).   
On peut également apprécier qu’un conférencier anglais cite non seulement Bloom et Dewey mais aussi Claparède, Piaget et Montessori et rappelle aussi l’importance du socio-constructivisme avec une très jolie formule :Education is what people do to you. Learning is what you do for yourself ” (l’éducation c’est ce que les gens vous font, Apprendre c’est ce que vous faites à vous même).

C’est sur ces quelques (in)citations à réfléchir que se conclut ce billet...


" Une certaine école fixe son attention bien plus sur l'importance de la discipline et du programme que sur les contenus de l'expérience de l'enfant. 
Pour une autre école, l'enfant est le point de départ, le centre et la fin. Son développement, sa croissance est l'idéal. Ce n'est pas la connaissance mais la réalisation personnelle qui est le but"

John Dewey (1902)





mardi, novembre 04, 2014

WISE 2014 : “Riche”, ambivalent et stimulant



 Jour 1 : Mardi 4 novembre 2014

La nuit fut courte... Arrivé à 1h du matin, lever à 6h pour prendre une navette à 6h45, je ne vais pas me plaindre mais il y a un peu de déficit de sommeil. Cela dit c’est un bon test : s’il y a de l’assoupissement c’est peut-être que le discours est moins stimulant...
Tous les 1600 congressistes sont logés dans le quartier ... des hôtels. Et le Quatar National Center of Congress (dire QNCC pour être dans le coup...) où se tient le WISE est situé dans le quartier... de l’éducation. “Education city” regroupe sur un large périmètre de très nombreuses écoles et universités juste en face de l’endroit où nous assistons à ce congrès. On passera sur les considérations à propos des  embouteillages de Doha pour en venir directement au récit de cette journée “riche” à tous les points de vue, stimulante mais suscitant aussi des questions.

Riche et ambivalent
Le WISE, je l’ai déjà écrit c’est une énorme organisation, un grand barnum médiatico-politico-économico-pédagogique (rayez la mention inutile ? même pas, c’est tout ça à la fois...). La logistique est impeccable, l’intendance aux petits soins et la communication est extrêmement professionnelle (avec beaucoup de jeunes français). Tout est rassemblé dans un même lieu avec des salles de conférences aux fauteuils moelleux (et des prises électriques sous chaque siège !),  des salles pour des ateliers (workshops) plus restreints, un “créative lab” qui est en fait une grande salle d’exposition et des salles pour la restauration des congressistes. Le luxe, les grands moyens. L’adjectif “riche” doit donc être pris d’abord dans son sens premier.
Mais ce “sommet” est aussi riche en rencontres. Les participants sont des personnes très ouvertes et très nombreuses à venir de pays pauvres. Ce n’est pas le moindre des paradoxes et cela compense l’impression première fondée sur ce luxe assumé. On se retrouve assis à côté d’un enseignant du Bengladesh et d’un nigérian et on se met à discuter, et ça c’est quand même bien.
Puisqu’on en est dans les paradoxes et les représentations, il faut dire un mot aussi des images que l’on peut avoir d’un pays islamiste. Bien sûr, on croise beaucoup de femmes toutes en noir et quelques unes entièrement masquées mais on voit aussi de très nombreuses femmes tête nues habillées de couleur vives. Je n’ai pas de statistiques mais je crois bien qu’il y a parité dans les tables rondes et même dans les participants.
C’est d’ailleurs une femme qui a été récompensée par le prix Wise 2014 (“richement” doté). Il s’agit d’Ann Cotton, une anglaise qui a fondé il y a une vingtaine d’années, le CAMFED (campaign for female éducation) qui se consacre à l’éducation des filles dans les pays d’Afrique de l’Est (Malawi, Zimbabwe, Kenya, Tanzanie, ...). Et le prix lui a été remis par une autre femme, la Sheikha Moza, mère de l’actuel émir. Evidemment cela ne doit pas faire oublier les manquements aux droits de l’homme et de la femme mais cela montre que la situation est plus complexe que les caricatures habituelles.


Stimulant...
Après cette première partie protocolaire, le sommet a vraiment commencé avec l’exposé du Dr Tony Wagner de Harvard. Il s’est intéressé à la question “peut-on former et créer des innovateurs ?”. Une Keynote à l’américaine avec le conférencier qui déambule sur la scène en s’aidant d’un diaporama très visuel. Je retiens une phrase qui fait écho aux débats français sur les compétences : « What you know doesn't matter, but what you do with what you know is the key » (ce que vous savez importe peu, ce qui est fondamental c’est ce que vous faites avec ce que vous savez). Il plaide pour l’interdisciplinarité, les tâches complexes, cite Montessori et Piaget... Sur la forme, on est plus proche du stand-up que de la conférence classique mais le propos est stimulant (et vous tient éveillé !).
Le format de la table ronde est plus classique et a été moins motivant malgré le sujet “is there a creativity impérative ?” et des participants prestigieux dont Graça Machel, veuve de Nelson Mandela et ancienne ministre de l’éducation. La table ronde était animée par un ancien ministre de l’éducation britannique. On avait l’impression que les mots d’innovation et de créativité étaient mis à toutes les sauces mais qu’on en restait à des lieux communs. J’écris cela en pensant à ce qu’écrivait Philippe Meirieu dans un article récent à propos du Wise où il évoquait son «Étonnement, d’abord, de voir des « experts en éducation » découvrir et présenter comme des affirmations révolutionnaires des lieux communs qui traînent dans la vulgate pédagogique depuis plus d’un siècle ». Mais on peut inverser le propos de notre ami critique en confessant à notre tour notre étonnement que ce qui nous semble à nous français du (tout) petit monde de la pédagogie des évidences ne le soit pas pour bien d’autres pays. Ce que nous apprend le Wise en tout cas, c’est qu’il est dangereux de plaquer nos catégories de pensée sur des situations internationales diverses et complexes. Et ensuite ne pas oublier non plus que ce qui nous semble relever de la vulgate du discours pédagogique ne l’est pas forcément dans les pratiques y compris en France... Il conviendrait de s’interroger d’ailleurs sur la réalité de l’innovation et de la place laissée à la créativité dans notre système français si peu ouvert sur le monde. J’y reviendrai dans un billet spécifique.

L’après-midi était assez semblable à la matinée sauf que l’on avait le choix entre plusieurs conférences et débats ainsi que des ateliers. J’ai longuement hésité entre une conférence et un débat sur “comment (re)motiver les enseignants ?” et la question “L’évaluation tue t-elle la créativité ?”. Bien que la réponse à cette deuxième question ne fasse aucun  doute, c’est quand même ce que j’ai choisi. On a pu y entendre un débat entre un enseignant de Singapour, une professeur indienne et un chercheur allemand (et animé par une américaine). Avec des positions assez communes sur la nécessité de desserrer la contrainte de l’évaluationnite mais aussi des positions divergentes en particulier sur notre capacité à évaluer la créativité.
Extrait du diaporama de Ron Beghetto
Après une pause on enchaîne avec une conférence de Ronald Beghetto, psychologue américain (University of Connecticut), auteur du livre “Killing Ideas Softly”. Il s’intéresse à la manière dont la créativité est favorisée ou au contraire tuée dans les pratiques pédagogiques et dans les systèmes éducatifs. J’ai beaucoup apprécié cette conférence pleine d'humour, où il a donné de sa personne et “fait le show” mais au service d’idées utiles et fortes.
Il dénonce par exemple la “pédagogie de la réponse” (Ph. Meirieu avait même parlé de “pédagogie du sourcil”) qui est un frein à la créativité. On ne propose pas des problèmes à résoudre mais on pose des questions à un élève qui essaie de deviner ce qui ferait plaisir à l’enseignant... Il montre aussi avec des exemples très concrets que mettre en place une pédagogie favorisant la créativité n’est pas forcément très ambitieux, ça peut être simplement de proposer des situations aux élèves où on leur demande de trouver plusieurs solutions. Pour lui, il ne s’agit pas d’être dans le “tout ou rien” il n’y a pas à choisir entre créativité et enseignement académique ils doivent être menés de concert. Des propos assez voisins de ceux de Wagner et qui donnent une tonalité très positive et surtout très concrète à cette question de la créativité : Comment moi dans ma classe, je peux mettre en place des situations créatives pour mieux apprendre ?


Innovation festival : entre modernité et tradition pédagogique
Et pour terminer la journée (ou presque) on reprend un bus climatisé pour aller se perdre dans les embouteillages de Doha (ici l’empreinte carbone est un concept lointain...) et aller visiter le Learning festival situé en bord de mer près d’un centre commercial. On y présente des animations proposées aux habitants et plus particulièrement les enfants pour appréhender certains concepts scientifiques.
Le robot 
J’ai pu apprécier un séquenceur composé avec des fils électriques, des ressorts et divers objets ou bien encore un robot fait de bric et de broc qu’on guide sur une sorte de tapis avec des obstacles et destiné à apprendre la programmation. Cette animation n’est pas sans rappeler la tortue Logo des années 80 qui servait déjà aux mêmes usages. Et d’une manière générale j’ai retrouvé dans ce qui était exposé des résonnances avec ce que proposaient les clubs scientifiques lorsque j’étais animateur ou encore ce qui se fait avec les “petits débrouillards” ou “la main à la pâte”. Alors, rien de neuf ? Oui et non. On peut s’étonner voire s’inquiéter que l’on vous présente comme des innovations des activités qui s’inscrivent plutôt dans une tradition déjà ancienne du socio constructivisme et des méthodes actives. C’est aussi rassurant de voir que cela est toujours pertinent et régulièrement redécouvert et cela nous rappelle au risque de nous répéter que la définition et le temps de l’innovation pédagogique ne sont pas les mêmes partout.

Cette pédagogie des bouts de ficelles et accessible à tous était un bon moyen de clôturer cette journée riche à tous égards...



Philippe Watrelot
Licence Creative Commons

WISE J-1



J’écris ce premier billet de blog dans un avion de la Quatar Airways qui m’emmène vers Doha où se tient la sixième session du World Innovative Summit for Education (WISE). Ce lundi matin, j’ai fait cours dans mon lycée de banlieue où j’ai rendu les copies que j’avais corrigé durant les vacances, comme de très nombreux profs, puis j’ai pris le RER pour me rendre à l’aéroport. A un collègue qui me demandait pourquoi je venais au lycée avec une valise, je lui ai répondu que je prenais l’avion pour me rendre à Doha. Et bien sûr la question qui est immédiatement venue : “mais qu’est-ce que tu vas faire là bas ?”.
Cette question je me la suis moi même posée. Et elle est corollaire à une autre question : pourquoi m’a t-on invité ?

Au mois de mai dernier, je reçois un e-mail dont voici un extrait « je suis XXXX et je travaille dans l’équipe de communication digitale pour le World Innovation Summit for Education (WISE), une initiative de la Qatar Foundation. Je vous contacte au sujet du 6ème sommet WISE, qui se tiendra du 4 au 6 novembre prochain, à Doha, au Qatar.
Nous vous suivons régulièrement sur Twitter et sur votre blog ‘Chronique Education’ et étant donné votre intérêt et votre expertise sur les questions relatives à l’éducation, à l’école et son évolution, nous aimerions vous inviter au prochain sommet WISE 2014. Seriez-vous intéressé ?  Cette année, le sommet aura pour thème "Imaginer - Créer - Apprendre : La créativité au cœur de l’éducation". »

Hésitations
J’ai fait patienter voire s’impatienter mon interlocuteur avant de lui donner ma réponse. Mes hésitations étaient faciles à comprendre. Ce sommet international a fait l’objet d’un certain nombre de critiques. Même si plusieurs français (experts et journalistes) s’y sont déjà rendu, il y a eu  aussi de la méfiance à l’égard de  l’organisateur de ce sommet, la Quatar Foundation.  Je ne vais pas ici et maintenant faire la liste des critiques, on pourra les trouver dans plusieurs textes ici ou là. Il y a de quoi hésiter ou en tout cas la nécessité de bien mesurer la portée d’une décision.
Car mes hésitations sont aussi liées à ma position institutionnelle. Même si l’invitation est personnelle et n’y fait pas référence, on ne peut oublier que je suis par ailleurs président d’un mouvement pédagogique. Lorsque j’ai demandé leur avis à mes collègues militants, les avis étaient partagés. J’ai, au final, pris ma décision seul, elle n’engage que moi et je m’exprimerai principalement sur mon blog personnel.
La possibilité d’une instrumentalisation existe. Je sais le pouvoir de la communication surtout quand cela s’accompagne de moyens financiers importants. Je m’attend à en avoir « plein la vue ». Je sais aussi que l’exotisme de l’endroit de ce sommet a pu jouer dans ma prise de décision. Pour le fils d’ouvrier (mais travaillant à Air France...) que je suis, la découverte d’une nouvelle capitale et d’une nouvelle culture est une motivation non négligeable. Soyons honnête la manière dont l’invitation est formulée a aussi un côté assez flatteur. Lorsqu’on se débat, comme moi, depuis des années avec un “complexe de l’imposteur”, cela est évidemment flatteur pour l’égo. Et en même temps, je suppose que si j’ai été invité c’est peut-être parce que je suis un “second choix” alors que de vrais experts n’ont pas souhaité s’y rendre. Je sais aussi que ce sentiment d’imposture est peut-être une de mes meilleures défenses pour ne pas me laisser complètement séduire car il m’a toujours donné une position de spectateur un peu décalé et donc critique. J’ai déjà vécu des situations semblables lorsque j’ai été amené à évoluer dans des milieux hyper-privilégiés quand j’étais enseignant au lycée français de New-York.


Motivations
C’est peut-être d’ailleurs ce séjour à l’étranger (et mes voyages antérieurs) qui m’a amené à avoir le regard que j’ai aujourd’hui sur la société et surtout le système éducatif français. Je trouve que l’on est bien trop franco-centré et que cela bloque le débat. Pendant longtemps, on a même pu affirmer que nous avions “le meilleur système éducatif “ (citation de Jack Lang qui sera d’ailleurs présent au WISE) et il était difficile d’envisager d’autres modalités de fonctionnement. La publication des rapports PISA à partir de 2000 a mis à mal cette affirmation et nous voyons bien que notre école n’est ni juste ni efficace. Il importe d’aller voir ailleurs non pas pour aller chercher un quelconque modèle scandinave ou asiatique mais simplement pour mieux réfléchir à notre propre École. Une de mes motivations principales en me rendant à ce forum est d’approfondir cette approche comparatiste qui me semble indispensable pour mieux réfléchir et agir en France et se dire simplement qu’on peut faire autrement...

Cette approche comparatiste, on pourrait simplement l’avoir par la lecture de livres. Mais cela ne remplacera jamais la rencontre humaine. Je me fais peut-être des illusions face à un grand barnum de plus de 1500 personnes mais j’espère sincèrement pouvoir échanger avec des personnes qui partagent la même passion de l’éducation. Car, je crois qu’au delà des critiques formulées à l’égard de ce sommet,  des logiques marchandes et géo-stratégiques  qui sont à l’œuvre, il y a des hommes et des femmes que j’espère sincères dans leurs engagements pour construire une éducation pour tous.

Et puis, il y a ce thème proposé cette année. La créativité est bien trop souvent négligée dans un système éducatif qui reste  très conformiste aussi bien à l’égard des élèves que des enseignants. Lorsqu’on a la conviction qu’on apprend mieux lorsqu’on crée les conditions pour que les élèves soient acteurs de leurs apprentissages, la créativité est alors un ressort puissant non seulement de la motivation mais des apprentissages eux mêmes. Comment faire de notre école un lieu d’une plus grande créativité ?  Voilà une question essentielle.
Mais pour que l’École soit plus créative, elle ne peut pas l’être uniquement pour les élèves. Il est nécessaire que les enseignants puissent être eux aussi créatifs et innovants. Cette question de l’innovation ou plutôt de l’expérimentation est pour moi un souci majeur. J’ai plusieurs fois écrit sur ce sujet et mon action militante est orientée vers cette nécessité de donner plus de pouvoir d’agir collectivement aux enseignants.  

Bien sûr, on pourra me rétorquer que je suis peut-être trop naïf ou exagérément optimiste. Au passage, je pense qu’il est préférable d’être optimiste que cynique quand on s’occupe d’éducation.  J’ai pris pour parti depuis longtemps de ne pas juger d'un dispositif "à froid" avant de m'y être impliqué ou d'en avoir vu les potentialités. Cela est surtout valable évidemment dans le domaine de l'éducation où, en France, on a souvent tiré les conclusions avant même d'avoir essayé ! Mais cela peut s’appliquer aussi à ces trois jours.
Je ne peux pas dire que je pars sans a priori (puisque j'en ai) mais du moins, je vais essayer de me faire une opinion à partir de ce que je vais observer et de mes rencontres.
A l’inverse de ce qui se pratique trop souvent en France, la question va donc être de savoir si on peut s'intéresser à ce qui est dit indépendamment de qui le dit et surtout de "où" il le dit...


Point d’ancrage
Pour clore ce billet comme je l’ai commencé, j’ai précisé à mon collègue ce lundi matin que je ne ratais que quatre heures de cours et que celles-ci seraient évidemment remplacées. Et dès vendredi, je serai devant mes élèves. Contre le risque de prise de grosse tête et un sentiment d’irréalité après ce voyage dans les “hautes sphères” rien de tel que ce remède : le contact et le travail  avec les élèves.




Licence Creative Commons


 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.